Almas Negras

In-dios

27/05/2019

Cuervo Records

Certains groupes laissent dubitatif, d’autres intriguent. Pour certains, on se demande, d’autres ajustent des influences, et certains ne se laissent pas identifier facilement. Pour d’autres par contre, on dirait chez nos amis anglais qu’ils wear their heart on their sleeve, ce qui est indéniablement le cas de nos amis argentins de IN-DIOS. Avec un premier album de la trempe d’Almas Negras, pas de tergiversation possible, et encore moins après s’être avalé « Almas Negras », le titre d’ouverture. En quelques secondes, et sans avoir besoin d’une bio, l’impression est saisissante. Celle de se retrouver trente ans en arrière, juste après avoir posé Painkiller sur sa platine et encaissé le choc du title-track. Même intensité, même allégeance à un Heavy pur et dur tirant sur le Thrash, même claque puriste qui fait du bien au petit cœur de Metal. Mais les argentins n’ont jamais eu pour intention de nous surprendre avec leurs inclinaisons, bien au contraire. Depuis la formation du groupe en 2012, la franchise est de mise. IN-DIOS n’est pas là pour amuser la galerie ou faire montre de prétentions progressives et/ou évolutives, mais pour rendre hommage à un style qu’ils adorent, et qu’ils manient mieux que quiconque. Dont acte, et ce premier album après sept ans d’activité et de rares traces discographiques. Jusqu’à présent, seuls deux EP’s étaient venu nous fracasser les oreilles, la faute à un line-up hésitant et à des départs imprévus. Mais aujourd’hui, le groupe de Buenos Aires est fin prêt à envahir la planète de ses riffs virils et de ses envolées vocales typiques, en faisant l’un des représentants les plus fiables d’une musique indémodable et inusable. A ce titre, Almas Negras est plus un archétype qu’un simple premier album, une génuflexion face à la statue inoxydable de JUDAS PRIEST. Et Dieu, que ça fait du bien.

On le sait, la mode est au rétroviseur et aux conceptions rétrogrades. Rien de bien neuf à ce niveau, et ce quintet (Daniel Medina - chant, Alejandro Figueroa & Pablo Digiuseppe - guitares, Marcelo D'Auria - basse et Jonathan Sandez - batterie) s’inscrit dans une tradition noble, sans chercher le moins du monde à s’en extirper ou à s’y affilier d’office. Car ce qui frappe sur cet album, c’est cette franchise et cette sincérité qui transforment tous les morceaux en manifestes, mais aussi cette façon de jouer avec les limites des genres pour les réconcilier. En optant pour un durcissement permanent, les argentins nous offrent donc un effort estampillé Power Metal, unissant le Thrash et le Heavy comme le PRIEST, METAL CHURCH, ICED EARTH ou PRIMAL FEAR ont pu le faire avant eux. Formé par Daniel Medina (ex-JERIKO, ex-BUENOS AIRES, ex-CUERO) IN-DIOS est une curiosité délicieuse dans le paysage musical actuel. Refusant toute concession et toute édulcoration, le quintet avance bille en tête, et soigne son allure, misant sur son intégrité et son sens de la composition classique pour séduire les fans de Heavy Metal pur et dur, un peu perdus dans la vague old-school actuelle. Pourtant, cet album ne sonne pas old-school pour autant. Il est à l’aise dans son époque, mais conscient d’anciennes valeurs, ce qui lui confère une dualité intéressante. Si artistiquement, le pari n’était pas très risqué, le résultat est d’importance, et lorsque la bande s’autorise des incartades plus contemporaines, le résultat dépasse les espérances et les limites de puissance. Ainsi, « Lengua De Fuego » est un petit bijou d’agressivité intelligente, avec ses riffs purement Thrash soutenant un chant lyrique et dramatique. Dans la lignée des plus grands vocalistes du genre, les Jorn Lande, Ralf Scheepers et Rob Halford, Daniel Medina s’affirme comme un énorme vocaliste au timbre chaud et velouté, et aux harangues crédibles et viriles. Utilisant sa tessiture comme un prêtre sa bible, le chanteur se pare d’atours de seigneur, et nous convainc de ses lignes de chant aussi efficaces qu’impressionnantes. Derrière, le backing band fait plus que de la simple figuration, et lâche les chiens, s’adaptant à l’ambiance désirée. Car le but avoué de cet album est de passer en revue tous les aspects d’un style qui en compte beaucoup, et c’est donc sans étonnement que la mélodie parvient souvent à se frayer un chemin, pour nous offrir des combinaisons homériques (« Autocompasión »).

Enregistré au studio Aural 2 par Maximiliano Batista, Almas Negras décrit avec acuité la facette la plus sombre et noble du Heavy Metal de la fin des années 80/début des années 90 avec énormément de conviction, et nous offre des moments de gloire bruts mais peaufinés. La production, bien sûr énorme et aux muscles bandés convient parfaitement à ces chansons solides, qui n’hésitent jamais à provoquer la vitesse pour mieux accentuer la foi, et le spectre des Power Metal bands des nineties pointe souvent le bout de ses chaînes pour nous accompagner dans cette quête de pureté (« Libertad »). Impossible, une fois la philosophie comprise et acceptée de réfuter les théories présentées, ou accuser le projet d’une quelconque linéarité. Certes, le Heavy est classique, mais il joue tellement avec la frontière Thrash qu’il en devient imparable, inattaquable et tellement persuasif qu’on en serait presque tenté de ressortir ses vieux clous pas encore rouillés (« Golpeador Golpeado »). En accentuant l’importance des chœurs sans tomber dans les travers alcooliques du Metal germain, les argentins se montrent sous leur meilleur jour, gravant hymne après hymne dans le grand livre de la postérité, utilisant les vieux trucs de MEGADETH (la grosse basse Punk lourde de « Peace Sells » trouve un écho indéniable sur « Canibal »), pour mieux suggérer une union entre le Heavy mélodique hispanique et la sidérurgie britannique (« Lengua De Fuego »). Certes, avec près d’une heure au compteur, ce premier album est long, mais jamais gâché par des fillers faciles. Et même lorsque le classicisme atteint une sorte d’apogée (« Violencia »), les musiciens ne sont jamais à court d’astuces d’arrangements pour relancer l’attention.  

Aussi à l’aise dans les instants les plus radicaux que dans les moments travaillés, le quintet nous offre même des moments de pure grâce Metal, avec l’envoutant « Ganar El Juego », qui profite d’une longue intro hypnotique et orientale pour imposer un mid tempo costaud. IN-DIOS, sept ans après sa création s’affirme donc comme un sérieux outsider sur la scène Heavy nostalgique mais pas dupe, avec un premier album frisant la perfection dans le style. Et si les influences trop évidentes ne sont pas un écueil pour vous, alors savourez à pleines oreilles. La pureté se paie comptant de nos jours.                                             

Titres de l’album :

                       01. Almas Negras

                       02. Golpeador Golpeado

                       03. Canibal

                       04. Lengua De Fuego

                       05. Autocompasión

                       06. Libertad

                       07. Empujando Al Viento

                       08. Violencia

                       09. Blanco Tormento

                       10. Ganar El Juego

                       11. Sintiendo El Metal

Facebook officiel


par mortne2001 le 11/05/2020 à 18:12
82 %    462

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Hanger Abortion

RBD 30/09/2020

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kerry King

Ah ouais ok j'avais zappé, mais bon ACDC était au point mort depuis 2016 donc il a rien manqué.

30/09/2020, 22:32

Jus de cadavre

Si, Cliff avait annoncé prendre sa retraite en septembre 2016, quelque temps après le départ de Brian.

30/09/2020, 21:36

Kerry King

Cliff Williams n'avait jamais quitté le groupe me semble, c'est juste Axl Rose et Chris Slade qui était en plus lors du dernier tour il y a deja 4 ans.Sinon super nouvelle de revoir les boys !

30/09/2020, 20:34

Raumsog

Ils ont quand même été capables de sortir 2 bons albums comme Mechanize et The Industrialist 15 ans après leur âge d'or, et malgré tout leurs gros bordels en interne (merci Baxter pour les précisions). C'est déjà une petite pe(...)

30/09/2020, 16:09

Humungus

Hé hé hé...

30/09/2020, 14:17

Raumsog

La pochette est magnifique en tout cas - l'album sort sur Sega Megadrive?

30/09/2020, 14:03

KaneIsBack

En gros fan de Deeds of Flesh, cette nouvelle me fait très plaisir ! Surtout que, d'après ce que j'ai compris, Erik avait déjà écrit la grande majorité de l'album avant son décès. Et la liste d'invités est plus qu&(...)

30/09/2020, 10:32

Gargan

Dernier achat du groupe, digi de demanufacture acheté en 95, en même temps que la box de draconian times. Qui on écoute encore ? Je ne connaissais pas AOTW, j'aurais mieux fait de rester dans mon ignorance...

30/09/2020, 10:25

Simony

Totalement d'accord avec L'anonyme.

30/09/2020, 09:25

L'anonyme

Perso, j'ai lâché l'affaire à partir de Digimortal que j'ai détesté. J'avais trouvé à l'époque que le groupe s'inspirait trop de la scène néo-metal que j'avais du mal à écouter (e(...)

30/09/2020, 09:21

Oliv

C’est reparti comme en quarante ! 

29/09/2020, 19:05

mortne2001

@Humungus : Il y a toujours un historien qui connaît le fils du neveu du facteur du biographe d'EXODUS et qui SAIT. Honorons leur présence sur ce site. ;)

29/09/2020, 17:42

Buck Dancer

Ce groupe n'en est plus un depuis bien trop longtemps (le retour de Cazares?) et pourtant comme RBD, j'ai jamais lâché. Même si les deux derniers albums m'ont déçu je voulais continuer a y croire. Cazares va t'il continuer à (...)

29/09/2020, 15:31

Bones

"There is a Fric Factor in the system"  

29/09/2020, 15:23

RBD

Burton ayant été de toutes les incarnations du groupe au fil des intrigues, j'imagine mal que FF puisse continuer maintenant avec les uns ou les autres. La réconciliation avec Christian et Raymond ne me paraît pas possible, d'autant qu'eux aussi sont pass(...)

29/09/2020, 12:57

licks0re

Santa barbara...

29/09/2020, 11:51

Baxter

Le mec n'est pas blanc non plus c'est encore une crise comme en 2002 ou son détachement en 2008. D'ailleurs Burton avait en 2008 vendu des parts à Raymond et Christian (puis virant la femme de ce dernier étant manageuse de F.F à ce moment) puis suite &ag(...)

29/09/2020, 10:46

Raumsog

Y a une bonne petite ambiance Deströyer 666 dans le son et les riffs! 

29/09/2020, 10:38

jean mounier

Quel foutoir ce groupe depuis une bonne dizaine d'années quand même, niveau musical comme niveau humain. Je ne vois pas Fear Factory sans Burton, mais je ne voyais pas Suffocation sans Frank Mullen également...

29/09/2020, 09:58

Humungus

Aaaaaaahhh !!!Les commentaires de 78.192.38.132... ... ...

29/09/2020, 09:00