Gotus

Gotus

19/01/2024

Frontiers Records

En Suisse, il fait bon avoir de l’argent. Quand on en a assez de payer des impôts en France, on s’y réfugie, histoire de garder son bas de laine intact. Mais la Suisse est aussi un pays où il fait bon rocker. C’est ce que prouve le nouveau quintet venu GOTUS, et son nom digne d’un intrus Sludge ou d’un envahisseur alternatif. Mais malgré ces apparences nominales, GOTUS s’avère être un nouveau concurrent sérieux sur le ring du Heavy mâtiné de Blues, mais qui n’a pas oublié les uppercuts mortels ou les crochets qui mettent K.O.

Fondé en 2019 par le guitariste Mandy Meyer (COBRA, ASIA, KATMANDÜ, GOTTHARD, KROKUS, ou UNISONIC) et le batteur Pat Aeby, GOTUS s’est vu complété par l’adjonction de la basse de Tony Castell (KROKUS et CRYSTAL BALL), et par les claviers de l’impérial Alain Guy. Et alors que Dino Jelusick s’était emparé du micro pour les campagnes live, c‘est finalement le monstre Ronnie Romero qui s’occupe ici des parties de chant pour le plus grand bonheur de ses admirateurs.

Un sacré line-up donc, en lien direct avec les plus grands acteurs de la scène Metal suisse, pour un passage en revue d’une certaine forme de nostalgie eighties, revue et corrigée des variables saisonnières Frontiers.

Avec une section rythmique éprouvée et autrefois entièrement dévouée à KROKUS, un chanteur au palmarès impressionnant et un guitariste au background ne l’étant pas moins, GOTUS roule immanquablement sur du velours Rock. Avec un peu d’imagination et de partialité, il est même possible d’envisager le concept comme un hommage rendu au parcours incroyable de Mandy Meyer, puisque deux reprises de deux de ses anciens groupes font partie du tracklisting. A la manière d’un WHITESNAKE dépoussiérant ses classiques pour les rendre plus actuels, GOTUS se saisit du « When the Rain Comes » de KATMANDÜ et du « Reason to Live » de GOTTHARD, pour en offrir des versions actualisées. Une bonne idée qui ne nuit aucunement à l’homogénéité du projet, puisque les deux appropriations s’inscrivent parfaitement dans la démarche artistique du concept.

Avec un son peaufiné par Alessandro Del Vecchio, Patrick Aeby et Mandy Meyer, Gotus se glisse dans l’actualité comme une vierge sous ses draps, attendant que les divagations de la nuit ne l’emportent dans un monde de plaisirs interdits. Classieux et classique, ce premier album n’est évidemment pas sans rappeler les anciens combos de Meyer, mais aussi l’univers dégoulinant de stupre de Coverdale, et son ascendant DEEP PURPLE, grâce à l’orgue Hammond rétro de Guy.

Mais attention, qui dit traditionalisme et conformisme Rock ne dit pas forcément prévisibilité et ennui. Le quintet, drivé par ses deux têtes pensantes parcourt les couloirs de la légende du Metal suisse, et nous offre un festival de riffs digne du meilleur BLACK COUNTRY COMMUNION. D’ailleurs l’ouverture « Take Me to the Mountain » aurait pu figurer sur un album de la bande à Glenn Hughes, tant le feeling bluesy transpire de tous ses pores.

Les références sont là, l’expérience parle d’elle-même, et le résultat est évidemment superbe. Energique, professionnel, policé mais pas aseptisé, le tracklisting égrène ses déjà classiques avec une foi sincère, et lorsque la guitare de Meyer sort du bois, ses soli font trembler les arbres et chanter les corbeaux. L’homme n’a rien perdu de son feeling et de sa dextérité, et nous offre un festival ininterrompu de notes en giclées, dans la plus droite lignée des John Sykes et autres Adrien Vandenberg.

La conclusion est donc inévitable : GOTUS se pose déjà comme la révélation d’une année 2014 pas encore entamée. Mais avec une telle force de conviction et un panel de chansons aussi fortes que mélodiques, Gotus incarne la relève d’un WHITESNAKE vieillissant, et rétablit des classiques comme 1987 ou Slide It In sur le podium des chefs d’œuvre des années 80.

On le comprend mieux en découvrant « Weekend Warriors », hymne parmi les hymnes, et qui aurait pu sauver un Slip of the Tongue du naufrage. Ce son sec et sans artifices sert admirablement bien le propos Heavy Blues, et les minutes s’écoulent dans une béatitude Rock de premier choix.

En agrémentant sa puissance de quelques fantaisies ornementales, GOTUS s’autorise des moments de calme et de douceur, comme cette sublime et délicate intro du sentimental et Folk « Children of the Night » qui vaut bien une ballade dorée à la David Coverdale. Le timbre de Ronnie étant assez proche de celui du roi David, les ressemblances n’en sont qu’accentuées, ce qui ne sera pas pour déplaire aux fans du chanteur blond et frisé.

Véritable épicerie Heavy bio, Gotus propose une gamme de produit élargie, entre shuffle libidineux (« When the Rain Comes ») et Hard mélodique et onctueux dans ses allusions AOR (« Without Your Love »).

Une fois l’album lancé, nous n’avons d’autre choix que de nous laisser emporter par cette vague de passion, qui peut rappeler CINDERELLA et LOVE/HATE (« What Comes Around Goes Around »), HAREM SCAREM, ECLIPSE, DARE, et autres représentants de l’usine Frontiers.

Sacré défi relevé par ces suisses qui n’hésitent pas à citer KROKUS, l’institution nationale, via le final « On the Dawn of Tomorrow », sautillant et parsemé de claviers, qui nous offre une sortie royale. Les nouveaux dauphins du Heavy Metal mélodique ont beau jouer l’humilité, leurs racines nobles transpirent des blasons de ces chansons aussi efficaces que nuancées.

Retenez-bien ce nom.

GOTUS.

 

Vous risquez d’en entendre parler en concert en 2024.

       

        

Titres de l’album:

01. Take Me to the Mountain

02. Beware of the Fire

03. Love Will Find Its Way

04. Undercover

05. Weekend Warriors

06. Children of the Night

07. When the Rain Comes

08. Without Your Love

09. What Comes Around Goes Around

10. Reason to Live

11. On the Dawn of Tomorrow


Facebook officiel


par mortne2001 le 11/12/2023 à 16:53
85 %    235

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2024 / Clisson

Jus de cadavre 15/07/2024

Live Report

Escuela Grind + BMB

RBD 08/07/2024

Live Report

The Mandrake Project Live 2024

Simony 05/07/2024

Live Report

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

On me dit dans l'oreillette que la femme de Rob (qui est française) est fan d'Indochine et qu'elle ne serait pas étrangère à cette décision de reprise... L'amour rend aveugle, mais sourd aussi apparemment.

18/07/2024, 14:59

Humungus

Monument.

18/07/2024, 13:39

Humungus

"Kirk et Rob reprennent "L'Aventurier" d'Indochine"... ... ...Le groupe qui aime à se tirer une balle dans le pied quoi !Après l'ignominie de la reprise de Johnny il y a quelques années...A la prochaine date franç(...)

18/07/2024, 09:35

Alain MASSARD

juste excellent!!!!

17/07/2024, 16:30

Tourista

''Shoot the babies in the nest, that's the real hunting''

17/07/2024, 08:37

Ivan Grozny

Pour ma part :Jeudi : Ashinhell / Immolation / Brujeria / Megadeth (aïe aïe) / Shining (le groupe norvégien) / Sodom / Cradle of FilthVendredi : Fear Factory / Savage Lands / Kanonenfieber / Satyricon / Emperor / Machine Head (la fin vite fait pour boire un coup) / (...)

17/07/2024, 01:16

Gargan

« Wher’ar’you Marshall ? » « yeahiyeaah wohooo !! »

16/07/2024, 21:51

LeMoustre

Sympa.En plus tête d'affiche au Pyrenean Open Air en septembre. Ça se loupe pas ça 

16/07/2024, 10:06

Cupcake Vanille

Ok c'est très différent de la période You Will Never Be One of Us qui était plus un mix sauvage et efficace entre un Slayer et Napalm Death. Todd Jones change encore de style vocalement, pour un truc plus vomissant rempli de glaire dans une ligne death(...)

15/07/2024, 11:11

RBD

Excellent ! Ils sont revenus tourner ce clip à la "Maison des choeurs" où nous les avions vus pour un concert inoubliable à l'automne 2023. Il s'agit d'une ancienne chapelle de style Louis XIV (mais pas baroque) accolée à l&apos(...)

11/07/2024, 16:43

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Jus de cadavre

Quand NAILS se met au Speed Thrash   ! Bah ça bastonne !

10/07/2024, 19:48

Tourista

Pardon : présent à Paname.

10/07/2024, 18:41

Tourista

Présent.  Set-list hyper solide, groupe hyper en place et son aux petits oignons. Plaisir manifeste du chanteur (malgré sa crève) et accueil formidable (est-ce une surprise ?) du public. Le plus appréciable dans la forme c'était sa gestuelle dimensionn(...)

10/07/2024, 18:40

RBD

C'est vrai qu'il se maintient bien malgré les ans. Cela me rappelle il y a fort longtemps quand j'avais vu Blaze Bailey tourner en solo peu après son départ de Maiden. Mais Bruce est à un autre niveau de charisme et de talent, c'est clair.

10/07/2024, 12:43

wolf88

salut, ce n est pas Autriche mais Australie   

08/07/2024, 18:48

LeMoustre

Tuerie intégrale.Point.

07/07/2024, 14:33

Humungus

"Je préfère d'ailleurs aller jusqu'au Rockhal plutôt que de monter à Paris où tout n'est que galère et source de stress et d'énervement".Amen !

06/07/2024, 08:19

Gargan

Ah oui ! J’espère que ce sera l’occasion pour faire quelques dates, hâte de les revoir.

06/07/2024, 08:08