The Astral Awakening

Subtype Zero

24/08/2018

Seeing Red Records

Mettons de côté tout esprit critique (ce qui est antinomique avec la mission qui nous a été confiée), et apprécions un album pour ses qualités en faisant abstraction de ses défauts. C’est pratiquement devenu une obligation pour traiter avec un minimum de condescendance les représentants de la vague revival Thrash qui depuis dix ans nous inondent de sorties, sous peine de tirer à boulets rouges sur des groupes compétents, mais pas forcément regardants en termes d’originalité. Et parfois, ce manque d’ambition qui le confine parfois à la citation à la virgule près semble pencher du côté du ravin du plagiat, tant les soli, les riffs, les rythmiques et les lignes vocales se plaisent à reproduire in extenso des plans déjà éprouvés par des figures de légende, à tel point qu’en étant un peu étourdi, on finit par se demander qui a crié et créé quoi. Et une fois de temps en temps, le mimétisme est à ce point parfait qu’on ne peut que tomber en pamoison face au travail de reproduction, les cas d’école devenant légion, et connus de vous si vous lisez ces lignes. Entre les admirateurs de l’EXODUS de 84/85, les fanatiques du MEGADETH de 87/88, les accros au METALLICA de 89 et les furieux du SUICIDAL TENDENCIES époque skate et fusion à Venice, on y perd son latin californien en route, et on en vient même à laver son short en jean, pourtant remisé depuis la première coupe de mulet de James Hetfield. Et dans la catégorie « pourquoi chercher plus loin ce que des maîtres ont déjà enseigné avec brio », la palme revient ce mois-ci aux américains de SUBTYPE ZERO, qui pendant une petite demi-heure, s’ingénient à singer les tics d’un des quatre du Big4 avec une malice et un talent indéniables, mais aussi un cruel manque de recul qui les condamne à se placer dans l’ombre de cet illustre modèle.

Pas vraiment des nouveaux-venus sur la scène, puisque leur formation remonte à 2013 sous le nom de CRINGE, qui leur servira de baptême pendant cinq ans, histoire de publier deux ou trois trucs, dont des splits, qu’on retrouvera sous forme de compilation en 2018. Les SUBTYPE ZERO redémarrent donc presque de zéro, et nous ont offert en fin d’été dernier leur premier longue-durée, ce The Astral Awakening, qui comme son nom l’indique, à de faux airs de voyage astral vers le passé, pour réintégrer un corps cryogénisé depuis 1988, attendant patiemment d’être réveillé pour continuer sa route et atteindre son but coûte que coûte. Et pour ne pas cacher plus longtemps des affinités qui vous crèveront les tympans dès les premières minutes de ce LP, ce quintette affamé (Hector Rivera, Steve Buhl, Alex Podmore, Dalton Edwards, Lance Buckley) n’a en effet pas son lexique de SLAYER dans sa poche, et semble à même de prétendre au titre de clone le plus appliqué, mais aussi l’un des plus talentueux. Car tout y passe, des accélérations subites à la Lombardo aux soli déraillés de la paire Hanneman/King, en passant par ces syncopes de riffs électriques qui nous ramènent droit à la période de transition d’Araya & co, citant même des albums comme Divine Intervention et Diabolus In Musica dans le texte. Et en extrapolant un peu, il serait même possible de voir en cette première réalisation une transposition des fantasmes Hardcore de SLAYER, ceux-là même que le quatuor avait tenté de formaliser sur Undisputed Attitude en reprenant quelques standards du cru, puisque les SUBTYPE ZERO agrémentent leur formalisme Thrash et leurs obsessions de quelques teintes Crossover de bon ton, histoire d’enrichir leur bréviaire de quelques citations D.R.I, tout en gardant sous le coude les assombrissements du plus grand combo Thrash de tous les temps.

Adoptant un chant proche d’un Tom Araya en rupture d’aigus hystériques, et se faisant un malin plaisir de reproduire à la croche près des thèmes utilisés sur les albums du gang californien, cette bande de passionnés sans vergogne nous bluffe donc d’un premier LP à la lisière du Thrash le plus féroce et du Hardcore le plus véloce, et n’évite donc pas les accusations de plagiat dont ils ne manqueront pas de faire l’objet une fois leur premier jet avalé. S’il est certain que les clins d’œil sont plus qu’appuyés (parfois les soli semblent exhumés d’une portion inédite de Seasons In The Abyss ou de Reign In Blood), et que l’ambiance globale est largement calquée, les originaires de l’Ohio n’en sont pas moins de très habiles faiseurs, et de grands séducteurs, puisqu’ils parviennent à se faire pardonner d’une folie et d’une intensité qui font plaisir à écouter, et ce, sans discontinuer. Avec moins de trente minutes au compteur (vous avez dit Reign In Blood ? Mauvaise langue…), The Astral Awakening ne nous laisse donc pas le temps de souffler, même si parfois les comparaisons et autres métaphores sont tout de même un peu exagérées (« Inhumane », on n’avait pas vu une telle ressemblance depuis les premiers méfaits d’EXUMER…). Mais en variant le propos, et en densifiant quelque peu la dose Core sur le feu, le quintette parvient parfois à s’extirper de sa condition de copie carbone, pour acquérir une vraie personnalité et nous surprendre d’un Crossover assez bien troussé (« Cerebral Cage »). Mais les plans singés sur leurs illustres modèles constituant la globalité de l’ossature de ce premier LP, il est donc difficile de faire preuve d’objectivité à moins justement de remiser tous nos principes d’éthique pour se baser sur l’efficacité. Et celle-ci est patente, et assez affolante, et autant dire qu’une fois les doutes dissipés et la clémence activée, on s’éclate vraiment à l’écoute de ces douze morceaux à la puissance dévastatrice, qui nous catapultent trente ans en arrière et transforment les SUBTYPE ZERO en prototype de combo purement 80’s exilé dans le temps.

Production nickel qui a quand même tendance à noyer la basse dans le mix pour la laisser respirer à la D.D. Verni une fois de temps en temps, son de guitare qui paie son tribut aux hululements de Jeff et Kerry, breaks coupés pile comme il faut et au biseau, le résultat est donc parfait, et surtout, d’une percussion diabolique. Il est en effet difficile malgré les analogies flagrantes de ne pas headbanguer sa mère à l’écoute de « Blinded by Light » ou « Twisted Obsession », et même si les morceaux se ressemblent beaucoup, ils n’en gardent pas moins ce je-ne-sais-quoi d’atomique qui les rend juste assez fous pour être assimilés d’un coup. Alors, j’en conviens, il faut parfois ranger sa mémoire SLAYER dans un coin pour apprécier l’ouvrage, mais pour peu que le plumage vous intéresse plus que le ramage, ce The Astral Awakening vous séduira pour ses ravages et ses dommages, et après tout, inutile d’en faire un fromage. Voyez-y plutôt une sorte de caprice des Dieux.

     

Titres de l'album :

                          1. Blinded by Light

                          2. Shrouded Mestasis

                          3. Become Insane

                          4. Unprecedented Salvation

                          5. Twisted Obsession

                          6. Flesh Famine

                          7. The astral Awakening

                          8. Sin of the Innocent

                          9. Relentless Cleansing

                         10. F.T.C.

                         11. Inhumane

                        12. Cerebral Cage

Facebook officiel


par mortne2001 le 19/11/2018 à 17:00
75 %    304

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Harmony Corruption

mortne2001 03/07/2020

Little Monsters

mortne2001 30/06/2020

Complicated Mind

mortne2001 15/06/2020

Dossier spécial Bretagne / LA CAVE #5

Jus de cadavre 15/06/2020

Screams and Whispers

mortne2001 12/06/2020

Concerts à 7 jours
Demonical + Mystifier 08/07 : Le Klub, Paris (75)
Demonical + Mystifier 09/07 : L'usine A Musique, Toulouse (31)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Arioch91

RockHard porte bien son nom, il est trés orienté Rock et Hard. Le côté musique extrême n'est clairement pas mis en avant.

Pour moi, ça ne m'importe que bien peu.

Et il y a tout de même un ou deux chroniqueurs qui causent Thrash/Black/Death à chaque numéro.

08/07/2020, 12:05

Arioch91

Ah, ben v'là un truc qui donne envie !

08/07/2020, 12:00

Oliv

La presse metal a vachement régressé effectivement, j’achetais avec plaisir les hard rock, metallian Etc ... car il y’a avait des interviews de qualité et des chroniques de cds. Depuis un bout de temps c’est de la redite , les mêmes questions qui reviennent et des sujets comme ta première(...)

08/07/2020, 11:50

Simony

Mais il n'y a pas de mal cher steelvore666, rien que le fait que tu lises le report montre que tu es plus ouvert que tu ne le crois...

08/07/2020, 11:13

steelvore666

Pas de soucis ! Il me faut bien avouer qu'au contraire je ne suis pas vraiment ouvert d'esprit lorsqu'il s'agit de musique.
Ceci étant, ce report est plutôt bien écrit et ne faisant pas partie de l'équipe de Metalnews je ne me vois pas donner de leçons sur la ligne éditoriale.
Diso(...)

08/07/2020, 10:36

LeMoustre

Vraiment intéressant, ça, ils riffent nickel à priori. Bon, en 40 secondes difficile de juger, mais ça a l'air bien velu.

08/07/2020, 10:27

LeMoustre

Et voilà, après un numéro intéressant et un peu plus "dur" (celui avec Mercyful Fate), ils retombent dans leurs travers : toujours les mêmes trucs soit vieux (Deep Purple en couv'), soit invariablement les mêmes groupes (Avatar, Blue Pills...). Ah, y'a pas Sabaton, cette fois. C'est con, l'enq(...)

08/07/2020, 10:25

KaneIsBack

Du death comme New Standard Elite en refile par paquets de douze : naze, plat et sans véritable violence. Et puis, des "albums" de 20 minutes à peine, bonjour le foutage de gueule !

08/07/2020, 10:19

Hoover

Un bon album mais bien en-deçà de Medusa qui est pour moi ce qu'ils ont fait de mieux depuis Draconian times.

08/07/2020, 07:10

Humungus

Je ne connaissais pas du tout...
Ben c'est effectivement du tout bon bordel !

08/07/2020, 05:13

Thrashing Metropolity

Necrokosmos :
Bon courage pour trouver ça en CD à un prix CORRECT.
Juste impossible ! Et ça fait des années que je scrute partout. :-/

Hyper étonné de savoir que ce chanteur est parti. RIP !!!
Cet album m'a tellement emballé à sa sortie que je n'ai jamais pu (...)

07/07/2020, 22:29

Simony

En effet, cet article s'inscrit dans la parité Metal / Non Metal imposée par le nouveau ministère de la culture...
Noooon j'déconne, c'est juste que RBD aime nous parler de Brutal Death Metal mais aussi de New Wave et que ce groupe, qui perso ne me parle pas plus que ça et pourtant j'ado(...)

07/07/2020, 21:36

NecroKosmos

Ouais, la musique est à l'image de la pochette. Au moins, la démarche est homogène.

07/07/2020, 21:26

NecroKosmos

Ah putain, que je suis d'accord avec cette chronique !! Ce disque était une vraie torniole dans la tronche. Proche dans l'esprit de MADHOUSE (et pour cause), MST a su marquer en son temps la scène thrashcore française et était plus proche sans doute de la scène dite alternative que vraiment mé(...)

07/07/2020, 21:21

Jus de cadavre

Tout dépend de la jauge de spectateur. Complet ne veux pas dire salle pleine (comme au ciné en ce moment : ils ne vendent que la moitié des places dans les salles).

07/07/2020, 20:32

Saddam Mustaine

Nightwish affiche complet a Bercy et c'est le 25 novembre donc il y aura plus de distanciation je pense.

07/07/2020, 20:15

JP

Merci.

07/07/2020, 19:09

radidi

pas eu le temps d'écouter, mais vraiment, cette pochette... dingue d'être satisfait d'une telle pochette en 2020!

07/07/2020, 17:30

JTDP

@Le Moustre : Un Bercy en mode "distenciationphysique style", oui sans doute... :-)

07/07/2020, 15:59

Humungus

Je me doutais que c'était ce que tu avais en tête.
Perso, cela ne me gêne pas du tout (RBD nous causant d'ailleurs régulièrement de concerts non-Metal).
Quelques digressions dans ces pages est plutôt bien vu je trouve. Tant que 99 % des news reste dans notre domaine de prédilectio(...)

07/07/2020, 13:13