List

Martyrdöd

25/11/2016

Southern Lord Recordings

Les Suédois, peuple pourtant calme et prônant des valeurs en harmonie avec l’environnement qui les entoure, sont depuis la fin des années 90 et le début des années 2000, les incontestables leaders d’une scène Crust Hardcore vivace.

Leur soif de violence est une source qui ne semble pas prête à se tarir, et leur approche de la brutalité est unique en soi, très froide pour certains, hautement émotionnelle au contraire pour d’autre. Il serait vain de tenter d’établir un listing exhaustif des valeurs sûres de leur circuit, tant les noms sont nombreux, mais quelques meneurs tirent relativement bien leur épingle du jeu.

C’est le cas de la référence absolue MARTYRDÖD, qui éructe sa vindicte depuis 2001, et qui en une quinzaine d’années à étalé six manifestes longue durée sur la table du Crust nordique, tous hautement indispensables dans le fond, et surtout dans la forme, plurielle.

MARTYRDÖD, c’est une entame éponyme en 2003, sous l’égide de Plague Bearer Records, et puis une signature sur Southern Lord en 2011 pour la sortie de Paranoïa, qui méritait bien son titre. Depuis, un Elddop en 2014 dont beaucoup de rédactions et de fans ont eu du mal à se remettre, mais à peine le pavé pris en pleine face et les bleus estompés, nous voilà une fois encore confrontés de plein fouet à la rage de ce quatuor qui décidemment, ne semble pas enclin à laisser parler sa nature la plus émotive.

Sixième LP, List ne fait pas plus dans le détail que ces prédécesseurs, même si nous retrouvons une fois encore perdues dans ce magma sonore abrasif, une grosse poignée de mélodies qui viennent contrebalancer l’outrance ambiante.

Et là est la qualité première de ce groupe si atypique, et qui leur permet de se démarquer de la horde grouillante de bruitistes D-Beat/Crust scandinaves. Cette utilisation permanente d’une certaine forme d’harmonie qui rend leurs morceaux plus humains, mais aussi plus percutants dans l’efficacité. Et non, List ne fait pas exception à la règle. Il se permet même d’annihiler les dernières que certains attendaient au tournant.

MARTYRDÖD, ce sont bien sûr des noms, ceux de Fredrik Reinedahl (basse) qui a remplacé Anton Grönholm il y a deux ans, de Mikael Kjellman, principal compositeur et parolier (SLISYSTEM), de Pontus Redig (guitare, AGRIMONIA, MIASMAL) et de Jens Bäckelin (batterie, IRON LAMB). A eux quatre, ils forment donc la structure de ce supergroupe de l’extrême, qui n’a de cesse d’année en année d’aller de l’avant, et de peaufiner sa vision ambivalente sans privilégier l’un ou l’autre de ses aspects. Et en l’état, après plusieurs écoutes attentives, il n’est pas prématuré d’affirmer que List est une étape supplémentaire dans leur ascension de la scène extrême par son versant nordique, une ascension progressive que rien ne semble pourvoir enrayer.

Produit aux studios Fredman une fois de plus (AMON AMARTH, OPETH, AT THE GATES), par Fredrik Nordström, une fois encore, ce sixième effort fait l’emphase sur la mélodie traitée par le prisme de l’ultraviolence modérée, et se présente évidemment comme le meilleur album de Crust/D-Beat de cette fin d’année, voire de 2016 tout court.

Pour s’en convaincre sans douter, il suffirait d’écouter le seul « Over pa ett Stick » qui en cinq minutes et quarante-sept secondes fait le tour de la question, sans en éluder aucune. En mélangeant la folie rythmique débridée des URSUT et les harmonies acides et passées d’OPETH, MARTYRDÖD affirme son style et son unicité sans ambages, parvenant même à dégager un consensus presque Crust progressif dans son choix de ne jamais séparer l’harmonie de la férocité.

Parties de guitares tournoyantes qui brodent un thème délicat en le moulinant sans relâche, riffs sombres qui soudain prennent le dessus, le tout en suivant un tempo qui ne ralentit jamais et qui continue sa course coûte que coûte.

En gros, un pavé compact ininterrompu, qui pourtant ne donne jamais l’impression de se répéter, et qui agit comme une séance d’hypnose violente, se terminant même dans une litanie lente à la PARADISE LOST des grands jours.

Du travail d’orfèvres en boucherie, qui laisse admiratif.

Mais cet exemple n’est pas le seul, et est utilisé à dessein pour pointer du doigt la quintessence du talent des Suédois pour imposer des nuances lumineuses dans un contexte sombre. Tous les titres, s’ils suivent plus ou moins le même modèle sont d’importance, et ne se contentent jamais du minimum syndical D-beat des éternelles une ou deux minutes d’agression en tir de barrage.

Et pour bien enfoncer le clou, le quatuor se permet même des intermèdes troublants de simplicité, comme ces arpèges distillés avec poésie sur « Drömtid », qui annonce le carnage à venir « Intervention ». Les stridences se font une place et cassent le moule, qui se reconstitue de lui-même juste après, et une fois de plus, le ballet enivrant reprend sa ronde, avec toutefois plus de ruptures, et une évolution moins systématique.

Lister toutes les preuves de la singularité de List et par extension du groupe lui-même nécessiterait une analyse poussée de chaque intervention, ce qui n’offrirait pas plus de pertinence en soi.

Certes, nombre d’entre vous ne comprendront pas pourquoi ces olibrius restant fixés sur un taux de BPM élevé soulèvent autant d’enthousiasme, puisque tous les titres suivent la même rythmique affolée, mais pour les fans du style qui savent faire la différence entre créativité et bourrinage gratuit, elle est immense. Car si les suédois admettent les influences conjointes de BATHORY, ANTICIMEX et TOTALITÄR, c’est pour mieux démontrer qu’ils les ont transcendées pour parvenir à affirmer leur propre identité.

« Harmagedon » le confirme de sa combinaison de licks hérités de la NWOBHM, de brutales accélérations sans complaisance et de lignes vocales véhémentes, tandis que le final « Transmission » joue encore plus l’ouverture en imposant un tempo ambivalent sur ses premières minutes, avant de tout lâcher dans une dernière démonstration de force qui conclût cet album sur une note forte de certitudes.

Une fois de plus, MARTYRDÖD passe pour ce qu’il est. Un monstre de particularisme, une note discordante dans le magma bruitiste du Crust/D-Beat scandinave, et affirme qu’il a beaucoup plus à offrir que la masse bavante et anonyme locale. D’ailleurs, List peut s’appréhender littéralement, tant il dresse un constat précis de toutes les qualités de ce projet unique, qui d’album en album s’éloigne de la base, pour se rapprocher du sommet.

 Qu’ils ne devraient pas tarder à atteindre d’ailleurs.


Titres de l'album:

  1. Overlevaren
  2. List
  3. Wipeout
  4. Oemotstandlig
  5. Over pa ett stick
  6. Harmagedon
  7. Handlost Fallen Angel
  8. Drömtid
  9. Intervention
  10. Transmission

Site officiel



par mortne2001 le 05/12/2016 à 14:55
80 %    811

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
08/12/2016, 21:02:27
Tuerie. Ce morceau me rappel carrément le Live the Storm de Disfear !

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
KaneIsBack

"La mort triomphante" était un EP, "Le diamant de Lucifer" sera

17/05/2022, 15:59

RBD

Avec un nouvel album il y a trois ans, Opprobrium semblait décidé à repartir. Ce retour inattendu le confirme. S'il pouvait apporter un peu de pêche, c'est tout ce qu'il faudrait.

17/05/2022, 12:45

Krohr

Merci pour la découverte ! En effet, dans la même veine sanguinolente que Hexecutor ou Bütcher.Je suis allé yeuter leur biographie, pour info : "Le Diamant de Lucifer" sera leur deuxième album, le premier étant "La Mort Triomphante"(...)

17/05/2022, 12:28

metalrunner

Super new vite du live

17/05/2022, 11:33

Jus de cadavre

Tuerie ! ! ! Bon les mecs ne sont pas des lapins de 6 semaines, mais bordel, quelle maturité pour un premier album ! Un des meilleurs albums de Speed depuis fort longtemps selon moi !

16/05/2022, 08:47

RBD

Je continue à prendre des places très à l'avance pour les concerts (ou plus exactement les tournées) que je veux absolument voir. Et avec les reports consécutifs, on arrive à des délais de cabourd ! Et parfois les annulations des uns permetten(...)

15/05/2022, 01:03

RBD

C'est un festival de format quasi-familial entre connaisseurs, quelques dizaines de passionnés qui se lâchent ensemble chaque année pour le plaisir des groupes qui participent. Ils sont tellement extrêmes qu'ils ont rarement l'occasion de réunir aut(...)

15/05/2022, 00:50

Crouton

Plus de concert pour moi, trop cher, plus motivé pour passer une soirée debout dont la moitié à me faire chier devant des premières parties qui ne plaisent pas, le prix des conso, du merch et une prestation pas toujours de qualité quand c'est pas l&a(...)

14/05/2022, 12:35

Crouton

Les grands méchants metalleux satanistes qui fuient au premier crachat d'un chrétien.

14/05/2022, 12:22

Sphincter Desecrator

Juste ne pas tomber dans l'excès... Réserver les concerts du mois en cours, un peu plus tôt pour les trucs les plus attendus et pour lesquels on sait que ça sera tendu, ça me paraît raisonnable.Mais toujours courir après l'év&(...)

13/05/2022, 20:36

Gargan

Je crois par ailleurs que Nougaro avait chanté une ôde à leur sujet, ô Tulus, un truc comme ça.

13/05/2022, 13:14

grinder92

Escroquerie absolue ou influence parfaitement intégrée ?Franchement, y'a des riffs qui sont quand même très très très proches de certains riffs de Carcass (périodes Necro / Heartwork / Swansong) ! Et la prod est aussi lourde que sur Heartwork, (...)

13/05/2022, 10:04

Humungus

"Tu ne vas pas avancer 12 places à 40€ et six mois d'avance, avec de toute façon le risque que ça soit quand même annulé"Typiquement mon cas.Avant le Covid, je prenais régulièrement mes places plusieurs mois à(...)

13/05/2022, 06:46

Jus de cadavre

Oh putain comment ça pompe Carcass (les riffs, le chant, les compos, tout !)   ! C'est hyper bien fait, m(...)

12/05/2022, 18:39

Jus de cadavre

Merci pour ce bien bon report. Un fest que j'aimerais beaucoup faire un de ces jours, je suis pas un immense amateur de Grind mais en live c'est toujours des baffes assurées (Chiens, Blockheads et Sublime en particulier ici).

12/05/2022, 18:32

RBD

Pas mieux qu'Ander... J'écoutais justement l'album de Soreption où il prêtait main forte hier soir. Qu'il repose en paix.

12/05/2022, 12:11

Buck Dancer

Classique, mais plutôt sympa ce morceau. Moi qui attends toujours un successeur à Antithesis, ça me donne envie d'écouter l'album. 

12/05/2022, 12:07

Simony

Oui je suis peut-être un peu dur je te l'accorde mais c'est parce que je les aime bien, la pochette de Hundre år gammal était excellente, très inquiétante, comme celle de Krek par exemple.Mais le principal étant que la musique soit bonne et &c(...)

12/05/2022, 10:17

Humungus

Toujours été fan de TULUS et KHOLD.Donc j'attends forcément celui-ci au tournant.Assez d'accord avec toi Gargan concernant la redondance des albums mais je fais avec hé hé hé...PS : T'es dur Simony là (...)

12/05/2022, 10:10

Ander

Pas un grand connaisseur de son groupe mais on le voyait régulièrement en invité sur des albums  de death metal (Aborted, Soreption, Disentomb...) Ca fait toujours bizarre, 41 piges bordel...R.I.P.

12/05/2022, 08:22