Soyons un peu factuel et plantons le décor. Du Death old-school, encore et toujours, mais cette fois-ci, l’éclairage adopté vous permettra d’apprécier une tranche de nostalgie agrémentée de réalisme contemporain, et non un énième démarquage sur les délires morbides des références mondiales du style, même si celles-ci ont droit de cité sur ce premier album aux sonorités pas si classiques qu’elles n’en ont l’air. TERRIBLE CLAW est né de la rencontre il y a une dizaine d’années du guitariste Paul Harrington (NOG, ANAAL NATHRAKH) et de l’autre guitariste Stuart Pendergast (H.O.D., NEANDERTHAL). Se sentant des affinités conjointes, les deux instrumentistes enrôlèrent alors Mike Pilat (BAD PRECEDENT, COLLUSION) au poste de chanteur pour former DANMAKU, qui après un unique album et un unique concert se retrouva vite au service des objets perdus que l’histoire n’est jamais venu réclamer. Légèrement dépités d’avoir laissé passer une si belle occasion de s’exprimer, les deux amis décidèrent quelque temps après de reformer une nouvelle mouture de leur ancien groupe, pour s’adonner à leur passion commune pour le Death Metal de tradition. Réadoptant pour un temps leur nom d’origine, Paul et Stuart se rendirent vite compte que leur nouvelle orientation nécessitait une rupture totale avec leur passé, et optèrent donc pour le patronyme de TERRIBLE CLAW, histoire de poursuivre leur partenariat sur de nouvelles bases putrides. En résulte donc quelques années de préparation, des tests de composition, pour aboutir aujourd’hui au résultat proposé sous la forme de ce premier LP, Sickening Annihilation, ne faisant pas grand cas de sa cruauté sans oublier toute forme de musicalité. Et loin de se borner à réchauffer des plans déjà servis par d’autres cantines morbides, le duo anglais propose une accommodation personnelle du classicisme Death, agrémenté de touches harmoniques plus foncièrement Metal, et de syncopes purement Thrash qui permettent d’alléger le tout sans en atténuer ses fragrances les plus féroces.

Un parfum connu remis au goût du jour, telle est donc l’optique de ce premier et long album, qui en neuf compositions et presque cinquante minutes se permet un voyage dans le temps multiple, prônant des allers retours spatiaux et temporels, et naviguant au gré d’une inspiration plurielle entre les Etats-Unis, l’Angleterre, la Suède, les 80’s, les 90’s mais aussi le nouveau siècle pour ne pas sombrer dans la monotonie d’un trip old-school aux étapes éculées. Technique et efficacité, telles sont donc les deux qualités principales d’un projet porteur et digne d’intérêt, qui n’a pas oublié les sciences exactes de DEATH et qui les insuffle à un esprit de vilénie dont le GORGUTS le moins inextricable était animé dans ses jeunes années. On retrouve cette façon de développer des idées simples pour les couvrir d’une patine progressive, ce touché de guitare digne des James Murphy et du grand Chuck, mais aussi cette assise rythmique un peu expérimentale symptomatique des efforts de CYNIC et de MORBID ANGEL, le tout enrobé dans des harmonies avouées qui pour une fois, jouent les parts égales avec la cruauté de riffs vraiment sombres. Sans sombrer dans le labyrinthe d’un Techno-Death stérile et bafouillant ses gammes, le duo de Birmingham met en avant des qualités musicales indéniables, et profite d’un bagage instrumental certain pour peaufiner sa vision d’un Death barbare mais propre, que des compositions comme « Sickening Annihilation » ou « Self Centered Reality » mettent en relief avec brio. Gardant lien avec un Heavy Metal de fond, les deux guitaristes se paient le luxe de faire la jonction entre toutes les formes de Metal extrême de l’orée des 90’s, tout en acceptant de tremper parfois leur esprit dans le marasme d’un Death US tout à fait pertinent et violent (« Inconvenient Truth »), mais sans jamais se départir d’arrangements judicieux et de cette préciosité technique les empêchant de se vautrer dans la soue putride d’un Metal scandinave à la ENTOMBED/DISMEMBER. Ici, on joue puissant mais clair, et on permet à l’auditeur de saisir toutes les nuances de morceaux en proposant un nombre conséquent, ne serait-ce qu’en termes de soli qui nous ramènent à l’ère floridienne de la fluidité héritée des influences les plus Heavy Metal de Schuldiner. 

Tous ces embellissements ne doivent pourtant pas occulter le fait que Sickening Annihilation  reste dans le fond une solide affaire d’agression. Certes, nous sommes loin de la débauche proposée par les combos sud-américains nostalgiques d’une bestialité nationale, et à des lieues des convenances nord-européennes les plus prévisibles, mais la trame de base de l’œuvre reste ancrée dans des philosophies extrêmes, assez fières de l’héritage national des BOLT THROWER et autres BENEDICTION. Mais en choisissant de traduire le simplisme efficace de leurs aînés dans un langage plus élaboré d’outre-Atlantique, les TERRIBLE CLAW nous permettent d’apprécier un effort collégial unissant l’harmonie à l’agonie, pouvant même à l’occasion rappeler une rencontre entre un MESHUGGAH simplifié et un DEATH revenu d’entre les morts pour nous promettre à nouveau un Spiritual Healing (« The Worst of all Scum »). En gros et en substance, une théorie globale évolutive autorisant le duo à dériver vers les courants progressifs, pour nous offrir parfois des voyages fascinants entre aplatissement rythmique et vocal, et digressions harmoniques et suaves (« Statistical Apocalypse », le trait d’union en pointillés entre MASSACRE et LOUDBLAST, avec une fois n’est pas coutume, une basse proéminente). S’il est évident que certains automatismes seront à gommer à l’avenir, certaines inspirations se recyclant d’un morceau à l’autre eut égard à la longueur de ceux-ci et de l’album in extenso, la majorité des titres proposent des avancées sinon majeures, du moins notables et appréciables, et « Pacification Machine » de développer une dualité violence/quiétude d’une beauté formelle assez troublante. D’autant que Paul et Stuart ne refusent jamais un emprunt au Techno-Thrash le plus humble, et ne rechignent pas à enrichir leurs compositions d’arrangements de samples très efficaces, ce qui a le don de dynamiser les passages les plus convenus.

Notons quand même une certaine linéarité dans les lignes vocales, et une indéniable frustration de ne pas voir l’ensemble décoller plus souvent vers les cimes de la violence la plus crue (même si l’accélération modérée de « Catastrophic Uniformity » nous propose une relecture assez intéressante des premiers travaux de Fredrik Thordendal adapté au DEATH de Human), mais l’un dans l’autre, et une fois l’analyse terminée et validée, Sickening Annihilation n’en reste pas moins un premier LP aux idées fort bien exprimées, et à la nostalgie bridée pour ne pas encore une fois nous noyer dans le bourbier d’un Death old-school trop figé.         


Titres de l'album :

                         1.Sickening Annihilation

                         2.Statistical Apocalypse

                         3.Self Centered Reality

                         4.Inconvenient Truth

                         5.The Worst of all Scum

                         6.Ionosphere

                         7.Pacification Machine

                         8.Catastrophic Uniformity

                         9.Nature Imperfect

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 20/11/2018 à 16:03
80 %    218

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.


Ce que je voulais dire, c'est que MGŁA n'apporte rien de plus en live par rapport aux enregistrements studio. Le boulot est fait, les riffs sont bons et, même si je ne connais pas toute leur discographie, j'apprécie généralement leur musique. Mais sur scène, je n'y trouve pas de sursaut d'inte(...)


Vu en 2013 au Luxembourg.
Souvenir malheureusement mitigé :
Super heureux de voir et entendre ce putain de groupe pour la toute première fois sur scène.
Mais déception totale d'avoir l'obligation d'être assis à un concert (c'était la toute première fois que cela m'arrivait (...)


Très surpris de lire que MGLA ait désormais "un public familial"...
Cela fait très longtemps que je ne les ai pas vu en live (à vu de nez je dirai qu'il y a 7 ans), mais je peux vous dire qu'à l'époque, c'était très loin d'être le cas.
Quoi qu'il en soit, groupe que perso j'ador(...)


Nous tenons là la surprise de l'année ! Un des plus grands vocalistes extrêmes sortant un opus solo, là j'en tombe de ma diabolique chaise ! Le tout a l'air bien bien barré en plus : j'adore.


Aie la pochette !!!! Ça sent pas le death metal ça....Akerfeltd doit vraiment se forcer sur scène pour jouer les vieux morceaux.
Enregistré l'an dernier et sort qu'en automne ?


"Kickback reviens ! Ils sont devenus tous mous..."


@Sphincter : ah bah mec ton com fait plaisir à lire ! Autant je ne suis pas un adepte du pit à tout prix autant, quand tu dis que les gens se prennent trop au sérieux, c'est tellement vrai ! Genre si ça se met à bouger un peu trop selon certains dans la fosse, tu as l'impression d'être une bê(...)


Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).