Almas Negras

In-dios

27/05/2019

Cuervo Records

Certains groupes laissent dubitatif, d’autres intriguent. Pour certains, on se demande, d’autres ajustent des influences, et certains ne se laissent pas identifier facilement. Pour d’autres par contre, on dirait chez nos amis anglais qu’ils wear their heart on their sleeve, ce qui est indéniablement le cas de nos amis argentins de IN-DIOS. Avec un premier album de la trempe d’Almas Negras, pas de tergiversation possible, et encore moins après s’être avalé « Almas Negras », le titre d’ouverture. En quelques secondes, et sans avoir besoin d’une bio, l’impression est saisissante. Celle de se retrouver trente ans en arrière, juste après avoir posé Painkiller sur sa platine et encaissé le choc du title-track. Même intensité, même allégeance à un Heavy pur et dur tirant sur le Thrash, même claque puriste qui fait du bien au petit cœur de Metal. Mais les argentins n’ont jamais eu pour intention de nous surprendre avec leurs inclinaisons, bien au contraire. Depuis la formation du groupe en 2012, la franchise est de mise. IN-DIOS n’est pas là pour amuser la galerie ou faire montre de prétentions progressives et/ou évolutives, mais pour rendre hommage à un style qu’ils adorent, et qu’ils manient mieux que quiconque. Dont acte, et ce premier album après sept ans d’activité et de rares traces discographiques. Jusqu’à présent, seuls deux EP’s étaient venu nous fracasser les oreilles, la faute à un line-up hésitant et à des départs imprévus. Mais aujourd’hui, le groupe de Buenos Aires est fin prêt à envahir la planète de ses riffs virils et de ses envolées vocales typiques, en faisant l’un des représentants les plus fiables d’une musique indémodable et inusable. A ce titre, Almas Negras est plus un archétype qu’un simple premier album, une génuflexion face à la statue inoxydable de JUDAS PRIEST. Et Dieu, que ça fait du bien.

On le sait, la mode est au rétroviseur et aux conceptions rétrogrades. Rien de bien neuf à ce niveau, et ce quintet (Daniel Medina - chant, Alejandro Figueroa & Pablo Digiuseppe - guitares, Marcelo D'Auria - basse et Jonathan Sandez - batterie) s’inscrit dans une tradition noble, sans chercher le moins du monde à s’en extirper ou à s’y affilier d’office. Car ce qui frappe sur cet album, c’est cette franchise et cette sincérité qui transforment tous les morceaux en manifestes, mais aussi cette façon de jouer avec les limites des genres pour les réconcilier. En optant pour un durcissement permanent, les argentins nous offrent donc un effort estampillé Power Metal, unissant le Thrash et le Heavy comme le PRIEST, METAL CHURCH, ICED EARTH ou PRIMAL FEAR ont pu le faire avant eux. Formé par Daniel Medina (ex-JERIKO, ex-BUENOS AIRES, ex-CUERO) IN-DIOS est une curiosité délicieuse dans le paysage musical actuel. Refusant toute concession et toute édulcoration, le quintet avance bille en tête, et soigne son allure, misant sur son intégrité et son sens de la composition classique pour séduire les fans de Heavy Metal pur et dur, un peu perdus dans la vague old-school actuelle. Pourtant, cet album ne sonne pas old-school pour autant. Il est à l’aise dans son époque, mais conscient d’anciennes valeurs, ce qui lui confère une dualité intéressante. Si artistiquement, le pari n’était pas très risqué, le résultat est d’importance, et lorsque la bande s’autorise des incartades plus contemporaines, le résultat dépasse les espérances et les limites de puissance. Ainsi, « Lengua De Fuego » est un petit bijou d’agressivité intelligente, avec ses riffs purement Thrash soutenant un chant lyrique et dramatique. Dans la lignée des plus grands vocalistes du genre, les Jorn Lande, Ralf Scheepers et Rob Halford, Daniel Medina s’affirme comme un énorme vocaliste au timbre chaud et velouté, et aux harangues crédibles et viriles. Utilisant sa tessiture comme un prêtre sa bible, le chanteur se pare d’atours de seigneur, et nous convainc de ses lignes de chant aussi efficaces qu’impressionnantes. Derrière, le backing band fait plus que de la simple figuration, et lâche les chiens, s’adaptant à l’ambiance désirée. Car le but avoué de cet album est de passer en revue tous les aspects d’un style qui en compte beaucoup, et c’est donc sans étonnement que la mélodie parvient souvent à se frayer un chemin, pour nous offrir des combinaisons homériques (« Autocompasión »).

Enregistré au studio Aural 2 par Maximiliano Batista, Almas Negras décrit avec acuité la facette la plus sombre et noble du Heavy Metal de la fin des années 80/début des années 90 avec énormément de conviction, et nous offre des moments de gloire bruts mais peaufinés. La production, bien sûr énorme et aux muscles bandés convient parfaitement à ces chansons solides, qui n’hésitent jamais à provoquer la vitesse pour mieux accentuer la foi, et le spectre des Power Metal bands des nineties pointe souvent le bout de ses chaînes pour nous accompagner dans cette quête de pureté (« Libertad »). Impossible, une fois la philosophie comprise et acceptée de réfuter les théories présentées, ou accuser le projet d’une quelconque linéarité. Certes, le Heavy est classique, mais il joue tellement avec la frontière Thrash qu’il en devient imparable, inattaquable et tellement persuasif qu’on en serait presque tenté de ressortir ses vieux clous pas encore rouillés (« Golpeador Golpeado »). En accentuant l’importance des chœurs sans tomber dans les travers alcooliques du Metal germain, les argentins se montrent sous leur meilleur jour, gravant hymne après hymne dans le grand livre de la postérité, utilisant les vieux trucs de MEGADETH (la grosse basse Punk lourde de « Peace Sells » trouve un écho indéniable sur « Canibal »), pour mieux suggérer une union entre le Heavy mélodique hispanique et la sidérurgie britannique (« Lengua De Fuego »). Certes, avec près d’une heure au compteur, ce premier album est long, mais jamais gâché par des fillers faciles. Et même lorsque le classicisme atteint une sorte d’apogée (« Violencia »), les musiciens ne sont jamais à court d’astuces d’arrangements pour relancer l’attention.  

Aussi à l’aise dans les instants les plus radicaux que dans les moments travaillés, le quintet nous offre même des moments de pure grâce Metal, avec l’envoutant « Ganar El Juego », qui profite d’une longue intro hypnotique et orientale pour imposer un mid tempo costaud. IN-DIOS, sept ans après sa création s’affirme donc comme un sérieux outsider sur la scène Heavy nostalgique mais pas dupe, avec un premier album frisant la perfection dans le style. Et si les influences trop évidentes ne sont pas un écueil pour vous, alors savourez à pleines oreilles. La pureté se paie comptant de nos jours.                                             

Titres de l’album :

                       01. Almas Negras

                       02. Golpeador Golpeado

                       03. Canibal

                       04. Lengua De Fuego

                       05. Autocompasión

                       06. Libertad

                       07. Empujando Al Viento

                       08. Violencia

                       09. Blanco Tormento

                       10. Ganar El Juego

                       11. Sintiendo El Metal

Facebook officiel


par mortne2001 le 11/05/2020 à 18:12
82 %    225

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Licence to Kill

mortne2001 04/06/2020

Mood Swings

mortne2001 02/06/2020

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Amazing Copy

Les Cro-Mags doivent être contents. :-)

06/06/2020, 20:48

Jus de cadavre

"Les premiers numéros sont parus fin 1992 et nous venons de sortir notre n°87 en février dernier."
Eh ben... Chapeau ! C'est ce qui s'appelle la passion.

06/06/2020, 12:39

RBD

Excellent ! Je les avais vus il y a dix ans pile, bonne claque de Sludge Stoner pur, propre, bourru et très en place, qui sortait pourtant des sentiers battus du style côté bayou ou côté asphalte.

06/06/2020, 12:19

KaneIsBack

Jamais vu le groupe en live, en grande partie à cause de leur réputation catastrophique. Mais j'adore sur album, et ce disque, malgré ses défauts, reste une de mes références (il faut dire qu'il fait partie des premiers albums que je me suis payé). Par contre, je tiens à dire ici haut et for(...)

05/06/2020, 21:41

poybe

Perso je les ai vus il y a une dizaine d'années à la coopé de Clermont (tournée avec Moonspell, Turisas et Dead Shape Figure (là j'ai du rechercher le nom du groupe ^^)), je n'en garde pas un mauvais souvenir. Le son était bon, la prestation correcte, sans être non plus transcendante ... j'av(...)

05/06/2020, 18:45

Hair-dressing Curiosity

@ Humungus :
:-)))))

N'empêche que pour ceux qui avaient biberonné aux 4 Horsemen dans les 80's, devoir subir des curetages du prose comme Load/Reload/St Anger... bordel ! la cicatrisation des sphincters a pris du temps. C'est un peu comme les rhumatismes, ça se réveille mêm(...)

05/06/2020, 17:05

Reading Bouquinerie

Naaa, c'est de la petite série, réimprimé par paquets de 12. :-D

Raaa n'empêche j'ai hâte de lire ça ! Ca va raviver des souvenirs !
(mode "vieux con", avec ses demo tapes sous le bras)

05/06/2020, 16:51

Lifting Catastrophy

J'en viens à penser que le récit d'un BON concert de Cradle ça permet finalement de démasquer à coup sûr un pseudo spectateur qui en fait ne les a jamais vus live. :-))))))




Non allez, pas tapé !! c'était juste pour faire du mauvais esprit. :-)))))

05/06/2020, 16:47

Goughy

Je n'ai que cet album et "Beauty", vu 5 ou 6 fois, toujours en festival ou "gros concert" dons ils n'étaient pas tête d'affiche, je n'ai jamais entendu pareille bouillie sonore pour aucun groupe, même du grind de squat.
On en parle parfois avec mon pote qui me dit que je ment, qu'on les a v(...)

05/06/2020, 15:57

Humungus

4ème réédition putain !?!?
Musso n'a qu'à bien se tenir !

PS : A quand dans la Pléiade ???

05/06/2020, 13:12

Humungus

Bah écoutes, j'ai fort bien fait de ne faire aucun commentaire hier soir car tu as (d)écrit en mille fois mieux qu'elle était mon ressenti sur le sujet...
Merci Professeur Hair-dressing Curiosity.

05/06/2020, 13:10

Hair-dressing Curiosity

Je pense que c'est un tout.
S'ils n'avaient pas à ce point retourné leur veste, il y aurait eu une meilleure acceptation du look, parce qu'ils avaient un tel capital sympathie et affectif avec le public que les fans auraient évoqué ça 6 mois plus ce serait passé crème.
Mais quand (...)

05/06/2020, 12:27

Reading Bouquinerie

maLin

05/06/2020, 12:20

Reading Bouquinerie

C'est main, je viens de me délester de 46 balles. :-))))

(merci MetalNews !!)

05/06/2020, 12:20

Arioch91

Excellent ouvrage que je recommande !

05/06/2020, 07:09

Humungus

Sachant que j'ai dû les voir 3 ou 4 fois, j'ai donc eu l'immense malchance de tomber à chaque fois sur une de leurs 5 mauvaises prestations live.

The Trve Humungus.

05/06/2020, 05:22

Satan

Deux choses :
1) C'est "Whore" en non "Wore".
2) De plus, c'est le nom de l'opus qui prend des petits points (au nombre de 5) et non le titre éponyme qui s'écrit d'une seule traite.
Désolé d'être pénible mais on se doit de respecter les chefs-d’œuvre jusque dans les moindr(...)

04/06/2020, 23:18

Satan

Il est parfaitement risible que l'argument number 1 de l'époque était "ils ont coup leurs cheveux". Ça en dit long sur le degré d'immaturité de bon nombre de métalleux malheureusement.

04/06/2020, 23:05

lolo

pas mal le chat planqué dans les gradins!

04/06/2020, 15:55

Humungus

"Age tendre et têtes de con" voulais-tu dire non ?

04/06/2020, 13:07