Heartrock

Wake The Nations

25/01/2019

Aor Heaven

Vous mettant les éléments en main, je n’ai presque plus rien à faire ni rien à dire. Entre la caution immédiate et tacite du label AOR Heaven, et l’origine finlandaise du groupe, ma tâche est mâchée d’avance, et la plupart d’entre vous sauront immédiatement à quoi ils ont affaire. Mais je peux ajouter aussi quelques autres informations, histoire d’enfoncer encore plus le clou des certitudes dans le cercueil des doutes. Renfort de pointures, dont Sören Kronqvist (Joe Lynn TURNER, ONE DESIRE) et Thomas Wikström (THERION) pour les compositions, coup de pouce d’Erik Martensson (ECLIPSE et W.E.T.) pour le mix, et mastering confié à Ilkka Wirtanen (RECKLESS LOVE), voilà qui complètera certainement un tableau prévisible à l’avance, et aucune mauvaise surprise à l’horizon, puisque ce second LP des finlandais de WAKE THE NATIONS est une réussite totale, dans un style pourtant surchargé en sorties essentielles depuis quelques années. Fondé au départ comme un projet studio, avec une seule performance dans le cadre d’une release party il y a quelques années, WAKE THE NATIONS est devenu une entité à part entière, qui se produit live, avec un line-up solide, et une place de frontman confortée. C’est donc à un quintet que nous avons affaire sur cette suite, avec Krister Stenbom (chant), Risto Tuominen (guitare/choeurs), Jori Tojander (claviers), Janne Grenfors (basse) et Tuomas Pelli (batterie) qui s’en reviennent nous conter des histoires de romantisme, de délicatesse, de puissance et de tendresse, avouant au passage une fascination ouverte pour les années 80, ce qui leur fait un point commun avec une bonne centaine de groupes existant dans leur pays. Oui, c’est un fait, et après avoir traité du cas plus exposé des BEAST IN BLACK, je me retrouve encore aujourd’hui face à un groupe de fins qui mixe les claviers à hauteur des guitares, retrouvant l’impulsion AOR d’il y a trente ans.

Et même si l’approche est aussi connue qu’un gag de tarte à la crème dans un slapstick, elle fonctionne toujours à plein régime, pour peu que les musiciens l’appliquant soient de véritables passionnés. Ce qui est le cas ici, et après nous avoir laissé dans le flou total au début de leur carrière (rupture de ban et formation de HUMAN TEMPLE, changement de nom, problèmes de line-up…), les WAKE THE NATIONS confirment les grands espoirs placés en eux, se la jouant un peu KISS en faisant appel à des compositeurs extérieurs pour décrocher des hits singles et rester dans l’air du temps. Et ce dernier est plutôt ensoleillé, avec quelques pics de température mais aussi quelques zones d’ombre pour se rafraîchir, dans la plus pure tradition d’un Rock radiophonique à tendance Metal, toujours soft, mais jamais niaiseux. Rappelant clairement une bonne dizaine de références du genre, et se situant en convergence d’une démarche conjointe des JOURNEY et d’ECLIPSE, les cinq finlandais jouent sur du velours et nous déroulent le tapis rouge, profitant d’une production impeccable et pas fatalement aseptisée, comme c’est souvent le travers de ce genre de réalisations. Evidemment, les fans de Hard saignant passeront leur chemin, tout comme ceux qu’hier intéresse moins que demain, mais l’un dans l’autre, et après de multiples écoutes, les accros à la subtilité harmonique des eighties se trouveront comblés par cette bordée de chansons qu’on sent plus que peaufinées, mais qui ont su garder la crudité nécessaire pour ne pas fondre en boule de guimauve.

Très à leur place au sein de l’écurie AOR HEAVEN, le quintet évoque parfois une version nostalgique des HAREM SCAREM, lorsque l’intensité augmente et que le tempo trépide, à l’image de cet endiablé « Higher », qui incarne à n’en point douter le sommet de puissance de Heartrock. Cœur de rockeur ou rockeur au grand cœur ? Cet album peut parfaitement incarner les deux concepts, et se délecte d’un clavier omniprésent qui souligne de son synthétisme une poignée de riffs moins timides que la moyenne, trouvant le parfait équilibre entre la radiophonie du Billboard et la hargne du Hard Rock nordique, ce qui est plus que frappant dès l’entame de « No Mercy ». Intro en volutes de synthé, voix pures qui s’envolent vers le ciel, arrangements léchés, tout y est, et on s’y croirait, revenu aux alentours de 85/86, roulant à vive allure sur une highway. Et si l’action se déroule en Finlande, il n’est pas difficile de s’imaginer en Amérique, tant ce second chapitre reprend tous les codes de l’AOR d’outre-Atlantique. Sauf qu’il y ajoute quelques gimmicks plus contemporains, comme ces samples sexy sur « Tattoed Girl », illustré d’un clip, et qui dénote dans le rendu global. Up tempo martelé, chant aiguisé, basse qui ne s’en laisse pas compter pour s’imposer, couplets smooth pour refrain qui étouffe, et on se laisse avoir une fois encore tant le travail est bien fait. On se dit que le mélange entre ONE DESIRE et BALANCE est décidément très pertinent, et les mélodies nous tournent autour de la tête pour mieux s’immiscer dans notre cœur, finalement assez sensible à ce genre d’opération séduction. Et si les ballades sont bien sûr cajolées, les intermèdes plus tendres ne s’avèrent pas lénifiants de niaiserie pour autant, puisqu’ils s’arrangent toujours pour garder un côté plus viril (« Fallen Angel »).

Ça défile, sans temps mort, et inutile d’attendre le moindre faux pas, puisque les artistes sont doués, et bien épaulés. Et les chart toppers s’accumulent avec frénésie, du bondissant « Midnight Lovers » au syncopé « New Day » et sa basse slappée qui donne clairement envie de bondir et danser. On pense à une version dynamitée et rajeunie des HAYWIRE, les premiers à avoir osé poppiser leur son distordu, mais à vrai dire, on pense très vite à WAKE THE NATIONS tant l’identité du groupe s’affirme sur ce Heartwork, un peu comme si le BAD ENGLISH de Backlash n’avait pas dû bâcler sa copie pour séduire sa maison de disques. La voix de Krister Stenbom, toujours aussi pertinente possède le ton juste des chanteurs qui n’en font pas trop et servent les mélodies, la guitare de Risto Tuominen, souvent discrète dans les riffs se rattrape sur les soli, tandis que les claviers ludiques et joyeux de Jori Tojander nous évitent les poncifs pénibles et pompiers de leur équivalent 80’s. Ici, malgré l’hédonisme affiché, c’est la modération qui frappe, car le groupe n’en fait jamais trop pour se faire remarquer, préférant travailler des motifs mémorisables pour mieux nous persuader. Et c’est ainsi que « Flames » se pose en tube fatal, et que le magique « Something in Your Eyes » semble parvenir à résumer toute une décennie en un peu plus de quatre minutes. Les finlandais ne se sont donc pas trompés au moment de choisir leurs partenaires, et pendant quarante-trois minutes, les harmonies subtiles se succèdent, dans un esprit collectif qui ne sacrifie jamais les individualités. Et le travail admirable accompli par Janne Grenfors à la basse n’en est que plus louable, lui qui tente toujours d’imposer une ligne serpentine au déroulé animal (« This Is Over », c’est clairement lui qui donne l’impulsion…), tandis que son compère Tuomas Pelli cadre quelques percussions dynamiques que les chœurs angéliques transcendent de leur légèreté.

Heartrock pourrait donc être l’album qui propulsera les WAKE THE NATIONS dans la stratosphère des groupes d’AOR, ce qui ne serait que mérité au vu de sa qualité. Un disque enregistré avec le cœur, qui fera vibrer le vôtre, à une cadence soutenue mais sans provoquer d’effort superflu.       


Titres de l'album :

                            1. No Mercy

                            2. Tattooed Girl

                            3. Midnight Lovers

                            4. All my Life

                            5. Fallen Angel

                            6. Now You’re Gone

                            7. New Day

                            8. Flames

                            9. Something in Your Eyes

                            10. Higher

                            11. This is Over

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 31/07/2019 à 14:43
85 %    366

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Harmony Corruption

mortne2001 03/07/2020

Little Monsters

mortne2001 30/06/2020

Complicated Mind

mortne2001 15/06/2020

Dossier spécial Bretagne / LA CAVE #5

Jus de cadavre 15/06/2020

Screams and Whispers

mortne2001 12/06/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
RBD

Voilà un groupe et un homme qui m'ont marqué à une époque où je commençais à être blasé. Ce n'est pas toujours facile à suivre d'un album sur l'autre, c'est un vrai fêlé. Mais comme dit le proverbe, ce sont des esprits comme ça qui font entrer la lumière.

10/07/2020, 23:41

aeas

Seul le batteur a encore un semblant d'intégrité à travers ses activités.

10/07/2020, 20:35

Jus de cadavre

Idem, découverte pour moi grâce à cette chronique. La prod est excellente pour l'époque !
Un bien bel hommage en tout cas Mortne...

10/07/2020, 17:38

JTDP

@jus : +9986457 !
@gerard : fais péter le "name dropping" on n'attend que ça de faire de nouvelles découvertes ! ;-)

10/07/2020, 17:10

JTDP

Purée c'est vrai qu'il est excellent cet album !!! Et malgré Youtube et le poids des ans, le son est franchement bon ! Une réédition s'impose, c'est indéniable.

10/07/2020, 17:08

Oliv

Ah bon

10/07/2020, 12:51

y'a pus d'jus

faut dire à BEBERT de pousser son camion ,il bloque la porte du garage et j'peux pas sortir la dépanneuse !

10/07/2020, 12:29

Gargan

Haha la ref à Hanson ! Belle découverte, merci.

10/07/2020, 11:59

Thrashing Metropolity

Super anecdote, Goughy ! Merci pour le partage !
Ca ne fait que confirmer tout le bien que nous sommes nombreux à penser de ce groupe culte.

Vraiment, si ces albums pouvaient être réédités, ce ne serait que justice !
Quelqu'un a évoqué plus haut l'accent franglais du (...)

10/07/2020, 11:07

goughy

Bon allez je me lance, juste histoire d'en rajouter sur les sentiments positifs qui émanent ce très beau papier (je savais pas l'histoire du début des Bérus...)
Ca devait être en 94 ou 95, on avait 14 ans, on écoutait MST et, avec deux autres potes, Mickey était une star du niveau de Br(...)

10/07/2020, 10:42

Gargan

...Quand tu découvres les effets lumineux de ton logiciel de montage.

10/07/2020, 10:37

steelvore666

Bien d'accord avec vous messieurs.
J'écoute encore les "vieux" albums, ceux qui montrait un groupe sur de lui et assez puissant pour convaincre sans en faire des tonnes et devenir pathétique.
Un constat : la qualité de ses albums est inversement proportionnelle à son implication dans(...)

10/07/2020, 09:41

Speeding Velocity

Eh ben.... vraiment pas bandante cette affiche.
Je suis quand même curieux de voir le prix des places pour "ça".
(et le taux de remplissage, mouarf !)

10/07/2020, 09:00

NecroKosmos

Même opinion. Groupe de clowns. Après, cette polémique montre bien l'ouverture d'esprit du gouvernement polonais.

10/07/2020, 06:40

NecroKosmos

Je ne connaissais que de nom. Voilà qui me plaît beaucoup !!

10/07/2020, 06:28

aeas

Guignol à la tête d'un groupe de guignols. Sacré Nergal et son cirque...

09/07/2020, 22:13

Jus de cadavre

@gerard : petite phrase importante dans l'article que tu as peut-être zappée "N'oubliez pas que ces sélections sont totalement personnelles et subjectives et n'ont pas pour but de présenter tout ce que la Bretagne a pu produire (on n'en aurait pour des journées entières !)"

Sans c(...)

09/07/2020, 22:02

gerard menvuça

Et les groupes de Speed metal / heavy metal / hard rock / Glam rock ?, apparemment il n'y en a pas en BRETAGNE dans l'article ! C'est pas mon impression ! je tombe sur des video sur you tube de groupes Bretons ( Nantes inclus)

09/07/2020, 20:07

Buck Dancer

Jus de Cadavre, merci de dire que je pose des questions pas trop connes ;)

09/07/2020, 19:47

Daisy

Juste si vous pouvez rectifier l'orthographe de son prénom c'est Micaël, merci d'avance ....

09/07/2020, 19:39