Almas Negras

In-dios

27/05/2019

Cuervo Records

Certains groupes laissent dubitatif, d’autres intriguent. Pour certains, on se demande, d’autres ajustent des influences, et certains ne se laissent pas identifier facilement. Pour d’autres par contre, on dirait chez nos amis anglais qu’ils wear their heart on their sleeve, ce qui est indéniablement le cas de nos amis argentins de IN-DIOS. Avec un premier album de la trempe d’Almas Negras, pas de tergiversation possible, et encore moins après s’être avalé « Almas Negras », le titre d’ouverture. En quelques secondes, et sans avoir besoin d’une bio, l’impression est saisissante. Celle de se retrouver trente ans en arrière, juste après avoir posé Painkiller sur sa platine et encaissé le choc du title-track. Même intensité, même allégeance à un Heavy pur et dur tirant sur le Thrash, même claque puriste qui fait du bien au petit cœur de Metal. Mais les argentins n’ont jamais eu pour intention de nous surprendre avec leurs inclinaisons, bien au contraire. Depuis la formation du groupe en 2012, la franchise est de mise. IN-DIOS n’est pas là pour amuser la galerie ou faire montre de prétentions progressives et/ou évolutives, mais pour rendre hommage à un style qu’ils adorent, et qu’ils manient mieux que quiconque. Dont acte, et ce premier album après sept ans d’activité et de rares traces discographiques. Jusqu’à présent, seuls deux EP’s étaient venu nous fracasser les oreilles, la faute à un line-up hésitant et à des départs imprévus. Mais aujourd’hui, le groupe de Buenos Aires est fin prêt à envahir la planète de ses riffs virils et de ses envolées vocales typiques, en faisant l’un des représentants les plus fiables d’une musique indémodable et inusable. A ce titre, Almas Negras est plus un archétype qu’un simple premier album, une génuflexion face à la statue inoxydable de JUDAS PRIEST. Et Dieu, que ça fait du bien.

On le sait, la mode est au rétroviseur et aux conceptions rétrogrades. Rien de bien neuf à ce niveau, et ce quintet (Daniel Medina - chant, Alejandro Figueroa & Pablo Digiuseppe - guitares, Marcelo D'Auria - basse et Jonathan Sandez - batterie) s’inscrit dans une tradition noble, sans chercher le moins du monde à s’en extirper ou à s’y affilier d’office. Car ce qui frappe sur cet album, c’est cette franchise et cette sincérité qui transforment tous les morceaux en manifestes, mais aussi cette façon de jouer avec les limites des genres pour les réconcilier. En optant pour un durcissement permanent, les argentins nous offrent donc un effort estampillé Power Metal, unissant le Thrash et le Heavy comme le PRIEST, METAL CHURCH, ICED EARTH ou PRIMAL FEAR ont pu le faire avant eux. Formé par Daniel Medina (ex-JERIKO, ex-BUENOS AIRES, ex-CUERO) IN-DIOS est une curiosité délicieuse dans le paysage musical actuel. Refusant toute concession et toute édulcoration, le quintet avance bille en tête, et soigne son allure, misant sur son intégrité et son sens de la composition classique pour séduire les fans de Heavy Metal pur et dur, un peu perdus dans la vague old-school actuelle. Pourtant, cet album ne sonne pas old-school pour autant. Il est à l’aise dans son époque, mais conscient d’anciennes valeurs, ce qui lui confère une dualité intéressante. Si artistiquement, le pari n’était pas très risqué, le résultat est d’importance, et lorsque la bande s’autorise des incartades plus contemporaines, le résultat dépasse les espérances et les limites de puissance. Ainsi, « Lengua De Fuego » est un petit bijou d’agressivité intelligente, avec ses riffs purement Thrash soutenant un chant lyrique et dramatique. Dans la lignée des plus grands vocalistes du genre, les Jorn Lande, Ralf Scheepers et Rob Halford, Daniel Medina s’affirme comme un énorme vocaliste au timbre chaud et velouté, et aux harangues crédibles et viriles. Utilisant sa tessiture comme un prêtre sa bible, le chanteur se pare d’atours de seigneur, et nous convainc de ses lignes de chant aussi efficaces qu’impressionnantes. Derrière, le backing band fait plus que de la simple figuration, et lâche les chiens, s’adaptant à l’ambiance désirée. Car le but avoué de cet album est de passer en revue tous les aspects d’un style qui en compte beaucoup, et c’est donc sans étonnement que la mélodie parvient souvent à se frayer un chemin, pour nous offrir des combinaisons homériques (« Autocompasión »).

Enregistré au studio Aural 2 par Maximiliano Batista, Almas Negras décrit avec acuité la facette la plus sombre et noble du Heavy Metal de la fin des années 80/début des années 90 avec énormément de conviction, et nous offre des moments de gloire bruts mais peaufinés. La production, bien sûr énorme et aux muscles bandés convient parfaitement à ces chansons solides, qui n’hésitent jamais à provoquer la vitesse pour mieux accentuer la foi, et le spectre des Power Metal bands des nineties pointe souvent le bout de ses chaînes pour nous accompagner dans cette quête de pureté (« Libertad »). Impossible, une fois la philosophie comprise et acceptée de réfuter les théories présentées, ou accuser le projet d’une quelconque linéarité. Certes, le Heavy est classique, mais il joue tellement avec la frontière Thrash qu’il en devient imparable, inattaquable et tellement persuasif qu’on en serait presque tenté de ressortir ses vieux clous pas encore rouillés (« Golpeador Golpeado »). En accentuant l’importance des chœurs sans tomber dans les travers alcooliques du Metal germain, les argentins se montrent sous leur meilleur jour, gravant hymne après hymne dans le grand livre de la postérité, utilisant les vieux trucs de MEGADETH (la grosse basse Punk lourde de « Peace Sells » trouve un écho indéniable sur « Canibal »), pour mieux suggérer une union entre le Heavy mélodique hispanique et la sidérurgie britannique (« Lengua De Fuego »). Certes, avec près d’une heure au compteur, ce premier album est long, mais jamais gâché par des fillers faciles. Et même lorsque le classicisme atteint une sorte d’apogée (« Violencia »), les musiciens ne sont jamais à court d’astuces d’arrangements pour relancer l’attention.  

Aussi à l’aise dans les instants les plus radicaux que dans les moments travaillés, le quintet nous offre même des moments de pure grâce Metal, avec l’envoutant « Ganar El Juego », qui profite d’une longue intro hypnotique et orientale pour imposer un mid tempo costaud. IN-DIOS, sept ans après sa création s’affirme donc comme un sérieux outsider sur la scène Heavy nostalgique mais pas dupe, avec un premier album frisant la perfection dans le style. Et si les influences trop évidentes ne sont pas un écueil pour vous, alors savourez à pleines oreilles. La pureté se paie comptant de nos jours.                                             

Titres de l’album :

                       01. Almas Negras

                       02. Golpeador Golpeado

                       03. Canibal

                       04. Lengua De Fuego

                       05. Autocompasión

                       06. Libertad

                       07. Empujando Al Viento

                       08. Violencia

                       09. Blanco Tormento

                       10. Ganar El Juego

                       11. Sintiendo El Metal

Facebook officiel


par mortne2001 le 11/05/2020 à 18:12
82 %    604

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kerry King

https://www.blabbermouth.net/news/kerry-king-on-his-post-slayer-project-it-will-be-fking-good/Le pere King parle de son projet justement. 

15/10/2021, 23:04

afarf

bof 

15/10/2021, 21:01

Humungus

C'est plus ce que c'était c'est sûr, amis cela reste du UNLEASHED pur jus..."D'après les deux extraits, j'ai l'impression que le groupe s'assoupli alors qu'il gagnerait à se durcir"CLAIR !!!

15/10/2021, 09:05

Arioch91

J'ai aussi trouvé que la vidéo était too much pour les 30 ans de Machine Head.Un paquet de zicos présents sur la vidéo ont un groupe bien plus vieux que ça et ça balance des "30 years ! wooohhhhhhhhh ! Great ! Incredible ! Inbeliva(...)

15/10/2021, 08:21

RBD

Normal, j'en ai servi l'autre soir. C'est de saison.Monolord va tourner en Europe et en France en novembre prochain, je crois.

14/10/2021, 23:09

Gargan

Le premier truc auquel j'ai pensé : civet aux cèpes... pfff..

14/10/2021, 21:11

Hoover

 @Arioch91: Personnellement j'aime bien World painted blood, ça ne réinvente rien mais c'est bien fait, le seul album de trop pour moi c'est le dernier. Quant à King c'est de loin le membre de Slayer qui m'intéresse le moins, pas sûr(...)

14/10/2021, 18:13

l\'anonyme

@ Jus de cadavre: non, ce n'était pas avec Holt mais avec Phil Demmel. Holt avait mentionné qu'il se consacrait maintenant pleinement à Exodus et King avait dit que, avec Holt, ça ferait clone de Slayer et que ça n'aurait pas de sens. (...)

14/10/2021, 11:41

l\'anonyme

Personnellement, je trouve que "Where can you Flee?" est meilleur que "the king let his crown". Mais ce ne sera pas l'album du siècle et probablement le moins bon d'Unleashed. Et puis, ce son de guitare sur "The King...", pas vraiment percutant p(...)

14/10/2021, 10:59

pierre2

........... encore un groupe que j'ai vénéré mais qui aurait dû s'arrêter depuis bien longtemps !

14/10/2021, 10:34

Jus de cadavre

Ce n'était qu'une rumeur lancée par la femme de King (elle cause beaucoup pour ne rien dire elle) le projet de KK (ça parlait aussi de Phil Anselmo et Gary Holt, en gros Slayer sans Araya quoi). Mais rien de nouveau la dessus j'ai l'impression. Le jour ou (...)

14/10/2021, 10:25

Humungus

"Le projet du père King avec Paul Bostaph ça en est où ?"Ah bon ?!J'étais pas au jus de ça du tout...Alors du coup effectivement : Ça en est où ?

14/10/2021, 10:00

Arioch91

Pour moi, le dernier bon album de Slayer, c'était Christ Illusion.World Painted Blood partait un peu en roue libre et Repentless, j'ai pas aimé du tout.Araya étaint rincé et avait envie d'une seule chose : profiter de sa retraite.Le (...)

14/10/2021, 09:09

Kerry King

Le projet du pere King avec Paul Bostaph ça en est où ?

13/10/2021, 22:40

dawad

Ils ont fait un bon album, le premier.

13/10/2021, 20:32

RBD

Machine Head... c'est une vieille histoire de fidélité entre Flynn et moi, au gré des rédemptions successives et de lives toujours sérieux à défaut d'être très spontanés parfois. J'apprécie même les a(...)

13/10/2021, 13:41

Humungus

Je ne pensais vraiment pas à une reformation de SLAYER en disant ça mais à un autre projet monté par Kerry.Je suis en gros d'accord avec toi concernant le timing séparation de SLAYER... Même si cela me fait grandement chier hé hé h&e(...)

13/10/2021, 13:17

mortne2001

Et on va à la ligne de temps en temps monsieur AlexXxis???? TU VEUX NOUS FAIRE SUFFOQUER, C'EST CA??????

13/10/2021, 11:55

Jus de cadavre

Et bien de mon coté je ne souhaite vraiment pas le retour de Slayer par contre ! Déjà, Araya a prévenu que pour lui c’était définitivement terminé. Donc si Slayer venait à se reformer ce serait sans lui. Donc bon, ce ne serait mê(...)

13/10/2021, 11:47

Humungus

Croisons les doigts pour ça Jus de cadavre !Croisons aussi les doigts pour que cela soit bon si cela se fait... ... ...PS : Une news sur MACHINE HEAD où on fini par commenter sur SLAYER...CQFD

13/10/2021, 11:17