Abhorrent Fervor

Vortex Of End

08/10/2021

Osmose Productions

Belle carrière pour les VORTEX OF END, qui fêtent en 2021 leurs seize ans d’une existence artistique vouée aux gémonies d’un Black Metal torride assombri d’une grosse louche de Death impitoyable. Quatrième album, une réputation sans faille, et le soutien du géant underground Osmose, voilà de quoi afficher une grimace de satisfaction tout à fait justifiée, et en écoutant le tonnerre déclenché par cet Abhorrent Fervor, on comprend que l’orage n’est pas prêt de se calmer.

Au risque de me répéter et de passer pour un sénile extrême, je voue une admiration sans bornes pour la scène BM française, qui domine la production mondiale de sa férocité et de son inventivité depuis les années 90. Beaucoup auraient beau jeu de s’en tenir à la légende de ces légions noires qui ont influencé toute une vague d’artistes aussi misanthropes, mais depuis les nineties, la mainmise du savoir-faire brutal français ne s’est jamais démentie, et en découvrant ce quatrième tome des aventures nordiques de VORTEX OF END, on comprend facilement pourquoi les pays étrangers nous montrent un respect tout à fait mérité.

Pourtant, depuis sa création, le quatuor n’a pas vraiment joué la carte du décalage, mais bien celle de l’efficacité à outrance, et de la bestialité froide et maîtrisée. Ardens Fvror, il y a deux ans, nous avait laissés sur une note apocalyptique assez en phase avec son époque décadente et déclinante, mais il semblerait que les quatre musiciens aient profité de la pandémie et du confinement pour nous en revenir plus remontés et haineux que jamais.

Superbement produit pour garder cet aspect monolithique, impeccablement mixé pour que les effets sonores et autres synthés ne se fassent pas bouffer par la rythmique inépuisable, Abhorrent Fervor est d’une ferveur incroyable, et bouillonne de colère, de ressentiment, et d’attente d’une fin du monde que l’on sent s’approcher à grands pas. Encore une fois taillé dans le marbre noir d’un BM incorruptible, à base de riffs à la norvégienne et de blasts incessants, ce quatrième album de l’hydre se montre classique dans le fond, et imperfectible dans la forme. La simple écoute du monstrueux « Cascades of Epiphanies » suffit à comprendre l’aura de ténèbres qui entoure VORTEX OF END depuis le début de sa carrière, et les parallèles avec l’EMPEROR le plus ample et tendu deviennent une évidence.

 

En s’écartant quelque peu de sa ligne de conduite tracée par In Satan and Plutonium We Trust (et qui avait poussé des fans mécontents à comparer le groupe à une version pauvre et rachitique de DARKTHRONE), VORTEX OF END a gagné en musculature et en assurance. Depuis, les progrès notés sur chaque album ont abouti à une sorte de quintessence de violence qui laisse pantois, même si le groupe est encore capable de ralentir le rythme quand il le faut pour imposer des ambiances crépusculaires (« Stygian Hexahedron »).

En résulte une équation de progression assez simple à résoudre. En gonflant ses ambitions, VORTEX OF END peut aujourd’hui prétendre faire partie de la première division, ce que « Perdition Whorl » souligne avec beaucoup d’emphase. Intro pluvieuse, grésillements n’annonçant rien de bon pour les nerfs, avant une terrible embardée succédant à des chœurs désincarnés nous plongeant dans l’horreur totale. L’abomination prônée par les français est donc de circonstance, et la solidité de leur instrumental n’a d’équivalent que cette voix graveleuse et sentencieuse qui souligne tous les motifs les plus grandiloquents comme les plans les plus viscéraux.

En jouant la carte de la symbiose Death/Black, le groupe du nord parvient à synthétiser les caractéristiques les plus violentes et intelligentes des deux styles. Le monumental final de plus de dix minutes « Putrid Fluids » et son clavier empesé nous entraine sur les traces d’un chemin que nous devrons emprunter un jour ou l’autre, et qui nous mènera à notre dernier souffle. Profitant d’une rythmique bondissante et de thèmes catchy, VORTEX OF END souligne sa pluralité de composition, et nous offre un épilogue incroyablement mature.

Désormais indéniable maître de son destin, VORTEX OF END joue sur Abhorrent Fervor une partition incroyablement pertinente, qui nous dépeint un monde à l’agonie, dominé par les êtres conscients de la fin proche. Et qui d’ailleurs s’en réjouissent sans honte.            

     

 

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Perdition Whorl   

02. Sovereign Wrath 

03. Golden Fragments          

04. Cascades of Epiphanies  

05. Stygian Hexahedron       

06. Putrid Fluids


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 25/10/2021 à 15:44
80 %    154

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report

Lofofora + Verdun

RBD 01/11/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Mamoushka

Si Vivian Slaughter est UN MUSICIEN, le rédacteur est UNE TRUITE

26/11/2021, 19:05

Humungus

J'étais passé totalement à côté de cette "news"...J'aurais dû poursuivre sur ma lancée.

26/11/2021, 08:38

Humungus

Erratum : Vivian Slaughter est une femme.(C'est d'ailleurs la femme de Maniac)

26/11/2021, 08:32

Eric

Merci du plaisir d écouter cette musique

25/11/2021, 17:59

Saddam Mustaine

Meme Hellhammer a laissé les parties de Varg sur le premier album de Mayhem, le pere Mustaine c'est le mec le plus rancunier au monde mdr obligé Ellefson lui a fait une crase qu'on ignore. 

24/11/2021, 18:26

Chemikill

Oui c'est en tout cas lui qui a fait la tournée avec eux. 

24/11/2021, 14:02

Buck Dancer

C'est pas James Lomenzo le nouveau le nouveau bassiste ? 

24/11/2021, 11:52

Bones

@Arioch :  Testament... je n'ai acheté aucun de leurs albums récents. Vraiment c'est le bon exempl(...)

23/11/2021, 23:30

Arioch91

@Bones : tu parles de Testament là non, pour le pilotage automatique ?

23/11/2021, 19:37

Steelvore666

Le chant n'est pas ouf.

23/11/2021, 17:38

Zeitoun

Effectivement excellent. Rarement vu aussi efficace depuis longtemps.y'a que la pochette qui laisse à désirer...

23/11/2021, 17:12

senior canardo

c'est mou .... heureusement que l'album devait envoyer du poney ...a suivre mais pour l'instant les 1ers extraits ne vendent pas du reve..

23/11/2021, 15:11

Bones

Eh bien, première écoute... je trouve un groupe qui est plus en "pilotage auto" que jamais. Je vais bien sûr insister car j'adore vraiment ce groupe, mais là ça manque de riffs patatoïdes et du bon vieux groove rampant habituel. :-(  (...)

23/11/2021, 14:57

Chemikill

Ça tue! Faut pas regarder la vidéo...c'est tout 

23/11/2021, 07:48

Invité

La version Wish d'une pochette de Rhapsody… Voilà ce qui se passe quand on prend des graphistes sans vouloir trop dépenser.

22/11/2021, 17:22

Simony

Ce troisième extrait est franchement excellent avec cet effet et une ambiance qui ne sont pas sans rappeler un Type O Negative. Par contre le CD à 16.99€...

22/11/2021, 16:35

Humungus

Un pote vient de m'annoncer la chose ouais...Un putain de showman.Grand souvenir que la toute première fois où j'ai vu le groupe (que je ne connaissais ni d'Eve ni d'Adam à l'époque) au FURYFEST... Claquasse.

20/11/2021, 16:49

Excellent groupe

Excellent groupe qui tient vraiment bien la scène 

20/11/2021, 13:41

Humungus

Superbe pochette...

19/11/2021, 04:06

Sylvanus

C te baffe

18/11/2021, 20:54