Arc of Life

Arc Of Life

12/02/2021

Frontiers Records

Supergroupe par ci, supergroupe par-là, ok, mais supermusique, où ? Quand ? Si le concept de supergroupe a fait des progrès depuis les années 80, découlant sur des œuvres stables et ne résultant pas seulement de l’association de noms connus, le problème est que souvent, ces associations ne sont guère porteuses de messages créatifs, et servent plus à booster des ego qui n’en avaient pas forcément besoin. Alors, d’accord, DEAD DAISIES, LIQUID TENSION EXPERIMENT, SONS OF APOLLO, THE WINERY DOGS, BLACK COUNTRY COMMUNION, et des dizaines d’autres dans des styles moins amplifiés, mais est-ce pour autant que l’on doit gober n’importe quelle béquée offerte par une maison de disques trop fière de voir ses poulains célèbres unir leurs forces ? Aujourd’hui, Frontiers fait ses choux gras de l’union de trois membres actuels de YES (et d’un ancien), alors même que le groupe a fait partie de son catalogue dans les années 2010. Ce sont donc le chanteur Jon Davison, le chanteur/bassiste Billy Sherwood et le batteur Jay Schellen que l’on retrouve aux commandes de ce nouveau projet ARC OF LIFE, accompagnés par Dave Kerzner (ex-SOUND OF CONTACT) aux claviers et Jimmy Haun (ex-YES, ex-CIRCA) à la guitare. Soit une formation à quatre-vingt pour cent estampillée YES d’hier et d’aujourd’hui, et de quoi s’inquiéter pour les amateurs de nouveautés se demandant l’intérêt de ce projet que tout ramène à YES.


Et si justement, les compositions de ce premier éponyme cherchent parfois à s’éloigner de la tutelle du monstre progressif, la plupart restent dans un terrain balisé et portent le sceau de l’école de Canterbury moderne. En restant dans une zone de confort qu’ils n’ont pas vraiment envie de quitter, les membres d’ARC OF LIFE nous livrent un album assez proche des dernières réalisations de la bête, qui depuis un bon moment n’héberge plus aucun des membres d’origine. De là, et avec la scission en deux entités dans les années 80, on se demande quel est l’intérêt de maintenir un dinosaure en vie alors justement que son cadre de vie est complétement différent.

Mais aussi proche soit ARC OF LIFEil n’en est pas pour autant YES, et remercions les trois musiciens d’avoir pris le temps de nous proposer une heure de musique entre deux réalisations de leur groupe principal. Et d’ailleurs, Jon, Billy et Jay ne cachent pas que YES est restée leur influence principale, y ajoutant quelques références moins évidentes pour corser le tout. Mais dans les faits autant l’avouer, Arc of Life sonne comme un nouvel album de YES, production comprise, et ravira les fans de la légende qui retrouveront ici toutes ses composantes.

Dès lors, pas grand-chose à vous raconter si vous suivez l’histoire du groupe depuis ses multiples reformations, et encore moins si vous avez disséqué ses derniers chapitres. Car dès l’introduction de « Life Has A Way », la mise en place, le son, la dextérité, les mélodies semblent tout droit sortis d’un inédit de YES période 2010, la période qui cherchait justement à retrouver l’impulsion magique des années 70, avec en point de mire des albums comme Relayer ou Close to the Edge. Basse à la RUSH qui roule, chant multiple en couches se superposant, rythmique puissante mais souple, guitare soutenant l’édifice de ses accords et soli fluides, et cohésion d’ensemble diabolique pour approcher de près la perfection dans le style. « The Magic Of It All » synthétise d’ailleurs parfaitement la démarche avec son up-tempo caractéristique des méthodes de PORCUPINE TREE, tandis que la démonstration de modernisme wave de « Talking With Siri » brocarde avec panache la génération smartphone, avec ses intelligences artificielles de plus en plus envahissantes. On se croirait presque dans le home-studio de Steven Wilson, avec ces sons synthétiques se télescopant entre ces couches d’arrangements riches. Le propos n’est donc pas passéiste, et ne cherche pas à rééditer les performances hallucinantes du passé, inégalables de toute façon. Pour le moins agréable, Arc of Life ne cherche pas le duel, ni le consensus, spécialement lorsqu’il s’aventure en terre beaucoup plus Pop à l’occasion de « You Make It Real », single qui aurait pu être conjointement écrit par MARILLION et IQ.

L’ambiance est donc légère, comme si les musiciens se sentaient libérés du fardeau souvent éprouvant de la légende YES, et les titres s’enchaînent avec brio dans la première partie de l’album, avant que les ambitions ne soient clairement affichées dans la seconde.

Une fois le très agréable et estival « I Want To Know You Better » évaporé dans les airs, l’album prend une direction beaucoup plus sérieuse et emphatique, histoire de rappeler que les musiciens impliqués ne sont pas les premiers clampins venus. De fait, « Locked Down » développe pendant près de dix minutes tous les arguments mis en avant par le YES contemporain, avec une structure mouvante et des interventions plus Rock, et toujours cet up-tempo frénétique nous faisant taper du pied. On retrouve en cette occasion le YES le plus traditionnel, et surtout, des éléments du Progressif moderne qui ont permis au genre de rester à flot. Superbe démonstration de force sans forcer justement, « Locked Down » démontre que sous la couche d’amusement et la patine du fun, les trois leaders ont pris cette escapade très au sérieux. On se croirait revenu au temps béni des FLOWER KINGS, de SPOCK’S BEARD, et la magie opère alors à plein régime.

Même constat pour « Therefore We Are », qui case lui aussi plus de neuf minutes d’idées séduisantes et pertinentes, d’une façon plus classique, mais avec toujours cette énergie d’arrière-plan qui permet de rattacher le projet au Rock.       

 

Certes, l’influence YES empêche quelque peu de considérer ce projet en tant qu’œuvre indépendante, et le public qui n’a jamais vraiment été concerné par le groupe risque d’être surpris par l’approche un peu light. Mais dans les faits, et aussi anecdotique soit cette sortie, ARC OF LIFE nous propose une récréation solide avant de redevenir YES, et démontre que depuis quelques années, supergroupe peut aussi rimer avec supermusique. Aussi décalquée soit-elle sur un illustre modèle.

 

                                                                                              

Titres de l’album:

01. Life Has A Way

02. Talking With Siri

03. You Make It Real

04. Until Further Notice

05. The Magic Of It All

06. Just In Sight

07. I Want To Know You Better

08. Locked Down

09. Therefore We Are

10. The End Game


Facebook officiel


par mortne2001 le 06/03/2021 à 14:24
80 %    90

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Open Bar Vol2 : Antoine Perron

Baxter 20/04/2021

Interview

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Rotten Tooth

Y sont sacrément bons ces gars là ! Et ils ont le don de faire dans la surprise ! Nu Black sous le papier cadeau cette fois ! Je passe mon tour sur ce coup mais je serai là au prochain tirage !

20/04/2021, 20:06

Saddam Mustaine

Les premiers albums de Dimmu sont du "true black".Comme Behemoth si l'on veut, j'aurais du aller plus loin.Le Black type année 80 mi-90 quoi (meme si Dimmu est arrivé plus tard mais les premiers sonnes dans le genre).

20/04/2021, 19:47

Seb

C'est vraiment mauvais ...

20/04/2021, 15:05

JTDP

En tout point d'accord avec cette (belle) chronique ! Cet album fut une vraie belle surprise de l'année passée. 

19/04/2021, 21:28

Buck Dancer

J'ai jamais vraiment accroché a Pestilence, mais ce morceau est loin d'être degueu. Comme dit Simony, bien meilleur que les précédentes sorties récentes du groupe. 

19/04/2021, 10:49

Arioch91

+1Je n'ai pas aimé Resurrection Macabre, à tel point que je n'ai pas posé une oreille sur Doctrine et Obsideo.Hadeon, je l'ai écouté uniquement parce qu'une interview de Mamelick disait qu'il revenait sur le passé d(...)

19/04/2021, 10:24

Simony

Ca me semble quand même bien plus intéressant que ce qu'ils ont produit depuis leur retour aux affaires.

19/04/2021, 09:59

Arioch91

Oups ! J'étais totalement passé à côté de cette chronique ! Merci @mortne2001 pour l'avoir rédigée !

19/04/2021, 08:48

Arioch91

OK, on reprend les bonnes vieilles recettes visibles sur Hadeon : on prend Testimony, on mélange avec Spheres et ça donne Hadeon et semble-t-il Exitivm.A voir.

19/04/2021, 08:44

metalrunner

Une sacrée bonne surprise de l énergie de l innovation le futur quoi ..Dommage que la tournée de juin soit annulée

18/04/2021, 19:48

RBD

Je réagis plutôt comme Buck Dancer. Mes attentes envers FF sont basses depuis longtemps. Je n'espère plus de grands titres comparables à ceux qui remontent aux années 90 (formulé comme ça, c'est encore plus dur). Si tout est à l&apo(...)

18/04/2021, 12:39

yul

Rien de bien intéressant ici.

18/04/2021, 11:57

Gargan

Tu n’es donc pas optimiste.

18/04/2021, 08:15

la reine des neiges

ha ha! nul!

18/04/2021, 00:02

Eliminator

Tout est à chier, riffs insipides, claviers ultra kitch, refrain ultra mielleux. Ce son de gratte de merde, c'est époustouflant ! Cette mode des grattes 7/8 cordes me saoule, laissez ça à Meshuggah. Meme pas envie de juger le reste. Monde de merde! ;)

17/04/2021, 23:54

Gargan

On peut écouter la totalité à présent, et il faut bien dire que ça sort tout de suite du lot ! Je me tâte pour une commande.

17/04/2021, 19:01

Wolf88

17/04/2021, 17:26

NecroKosmos

Nous sommes vieux et nous avons bon goût. Bon, moi qui suis ultra-fan, j'adore le dernier album mais je trouve que la production y était un peu à chier. Mais je reste totalement confiant.

17/04/2021, 10:03

NecroKosmos

Bien vu le nom du groupe : facile à prononcer pour les non-biélorusses...  :)

17/04/2021, 09:59

Humungus

Mouais...Clairement pas terrible.Je rejoins Simony (sauf que moi j'avais plus qu'apprécié les deux derniers albums).Bref... A juger sur la longueur quoi... ... ...

17/04/2021, 08:51