Un single ? Oui, la pertinence de la démarche peut frapper, d’autant plus qu’une simple notule suffirait à signaler la parution de ce 7’’ dans nos colonnes. Sauf que ce simple n’est pas n’importe quel simple…Il est le fruit d’une longue réflexion, et surtout, d’une résurrection, celle d’un groupe que l’on n’attendait plus, mais qui nous a tant donné de son vécu…Il est utile pour cela de faire un saut dans le passé, histoire de redéfinir le parcours d’un des combos suisses les plus essentiels des années 1990/2000, les NOSTROMO, de Genève, qui en leur temps furent (et son toujours) considérés comme les fers de lance du renouveau Hardcore métallique à tendance précis et aux accointances légèrement Grind sur les bords. Combinant sur trois albums (Argue en 1998, Ecce Lex en 2002 et le chapitre final Hysteron-Proteron en 2004) la rigueur rythmique d’un MESHUGGAH et la violence générique de NAPALM DEATH et autres foutraques de la violence, le quatuor incarnait une sorte d’acmé de brutalité, qui ne s’est jamais démentie malgré les années de hiatus passées dans l’ombre. Et alors qu’on pensait le concept rangé sur l’étagère des souvenirs du patrimoine, voilà que la réalité a rattrapé le fantasme, et que les musiciens ont discrètement décidé de revenir sous les feux de l’actualité pour foutre un peu le bordel dans la morosité ambiante…Et en reprenant contact de la façon la plus humble mais bruyante qui soit, les NOSTROMO (du nom du célèbre vaisseau de fret d’Alien, histoire de prendre pour référence une image évoquant la distance, les ténèbres et la tragédie) ont fait le bon choix, puisque malgré sa brièveté affiché, cet Uraeus (considéré comme un EP, mais d’une durée plus proche d’un single) se montre d’une importance cruciale, en replaçant les débats sur le terrain de l’éthique brutale et de l’esthétisme fatal. Rien de moins.

Au menu, deux morceaux donc, les premiers depuis treize ans, ce qui mérite largement d’être souligné activement. Une compo, mais aussi une reprise, celle du légendaire « Corrosion » des séminaux NASUM, histoire de rendre un hommage mérité au maître Mieszko, avec qui NOSTROMO avait tourné et enregistré son dernier album studio Ecce Lex. Cette cover, loin d’être anecdotique, fait directement référence au passé illustre du groupe, mais aussi aux amitiés qu’il a pu nouer dans le business, mais le tourne aussi vers l’avenir en signant son nouveau grand soir. Fraichement reformé depuis 2016, le quatuor (Javier - chant, Jérôme - guitare, Lad - basse et Maik - batterie) y montre les dents, et démontre qu’il n’a absolument rien perdu de sa puissance dévastatrice et de ses références castratrices. Plus qu’une révérence polie, cette appropriation est quasiment une déclaration d’amour à postériori à un membre estimé de la famille, qui fut compagnon de route et mentor, et parvient même à surpasser l’original en termes d’intensité et de brutalité. Mais on le sait, les suisses ont une relation particulière avec la violence, qu’ils aiment agencée et carrée, et de fait, l’introductif « Uraeus », qui tout en restant dans la lignée de leur production historique, ouvre de nouvelles perspectives, toujours aussi agressives et précises. On y sent un combo franchement remonté, et bien décidé à reprendre sa place prépondérante sur la scène suisse, tout comme son importance cruciale sur la scène mondiale. Et avec un morceau pareil dans les bagages, nul doute que NOSTROMO va marquer les esprits et les tympans au fer rouge, tant ce morceau évoque avec brio le manque d’empathie et le génie rythmique de MESHUGGAH, et les bourrasques sans pitié de la vague des KNUT (dont ils furent très proches aussi).

Il n’est pas difficile de comprendre à l’écoute de ce nouvel EP pourquoi les genevois furent à l’époque choisis par les légendes SLAYER, MOTORHEAD, MASTODON, ou CONVERGE comme ouverture, tant « Uraeus » est aussi clair que terriblement personnel. On y retrouve ces riffs à mi-chemin entre Thrash et Hardcore, cette rythmique en pulsations, placée sous l’égide des Lombardo, Haake et autre Ted Parsons, et ce chant si caractéristiquement haineux, exhortant le public à réagir en masse pour offrir un spectacle digne d’un Armageddon humain en concert. Dense comme un coup fourré arythmique, combinant les battements réguliers, les syncopes et les blasts, fin comme la caresse du fouet d’une basse grondante sur l’échine, complexe comme une crise de schizophrénie, mais franc comme un vice impuni, ce morceau ressuscite l’esprit d’un groupe qu’on croyait perdu dans les limbes du passé, et prouve qu’il a encore beaucoup de choses à donner. Acuité instrumentale, rage primale, pour un choc frontal, avant que cette fameuse reprise de NASUM ne nous colle au sol pour nous laisser K.O, et la messe est dite en six minutes précises pour ne pas ruiner l’effet de surprise. Et cette surprise est aussi énorme que bonne, puisqu’on retrouve un quatuor au sommet de sa forme, dont on espère sincèrement un album dans un court laps de temps. Que les amateurs de Hardcore métallisé à l’extrême se réjouissent, l’un de leur héros a terminé sa glisse, et remonte la pente, se hissant une fois encore au firmament. Une identité propre qui ne s’est jamais démentie, et qui démontre que patience et brièveté de temps font autant de dégâts que force et rage à présent.

La suite, vite !


Titres de l'album:

  1. Uraeus
  2. Corrosion (NASUM cover)

Facebook officiel

Site officiel


par mortne2001 le 20/03/2018 à 14:56
85 %    947

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Arides

Sur les Terres Oubliées

Freedom Call

M.E.T.A.L.

Vak

Loud Wind

Ascend The Hollow

Echoes Of Existence

Aziza

The Root Of Demise

Twilight Force

Dawn Of The Dragonstar

Perpetual Among Us

Thy Will Be Done

Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Skeletal Remains + Black March

RBD / 21/08/2019
Beatdown Death

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

+ All In The Small + Dopethrone

25/08 : Le Dropkick, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

Très bonne chronique pour un très bon disque !


Mon premier groupe Metal vu en concert haha (avec Manigance en première partie, dans la salle communale d'un bled bien paumé!) ! Ça fait un bail, mais que de souvenir ! Même si je n'ai jamais réécouté ce groupe par la suite :D !


Un chef d’œuvre ???
Nouvelle illustration du caractère personnel du ressenti face à une œuvre. Attaché aux premiers albums et au retour en grâce du Heavy Metal auquel ils ont contribué, d'un point de vue médiatique (et aux concerts fabuleux des tournées Legacy of Kings et Renegade (...)


Très bon report. Précis et honnête.
Et bien dommage qu'un groupe du niveau de Skeletal Remains soit si peu communicatif... c'est surtout con pour eux d'ailleurs.


@maxime : je ne comprends pas ???


Cool ! Je suis un héros ! :-)


Très chouette tour-report ! Merci ! Et du coup j'en profite pour découvrir ABYSSIC dont la musique est vraiment cool.


Merci ! Merci de rappeler qu'il suffit juste de savoir lire pour être un héros... ;-)


Celui qui arrive à lire et surtout comprendre ce pavé est un héro...


Je ralais d’être absent pour cette date mais tu m’as remonté le moral. J’ai personnellement du mal avec la non communication (voir le mépris pour certains) des groupes envers leurs fans.. surtout dans des musiques dites de niches..
Sauf erreur de ma part, leur excellent batteur est p(...)


Belle découverte!


Chronique sacrément bien torchée. Chapeau !


"Carnal knowledge prophecy!" à 15h...ok je sors :-)


Cet album m'attire, je trouve le truc ambitieux mais 'tain, pas évident de bien rentrer dans le délire !


On a pas dû écouter le même album!


Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.