Adamo

Rejekts

03/12/2021

Slaughterhouse Records

Laisse mes mains sur tes hanches, ne fais pas ces yeux furibonds…  

 

Cet Adamo-là était italo-belge, mais n’a rien à voir avec les artistes dont je vais vous parler, son univers musical étant très éloigné du barouf produit par ces olibrius fanatiques d’un crossover global assez difficile à définir. Ils ne partagent qu’un nom et un titre d’album, d’ailleurs le second pour les milanais de REJEKTS, qui depuis 2006 agitent l’underground italien de leur chaos organisé. Après sept années passées à accumuler les démos et les splits, la bande a enfin daigné coucher ses pensées sur bande longue-durée, et 2013 vit la naissance d’Uno-, avec un tiret, qui donnait un large aperçu des capacités et des intentions de ce quintet aussi étrange qu’opaque. Et c’est huit ans plus tard que nous retrouvons le chanteur Black et sa bande, non pas pour une wonderful life, mais plutôt une vie de souffrance et de lucidité au quotidien.

REJEKTS s’articule donc comme vous l’aurez compris autour de son vociférateur en chef, seul rescapé de la formation d’origine. On retrouve autour de lui d’autres tarés aussi concernés par la déconstruction de l’extrême moderne, dont Paco à la basse, Joe et Dave aux guitares (tous depuis 2009) et le petit dernier Sdru à la batterie, pour un nouveau tour de manège ayant tourné fou, et en sus, chanté dans sa langue d’origine.

Je sais peu de chose d’eux, mais ce que je sais me suffit. Soutenus digitalement par le label national Slaughterhouse Records, les REJEKTS continuent leur travail de sape des fondations du chaos contemporain, faisant appel à tout ce que leurs styles de prédilection ont de plus radical. En ressort une sensation de folie palpable, de démence artistique assumée, et de nouveau style aux contours flous, tenant tout autant du Hardcore que du Grind, du Black et du Thrashcore poussés à leurs extrêmes.

Extrême est le seul mot capable de définir cet Adamo qui ne demande pas à Monsieur s’il permet, mais qui prend sa fille par la taille pour l’envoyer valser dans les moindres recoins d’une salle de bal bondée. Entre Hardcore joué par des admirateurs de la scène BM norvégienne, mais peu enclins à en adopter les postures trop rigides, et un Grind joué par des adolescents encore trop portés sur les pentagrammes dessinés à la hâte sur les murs de l’église locale (et il y en a un certain nombre à Milan), REJEKTS rejette toute les facilités d’usage pour se concentrer sur un Black Grind aussi violent qu’un Grind Jazz à la Mick Harris/John Zorn, avec toutefois, une nuance de taille : la musicalité.

Car aussi bordélique soit ce deuxième album de la troupe bigarrée, aussi porcins soient les hurlements de Black qui semble s’arracher les cordes vocales au moindre cri, le tout ne manque ni de panache, ni de savoir-faire. On le remarque à l’occasion d’une longue et lourde intro, « Samsara », qui ne ménage pas ses efforts Ambient pour nous plonger dans un univers unique, fait de riffs circulaires, d’harmonies acides, de feedback, de dissonances, d’embardées imprévisibles, et de moments de calme tout aussi incongrus. Cette musique, difficilement assimilable en quelques écoutes, sait se montrer précieuse et précise malgré ses envies de débauche et de luxure, et on se passionne vite pour les méandres empruntés par des musiciens beaucoup plus intelligents et créatifs que la moyenne.

Comme un croisement improbable entre OLD LADY DRIVERS et CRADLE OF FILTH, comme une union contre nature entre INSECT WARFARE et IMPALED NAZARENE, REJEKTS rejette les convenances et les gimmicks, pour produire une musique intense, vraiment folle, agitée d’une basse en circonvolutions, et d’un duo de guitares qui turbinent chaque seconde pour produire des sons entre gravité suprême et hystérie reine. Et le tout se montre solide, indomptable, à l’image de ce totalement barge « Come la Tempesta e L'uragano », qui retranscrit en musique les pires catastrophes naturelles avec un brio et une acuité déconcertants.

Entre saillies courtes et sans pitié (« Il Quinto Sole »), longues litanies tribales à la limite du Dark-Rock et du Post-Rock (« Tages »), tout y passe pour instaurer un climat morbide délicieux, comme un Halloween fêté plus tard que prévu, mais avec beaucoup d’investissement. Au départ assez peu ambitieux dans les faits, Adamo s’avère beaucoup plus conséquent que la simple addition de ses données, et révèle un dessein bien plus noir qu’on ne l’imaginait au prime abord.

Avec des chœurs vraiment efficaces, une ingéniosité instrumentale bluffante, et des capacités techniques certaines, REJEKTS parvient à transcender les querelles de genre, et imposer le sien, qu’on évitera de labelliser sous peine d’employer des termes ridicules dignes d’un ancien catalogue de VPC français spécialisé Metal. « Il Giudizio delle Potenze », totalement frappé, se permet des breaks équilibristes presque jazzy, avant que le final « Limbo » ne nous plonge dans les limbes d’un enfer très particulier aux démons chafouins, et à la chaleur très moite.

Mais attention, lorsque ces marsouins savent qu’ils ont une emprise sur vous, ils ne vous lâchent plus. Alors, accrochez-vous, et préparez-vous à une valse folle dans les rues de Milan, à l’heure où toutes les bonnes gens sont couchés depuis longtemps. 

    

                                                                                                                                                                                                         

Titres de l’album:

01. Samsara

02. L'astro del Mattino

03. In Principio Era Tiamat

04. Divorati dal Tempo

05. Tuo Crimine Divino fu la Gentilezza

06. Come la Tempesta e L'uragano

07. Il Quinto Sole

08. L'ariete e L'argilla

09. Enki li Fece, Enlil li Distrusse

10. La Torre di Nimrod

11. Tages

12. Il Traghettatore

13. Il Giudizio delle Potenze

14. Limbo


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 30/07/2022 à 18:16
88 %    54

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Obscene Extreme 2022

Mold_Putrefaction 16/08/2022

Live Report

J'irai Mosher chez vous ! Episode 4 : Seattle

Jus de cadavre 12/08/2022

J\'irai mosher chez vous

Suffocation + Kharkov

RBD 08/08/2022

Live Report

Hysteria

mortne2001 04/08/2022

From the past

Voyage au centre de la scène : DEATH POWER

Jus de cadavre 31/07/2022

Vidéos

Incantation + Akiavel + Horror Within

RBD 30/07/2022

Live Report

Appetite For Destruction

mortne2001 21/07/2022

From the past

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 3

mortne2001 18/07/2022

La cave
Concerts à 7 jours
Gang + Balls Out + Overdrivers 20/08 : Place Du Rietz, Burbure ()
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Albatard

Cool le report bien détaillé, ça donne envie d’y retourner!

18/08/2022, 21:09

Seb

j'avais eu de l'espoir avec un morceau qu'il avait mis en ecoute mais le reste, c'est de la merde.Comme d'hab...

18/08/2022, 10:29

Fleur de cannibal

C’était mieux à 3 qu’à 4 ? Sans doute mais Angelripper au fond de lui ne veut pas se l’avouer … 

18/08/2022, 08:27

l\'anonyme

C'est fade et très convenu. Ca surf sur la vague actuelle, comme tous les albums de Machine Head d'ailleurs qui surfaient sur la vague du moment. Et, à force de vouloir faire des albums différents les uns des autres, ils perdent leur identité.Le seul poin(...)

18/08/2022, 08:02

Humungus

Mon dieu, mon dieu... ... ...

18/08/2022, 07:37

Humungus

Idem.(Et cela m'attriste de le dire au vu de ma vénération pour ce groupe...)

18/08/2022, 07:13

Kijgo

Et tout aussi ininteressant

17/08/2022, 21:45

Kijgo

Toujours aussi intéressant ce groupe.

17/08/2022, 21:44

Kijgo

Toujours aussi intéressant ce groupe.

17/08/2022, 21:44

Arioch91

Pas mieux.

17/08/2022, 20:11

Eliminator

Oui je crois qu on peut dire que c est vraiment pas terrible.Machine head, Fear Factory, Sépultura... Ces groupes de mon adolescence qui aujourd hui disparaissent dans cet océan de chiasse qu est devenue l industrie musicale.Cette prod sans âme avec un son de bat(...)

17/08/2022, 19:26

KaneIsBack

Toujours un bon moment, ces reports de l'OEF, même si je ne suis pour ainsi dire jamais d'accord avec toi. Au passage, merci pour Escuela Grind, dans le genre, c'est franchement chouette. 

17/08/2022, 17:35

KaneIsBack

Pas mal. J'aurai sans doute oublié ce groupe demain, mais en attendant, je suis toujours client pour ce genre de Black/Death suédois à la Dissection. 

17/08/2022, 17:30

Humungus

Bah voilà...Cela ne révolutionne effectivement rien dans le genre, mais quoi qu'il en soit, cela faisait trèèèèèès longtemps qu'un groupe de Black 90s ne m'avait pas autant fait de l'œil.Dommage qu&apo(...)

17/08/2022, 16:00

Humungus

Un fest que je voulais faire quand j'étais encore jeune et plein d'entrain...Plus du tout le cas maintenant donc. Même si l'affiche beaucoup plus éclectique désormais me plait bien plus...PS : A te croire, malgré l'aur(...)

17/08/2022, 15:43

Jus de cadavre

La taille du report   Merci ! Un fest que je rêve de faire !

17/08/2022, 13:42

Gargan

C'est lØve.

17/08/2022, 10:59

Gargan

On dirait un générique de séries 80s US en boucle   

17/08/2022, 10:56

pierre2

On a le droit de dire que c'est pas terrible ?? mmmh....

17/08/2022, 08:37

Simony

Mouais... c'est pas fou fou...

17/08/2022, 08:30