Toute la scène Black Metal Suédoise semble tourner autour de deux entités, le groupe CURSED 13 dont les membres sont partie prenante dans bon nombre de groupes de qualité du pays nordique, et Magnus Devo Anderson qui produit un peu tout ce qui sort en ce moment mais pour le cas de DOMGÅRD ça n'a pas grand chose à voir... DOMGÅRD c'est 4 mecs qui pratiquent un Black Metal des plus traditionnels, qui nait en 1997 mais qui a un premier coup d'arrêt de taille puisque 3 des 4 membres du groupe ont été condamnés à 5 années de prison suite à l'incendie d'une église. Aujourd'hui, seul Vidkall, le guitariste du groupe, a continué le combat à travers ce groupe de Black Metal dont l'esprit des 90's est plus que présent. Après de multiples changements de line-up, la carrière du groupe démarre réellement en 2009 jusqu'en 2013 où de nouveaux changements de line-up affectent l'avancée de DOMGÅRD pour 4 années de silence avant cet Ödelagt, nouvel album sur un nouveau label, le solide Carnal Records qui abrite également tout ce que le Black Metal peut faire de meilleur en ce moment.

Les Suédois vont cependant avec ce nouvel album nous montré une capacité à proposer une production plus solide, loin du son très petit et faiblard des débuts et qui était encore vrai sur le dernier album en date du groupe, Myrkviðr (2003), tout en restant dans un esprit très proche des 90's. Tout d'abord le groupe s'appuie sur plusieurs piliers du Black Metal, à savoir une voix cradingue où la réverb' règne sans partage, des claviers discrets mais porteur de l'ambiance caractéristique du style, des oscillations entre le Black Metal enraciné dans les tendances Thrash et le Black Metal Ambiant voire même mélodique parfois.

Pour le premier pilier, la production et la mise en son, si la voix est assez standard, elle n'en est pas moins habitée. Si c'est la voix Black classique qui domine les débats, on se surprend à entendre des voix claires typées Pagan qui nous renvoient vers l'excellent Bloodhemn d'ENSLAVED, parfaitement utilisées, ni trop présentes, ni trop peu, ce type de chant ne glisse jamais non plus dans le grandiloquent, deux ou trois voix pas plus, cela reste à la taille du groupe, d'autant plus que le chant semble se partager entre plusieurs membres, et cela reste plutôt minimaliste dans l'approche. "Minimaliste", voilà un adjectif qui va bien à l'esprit de DOMGÅRD, mais attention, minimaliste ne signifie pas simpliste, et ça les Suédois l'ont très bien intégré au regard de cette production parfaitement minimaliste où les claviers sont bien mieux intégrés, là où ils étaient très en avant sur les précédentes productions, ils ne sont pas systématiquement utilisés et sont contenus à un rôle de soutien aux mélodies de guitare qui peuvent paraître manquer de noir parfois, mais c'est là l'esprit de ce Black Metal du siècle dernier qui tirait plus sur le Pagan Black Metal que le Raw Black Metal. 

Pour le deuxième pilier, plus purement stylistique, on navigue donc entre Black ambiant où une certaine mélancolie grise règne et un Thrash Black Metal bien crasseux et direct qui amène forcément l'auditeur à secouer la tête ("Töckenhöljt"). C'est d'ailleurs une sorte de voyage que DOMGÅRD a construit musicalement, après un début assez épique, renfermant quelques bons passages directs ("Svartdjupets Lockelse", "I Geirröds Hall"), l'ambiance glisse doucement vers un Black Metal plus atmosphérique comme vers la fin des 90's avec la mise sur le devant de la scène de BORKNAGAR, WATAIN, LORD BELIAL ou EMPEROR. D'ailleurs comment ne pas penser à ce dernier groupe à l'écoute d'"I Geirröds Hall", les intentions et influences communes sont très révélatrices d'une époque que les groupes de Black Metal actuels ont un peu perdu de vue. L'esprit Pagan est introduit dans cet album par le titre "Aldar Røkkr", une sorte de transition qui nous éloigne des riffs et rythmiques épileptiques typiquement Black Metal pour privilégier une ambiance plus aérienne qui va se poursuivre sur la suite de l'album jusqu'à déboucher sur l'épique "Förgånget". 

Mais avant ce bloc de 16 minutes impressionnantes clôturant l'album, l'esprit Pagan du Black Metal des Suédois va ressurgir le temps d'un "Kynjagaldr" qui rappelle ENSLAVED ou même LORD BELIAL par son côté mélodique et la chanson titre renvoyant encore et toujours vers cette alternance d'ambiance et de Black Metal catchy et direct. On pourra simplement regretté la longueur de la dernière plage "Ødhe Vi" qui n'apporte pas grand chose de plus, de même la longueur générale de l'album, car si il est difficile de pointer du doigt un titre en particulier, c'est l'impression générale de longueur qui ressort, peut être qu'en proposant 9 ou 10 titres, cela aurait permis d'être plus conscis et de proposer du matériel peu de temps après cet album. D'autant plus que ce fameux "Förgånget" permet déjà cette redescente et pour le coup l'ajout de "Ødhe Vi" derrière fait trainer en longueur inutilement ce moment de mélancolie proche du Depressive Black Metal. Ödelagt n'est encore pas parfait mais il peut avoir les défauts de ses qualités c'est à dire que ce n'est pas forcément très original, mais c'est aussi ce qui peut séduire, l'amour d'un héritage Black Metal issu d'une période où le style musical était dépassé par sa conduite de vie, un passé sulfureux que les groupes ont cru bon de délaisser mais qui semble renaître avec force. La production de la batterie n'est également pas la plus puissante qui soit mais cela répond à un standard où la batterie sonne en fond de pièce et la basse est pratiquement absente du mix sauf lorsque ses fréquences doivent prendre le lead dans le son général. Cet album n'est pas parfait mais il est l'image d'un style qui a rejoint une certaine forme d'underground aujourd'hui pour mieux se recentrer sur ses fondamentales, des ingrédients que DOMGÅRD a parfaitement diggéré. Ce nouvel album est clairement le plus réussi de la discographie des Suédois et c'est bien par celui-ci qu'il faut entrer dans le monde de ce groupe enfin à la hauteur de sa réputation et même de l'adoration que la vieille garde du Black Metal peut porter à ce quatuor.

Track-listing :

  1. Niþanvarþa
  2. Svartdjupets Lockelse
  3. Töckenhöljt
  4. I Geirröds Hall
  5. Aldar Røkkr
  6. Kynjagaldr
  7. Ödelagt
  8. Lögr Óðreris - Urblodets Trollmakt
  9. Grottkvinnans Hemlighet
  10. Sejdmannens Förbannelse
  11. Förgånget
  12. Ødhe Vi

Facebook


par Simony le 01/12/2017 à 07:42
73 %    48

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Scavengers

Progress to Oblivion

Hak-ed Damm

Holocaust Over Dresden

Eschatos

Mære

Black March

Praeludium Exterminii

Krallice

Go Be Forgotten

Grafvitnir

Keys To The Mysteries Beyond

Morbid Angel

Kingdoms Disdained

Sector

Odyssey Of Violence

Wiegedood

De Doden Hebben Het Goed II

Blastwave

This One Goes To Eleven

Abkehr

In Asche

Rauchen

Tabakbörse

Bell Witch

Mirror Reaper

Astarot

Echoes Of Mystical Forest

Grit Teeth

Let It Be

Madbrain

Retribution

Worry

A Celebration of Suffering

Carnal Necrosis

Origins Of Malevolence

Interview du groupe AD HOMINEM

Jus de cadavre / 27/11/2017
Black Metal

Ulcerate+Blaze of Perdition+Outre

RBD / 22/11/2017
Black Metal

Interview de Grace MEER

mortne2001 / 21/11/2017
Interview

Savage Annihilation + Nephren-Ka + Geniteur + Inseminate Degeneracy

Jus de cadavre / 21/11/2017
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Black Horns + Marklor + Creeping Devil Cactus

14/12 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Steak + Greenleaf + Atomic Bitchwax

14/12 : Le Glazart, Paris (75)

+ The Walking Dead Orchestra

15/12 : La Cité De La Musique, Romans Sur Isère (26)

Atrocia + Inseminate Degeneracy

16/12 : Alex's Tavern, Rennes (35)

Photo Stream

Derniers coms

bof pas grand chose de bien excitant


Attention amateurs de Rock bien Hard, ce groupe est ultra efficace sur scène !


HEXECUTOR est un groupe qui a l'air de mettre d'accord le public, j'en entends régulièrement parlé en des termes élogieux, ça fait énormément plaisir car c'est rare. Pour moi, autant de groupes français c'est aussi le signe que la scène française est riche et de grande qualité.


Hexecutor, c'est bien mérité pour eux !


En tout cas, niveau scène française y'a du très très bon (HEXECUTOR, THE TEXAS CHAINSAW DUST LOVERS, FANGE, PENSEES NOCTURNES, BUKOWSKI,...)