Beaucoup d’artistes se sont plu à mettre l’apocalypse en musique, lorsqu’ils n’ont pas consacré leur musique elle-même à une certaine forme d’apocalypse artistique. Si pour beaucoup, un solo vocal de Yoko Ono incarne avec beaucoup de pertinence l’illustration parfaite de la fin du monde, les expérimentations de John CAGE, les errances de THROBBING GRISTLE, les turpitudes d’ABRUPTUM, les horreurs appréciatives des HALF JAPANESE, les atrocités de LOW, les hululements christiques de Diamanda GALAS sont aussi de parfaites incarnations des derniers instants de l’humanité, ce qui laisse un choix assez vaste pour élaborer la playlist de nos dernières minutes. De son côté, le BM s’est toujours satisfait d’incarner en personne le mal absolu, et donc le pendant disharmonique de l’arrivée de l’Antéchrist sur terre, malgré une évidente confusion entre mal pur et grotesque achevé. On ne compte plus les œuvres lo-fi hérétiques qui en tamisant leur production sous une épaisse couche de graviers se pensaient bêtement métaphores ultimes, et autant dire que le style n’a que très peu inquiété, et plutôt fait sourire, spécialement lorsque ses intentions et ambitions étaient largement au-dessus de ses moyens. Il est vrai que pour l’auditeur lambda, le genre peut se prévaloir de choix d’un goût douteux, mais pour les spécialistes de la cause déviante, il y a peu de chances que des musiciens fardés de corpsepaint étalé à la brosse à maroufler puissent passer pour des dévots de Satan en reconquête du monde, et pourtant, en fouillant bien et en restant attentif, certains de ses représentants pourraient se voir ouvrir une voie diplomatique au travers de l’issue finale nous amenant au bord du gouffre. Et pour étayer cette théorie somme toute assez culotée, je dispose d’arguments irréfutables en la présence du premier LP du projet cosmopolite DEVIL WORSHIPPER, qui cache de son intitulé générique un créatif au cerveau fertile et à l’imagination féconde. Et aux aspirations réellement néfastes.

DEVIL WORSHIPPER, sous des atours internationaux, cache en fait le nouveau concept du musicien américain Reuben Christopher Jordan aka Matron Thorn, soit le frère caché de Damien Thorn, l’Antéchrist de de la trilogie des années 70. Et rien qu’un coup d’œil au parcours de l’homme en dit long sur son implication dans la scène extrême actuelle, puisqu’il fait ou a fait partie de groupes comme ANDACHT, BENIGHTED IN SODOM, CROWHURST, DEATH FETISHIST, KADOTUKSEN PORTTI, MATRON THORN, PRÆTERNATURA, ÆVANGELIST, MIDWINTER STORM, BLIGHT, CARRIE WHITE BURNS IN HELL, CARRION BLUES, CATHAARIA, DISENCHANTRA, PALINDROME, VAGRANT STARSCAPE, BETHLEHEM, CHAOS MOON ou LEVIATHAN, ce qui lui permet de présenter à ses potentiels employeurs un CV plus que fourni. Décidément peu à l’aise dans l’oisiveté, l’américain très occupé à donc monté un nouveau projet en 2018, pour exprimer ses vues sur l’incendiaire comeback de l’ange déchu, prêt à affronter une dernière fois la colère divine. Pour ce faire, il s’est occupé de toute l’instrumentation (guitares lead et rythmique, basse, batterie, arrangements, synthés), et a confié les postes de vocalistes à un tandem européen constitué des deux portugais Frater A.A. (alias Marcos Martins, guitariste des VAEE SOLIS) et Erethe Arashiel (alias Sofia Magalhães Loureiro, chanteuse des HICKS KINISON, de LODGE et VAEE SOLIS aussi), combinant leurs voix pour offrir à ce premier album une texture plus riche et une théâtralité accrue, ce qui permet aux compositions de sonner comme autant d’actes d’un opéra tragique, nous racontant avec force détails l’effondrement de l’humanité, et la mort de tous les croyants dans un feu de colère diabolique. Et si cette illustration est d’une difficulté ténue à mettre en scène sur le papier, elle l’est encore plus sur partition, à moins d’admettre que la démesure totale dont elle a besoin se doit d’être respectée et amplifiée, au risque de sombrer dans la parodie susceptible de faire rire ou bailler les plus fidèles serviteurs du Malin et de Dieu. Sauf qu’à l’écoute du résultat, personne ne baillera, personne ne se plaindra, et tout le monde reconnaîtra que Matron Thorn a méchamment bien réussi son coup en signant l’un des albums de BM avant-gardistes les plus bruyants et chaotique de la création. Ce qui, juste avant les fêtes de fin d’année est d’un génie qui le confine à l’ironie la plus totale.

Premier indice sur la qualité intrinsèque du produit en question, le fait qu’il soit signé sur la très respectable maison italienne I, Voidhanger. Le label n’ayant pas pour habitude de finir ses fins de mois avec des groupes de troisième zone, on peut lui faire confiance lorsqu’il cautionne un tel concept sans sourciller. Et c’est donc avec satisfaction que l’on constate à l’écoute de Music For The Endtimes qu’il ne s’est pas trompé en défendant de son contrat paraphé ce premier album aussi ésotérique qu’un discours de Sylvain Durif dans un ancien temple abandonné, puisque les dix pistes de ce LP aussi aventureux que sombre et impénétrable sont autant de déclarations d’amour à une apocalypse qui apparaît plus que séduisante entre les mains de ce trio américano-lusophone. En se fixant sur une trame de Black moderne ne crachant pas sur quelques influences plus anciennes, DEVIL WORSHIPPER s’autorise toutes les déviances possibles, en lâchant la bride à un duo de chanteurs incarnant avec conviction leurs personnages, et en laissant les arrangements diaboliques occuper l’espace pour en vicier la moindre portion d’air pur. Ici, c’est l’oppression qui règne, et surtout, le mélange des genres, puisque l’auteur n’a pas hésité à solidifier son BM d’ossatures Indus, de Dark Ambient, mais aussi de Drone, pour tisser des textures sonores très épaisses, aux orchestrations ambitieuses et au rendu parfaitement claustrophobique. On a sincèrement du mal à reprendre son souffle en tendant les oreilles sur ce magma sonore qui ne tolère aucun silence ni aucune respiration, et qui remplit chaque interstice d’un lot d’idées complet, sans jamais paraître excessif, puisque l’excès est justement la thématique derrière le concept qui valide toute théorie du « jamais assez ». Alors, évidemment, le tout paraîtra très chargé aux esthètes et ascètes, et les fans les plus puristes se demanderont sans doute si tout ceci peut encore être affilié à leur musique préférée, puisque la création a fait fi de toute notion d’appartenance pour prêcher au nom de sa propre église de blasphème. Mais peu importent les appellations pourvu que la musique soit bonne, et malgré une tendance à la redondance, et quelques répétitions un peu nauséeuses, puisque la bande-son proposée est vraiment digne d’un opéra transformé en happening bruitiste, un peu comme si un Verdi dévoyé revenait d’entre les morts pour voir sa réémergence mise en scène par Dario Argento et Pier Paolo Pasolini.

Mais concrètement, à quoi ressemble donc le tableau qui se déroulera sous vos ouïes au moment où vous glisserez cette œuvre dans votre lecteur ? A un amas de riffs tous plus inextricables les uns que les autres, parfois secs et nerveux, parfois emprunts d’une certaine sensibilité Black n’Roll, à des enchevêtrements de lignes vocales sourdes (masculin) et lyriques (féminin), à des tapis de rythmiques synthétiques martiales, pour un mélange contre nature entre MERCYFUL FATE, DEATHSPELL OMEGA, DEATH SS, Paul CHAIN, Diamanda GALAS, situé en convergence du BM, de l’agit-prop à tendance chaotique, de l’Industriel sombre à la IN SLAUGHTER NATIVES/LUSTMORD, le tout joué dans un vieux théâtre abandonné qui fut autrefois le témoin d’un massacre horrible sous les yeux d’un public médusé. Un genre de « Lac du Cygne » pour membres de l’Ordre du Temple Solaire ayant troqué leurs dogmes contre des lance-flammes en état de marche. Et vous en dire plus reviendrait à trahir le secret de ce crescendo de violence qui vous emportera au-delà de votre condition de pauvre humain attendant son dernier jugement, ce que je me refuse évidemment à faire. Et pour finir de boucler la boucle, pensez à faire vos ablutions avant d’écouter Music For The Endtimes. C’est un conseil que l’intro ne vous donne pas à la légère.      

      

Titres de l’album :

                       1. Ablutions

                       2. Spiritual Immanifest

                       3. Degenerate

                       4. Fornicating Angel

                       5. Harlot Flesh

                       6. Melancholy Loves The Dark

                       7. Heroin

                       8. Throat Of The False Prophet

                       9. Parish Apothecary

                       10. Requiem Ex Abyssus

Facebook officiel


par mortne2001 le 20/01/2019 à 14:51
88 %    272

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Bravo pour le travail accompli, le sérieux de la distro et le personnage attachant. Je me rappelle avoir vu des CDs de Manzer dans une boutique de CD/LP/shirts metal de Pékin, affiliée à Areadeath Records. Pas beau, ça ?


Intéressant.


Je ne vais pas rejoindre le chroniqueur dans son désir d'auto persuasion. Mais si certains y trouvent leur compte...


Modern melo metal


Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...


Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)


Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)


Morceau pas terrible voire assez ridicule, mais je serai à Lyon et pourtant j'ai bien plus de 25 ans. Ça me rappellera leur tournée avec meshuggah et mary beats jane.


J'aime et j'aime pas Machine Head suivant les albums, mais en live c'est très bon.


Très belle pochette.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.