Systems of Time

Scorcher

19/11/2018

Steel Gallery Records

Je sais que le jour où vous lirez ces lignes, l’année 2019 sera bien avancée, mais aujourd’hui, c’est le 1er janvier. Le premier jour d’une nouvelle année porteuse d’espoir, et pas seulement à titre personnel, mais aussi à un niveau artistique. 2018 fut très chargée, en déceptions comme en confirmations, en émergence comme en déchéance, et espérons que ces douze prochains mois sauront révéler de nouvelles gloires montantes. Mais en attendant, 2019 ou pas, c’est vers 2018 que je me retourne une nouvelle fois, pour me rendre du côté de la Grèce, à Serres plus exactement, et y faire la connaissance d’un « faux » groupe local qui depuis 2012 agite la Macédoine centrale de ses riffs francs et de ses rythmiques massives. Et à l’écoute de ce troisième album, difficile de croire que le projet SCORCHER est le fait d’un seul homme (deux à l’heure actuelle), tant la puissance qu’il dégage et la cohésion qu’il engage évoquent plutôt un effort collectif signé d’un quatuor ou d’un quintet. Mais ne vous leurrez-pas, SCORCHER, en l’état, n’est que le jouet et le plaisir coupable de Vangelis Tekas, qui depuis six ans mène sa barque comme il peut sur les flots d’un Heavy Metal qui ne fait pas semblant d’en être. Rejoint depuis peu par son propre frère à la basse, Chris, le tempétueux leader peut s’enorgueillir de tracer sa route avec une foi sans faille, lui qui a déjà proposé au public hellène via un label national deux longue-durée d’égale qualité. Fondé en 2011 sous le nom de TEX, le groupe s’est vite rebaptisé, juste à temps pour proposer son premier long, le très remarqué Armageddon From The Sky. S’ensuivirent des concerts, des festivals, des ajustements de line-up, et un second chapitre, Steal The Throne, qui de son intitulé ne cachait en rien ses aspirations True. Et Systems of Time, publié en toute fin d’année vient donc compléter le tableau de ses riffs d’airain et de ses lignes vocales nobles, se situant dans la plus droite lignée de ce qu’on l’on pourrait définir comme un Power Metal à l’Américaine. Du Heavy donc, mais traité au prisme de la puissance, de la constance et parfois de la vitesse, pour un nouvel album qui sans peine se hisse au rang de meilleure sortie des grecs, qui affirment ainsi leur suprématie.

SCORCHER en substance, rappelle beaucoup de références. Certaines évidentes, comme PERIPHERY dans les moments les plus techniques, mais aussi la scène de série B US des HELSTAR, LAAZ ROCKIT, VICIOUS RUMOURS, ainsi que quelques allusions plus anglaises, dont les JUDAS PRIEST constituent la principale obsession. Du Metal franc donc, mais surtout, hautement incendiaire, qui peut se reposer sur des qualités individuelles notables, celles de Vangelis Tekas, qui loin d’être un manche manie très bien le sien, tout en peaufinant des lignes vocales flamboyantes dans la plus droite lignée lusophone des ANGRA. Il n’est pas non plus interdit de voir parfois en ce troisième album un Crossover génial entre les CRIMSON GLORY et METAL CHURCH, spécialement lorsque l’inspiration louvoie entre les tempi et les inflexions (« Wired Nature », impressionnant de maîtrise et de fougue par surprise), mais l’emphase de l’ensemble et son lyrisme très insistant en font une œuvre à la majesté indéniable, qui place les grecs en tête de liste des confirmations du mouvement revival Power N’Heavy de ces dernières années. Et ça, « Nightwatch » nous le confirme dès ses premières secondes, en se la jouant STRATOVARIUS déchaîné, plaquant une mélodie pure sur une rythmique capricieuse de vitesse, pour offrir une sorte d’opéra Metal de première catégorie, faisant d’ailleurs étrangement penser à la scène Néo-Heavy asiatique de ces quatre dernières années. C’est incroyablement bien fait, fougueux comme un adolescent en surplus de testostérone, et ça nous plonge dans le bain sans attendre et sans tour de chauffe. Et loin de représenter une accroche en piège destinée à nous faire passer des couleuvres pour des vipères, ce morceau se veut au contraire symptomatique de la démarche générale, et surtout, d’un niveau de qualité que rien ne viendra altérer par la suite.

D’ailleurs, « War Terror » ne prend pas de gants pour nous le rappeler, et mêle la fougue des PANIC aux aspirations mélodiques des BLIND GUARDIAN pour suggérer une nostalgie de circonstance, et nous rappeler le meilleur du Speed des années 80. Les structures de base reposent toute plus ou moins sur le même principe d’alternance entre passages rapides et accalmies harmoniques, pour synthétiser tout ce que le courant Power a pu proposer de meilleur depuis son émergence des mid eighties, et la voix assurée de Vangelis assume le rôle de liant narratif pour que la guitare et la rythmique puissent s’exprimer en toute liberté, nous enivrant de soli tous plus sauvages les uns que les autres. On notera évidemment la pertinence de refrains qui se veulent fédérateurs, et surtout, l’intelligence de breaks tombant toujours pile, mais ne semblant jamais téléphonés. Et ce sont la fougue et la fraîcheur de l’ensemble qui fascinent, puisque malgré des durées toujours étirées (pas grand-chose ne tombe sous les cinq minutes), les morceaux restent passionnants de bout en bout, un peu comme si le principal compositeur n’avait pas à forcer son talent naturel pour toujours trouver la bonne idée. La complémentarité guitare/basse est d’une efficience redoutable, et on se demande même si le tout ne pourrait pas se classer dans une frange progressive, tant les changements de direction et autres facéties techniques nous aiguillent sur cette piste (« Shadowing », riff redondant mais fioritures assez prenantes). Alors, on encaisse, et avec le sourire, puisque malgré le côté démonstratif de l’affaire, l’opération séduction marche à plein régime et qu’une certaine humilité transpire à travers l’enthousiasme. Et même en version plus posée, la magie continue d’opérer, comme le démontre le plus sombre et puissant « Systems of Time ». D’aucuns reconnaîtront un côté plus formel, campés sur leurs positions classiques, mais ces glissements d’une optique vintage à une approche instinctive forment un assemblage diabolique de spontanéité, et c’est finalement la passion qui l’emporte, plus que le flair pour recréer des ambiances traditionnelles qui sonnent beaucoup plus honnêtes que d’ordinaire.

Difficile alors de placer en exergue un morceau plutôt qu’un autre, puisque tous une fois assemblés forment une symphonie d’exubérance totalement assumée, et le tracklisting défile, toujours à bonne vitesse, mais sans rabâcher, tâtant parfois d’un riff Thrash pour catapulter le Metal dans une dimension de classe et de luxe (« Words Like Fire »). La fin de l’album révèle même des prétentions encore plus ambitieuses, et dissimule des trésors d’ingéniosité, entre adoucissements presque FM transposés dans un vocable Power (« Void ») et dédales progressifs aux motifs chaleureux et agressifs. Ainsi, la grosse pièce de résistance « In The End » laisse enfin filtrer une émotion plus tamisée, révélant une fois encore tout le talent de vocaliste de Vangelis, qui en volutes presque Folk nous séduit de ses capacités. Rythmique toujours aussi créative, en rupture de linéarité, pour un crescendo en archétype qui fonctionne à plusieurs niveaux, empruntant à RUSH de quoi rendre aux JAG PANZER, histoire d’honorer le patrimoine européen d’IRON MAIDEN, les rois de ce genre de progression toute en nuance. Ne reste plus à « Remembrance » qu’à clore les débats en s’accrochant au souvenir d’un Heavy épique, assurant la transition entre la NWOBHM des SATAN et la future scène Heavy américaine, et le tour est joué, un diamant sortant du chapeau en lieu et place du proverbial lapin. Ainsi, 2019, grâce à 2018, commence très bien. Espérons que les SCORCHER parviennent à régler ces problèmes de line-up, mais même en configuration réduite, le duo grec assure pour cinq, et nous offre avec Systems of Time l’un des albums les plus incendiaires de l’année passée. Souhaitons-leur une suite des événements tout aussi passionnée.            

                     

Titres de l'album :

                       1.Nightwatch

                       2.War Terror

                       3.Shadowing

                       4.Wired Nature

                       5.Systems of Time

                       6.Words Like Fire

                       7.Void

                       8.In the End

                       9.Remembrance

Facebook officiel

Bandcamp officiel 


par mortne2001 le 11/02/2019 à 17:39
85 %    359

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Universe

mortne2001 29/07/2020

F.F.W.

mortne2001 27/07/2020

Tiamat 2010

RBD 26/07/2020

Créda Beaducwealm

mortne2001 24/07/2020

Les Enfants du Cimetière

mortne2001 20/07/2020

Chimaira 2008

RBD 16/07/2020

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Vincent

C’est PAS BATUSHKA bordel c’est le mec qui a volé le nom et qui a fait Hospodi. Vous le faites exprès c’est pas possible ? Vous voyez bien que la musique n’a rien à voir avec Litourgiya et Panihida.

06/08/2020, 17:53

Humungus

Il est loin le temps ou le Black se voulait aussi le garant d'une certaine spiritualité et intégrité... ... ...

06/08/2020, 17:14

JTDP

En attendant, il y en a un qui doit bien se marrer...

06/08/2020, 14:48

Tranbert

Le R'n'B metal à retenu mon attention donc j'ai ecouté...Ah oui quand même. Faut de tout pour faire un monde. Je dois être trop vieux. Les instrus passent encore, mais la façon de chanter... !NON!

06/08/2020, 12:43

Tranbert

Je l'aime bien aussi ce morceau, et le clip est vachement bien foutu. Rien de très original dans le son et le visuel mais ça le fait bien

06/08/2020, 12:39

Invité

Interstellar 666.6

06/08/2020, 09:32

Gargan

Comme le climat, mouarf.

05/08/2020, 21:55

Oliv

Réchauffé

05/08/2020, 18:54

JTDP

Oui d'accord avec toi Buck Dancer, c'est dans la droite ligne de "magma". Et je le trouve aussi plutôt bon, envoûtant ce morceau. Et le clip est franchement bien foutu !

05/08/2020, 17:29

Buck Dancer

Et moi je dois être de bonne humeur, parce que je le trouve plutôt bon ce morceau. Sans surprise et dans la continuité, logique, de Magma, mais bien foutu.

05/08/2020, 17:26

RBD

Il ne faut jamais oublier qu'il y a d'autres régions dans le monde où jouer, écouter du Metal est dangereux. On peut lire le livre publié chez Camion Blanc sur le Metal dans les pays musulmans, qui déborde parfois le sujet mais est intéressant, bien que le contexte aie bien changé depuis les (...)

05/08/2020, 17:03

Pomah

Vraiment déçu, le titre est assez mou, facilité de composition, vraiment pas pêchu, cela sent la relâche. Que dire de la direction artistique du clip, qui est franchement cartoonesque... Vieillir me rends aigri visiblement.

05/08/2020, 15:20

Kerry King

RIP a ce cogneur.

05/08/2020, 10:54

Humungus

Jus de cadavre & MorbidOM + 1.

05/08/2020, 07:42

MorbidOM

En même temps ce côté "spontané" fait partie de son charme.
Comme tu dis ce mec est une rock star et il a toujours plus l'air d'être là pour voir ses potes et écouter la musique qu'il aime que pour gérer sa carrière. Le genre de gars que tu vois headbanger entre les coulisses et la sc(...)

05/08/2020, 03:39

Jus de cadavre

Franchement Anselmo a agit comme un abruti. Je pense sincèrement qu'il n'est pas raciste, mais il agit toujours comme si il était au camping dans un fest avec ses potes sauf que bah non mec t'es une 'rock star' et t'as en permanence des caméras braquées sur toi... Fin bref, depuis cette histoire(...)

05/08/2020, 00:39

Oliv

Si on veut jouer le jeu des médias et réseaux sociaux de caniveaux bien sur j’entends

04/08/2020, 22:47

Oliv

Il y a bien eu le black power a une époque avec un certain groupe us... et personne n’a bronché

04/08/2020, 22:45

Raumsog

J'avais oublié cette affaire de White Wine Power! Après la divulgation de la video ça avait été la course aux indices par media interposés pour savoir si oui ou non il y avait bien du pinard en backstage ce soir là... Un bon escape game sur le thème du PMU, ça volait très haut

04/08/2020, 18:09

Humungus

Comment ça "White power" ?!?!?!
Mais non allons bougres d'ânes ! Vous êtes encore de ces complotistes qui croient en ce que nous matraquent les médias judéo-maçonniques !
C'était "Wine power" la vérité vraie !
(sic)

04/08/2020, 09:20