Imaginary Enemy

Child Abuse

18/10/2019

Skin Graft Records

J’ai déjà chroniqué des groupes avec des noms à la con, mais là, j’ai tiré le pompon. Imaginez un peu le délire, vous allez sur la page Facebook du groupe, vous la likez, et hop, le statut gratuit qui détruit une réputation :

« You liked CHILD ABUSE »

Dommage d’avoir choisi un nom pareil les mecs même si je comprends la démarche qui n’a rien d’une provocation à deux sous. Mais avec un blaze pareil, ça ne m’étonnerait pas que toute une frange du public vous tourne le dos (spécialement les parents), et ce, même en sachant que vous donnez une partie de la recette de vos concerts à des associations de défense de l’enfance maltraitée. Mais lecteurs chéris, passez outre. Ce groupe de tarés mérite bien mieux qu’une simple controverse à deux balles. Pour rester ponctuellement factuel, sachez que les CHILD ABUSE viennent de Brooklyn, New-York, qu’ils s’y sont formé en 2004 en tant que duo (Luke Calzonetti - clavier/chant et Oran Canfield - batterie), avant d’intégrer en 2005 Tim Dahl à la basse. Après le départ de Luke Calzonetti en 2011, Eric Lau a pris les claviers en charge, tandis que Dahl s’est essayé au chant. Dès le départ, c’était donc le bordel, et seul Oran Canfield reste en tant que pur membre originel, ce qui n’a pas empêché le groupe de balancer un nombre incalculable de sorties sur le marché, du longue-durée au EP en passant par des splits à la propreté douteuse. Pas mal de moyens donc de s’introduire à leur monde ubuesque, tout en sachant pertinemment que vos oreilles ne vont pas en ressortir immaculées. Il fallait bien qu’un jour je vous parle d’eux, puisque je ne les connais pas d’hier mais bien d’avant-hier, et la sortie l’année dernière d’Imaginary Enemy m’en a donné l’occasion parfaite.

Toujours défendus corps et biens par les inconscients de Skin Graft, les trois new-yorkais s’en sont donc revenus nous conter fleurette sur fond de Hardcore bruyant, heurté, au doux parfum de Free-Noise et de Noisy-Jazz. Si vous avez encore des craintes au moment de confier vos tympans à ces trois marsouins, ne changez pas d’avis, ils ne sont pas là pour vous faire plaisir ni flatter vos bas instincts. Le leur les guiderait plutôt vers une version Death Jazz d’Ornette Coleman, ou une démarcation cautionnée par les RESIDENTS de DISHARMONIC ORCHESTRA et PUNGENT STENCH, soit la quintessence du foutoir stylistique dans toute sa splendeur. Toujours aussi friands de morceaux déconstruits, les trois olibrius continuent leur travail de sape, et achèvent de se construire la discographie la plus foutraque du Noisy Rock moderne. A l’écoute des sept (plus eut été insupportable) nouveaux morceaux de ce nouvel album, on prend conscience que les limites de genre sont d’une futilité dérisoire. Tous ceux aimant une musique bruyante, libre et affranchie de toute contrainte vont sauter de joie au milieu de leurs cailloux de crack, l’air hagard, le bide à l’air, trop heureux d’avoir leur dose de planant à prix modique. Sauf que comme toute drogue dure, la musique des CHILD ABUSE laisse des séquelles, et pas anodines. Certains se diront que tout ça ressemble étrangement à du MORPHINE passé dans la centrifugeuse BADBADNOTGOOD avec en appui une presse hydraulique JESUS LIZARD. Mais souvenez-vous, les mecs sortent de Brooklyn, et il y a pas mal de chances que leur réalité ressemble à leur musique. Et ça fout un peu les jetons.

Nous avons tous eu à un moment donné un ami imaginaire à qui parler, parce que nous étions tous des sociopathes en devenir. Cet ami, présent dans les moments de solitude, n’était pas toujours de bon conseil. C’est lui qui nous glissait un « fonce, vas-y ! » très coupable au moment de faire une bêtise regrettable. Les américains ont inventé un autre concept, celui d’ennemi imaginaire. Un ennemi tapi dans l’ombre, prêt à vous enfoncer au moindre faux pas, prêt à vous dénoncer jusqu’au trépas, prêt à vous faire subir les pires exactions bruitistes nocturnes au moment au vous fermez les yeux. Toute la philosophie du groupe - ou presque - est résumée dans le traumatique « Child Support », qui pris au pied de la lettre du solfège, peut être interprété comme la douleur d’un pauvre gosse soumis au vice d’un pervers. Batterie qui tangue, vire, et tape quand ça fait le plus mal, chant hurlé, geint, pleuré qui suggère les pires horreurs (avec Eric Paul en guest), guitare qui fait passer les BLACK FLAG les plus sombres pour de jolis rêves avec des licornes et des princesses, et répétitions qui se rapprochent des pires cauchemars Indus des SWANS de début de carrière. C’est moche, ça suinte, ça empeste la douleur physique et morale, mais c’est pourtant hypnotique et aussi persuasif qu’une fixette morbide symptomatique de la nature humaine, toujours fascinée par le pire. Mais en dehors de cette facilité à proposer des bandes-son de l’horreur, les musiciens en sont, et des bons. Des jazzmen de l’extrême qui n’aiment pas le Jazz mais plutôt le Death Metal, le Grind et le Hardcore, et qui jouent en bons intellectuels qui citent Karlheinz Stockhausen et Charles Ives.

Mais sincèrement, avec une utilisation des stridences à rendre Yoko Ono folle de jalousie (« Wavy Gravy », un genre de Death Metal japonais joué par un cousin de MERZBOW), « Imaginary Enemy » qui touche au sublime du Technical Death Metal pratiqué comme hobby par Ben Weinman de DEP, « www.nyc.gov/site/finance/pay-now/pay » et sa finaude allusion (ne suivez pas le lien sinon t'es con, je vous aurais prévenus) qui explose les conventions NOMEANSNO les plus cartoon pour vous plonger dans une atrocité à la PEROPERO sous acides, et…tout le reste, ben on n’en ressort pas rassuré, ni décidé à ne plus regarder sous le lit pour voir s’il y a un monstre. Parce qu’il y en a un. Pochette colorée, lettrage rétro, tout est là pour vous attirer dans des filets qui risquent de vous engluer à mort. CHILD ABUSE n’est pas un groupe, c’est une plante carnivore à trois têtes. Ne laissez pas les enfants s’approcher de ça. Laissez-leur encore croire que le Père Noël et la petite souris existent bordel.

             

Titres de l’album :

                          1. Imaginary Enemy

                          2. Siam Road

                          3. www.nyc.gov/site/finance/pay-now/pay

                          4. Alternative Facts

                          5. Imaginary Friend

                          6. Child Support

                          7. Wavy Gravy

Facebook officiel


par mortne2001 le 16/05/2020 à 14:55
88 %    62

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Licence to Kill

mortne2001 04/06/2020

Mood Swings

mortne2001 02/06/2020

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Amazing Copy

Les Cro-Mags doivent être contents. :-)

06/06/2020, 20:48

Jus de cadavre

"Les premiers numéros sont parus fin 1992 et nous venons de sortir notre n°87 en février dernier."
Eh ben... Chapeau ! C'est ce qui s'appelle la passion.

06/06/2020, 12:39

RBD

Excellent ! Je les avais vus il y a dix ans pile, bonne claque de Sludge Stoner pur, propre, bourru et très en place, qui sortait pourtant des sentiers battus du style côté bayou ou côté asphalte.

06/06/2020, 12:19

KaneIsBack

Jamais vu le groupe en live, en grande partie à cause de leur réputation catastrophique. Mais j'adore sur album, et ce disque, malgré ses défauts, reste une de mes références (il faut dire qu'il fait partie des premiers albums que je me suis payé). Par contre, je tiens à dire ici haut et for(...)

05/06/2020, 21:41

poybe

Perso je les ai vus il y a une dizaine d'années à la coopé de Clermont (tournée avec Moonspell, Turisas et Dead Shape Figure (là j'ai du rechercher le nom du groupe ^^)), je n'en garde pas un mauvais souvenir. Le son était bon, la prestation correcte, sans être non plus transcendante ... j'av(...)

05/06/2020, 18:45

Hair-dressing Curiosity

@ Humungus :
:-)))))

N'empêche que pour ceux qui avaient biberonné aux 4 Horsemen dans les 80's, devoir subir des curetages du prose comme Load/Reload/St Anger... bordel ! la cicatrisation des sphincters a pris du temps. C'est un peu comme les rhumatismes, ça se réveille mêm(...)

05/06/2020, 17:05

Reading Bouquinerie

Naaa, c'est de la petite série, réimprimé par paquets de 12. :-D

Raaa n'empêche j'ai hâte de lire ça ! Ca va raviver des souvenirs !
(mode "vieux con", avec ses demo tapes sous le bras)

05/06/2020, 16:51

Lifting Catastrophy

J'en viens à penser que le récit d'un BON concert de Cradle ça permet finalement de démasquer à coup sûr un pseudo spectateur qui en fait ne les a jamais vus live. :-))))))




Non allez, pas tapé !! c'était juste pour faire du mauvais esprit. :-)))))

05/06/2020, 16:47

Goughy

Je n'ai que cet album et "Beauty", vu 5 ou 6 fois, toujours en festival ou "gros concert" dons ils n'étaient pas tête d'affiche, je n'ai jamais entendu pareille bouillie sonore pour aucun groupe, même du grind de squat.
On en parle parfois avec mon pote qui me dit que je ment, qu'on les a v(...)

05/06/2020, 15:57

Humungus

4ème réédition putain !?!?
Musso n'a qu'à bien se tenir !

PS : A quand dans la Pléiade ???

05/06/2020, 13:12

Humungus

Bah écoutes, j'ai fort bien fait de ne faire aucun commentaire hier soir car tu as (d)écrit en mille fois mieux qu'elle était mon ressenti sur le sujet...
Merci Professeur Hair-dressing Curiosity.

05/06/2020, 13:10

Hair-dressing Curiosity

Je pense que c'est un tout.
S'ils n'avaient pas à ce point retourné leur veste, il y aurait eu une meilleure acceptation du look, parce qu'ils avaient un tel capital sympathie et affectif avec le public que les fans auraient évoqué ça 6 mois plus ce serait passé crème.
Mais quand (...)

05/06/2020, 12:27

Reading Bouquinerie

maLin

05/06/2020, 12:20

Reading Bouquinerie

C'est main, je viens de me délester de 46 balles. :-))))

(merci MetalNews !!)

05/06/2020, 12:20

Arioch91

Excellent ouvrage que je recommande !

05/06/2020, 07:09

Humungus

Sachant que j'ai dû les voir 3 ou 4 fois, j'ai donc eu l'immense malchance de tomber à chaque fois sur une de leurs 5 mauvaises prestations live.

The Trve Humungus.

05/06/2020, 05:22

Satan

Deux choses :
1) C'est "Whore" en non "Wore".
2) De plus, c'est le nom de l'opus qui prend des petits points (au nombre de 5) et non le titre éponyme qui s'écrit d'une seule traite.
Désolé d'être pénible mais on se doit de respecter les chefs-d’œuvre jusque dans les moindr(...)

04/06/2020, 23:18

Satan

Il est parfaitement risible que l'argument number 1 de l'époque était "ils ont coup leurs cheveux". Ça en dit long sur le degré d'immaturité de bon nombre de métalleux malheureusement.

04/06/2020, 23:05

lolo

pas mal le chat planqué dans les gradins!

04/06/2020, 15:55

Humungus

"Age tendre et têtes de con" voulais-tu dire non ?

04/06/2020, 13:07