Burning In The Sun

Hardware

25/04/2017

Atomic Action!

Trouver titre plus adapté à la période, c’est impossible. Et le pire, c’est que seul le hasard est à mettre en cause, je n’ai même pas fait exprès…Bref, Burning In The Sun, quand il fait 42° dans ta bagnole à dix heures du matin, c’est juste une corrélation parfaite entre le climat et l’art.

Car ce LP/EP des HARDWARE est en effet l’un des plus chauds de ce début d’été, malgré le fait qu’il soit sorti au printemps.

Mais fermons les yeux sur ce décalage horaire.

Massachusetts, 2016, et rien d’autre à vous fournir comme info en dehors de ce lieu et année de formation. Ah si, une voix féminine, pas mal de boucan, pour un festival de méchanceté Hardcore tirant sur le Powerviolence et le Grind, dans un climat de folie totale.

Distribué par les activistes underground DIY d’Atomic Action!, ce Burning In The Sun est d’une rare violence, et renvoie la concurrence dans les cordes, à l’ombre des rares arbres qui tamisent le soleil. Ceux-là sont là pour tout cramer, si possible le plus vite, et repartir comme ils sont venus.

Difficile d’en savoir plus sur leur rayon, puisque la tête de gondole est vierge de toute bio, mais si des groupes comme INHALANT, FUCKING INVINCIBLE, ou SUFFERING QUOTA (merci Dead Air in The Pulpit, je cite) sont vos rais irradiants préférés, alors les HARDWARE risquent de vous faire bronzer avec autant d’efficacité.

Quatorze déflagrations, et presque autant d’hymnes, et surtout, une redoutable combinaison/osmose entre des musiciens qui tirent le meilleur/pire parti de leurs instruments respectifs pour dynamiter le Powerviolence le plus tendu et explosif de ce solstice.

Simple, malgré le bagage en la matière que je me coltine depuis des années, j’ai rarement eu les tympans aussi abimés par la distorsion, le feedback, les dissonances et les hurlements depuis…j’ai oublié, mais surement. Dans un registre aussi extrême que cathartique, les américains jouent le jeu à fond et nous font justement fondre, en calant leurs décibels et BPM sur les degrés extérieurs.

Alors, pas facile de s’encaisser ça avec une chaleur pareille, mais telle est la règle du jeu, et admettons qu’il est plutôt plaisant.

Avec au micro une demoiselle qui vitupère comme une sorcière qui a perdu son chat noir, un bassiste qui s’incruste tellement aux avant-postes qu’il en occulte presque la guitare, qui elle fait ce qu’elle peut pour unir dans une même alliance les stridences du Post Noise et les riffs poilus du Hardcore véloce, le compte est bon et le halement béton.

Bang, dans ta gueule.

Et en plus, le tout est aussi sombre que lumineux. Les chevaliers Core du jour n’hésitent pas à aligner les clins d’œil, passant du Grind au Doom à la SABBATH en un coup de médiator et de baguette (« Nightmare », final qui mérite largement son nom), et varie les humeurs pour nous la mettre de bonne. Pas de tergiversation, mais beaucoup de multiplications, de tempo évidemment, de thèmes surement, et de coups de griffes en coups d’éclair, les HARDWARE nous bousculent, en signant des titres qui font aussi fondre le bitume (« Daggers »).

On oscille entre l’attaque furtive et violente (« Bastard King », intense, « Creeper », crossover démence), et les horreurs dégoulinant de feedback et de dissonances de guitare (« Burning In The Sun », un gros mid tempo qui vous laisse tout ramollo), en passant par des trucs intermédiaires qui jouent l’alternance ombre et lumière (« Enemy », un peu glauque, un peu Fast, un peu mid, et un riff gluant qui reste collé aux dents).

Difficile de résister à une telle exubérance, d’autant plus que les cinq (trois mecs, deux filles, plein de possibilités musicales) se donnent corps, cœurs et âmes pour vous déclencher votre alarme Core. Bien sûr, on flirte parfois d’un peu près avec le Noise un peu abrasif, mais la démence globale atteint un tel niveau qu’on se demande dubitatifs quel effet le groupe peut produire sur scène.

Vous en aurez un aperçu en vous rendant sur leur Bandcamp, qui propose un live de 2017, reprenant pas mal de morceaux de cet album. Et croyez-moi, ça ne rigole pas non plus.

Pochette superbe en noir et blanc, genre vieux film de la Hammer, et puis plein d’autres qualités. Un des meilleurs du genre, qui mixe tous les styles passant à sa portée du moment que jamais ne baisse l’intensité. Alors, fans de Powerviolence, de Fastcore, de Hardcore et de Grind, jetez-vous sur ce Burning In The Sun, vous n’allez pas le regretter.

Si vous souhaitez ressentir les effets d’un état d’ébriété en plein sauna sur un parking en goudron plaqué, le parallèle est parfait.

Pas rafraichissant pour deux sous, mais de circonstance. Un album qui colle un radiateur devant la clim’ pour vous mettre dans l’ambiance.


Titres de l'album:

  1. Human Waste
  2. Daggers
  3. Not Gonna Give It
  4. False Reality
  5. Rut
  6. Sleep
  7. Enemy
  8. Witch Hunt
  9. Invader
  10. Evil Eye
  11. Burning In The Sun
  12. Bastard King
  13. Creeper
  14. Nightmare

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 15/07/2017 à 17:32
80 %    478

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report

Antibody

mortne2001 19/10/2020

From the past

Les archives de la Mort 1984 - 1994

grinder92 14/10/2020

Livres

Livre TAPE DEALER / Chronique par David Martin

Jus de cadavre 11/10/2020

Vidéos

W.A.S.P, Bataclan 2012

grinder92 09/10/2020

Live Report

Demanufacture

Baxter 06/10/2020

From the past

Hanger Abortion

RBD 30/09/2020

Live Report

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Saddam Mustaine

Ouais c'est vrai !

31/10/2020, 22:54

Moshimosher

Puissant ! A acheter ! 

31/10/2020, 22:31

Chemikill

Jean Jacques Goldman devrait l'attaquer. "We are chaos" est une pâle copie de "puisque tu pars".

31/10/2020, 20:15

Hipparion33

Hate d'écouter leur nouvel album, très bon titre .

31/10/2020, 20:14

Hipparion33

La voix est moyenne , dommage .

31/10/2020, 20:12

Lyonel

Sympathique, mais beaucoup trop convenu pour ne pas se noyer dans la masse.

31/10/2020, 11:22

mortne2001

Écouté et chroniqué pour Metalnews, la suite logique de leur premier EP, et un énorme album de Heavy. 

30/10/2020, 17:22

Hipparion33

Album écouté pour ma part , un bon album de Heavy comme je les aime . J'aime aussi la pochette.

30/10/2020, 17:10

Hipparion33

Du coup je me suis fait la discographie dans la foulée et j'adore aussi ce "Metal Revolution". C'est une belle découverte après tant d'années

30/10/2020, 17:08

hrm

.

30/10/2020, 14:12

LeMoustre

Hâte d'écouter l'album en entier

30/10/2020, 12:37

metalrunner

Du pur heavy avec des magnifiques solos..

30/10/2020, 12:06

Harry Klein

Quelle caisse claire incroyable - les 2 singles sont très bons, ça augure un chouette album encore - MACABRE <3  

30/10/2020, 10:44

Reg

Je suis complètement passé à côté, mais il n'est jamais trop tard ! Très bon titre en tout cas ;)

30/10/2020, 09:34

Kerry King

Ouais surtout que Asphyx il n'y a plus que Van Drunen de l'époque old school (et encore il restera a peine deux ans), et Soulburn plus que Eric Daniels, on a deux versions du groupe vu part les deux en fait. (et depuis Bagchus a lui lâché les deux).(...)

29/10/2020, 23:47

Satan

Skald... le Wardruna version "Lidl".

29/10/2020, 23:15

Kerry King

Légendaire !

29/10/2020, 18:53

Kerry King

Légendaire !

29/10/2020, 18:53

RBD

Moulburn (je ne résiste jamais au calembour, surtout quand il est nul) c'est même devenu de plus en plus sombre avec la reformation d'Asphyx, alors que cela avait commencé comme un produit de substitution après que le groupe principal venait de se sépar(...)

29/10/2020, 14:44

metalrunner

C est clair que the Legacy devait être leur album de chevet marrant pour une génération qui n a pas connu cette époque.

29/10/2020, 11:38