Les Suédois, peuple pourtant calme et prônant des valeurs en harmonie avec l’environnement qui les entoure, sont depuis la fin des années 90 et le début des années 2000, les incontestables leaders d’une scène Crust Hardcore vivace.

Leur soif de violence est une source qui ne semble pas prête à se tarir, et leur approche de la brutalité est unique en soi, très froide pour certains, hautement émotionnelle au contraire pour d’autre. Il serait vain de tenter d’établir un listing exhaustif des valeurs sûres de leur circuit, tant les noms sont nombreux, mais quelques meneurs tirent relativement bien leur épingle du jeu.

C’est le cas de la référence absolue MARTYRDÖD, qui éructe sa vindicte depuis 2001, et qui en une quinzaine d’années à étalé six manifestes longue durée sur la table du Crust nordique, tous hautement indispensables dans le fond, et surtout dans la forme, plurielle.

MARTYRDÖD, c’est une entame éponyme en 2003, sous l’égide de Plague Bearer Records, et puis une signature sur Southern Lord en 2011 pour la sortie de Paranoïa, qui méritait bien son titre. Depuis, un Elddop en 2014 dont beaucoup de rédactions et de fans ont eu du mal à se remettre, mais à peine le pavé pris en pleine face et les bleus estompés, nous voilà une fois encore confrontés de plein fouet à la rage de ce quatuor qui décidemment, ne semble pas enclin à laisser parler sa nature la plus émotive.

Sixième LP, List ne fait pas plus dans le détail que ces prédécesseurs, même si nous retrouvons une fois encore perdues dans ce magma sonore abrasif, une grosse poignée de mélodies qui viennent contrebalancer l’outrance ambiante.

Et là est la qualité première de ce groupe si atypique, et qui leur permet de se démarquer de la horde grouillante de bruitistes D-Beat/Crust scandinaves. Cette utilisation permanente d’une certaine forme d’harmonie qui rend leurs morceaux plus humains, mais aussi plus percutants dans l’efficacité. Et non, List ne fait pas exception à la règle. Il se permet même d’annihiler les dernières que certains attendaient au tournant.

MARTYRDÖD, ce sont bien sûr des noms, ceux de Fredrik Reinedahl (basse) qui a remplacé Anton Grönholm il y a deux ans, de Mikael Kjellman, principal compositeur et parolier (SLISYSTEM), de Pontus Redig (guitare, AGRIMONIA, MIASMAL) et de Jens Bäckelin (batterie, IRON LAMB). A eux quatre, ils forment donc la structure de ce supergroupe de l’extrême, qui n’a de cesse d’année en année d’aller de l’avant, et de peaufiner sa vision ambivalente sans privilégier l’un ou l’autre de ses aspects. Et en l’état, après plusieurs écoutes attentives, il n’est pas prématuré d’affirmer que List est une étape supplémentaire dans leur ascension de la scène extrême par son versant nordique, une ascension progressive que rien ne semble pourvoir enrayer.

Produit aux studios Fredman une fois de plus (AMON AMARTH, OPETH, AT THE GATES), par Fredrik Nordström, une fois encore, ce sixième effort fait l’emphase sur la mélodie traitée par le prisme de l’ultraviolence modérée, et se présente évidemment comme le meilleur album de Crust/D-Beat de cette fin d’année, voire de 2016 tout court.

Pour s’en convaincre sans douter, il suffirait d’écouter le seul « Over pa ett Stick » qui en cinq minutes et quarante-sept secondes fait le tour de la question, sans en éluder aucune. En mélangeant la folie rythmique débridée des URSUT et les harmonies acides et passées d’OPETH, MARTYRDÖD affirme son style et son unicité sans ambages, parvenant même à dégager un consensus presque Crust progressif dans son choix de ne jamais séparer l’harmonie de la férocité.

Parties de guitares tournoyantes qui brodent un thème délicat en le moulinant sans relâche, riffs sombres qui soudain prennent le dessus, le tout en suivant un tempo qui ne ralentit jamais et qui continue sa course coûte que coûte.

En gros, un pavé compact ininterrompu, qui pourtant ne donne jamais l’impression de se répéter, et qui agit comme une séance d’hypnose violente, se terminant même dans une litanie lente à la PARADISE LOST des grands jours.

Du travail d’orfèvres en boucherie, qui laisse admiratif.

Mais cet exemple n’est pas le seul, et est utilisé à dessein pour pointer du doigt la quintessence du talent des Suédois pour imposer des nuances lumineuses dans un contexte sombre. Tous les titres, s’ils suivent plus ou moins le même modèle sont d’importance, et ne se contentent jamais du minimum syndical D-beat des éternelles une ou deux minutes d’agression en tir de barrage.

Et pour bien enfoncer le clou, le quatuor se permet même des intermèdes troublants de simplicité, comme ces arpèges distillés avec poésie sur « Drömtid », qui annonce le carnage à venir « Intervention ». Les stridences se font une place et cassent le moule, qui se reconstitue de lui-même juste après, et une fois de plus, le ballet enivrant reprend sa ronde, avec toutefois plus de ruptures, et une évolution moins systématique.

Lister toutes les preuves de la singularité de List et par extension du groupe lui-même nécessiterait une analyse poussée de chaque intervention, ce qui n’offrirait pas plus de pertinence en soi.

Certes, nombre d’entre vous ne comprendront pas pourquoi ces olibrius restant fixés sur un taux de BPM élevé soulèvent autant d’enthousiasme, puisque tous les titres suivent la même rythmique affolée, mais pour les fans du style qui savent faire la différence entre créativité et bourrinage gratuit, elle est immense. Car si les suédois admettent les influences conjointes de BATHORY, ANTICIMEX et TOTALITÄR, c’est pour mieux démontrer qu’ils les ont transcendées pour parvenir à affirmer leur propre identité.

« Harmagedon » le confirme de sa combinaison de licks hérités de la NWOBHM, de brutales accélérations sans complaisance et de lignes vocales véhémentes, tandis que le final « Transmission » joue encore plus l’ouverture en imposant un tempo ambivalent sur ses premières minutes, avant de tout lâcher dans une dernière démonstration de force qui conclût cet album sur une note forte de certitudes.

Une fois de plus, MARTYRDÖD passe pour ce qu’il est. Un monstre de particularisme, une note discordante dans le magma bruitiste du Crust/D-Beat scandinave, et affirme qu’il a beaucoup plus à offrir que la masse bavante et anonyme locale. D’ailleurs, List peut s’appréhender littéralement, tant il dresse un constat précis de toutes les qualités de ce projet unique, qui d’album en album s’éloigne de la base, pour se rapprocher du sommet.

 Qu’ils ne devraient pas tarder à atteindre d’ailleurs.


Titres de l'album:

  1. Overlevaren
  2. List
  3. Wipeout
  4. Oemotstandlig
  5. Over pa ett stick
  6. Harmagedon
  7. Handlost Fallen Angel
  8. Drömtid
  9. Intervention
  10. Transmission

Site officiel



par mortne2001 le 05/12/2016 à 14:55
80 %    299

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
08/12/2016 à 21:02:27
Tuerie. Ce morceau me rappel carrément le Live the Storm de Disfear !

Ajouter un commentaire


Septic Tank

Sturmpanzer

Devil Worshipper

Music For The Endtimes

Jt Ripper

Gathering of the Insane

Nyu.

Flux

Religious Observance

Utter Discomfort

Visavis

War Machine

Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

Powerwolf + Amaranthe + Kissin' Dynamite

JérémBVL / 18/01/2019
Powerwolf

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Grave Digger + Burning Witches

28/01 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Vus en effet à Toulouse, les Allemands sont de vrais showmen et enfilent les tubes tout du long. Salle comble et vrai plaisir de jouer, bref, excellente soirée, seul le choix de Amaranthe en première partie, groupe insipide, est à revoir.


@ Humungus, oui lors de leur interview, ils disaient vouloir battre le record de commentaires, et l'objectif était largement atteint !


145 vues.


Qu'est-ce que je ne donnerais pas pour pouvoir assister à ça...


Si je ne me trompe pas, y'avait eu la même chose sur VS à l'époque pour ULTRA VOMIT non ?
(+1)


Oui moi qui n'aime pas du tout aller à Paris, ça me tente énormément...


Oooh je pense qu'on peut faire mieux.... et +1 com !


Les histoires de meurtre et d'incendie d'église ça c'est vrai on le sait.

Le mystere reste autour du suicide de Dead et de la mort de Euronymous.

Le depart du groupe de Necrobutcher au moment du suicide de Dead est assez étrange aussi.


L’affiche qui fait (très) mal...


Oui mercato réussi.


Ça ressemble à un record de coms ça !


Oui je trouve aussi. Fiable quoi.


Cela semble être une bonne idée...


Je n'ai pas lu le livre de Moynihan qui est, paraît-il, plutôt complaisant avec tout l'ensemble y compris ce qu'il y a de plus inacceptable. Au-delà de ce que je rejette très fermement les meurtres et incendies de lieux de culte, je ne me suis jamais reconnu dans le Black Metal même sous un sim(...)


On a vraiment lu tout et son contraire sur ces histoires, sans compter le mystère entretenu par les protagonistes de l'époque. J'ai beau essayé de faire le blasé, de me dire que c'était que des "petits cons", des abrutis, que le bouquin n'est qu'un torchon un peu trop orienté, il n'empêche qu(...)


Excellente chronique... j'avais découvert avec l'album précédent sans approfondir plus que ça. Tu viens de réanimer ma curiosité Mortne2001 !
C'est d'une saleté indécemment propre au niveau de la production là où la concurrence balance des riffs lambda avec une production crasseuse p(...)


J'espère juste que le film dira clairement que les protagonistes n'étaient que des petits cons paumés... Mais sinon, oui, rien qu'avec l'attention portée aux détails, ça donne envie, clairement.


Trailer bien plus convaincant que les précédents. Et oui le " Based on truth and lies " est bien pensé.
Ça fait envie.


En tout cas beau job de l'ensemble de l'équipe de ce site, avec une chouette ergonomie. Bon, j'ai pas pigé comment on fait pour aller directement suivre un fil de discussions/commentaires sans passer par le titre du thème concerné, mais pas grave.


Sans conteste, ce qui précède est en lice pour être la meilleure discussion dans le futur top 2019...