Pour les fans plus très novices, il est passionnant de suivre le développement de nouveaux groupes vers un professionnalisme – et parfois un succès – de plus en plus marqué au long des ans. Le plus beau cas pour moi reste Gojira mais Skeletal Remains est pas mal non plus, du premier au troisième album en quatre ans, avec chaque publication accompagnée d'une tournée européenne s'arrêtant par chez moi !

Cependant, cette date en plein mois d'août hors festival n'était pas idéale et n'a pas ramené le public qu'il y aurait pu avoir si c'était en plein hiver, les estivants de passage ne compensant pas les habitués en vacances.


Ce sont les Montpelliérains de HANGER ABORTION qui ont ouvert le feu sur une intro' inquiétante d'horreur série B. Ils se produisent beaucoup ces derniers mois. Le quartet a donc pu rôder son set, avec un son correct et une interprétation suffisamment rigoureuse pour du Slam Death très marqué par le Beatdown. À côté, Cannibal Corpse et Dying Fetus passeraient pour des groupes expérimentaux ! Dans son t-shirt jaune apportant un peu de couleur à ce pilonnant spectacle, le chanteur growlait même ses annonces. À dire vrai son beuglement reste le seul point faible technique d'une formation encore débutante, manquant encore de puissance et de métier. À part ça on pouvait headbanguer bas, quasiment sur le même riff vingt-cinq minutes durant, au gré d'un tempo un peu plus changeant. Je n'écoute pas beaucoup ça chez moi, mais en première partie de concert cela permet de s'immerger.


En retournant dans la salle après le premier intermède un compère me précisait que le prochain groupe servait du Black à la suédoise. Je compris pourquoi il y avait quelques beumeux visibles dans l'assistance. Les compatriotes Toulousains de BLACK MARCH, sous ce nom assez bateau, accueillaient notamment jusqu'à fort peu l'ancien batteur de Gorod Samuel Santiago - déjà remplacé. Avec leurs dégaines proprettes et sans peintures, une sobriété tolérant tout juste un joli trépied de micro de chant ouvragé d'un soleil métallique un peu à la Behemoth, il fallait attendre pour savoir après une première introduction mêlant sympho et piano. Et en effet la musique correspondait bien à un Black agressif aux riffs plutôt mélodiques rappelant Marduk malgré une apparence distincte. De plus le cri est assuré par une chanteuse dont le timbre me rappelait une fois de plus celui de feu Tristessa dans la période true black des débuts d'Astarte (je trouve que presque toutes les chanteuses de vrai Black sonnent ainsi…), Elle dominait le mix de l'ensemble, le son me paraissant impeccable au-delà de ce choix. Quand ses imprécations s'exprimèrent en français, le rapprochement musical devenait plus clair avec l'ensemble de la scène nationale. L'efficacité claire et recherchée des compositions valait tous les signes extérieurs. Les interludes sympho-piano enregistrés n'apportaient guère à la musique mais permettaient de souffler. La violence écœurée du propos emballa une assistance qui n'était pas acquise au vu de l'affiche.


Pendant la pause j'étais parti pour acheter un t-shirt puis finalement je me rabattis sur un vieux CD d'un collègue qui revendait du stock.


SKELETAL REMAINS attaqua son set sans aucune cérémonie, directement. Cela jouait méchamment, le son était parfait et j'avais plaisir à reprendre en pleine face ces morceaux très intenses, agressifs et puissants tirés du redoutable "Devouring Mortality". L'ambiance retombait toutefois à plat au terme de chaque titre, les trois musiciens debout tournant instantanément le dos au public pour titiller leurs potards, boire ou se recoiffer sans adresser aucun mot aux fans enthousiastes plantés à moins d'un mètre et à hauteur d'yeux. Un certain malaise commença à s'installer malgré le virage d'un troisième titre probablement tiré de l'un des deux premiers disques, au rythme binaire plus direct, qui offrit une sorte de redémarrage au set. Le contraste était étrange. Les morceaux remettaient jouissivement à jour le Death old-school de 1991 en y instillant une pointe de néo-Thrash. Ils me brisaient la nuque pendant que j'esquissai dans le vide des riffs et des solos que je finis par reconnaître. Le nouveau batteur, déjà venu en ces lieux il y a quelques années lors du tout premier passage de Skeletal Remains mais au sein de leurs compagnons Morfin qui assurait la première partie, faisait l'affaire bien qu'étant largement plus sollicité.

Ce manque total de charisme va devenir problématique pour le développement de leur carrière, après une progression remarquable en une poignée d'années. Ce qui passait il y a cinq ans pour de la timidité de gamins faisant leur première tournée, voire sans doute leur premier voyage en Europe sans les parents, est en fait un trait de fond plus préoccupant. Chris Monroy, guitariste beugleur, se place dorénavant au milieu de la scène mais il maintint une communication en deçà du minimal, peu en rapport avec la qualité de son growl, se bornant tout au plus à marmonner rapidement des banalités inaudibles impropres à remplir les gros blancs systématiques. Les mines des quatre membres n'exprimaient pourtant pas la sombre arrogance de certains groupes partiellement inspirés du Black qui aurait pu justifier une telle froideur. Une bonne partie de la petite assistance bougeait sur place et échangea tout au plus quelques bourrades, abstraction faite de quelques départs en cours de set peu nombreux mais significatifs. Alors qu'avec un petit peu plus de chaleur et d'empathie, ce répertoire aurait pu bouter le feu à la salle. D'ailleurs il n'y eut pas de rappel cette fois, à la différence du précédent passage, au terme de cinquante minutes musicalement imposantes mais dans une ambiance peu habituelle pour ce genre.

On ne s'étonnera pas que le groupe s'installa à son stand sans trop chercher les contacts, tournant le dos à nouveau au public restant dans la nuit fraîche pour pouvoir mieux discuter entre eux. Je finis par abandonner mon idée initiale de leur acheter quelque chose. La qualité de la performance musicale me préserva de partir frustré ou fâché, et cela fait beau temps que j'écoute assidument des groupes peu transcendants sur scène. Mais il reste désolant de voir les Californiens s'installer dans cette attitude aussi fermée qui semble plus maladive que méprisante.


par RBD le 21/08/2019 à 13:38
   301

Commentaires (6) | Ajouter un commentaire


Nubowsky
@93.23.104.232
21/08/2019 à 16:04:12
Je ralais d’être absent pour cette date mais tu m’as remonté le moral. J’ai personnellement du mal avec la non communication (voir le mépris pour certains) des groupes envers leurs fans.. surtout dans des musiques dites de niches..
Sauf erreur de ma part, leur excellent batteur est parti titiller les fûts chez Power Trip. Groupe avec une excellente communication d’ailleurs ;-)

maxime
@78.192.38.132
22/08/2019 à 09:29:10
Celui qui arrive à lire et surtout comprendre ce pavé est un héro...

JTDP
membre enregistré
22/08/2019 à 10:21:44
Merci ! Merci de rappeler qu'il suffit juste de savoir lire pour être un héros... ;-)

grinder92
membre enregistré
22/08/2019 à 10:30:31
Cool ! Je suis un héros ! :-)

Simony
membre enregistré
22/08/2019 à 10:40:36
@maxime : je ne comprends pas ???

Jus de cadavre
membre enregistré
22/08/2019 à 12:10:10
Très bon report. Précis et honnête.
Et bien dommage qu'un groupe du niveau de Skeletal Remains soit si peu communicatif... c'est surtout con pour eux d'ailleurs.

Ajouter un commentaire


Izengard

Angel Heart

Hevius

Millenaire

Wayward Dawn

Haven of Lies

Carcariass

Planet Chaos

Cianide

Unhumanized

Ross The Boss

Born Of Fire

Worm

Gloomhole

Myrkur

Folkesange

Solarys

Endless Clockworks

Power Theory

Force of Will

Testament

Titans Of Creation

Konvent

Puritan Masochism

Murder One

Live In Lembarzik

Harem Scarem

Change the World

Dreamlord

Disciples of War

Denial

Antichrist President

Trepalium

From The Ground

Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

J'irais Mosher chez vous ! Episode 3 : Thaïlande

Jus de cadavre / 06/04/2020
Asie

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Groupe dont je suis über fan depuis le lycée.
"Pour se poser en garant de la légende ; ce qu’il est à n’en point manquer"...
What else ?


J'espere que tout les festivals feront ce que fait le hellfest, de reporté a 2021.

J'ai rdv a nimes avec les foo fighters, nightwish, deep purple.


Le but d'une assurance c'est de ne pas payer. Quand il rembourse pas c'est qu'il ont "bien" travaillé... Comme dis plus haut "une assurance honnête ça n'existe pas"
Les assureurs sont entourés d'experts, de médecins, etc... Une pandémie (respiratoire, pulmonaire) comme celle que nous vi(...)


Une assurance honnête, ça n'existe pas. Point final.


@RBD : quel album avais-tu chroniqué chez VS ? Je ne retrouve pas ta signature dans les archives... Pour le reste je souscris entièrement à tes propos ! Quant au label on apprend, dans une interview qu'ils ont donné à Rock Hard je crois (le n°206 ou 207, je ne sais plus) qu'en fait ç'a bien f(...)


Bon courage à lui !


Courage à eux, en ces temps très difficile, j'applaudie des deux mains la cagnotte, et leur volonté de mettre 20.000 boules alors qu'ils vont être eux aussi en difficulté financière. Franchement Bravo.

J'espère que pour mes amis du Festival L'homme Sauvage, cela se passera mieux(...)


Prendre une assurance qui a son siège dans la ville des Balkany, c'est un peu comme avoir des désaccords contractuels avec Manowar : c'est prendre un énorme risque...


Dans deux ans l'entrée du fest sera à 300€ et tout le monde trouvera ça normal, "association à but non lucratif" ...


Le refus d'Albingia était prévisible et je pense que c'est une réponse systématique. Ça va forcément finir devant les tribunaux. Il faudra un arrêté ministériel voire une loi pour contraindre les assureurs, qui vont s'agiter et négocier très dur en coulisses en faisant un chantage à l'ag(...)


Plusieurs sonorités glauques rappellent régulièrement le vieux projet Electro-Indus qu'il avait fait avec Dan Lilker, Malformed Earthborn. Même si ce n'est pas le même style musical et que la production a beaucoup évolué en plus depuis, on y retrouve une continuité de l'un à l'autre.


LA découverte Crust de ces derniers temps pour moi ce truc. Ce morceau est juste terrible !


Cancer de cette société... les assurances ! Ils ont réussi à rendre leurs prestations obligatoires à tous les niveaux.
Bruno Lemaire a été clair hier : "les assureurs peuvent et doivent faire plus que ce qu'ils font aujourd'hui pour contribuer à la solidarité nationale."
En es(...)


He beh... leur message concernant leur assurance a le mérite d'être très clair !


Il ne pouvait malheureusement pas en être autrement, vue la situation... Par contre, le coup de l'assurance, c'est vraiment SALE...


Waputainlaprod ! Me demande si je ne vais pas craquer à la sortie...


J'avais eu la chance de voir Carcariass en live avant qu'ils n'y renoncent, et bien plus tard j'avais chroniqué l'un de leurs albums sur VS. Il faudrait aussi que je remette la main sur ce vieux t-shirt...

Si la tentation du pur instrumental n'est pas nouvelle, j'espère moi non plus (...)


[PRÉCOMMANDE] Great Dane Records & CARCARIASS en partenariat avec Diggers Factory annoncent la sortie de Album "Planet chaos" de Carcariass sur 2LP de couleur rouge, limité à 300 exemplaires numerotée a la main . Cette édition ultra collector sera disponible uniquement en PRE-COMMANDE https://w(...)


Excellent ! Cela confirme un peu l'idée que j'avais a priori, comme quoi la Thaïlande est un pays moins métallique que ses voisins du sud (Malaisie-Singapour-Indonésie), mais déjà plus que ceux qui l'entourent. Les régimes politiques n'y sont peut-être pas pour rien.


Bon, ben voilà, achat direct.