Swatta

Chepang

07/07/2023

Autoproduction

On n’y comprend rien, c’est du boucan.

Voilà comment réagissait Ronnie James DIO à l’écoute de NAPALM DEATH, que son guitariste louait pour ses qualités rythmiques. Il est évident que pour un musicien ayant émergé dans les années 50, fasciné par le Heavy Metal et les dragons, Scum sonnait comme l’hallali musicale qu’il était, loin de la logique Rock en mode intro/couplet/couplet/refrain/couplet/refrain/pont/solo/refrain. On ne peut donc pas en vouloir à ce regretté Ronnie d’avoir rejeté en bloc ce mode d’expression bruitiste qui divise encore aujourd’hui, au même titre que le Raw Black ou le Slamming Brutal Death.

Néanmoins, le Grind a fait un long voyage depuis sa naissance, et ne se contente plus de borborygmes plus ou moins habilement placés sur des blasts ininterrompus. Des groupes comme NASUM ou TOTAL FUCKING DESTRUCTION lui ont offert ses premières lettres de noblesse, en l’abordant comme un style acrobatique propice à toutes les figures les plus équilibristes.

Ce qui est aussi le cas des népalais de CHEPANG.

Installés à NYC, les musiciens ont une discographie assez conséquente, avec pas moins de trois longue-durée, trois splits, et même un live. De quoi se payer une réputation enviable, surtout au moment de présenter son troisième album au monde de l’extrême. Et extrême, Swatta l’est sans conteste, tout comme l’était Chatta et comme l’annonçait Dadhelo - A Tale of Wildfire. En six ans, le collectif a fait des progrès énormes, et peut aujourd’hui se targuer d’une certaine perfection dans la démence, via l’adaptation des standards Grind aux canons du Hardcore Math moderne.

Superbement produit, flanqué d’une pochette qui attire l’œil, Swatta est un genre de bouilloire qui siffle depuis deux plombes sur son bruleur, attendant que quelqu’un éteigne le gaz avant qu’elle n’explose. Et si l’explosion n’a pas lieu, les sifflements vrillent quand même les tympans, entre deux souffles repris par un maître de maison un peu étourdi.

La recette choisie par les CHEPANG est très simple : jouer le plus rapidement et le plus techniquement possible, pour se poser en acmé d’une optique bruitiste, mais intelligente. Intelligente mais fourbe, ce que nous fait remarquer un tracklisting des plus bizarres, entamé par des mots complets avant de finir en simple lettre pour désigner un morceau. Originalité donc, effets synthétiques, bourrée dansée avec pas mal de pinard dans le cornet, pour finalement s’affaler sur le parquet, les yeux mi-clos et les réflexes aux abonnés absents.

Cyber Grind joué analogiquement, Swatta est le genre de disque qui épuise, les sens, et le physique. Car avec cinquante minutes et vingt-neuf titres au compteur, on ne peut pas dire qu’il ait joué la parcimonie, mais bien le trop-plein pour nous agresser de manière plus efficace avant de nous laisser K.O pour le compte.

Coup de boule fatal donné en pleine centrale électrique en surcharge, ce troisième chapitre de la saga népalaise déplace des montagnes, mais laisse des stigmates. Des villes entièrement détruites, des hauteurs rasées, pour un tableau apocalyptique en dissonances majeures et viols rythmiques commis en toute impunité. On reconnait le style de ceux qui ne souhaitent pas s’enfermer dans les travers du Grind classique, et qui conchient le brouhaha gluant du Goregrind, pour mieux appliquer les recettes Hardcore moderne.

Ce Grind est en effet totalement Metal, mais joué par des dingues qui ont grandi au son de CONVERGE et DILLINGER ESCAPE PLAN, CANDIRIA et même MESHUGGAH. Des chansons qui s’étalent de quelques secondes à cinq longues minutes dignes de PAINKILLER en pleine crise de dengue (« Ba »), une attitude sans compromis, pour un résultat qui dépasse de loin la moyenne du cru.

Et avec le renfort d’un batteur de luxe qui ignore le sens du mot pondération, le résultat n’en est que plus impressionnant, voire étourdissant, au premier degré. Hors de question de se satisfaire de quelques galéjades plus ou moins bien mises en place, la composition est abordée avec ambition et sérieux, pour aboutir à un sous-genre exigeant et pointilleux.

Son nom ?

Je l’ignore, mais il va falloir lui en trouver un.

En attendant d’avoir trouvé la solution à cette question savourons le massacre en règle perpétré par cette bande d’allumés notoires. Swatta est en effet à la lisière du boucan parfois (comprenez qu’il trempe un orteil dans le Harsh Noise sans complaisance), mais reste pourtant musical, technique et logique. N’en déplaise au regretté Ronnie James qui n’a jamais pu aller plus loin que la poignée de secondes avant de défaillir.          


   

Titres de l’album:

01. Asha

02. Avilasa

03. Ananta

04. Akash

05. Avismarinaya

06. Anurodh

07. Akanchya

08. Anumati

09. Ascharya

10. Anyol

11. Bid

12. Am

13. Ba

14. Na

15. JC

16. JGR

17. GC

18. BP

19. GHC

20. DIA

21. DMT

22. DK

23. TL

24. TC

25. A

26. I

27. F

28. T

29. W


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 02/10/2023 à 17:24
80 %    269

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2024 / Clisson

Jus de cadavre 15/07/2024

Live Report

Escuela Grind + BMB

RBD 08/07/2024

Live Report

The Mandrake Project Live 2024

Simony 05/07/2024

Live Report

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

On me dit dans l'oreillette que la femme de Rob (qui est française) est fan d'Indochine et qu'elle ne serait pas étrangère à cette décision de reprise... L'amour rend aveugle, mais sourd aussi apparemment.

18/07/2024, 14:59

Humungus

Monument.

18/07/2024, 13:39

Humungus

"Kirk et Rob reprennent "L'Aventurier" d'Indochine"... ... ...Le groupe qui aime à se tirer une balle dans le pied quoi !Après l'ignominie de la reprise de Johnny il y a quelques années...A la prochaine date franç(...)

18/07/2024, 09:35

Alain MASSARD

juste excellent!!!!

17/07/2024, 16:30

Tourista

''Shoot the babies in the nest, that's the real hunting''

17/07/2024, 08:37

Ivan Grozny

Pour ma part :Jeudi : Ashinhell / Immolation / Brujeria / Megadeth (aïe aïe) / Shining (le groupe norvégien) / Sodom / Cradle of FilthVendredi : Fear Factory / Savage Lands / Kanonenfieber / Satyricon / Emperor / Machine Head (la fin vite fait pour boire un coup) / (...)

17/07/2024, 01:16

Gargan

« Wher’ar’you Marshall ? » « yeahiyeaah wohooo !! »

16/07/2024, 21:51

LeMoustre

Sympa.En plus tête d'affiche au Pyrenean Open Air en septembre. Ça se loupe pas ça 

16/07/2024, 10:06

Cupcake Vanille

Ok c'est très différent de la période You Will Never Be One of Us qui était plus un mix sauvage et efficace entre un Slayer et Napalm Death. Todd Jones change encore de style vocalement, pour un truc plus vomissant rempli de glaire dans une ligne death(...)

15/07/2024, 11:11

RBD

Excellent ! Ils sont revenus tourner ce clip à la "Maison des choeurs" où nous les avions vus pour un concert inoubliable à l'automne 2023. Il s'agit d'une ancienne chapelle de style Louis XIV (mais pas baroque) accolée à l&apos(...)

11/07/2024, 16:43

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Jus de cadavre

Quand NAILS se met au Speed Thrash   ! Bah ça bastonne !

10/07/2024, 19:48

Tourista

Pardon : présent à Paname.

10/07/2024, 18:41

Tourista

Présent.  Set-list hyper solide, groupe hyper en place et son aux petits oignons. Plaisir manifeste du chanteur (malgré sa crève) et accueil formidable (est-ce une surprise ?) du public. Le plus appréciable dans la forme c'était sa gestuelle dimensionn(...)

10/07/2024, 18:40

RBD

C'est vrai qu'il se maintient bien malgré les ans. Cela me rappelle il y a fort longtemps quand j'avais vu Blaze Bailey tourner en solo peu après son départ de Maiden. Mais Bruce est à un autre niveau de charisme et de talent, c'est clair.

10/07/2024, 12:43

wolf88

salut, ce n est pas Autriche mais Australie   

08/07/2024, 18:48

LeMoustre

Tuerie intégrale.Point.

07/07/2024, 14:33

Humungus

"Je préfère d'ailleurs aller jusqu'au Rockhal plutôt que de monter à Paris où tout n'est que galère et source de stress et d'énervement".Amen !

06/07/2024, 08:19

Gargan

Ah oui ! J’espère que ce sera l’occasion pour faire quelques dates, hâte de les revoir.

06/07/2024, 08:08