Les Suédois, peuple pourtant calme et prônant des valeurs en harmonie avec l’environnement qui les entoure, sont depuis la fin des années 90 et le début des années 2000, les incontestables leaders d’une scène Crust Hardcore vivace.

Leur soif de violence est une source qui ne semble pas prête à se tarir, et leur approche de la brutalité est unique en soi, très froide pour certains, hautement émotionnelle au contraire pour d’autre. Il serait vain de tenter d’établir un listing exhaustif des valeurs sûres de leur circuit, tant les noms sont nombreux, mais quelques meneurs tirent relativement bien leur épingle du jeu.

C’est le cas de la référence absolue MARTYRDÖD, qui éructe sa vindicte depuis 2001, et qui en une quinzaine d’années à étalé six manifestes longue durée sur la table du Crust nordique, tous hautement indispensables dans le fond, et surtout dans la forme, plurielle.

MARTYRDÖD, c’est une entame éponyme en 2003, sous l’égide de Plague Bearer Records, et puis une signature sur Southern Lord en 2011 pour la sortie de Paranoïa, qui méritait bien son titre. Depuis, un Elddop en 2014 dont beaucoup de rédactions et de fans ont eu du mal à se remettre, mais à peine le pavé pris en pleine face et les bleus estompés, nous voilà une fois encore confrontés de plein fouet à la rage de ce quatuor qui décidemment, ne semble pas enclin à laisser parler sa nature la plus émotive.

Sixième LP, List ne fait pas plus dans le détail que ces prédécesseurs, même si nous retrouvons une fois encore perdues dans ce magma sonore abrasif, une grosse poignée de mélodies qui viennent contrebalancer l’outrance ambiante.

Et là est la qualité première de ce groupe si atypique, et qui leur permet de se démarquer de la horde grouillante de bruitistes D-Beat/Crust scandinaves. Cette utilisation permanente d’une certaine forme d’harmonie qui rend leurs morceaux plus humains, mais aussi plus percutants dans l’efficacité. Et non, List ne fait pas exception à la règle. Il se permet même d’annihiler les dernières que certains attendaient au tournant.

MARTYRDÖD, ce sont bien sûr des noms, ceux de Fredrik Reinedahl (basse) qui a remplacé Anton Grönholm il y a deux ans, de Mikael Kjellman, principal compositeur et parolier (SLISYSTEM), de Pontus Redig (guitare, AGRIMONIA, MIASMAL) et de Jens Bäckelin (batterie, IRON LAMB). A eux quatre, ils forment donc la structure de ce supergroupe de l’extrême, qui n’a de cesse d’année en année d’aller de l’avant, et de peaufiner sa vision ambivalente sans privilégier l’un ou l’autre de ses aspects. Et en l’état, après plusieurs écoutes attentives, il n’est pas prématuré d’affirmer que List est une étape supplémentaire dans leur ascension de la scène extrême par son versant nordique, une ascension progressive que rien ne semble pourvoir enrayer.

Produit aux studios Fredman une fois de plus (AMON AMARTH, OPETH, AT THE GATES), par Fredrik Nordström, une fois encore, ce sixième effort fait l’emphase sur la mélodie traitée par le prisme de l’ultraviolence modérée, et se présente évidemment comme le meilleur album de Crust/D-Beat de cette fin d’année, voire de 2016 tout court.

Pour s’en convaincre sans douter, il suffirait d’écouter le seul « Over pa ett Stick » qui en cinq minutes et quarante-sept secondes fait le tour de la question, sans en éluder aucune. En mélangeant la folie rythmique débridée des URSUT et les harmonies acides et passées d’OPETH, MARTYRDÖD affirme son style et son unicité sans ambages, parvenant même à dégager un consensus presque Crust progressif dans son choix de ne jamais séparer l’harmonie de la férocité.

Parties de guitares tournoyantes qui brodent un thème délicat en le moulinant sans relâche, riffs sombres qui soudain prennent le dessus, le tout en suivant un tempo qui ne ralentit jamais et qui continue sa course coûte que coûte.

En gros, un pavé compact ininterrompu, qui pourtant ne donne jamais l’impression de se répéter, et qui agit comme une séance d’hypnose violente, se terminant même dans une litanie lente à la PARADISE LOST des grands jours.

Du travail d’orfèvres en boucherie, qui laisse admiratif.

Mais cet exemple n’est pas le seul, et est utilisé à dessein pour pointer du doigt la quintessence du talent des Suédois pour imposer des nuances lumineuses dans un contexte sombre. Tous les titres, s’ils suivent plus ou moins le même modèle sont d’importance, et ne se contentent jamais du minimum syndical D-beat des éternelles une ou deux minutes d’agression en tir de barrage.

Et pour bien enfoncer le clou, le quatuor se permet même des intermèdes troublants de simplicité, comme ces arpèges distillés avec poésie sur « Drömtid », qui annonce le carnage à venir « Intervention ». Les stridences se font une place et cassent le moule, qui se reconstitue de lui-même juste après, et une fois de plus, le ballet enivrant reprend sa ronde, avec toutefois plus de ruptures, et une évolution moins systématique.

Lister toutes les preuves de la singularité de List et par extension du groupe lui-même nécessiterait une analyse poussée de chaque intervention, ce qui n’offrirait pas plus de pertinence en soi.

Certes, nombre d’entre vous ne comprendront pas pourquoi ces olibrius restant fixés sur un taux de BPM élevé soulèvent autant d’enthousiasme, puisque tous les titres suivent la même rythmique affolée, mais pour les fans du style qui savent faire la différence entre créativité et bourrinage gratuit, elle est immense. Car si les suédois admettent les influences conjointes de BATHORY, ANTICIMEX et TOTALITÄR, c’est pour mieux démontrer qu’ils les ont transcendées pour parvenir à affirmer leur propre identité.

« Harmagedon » le confirme de sa combinaison de licks hérités de la NWOBHM, de brutales accélérations sans complaisance et de lignes vocales véhémentes, tandis que le final « Transmission » joue encore plus l’ouverture en imposant un tempo ambivalent sur ses premières minutes, avant de tout lâcher dans une dernière démonstration de force qui conclût cet album sur une note forte de certitudes.

Une fois de plus, MARTYRDÖD passe pour ce qu’il est. Un monstre de particularisme, une note discordante dans le magma bruitiste du Crust/D-Beat scandinave, et affirme qu’il a beaucoup plus à offrir que la masse bavante et anonyme locale. D’ailleurs, List peut s’appréhender littéralement, tant il dresse un constat précis de toutes les qualités de ce projet unique, qui d’album en album s’éloigne de la base, pour se rapprocher du sommet.

 Qu’ils ne devraient pas tarder à atteindre d’ailleurs.


Titres de l'album:

  1. Overlevaren
  2. List
  3. Wipeout
  4. Oemotstandlig
  5. Over pa ett stick
  6. Harmagedon
  7. Handlost Fallen Angel
  8. Drömtid
  9. Intervention
  10. Transmission

Site officiel



par mortne2001 le 05/12/2016 à 14:55
80 %    344

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
08/12/2016 à 21:02:27
Tuerie. Ce morceau me rappel carrément le Live the Storm de Disfear !

Ajouter un commentaire


Damantra

Broken

Walls Of Blood

Imperium

Terre

Terre

Pristine

Road Back To Ruin

Tytus

Rain After Drought

Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Gorgon

Elegy

Parad1gm

Parad1gm

Laceration

Remnants

Misanthrope Tournée des 30 ans / Sphaera

Simony / 21/04/2019
Gothic Death Metal

SOEN + GHOST IRIS + WHEEL - Backstage By The Mill - Paris

Kamel / 20/04/2019
Backstage By The Mill

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Crippled Black Phoenix I Villingen-Schwenningen

Simony / 16/04/2019
Cold Wave

EVERGREY - Le Gibus - Paris

Kamel / 15/04/2019
Evergrey

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Hormis Slayer c'est pas fou les têtes d'affiche, je connais pas Parkway Drive jamais écouté.

J'ai vu l'affiche Hellhammer est reformé ?


Une vrai pépite cet album, comme dit dans la chronique froid, profond et à la fois somptueux.


Jus de cadavre + 1.
Et absolument pour tout ce que tu en dis...
(Sauf que moi j'y ai tout de même fait mon hajj en 2006)


Jamais fais le Wacken, et je ne le ferais sans doute jamais... Pourtant c'était la Mecque ce fest pour moi il y a des années, le truc que chaque metalleux se devait de faire au moins une fois ! Mais aujourd'hui j'en ai plutôt une image vieillote, un fest qui n'évolue pas, qui ne cherche pas à i(...)


Ca sent la revanche !!


(suite et fin)
Mais malheureusement, comme le dit très bien Simony "l'auto-parodie et la surenchère du groupe, et notamment de son chanteur S.A.S de L'Argilière a eu raison de bien des Metalheads qui ont vu en eux un bouc émissaire parfait".
C'est exactement ça en ce qui me concerne(...)


Jamais accroché à ce groupe :
Bien trop Prog et "branlette" pour moi.
Pour autant, je respecte beaucoup la formation pour ce qu'elle est aussi :
Des gars intègres, dans une recherche musicale constante, qui mènent leur barque contre vents et marrées depuis un sacré bout de te(...)


??? ??? ???
C'est seulement maintenant qu'ils annoncent des groupes présents pour août prochain ?!?!
Si oui, c'est vraiment se foutre de la gueule du monde.
Alors, j'ai bien conscience que les billets sont déjà tous vendus depuis des lustres et que le futur public n'a donc aucu(...)


Non cela semble être l'image choisie pour illustrer le trailer, mais sait-on jamais...


C'est ça la pochette ?


Enorme ce 1er Testament.
Avec une prod bien plus écoutable que celle du 1er Exodus, par exemple !


Merci. Sympa de voir que le groupe, en plus, pond toujours des albums de grande qualité comme le petit dernier.


Ah oui, quand même...


De la dentisterie au marteau piqueur ! Un bonheur !


RIP grand musicien.


Bah c'est une pochette de Prog quoi...


Cette pochette est comment dire ... ... ...


C'est une histoire de dingue là... Je comprend pas trop le but de ce genre d'arnaque en fait... C'est pas en vendant 3 albums de groupes totalement underground qu'on fait du fric bordel !?


Une plus grande exposition à l'internationale tout simplement. Si ça marche, l'aspect financier suivra mais ce ne sera qu'une conséquence indirecte. La médiatisation prime avant tout. Pour ce qui est de leur revendication comme tu dis, si tu regardes les commentaires de cette new sur leur facebo(...)


Sans compter le fait que les mecs de Metal Bastard Enterprises (Oliver et ralf Schaffelhuber) sont ceux qui ont fait le célèbre label rip off Turbo records/Turbo Music ! mais aussi Braincrusher records, Metal age, sont aussi ceux qui ont fait un label qui sortait des groupes de RAC néo nazi nom(...)