On ne va pas se la jouer…Même si on verse tous dans des déviances assumées ou pas (films arty, docus Arte, New Synthetic Pop, Sludge expérimental, Houellebecq ou les frères Dardenne), le seul truc qui nous fasse vibrer à l’unisson des cheveux au caleçon, ça reste le Rock N’Roll…

La seule musique suffisamment viscérale et basiquement stupide pour nous unifier. Après tout, tout a été hurlé depuis le séminal « Wop bop a loo bop a lop bom bom » du petit permanenté au regard de fou lubrique, non ? Alors, on laisse tomber la prétention, les lectures pour « faire bien », les films alambiqués et les essais de Növö musik qui elle aussi nous fatigue à force, puisqu’à part un gros riff de guitare sur fond de textes adolescents, rien ne nous fait sortir de notre néant intellectuel.

Et ça, des Estoniens avec foi mais sans loi l’ont bien compris…

D’ordinaire, la vague revival part des côtes US ou scandinaves, mais à force d’avoir des échos qui rebondissent jusque dans l’Est, il fallait bien que d’autres pays en ressentent les secousses…

C’est donc le cas de ce trio estampillé Rawk N' Rowl, et mené de front et de morgue par Ardo Fury (chant, guitare), Robert Fury (basse, chœurs) et Erik Fury (batterie), sortes de faux-frères RAMONES de l’est, qui en effet leur doivent une partie de leur identité et de leurs influences.

Lesquelles ?

Vous posez vraiment la question ? Alors, je ne sais pas moi, les STOOGES, KISS évidemment pour se faire des filles, les JET, la vague nordique des HELLACOPTERS, mais aussi la Pop des CHEAP TRICK, le MC5 sans les revendications politiques, THIN LIZZY même parfois, et puis la rage des SONICS et celle des RUNUWAYS, autrement dit, la fureur des gros amplis Orange des seventies et la fraicheur candide de 60’s qui avaient encore tout à défricher.

Mais un son garage, uns instantanéité et surtout, la fierté de balancer de gros hymnes Rock sans avoir à y penser. Parce que dès que vous y pensez, c’est mort, vous devenez soit un adulte, soit un pro du marketing formaté. Et ça, c’est mal, très mal.

Mais pas de problème avec les DEAD FURIES, qui sont aussi Punk que Rock, aussi Pop Hard que mastoc. Ils prennent les meilleurs tics et triques d’Angus, Keith ou Ace, les jouent avec un sens de l’affront Pop revendiqué pour faire tomber les minettes dans leurs filets (bien tendus d’ailleurs), et balancent la sauce sans se poser de question, mais en suant comme des cochons. Tout est dit dans le titre de toute façon, pas de bavardages, juste du caviardage, et de ce côté-là, ils connaissent leur affaire.

Après un premier EP sorti sur F*ck Art, Let’s Dance Records, micro structure bricolée pour l’occasion, ils se sont transformés en larrons et ont balancé en ouverture un single sui tue (appellation très contrôlée depuis le « Satisfaction » des STONES et le « Black Betty » des RAM JAM), « Gimme Shock », qu’on retrouve bien évidemment ici, avec ses faux airs de leftover de Dressed To Kill des KISS ou du Payin’ The Dues des COPTERS. Refrain qu’on imagine frappé d’une moue lippue, grattes qui restent bloquées sur une succession d’accords classiques, mais qui sortent quand même un break atypique, pour un mélange de RAMONES et de leur « Gimme Gimme Shock Treatment » et des CHEAP TRICK de la meilleure époque (celle ou Tom Petersson usait plus de laque que d’autres substances).

Et ce « Hey Boy, Hey Girl », plus spontané qu’un fix de Richards au début des années 70 sur la côte d’azur, qui se souvient aussi de l’art des BACKYARD BABIES pour mélanger le Rock, le Punk, le Glam et la Pop, c’est un truc à manger dans la seconde, l’écume aux lèvres et le réservoir plein, non ? En tout cas, ça tourne comme une horloge pas encore animée de rêves de devenir une montre suisse, et ça place un refrain que même des BLUR sous acides n’auraient pas pu délirer…

Mais tout est comme ça chez eux, comme cette grosse caisse martelée comme un cœur de rockeur sur le leitmotiv éternel « Rock N’Roll War ». Car oui, le VRAI Rock est toujours une guerre, menée contre des arrangements envahissants, des refrains pré mâchés, et des productions standardisées. Celle de No Talkin' All Action est juste parfaite avec ses graves qui font trembler le thorax et sa distorsion sale à la SEX SNOBS. Un chant goguenard mais des chœurs en traquenard, qui traquent la petite gironde qui va passer avec son assiette de frites qu’on fera tomber pour mieux la reluquer…

Et ça enchaîne, sans aucune respiration, parce que l’apnée, c’est aussi ça qui résout toutes les questions. « 2016 » et son testament en contretemps qui appuie un chant à la Iggy et des chœurs à la KISS, « Listen To T.Rex » et son boogie survitaminé qui rend enfin hommage au roi du Glam pailleté, « Dance Of Death » qui garde le même tempo pour confronter le fantôme de Joey R et celui de Lemmy, « C’Mon C’Mon », qui n’a oublié ni Cochran ni les MISFITS de « Attitude », « Fille de Joie » et son aveu implicite de paradis pas si perdus que ça de samedi soir en bonne compagnie, sur fond de tranchant mélodique, « Gotta Make Noise », qui résonne comme une fiesta colorée et encombrée de pique-assiettes qu’on fait déguerpir à grands coups de déliés et de chœurs fédérateurs à la DAMNED, et puis « Shimmy Shake », qui résume cinquante ans de Rock à la sueur d’un dernier brulot qui se déhanche, qui transpire la science d’un corps que l’on tort dans tous les sens, juste pour exprimer une révolte contre la bienséance…

Et puis, à quoi bon continuer une chronique à laquelle vous avez tout compris depuis le début ? A rien, parce que le Rock, on ne le dissèque pas sur papier, on l’écoute, on danse et on prend son pied.

Avec les DEAD FURIES d’Estonie, c’est comme ça que ça marche, honey…Pas de grandes déclarations, pas d’intellectualisation, juste une bonne grosse dose d’électricité volée dans les accus d’une maison abandonnée.

Une fête permanente les cheveux raides, et puis…de la danse…

C’est comme ça. Mais tant que des ados attardés continueront d’y croire, les héros ne seront jamais vraiment morts…

Juste enterrés, avec le majeur bien dressé. Rebelle un jour, rebelle toujours, qu’on vienne de L.A, de Londres, de Stockholm ou de Tallinn…

 ...baby.


Titres de l'album:

  1. No Talkin' All Action
  2. Gimme Shock
  3. Hey Boy Hey Girl
  4. The Game
  5. Rock 'N' Roll War
  6. 2016
  7. Listen to T. Rex
  8. Dance of Death
  9. C'mon C'mon
  10. Fille de Joie
  11. Gotta Make Noize
  12. Shimmy Shake

Site officiel


par mortne2001 le 07/02/2017 à 14:06
75 %    404

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Fusion Bomb

Concrete Jungle

Wolf Counsel

Destination Void

Mörglbl

The Story Of Scott Rötti

Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Concerts à 7 jours

Defenestration + Hexecutor

30/03 : La Scène Michelet, Nantes (44)

+ No Return + Lodz

30/03 : Le Contrepoint, Chalons-en-champagne (51)

Photo Stream

Derniers coms

Les gars, vous savez où il se trouve encore, ce bouquin ?


Hellhammer et Manowar en même temps, la blague... N'importe quoi !


A savoir jeunes impatients que le running order du samedi sera visible demain.
Et celui de dimanche...
Bah dimanche prochain pardi.


J'avais peur que MANOWAR et KING DIAMOND se chevauche...
Bah heureusement non... ... ...
Mais c'est MANOWAR et HELLHAMMER qui jouent en même temps bordel de dieu !
Fait chier ce HELLFEST merde ! (sic)
Sinon, à partir de 17 h, la TEMPLE c'est vraiment "The place to be"...


ca a toujours été un groupe de pur black metal et aujourd'hui plus que jamais


merci pour la decouverte ! mais pas merci car je vais encore claquer des sous a cause de vous ;)


@Jus de cadavre : je plussois pour le livre ! Un véritable petit bijou !

Concernant ce documentaire, j'ai hâte de le voir, en espérant autre chose que du Get Thrashed # 2. Get Thrashed était un excellent docu sur la scène Thrash US (principalement), pas utile qu'un autre documentai(...)


Le bouquin est terrible en tout cas : bourré de photos bien rares (que je n'avais jamais vu ailleurs, et pourtant on parle de gros groupes !). C'est vraiment les tous premiers jours de la scène de Bay Area en image. Un livre d'histoire quoi ! :D


Itou.


Sympa !


Excellente nouvelle. Fan de toutes les périodes des norvégiens.


C'est pas le même illustrateur que les albums précédents et pourtant on trouve une continuité très forte sur l'ensemble des albums de la nouvelle ère du duo (depuis qu'ils mettent plus en lumière un Metal old-school très 80's plutôt qu'un Black Metal des débuts)


J'attends d'écouter ça avec fébrilité.
D'ores et déjà, un constat peut-être porté : La pochette est extraordinaire.


Ouaip... J'ai juste eu l'impression d'écouter x fois le même morceau. Même le batteur ne se fait pas chier et démarre les compos toujours de la même façon. Je passe mon tour sans regret.


(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)


@humungus : C'est vrai, héhé ! A ta décharge, on ne peut pas nier que le groupe connait un certain polissage depuis quelques années, avec une tournure beaucoup plus Heavy (apparu avec "Thunder Of The God" je dirais, que j'adore pourtant, les ayant découvert avec cet album). Mais leur début de (...)


Encore une bonne interview pour un excellent label par et pour des passionnés. Merci à Infernö et à Metalnews !


J'avais prévenu hein : "Je vais faire mon chiant".


C'est génial! Merci pour cet itw ! ;-)


Bien sympa ce truc. Même les interludes acoustiques sont convaincants.

Au passage si je peux me permettre une petite critique, je pense que certaines chroniques gagneraient à être écrites plus simplement.
Pour illustrer mon propos deux petites définitions trouvées sur le Lar(...)