No One Knows What The Dead Think

No One Knows What The Dead Think

20/09/2019

Willowtip Records

Ça me fait marrer, franchement. Parce que si on m’avait dit aux alentours de 87/88’ que j’accolerai le terme « Technical » à celui de « Grind », j’aurais vraiment rigolé. Après tout, à l’époque, le Grind, c’était le parent pauvre du Hardcore, le cousin bègue, le tonton bec de lièvre, celui qu’on invite au banquet parce qu’on est obligé, mais qui risque de tout foutre en l’air de sa maladresse et de ses soudaines crises de folie. En écoutant Scum ou Horrified, personne n’aurait pu penser, back in time, que le style allait progresser, évoluer, et bientôt contaminer la planète extrême entière, propager ses blasts dans le monde du Black, du Death, voir ses hurlements devenir une norme et sa bouillie sonore une référence. Personne ne pensait non plus que NAPALM DEATH allait se transformer en institution respectable ou que REPULSION s’incarnerait en référence ultime, sorte de Bouddha de sagesse planté sereinement à l’entrée du temple de la violence. Sauf que depuis, des musiciens émérites ont fait avancer la cause, ne se servant plus du foutoir comme exutoire à leur bordel intérieur. Des gens très respectables comme NASUM, TOTAL FUCKING DESTRUCTION, et osons l’élargissement, les DILLINGER ESPACE PLAN, qui en créant de toutes pièces le Mathcore, allaient légitimiser les exactions du Grind dans un contexte mathématique. Alors, Technical Grind, c’est pratique, et ça permet de distinguer, de scinder le clan en deux camp. Ceux qui savent jouer et articulent, et ceux qui foncent et t’en******. Les NO ONE KNOWS WHAT THE DEAD THINK font évidemment partie de la première catégorie, mais un peu de la deuxième aussi. Sinon, on ne serait pas là à en parler.

Personne ne sait à quoi pensent les morts en effet, tout comme pas grand monde ne sait si les androïdes rêvent de moutons électriques. Il serait toutefois intéressant de se pencher sur ce cas précis. Les morts pensent-ils, et les morts rêvent-ils ? Si oui, rêvent-ils de leur ancienne vie, d’une nouvelle, et le silence qui les entoure est-il aussi assourdissant que le bruit dégagé par ce trio du New-Jersey, qui sur le papier ne vous dira pas grand-chose. Pourtant, en fouillant et regardant de plus près, les NO ONE KNOWS WHAT THE DEAD THINK sont tout sauf des inconnus. Ils sont trois, et viennent tous de groupes confirmés, affirmés, et surtout, respectés dans le milieu. Tiens, Jon Chang, qui hurle comme un goret, et Rob Marton qui guitare et basse plus vite que son épilepsie viennent tous les deux de DISCORDANCE AXIS, l’un des combos les plus capés du Grind atypique et précis. D’ailleurs, Jon joue aujourd’hui dans GRIDLINK, ce qui prouve qu’il n’a pas perdu son flair ni son bon goût en termes de barouf intelligent. D’un autre côté, Kyosuke Nakano a tapé ses fûts et cogné sa caisse claire dans COHOL et DEFILED, ce qui fait de lui le percussionniste idoine pour ce genre de projet. Cet éponyme est donc leur première tentative ensemble, et prolonge les travaux déjà largement entrepris dans DISCORDANCE AXIS. Même exactitude dans les plans, même envie d’en coller plus que de raison dans un timing plus que serré, même amour de la bonne blague intello qui voit les riffs se succéder à un rythme infernal pour toujours tomber pile, à la demie croche près. Une sorte de mix entre FULL OF HELL pour l’intensité, DEP pour les inclinaisons scientifiques, et DISCORDANCE AXIS pour lier le tout. Ce premier LP est donc un cas d’école lui aussi puisque sous sa forme la plus sérieuse, il ne dure pas plus de dix-huit minutes. Pourquoi ?

Parce que les marsouins proposent les mêmes morceaux ensuite, en mode karaoké, ce qui ne manquera pas de faire bien marrer les spécialistes. Je ne vois pas trop comment un quidam pourrait reprendre à son compte les lignes de chant de Chang, ni même comprendre ce qu’il raconte. Mais imaginons-le fin transcripteur, un peu devin sur les bords, et suffisamment bourré pour se mettre à hurler à la cantonade. Le spectacle aurait le mérite d’être drôle et justifierait ces dix morceaux repris en version instrumentale. Mais croyez-le ou non, ces dix morceaux répétés pour la seconde fois sans chant ont leur utilité. Saisir la pertinence du propos, et comprendre une fois pour toutes que les musiciens en sont de bons, et de sacrés compositeurs. Le chant exhorté étant l’une des composantes les plus importantes du Grind, s’en passer est signe qu’on est capable de proposer autre chose qu’une énième déflagration sans queue ni tête atomique. Et en version aphone, les titres tiennent méchamment debout, dans un style OST de film à la Gravity qui finit super mal. Bref. Sinon que vous dire d’autre ? Que l’intensité sur ce premier jet ne faiblit pas une seule seconde, que la production est super propre, qu’on a parfois le sentiment que tout ça n’est pas vraiment du Grind, mais bien une façon de concevoir l’extrême de façon un peu moins évidente et systématique, que les riffs en sont vraiment et pas de simples excuses de guitare pour se coller sur les BPM affolés, que c’est parfois dissonant comme du VOÏVOD dans une centrifugeuse, et que le tout s’écoute d’une traite, en laissant un goût d’accomplissement très agréable dans la bouche et les oreilles. Que la thématique du machin est bien en phase avec son époque, avec un futur dystopien, des machines qui prennent le contrôle et des humains déshumanisés qui font ce qu’ils peuvent pour ne pas se faire bouffer. Nous quoi, sauf si la nature nous vire avant échéance.

C’est créatif, surprenant, euphorisant, et pourtant, assez maussade dans les impressions, mais surtout, c’est la preuve qu’un style à l’origine voué à l’échec de progression peut changer, muter, pour devenir créatif et ludique. NO ONE KNOWS WHAT THE DEAD THINK ne sait peut-être pas à quoi pensent les morts, mais il sait ce que les vivants ont envie d’entendre. Du bordel intellectuel, joué par des amoureux qui connaissent leur boulot, et qui sans être élitistes, sont quand même suffisamment lettrés.      

                   

Titres de l’album :

                        01 - Yorha

                        02 - Autumn Flower

                        03 - Dagger Before Me

                        04 - Rakuyo

                        05 - Stars Hide Your Fires

                        06 - Cinder

                        07 - Sayaka

                        08 - Kaine

                        09 - Red Echoes

                       10 - Dominion

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 26/04/2020 à 18:11
80 %    410

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Antibody

mortne2001 19/10/2020

From the past

Les archives de la Mort 1984 - 1994

grinder92 14/10/2020

Livres

Livre TAPE DEALER / Chronique par David Martin

Jus de cadavre 11/10/2020

Vidéos

W.A.S.P, Bataclan 2012

grinder92 09/10/2020

Live Report

Demanufacture

Baxter 06/10/2020

From the past

Hanger Abortion

RBD 30/09/2020

Live Report

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

Live Report

Les 7 pêchés capitaux : Pierre

Simony 24/09/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Gazpacho + Pure Reason Revolution 24/10 : Le Petit Bain, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
POMAH

Ouais y'a quelques Labels tu sens bien qu'ils sont géré par des mecs avec de fortes convictions. Van, Avangarde comme tu le soulignais, Iron Bonehead, y'en a d'autres bien sur. Mais eux clairement quand ils sortent un trucs que je ne connais pas je me dit Houlaaa(...)

23/10/2020, 03:47

Buck Dancer

Si, sur YouTube ! 

22/10/2020, 23:26

Satan

Il n'y aura pas des festivals l'été 2021, soyons réalistes.

22/10/2020, 22:28

Reg

The same ^^

22/10/2020, 18:55

NecroKosmos

Rien que pour Didier SUPER, je suis capable d'y aller. 

22/10/2020, 18:27

Simony

On ressent parfaitement la recherche de qualité dans les sorties du label, j'ai un peu la même image d'Avantgarde en Italie également.

22/10/2020, 14:11

David

Superbe reportage ! Bien dépaysant et qui montre que le métal est vraiment universel !manque peut être un peu de photos.

22/10/2020, 08:25

Harry Klein

J'aurais préféré pouvoir entendre un nouveau titre de Mavorim <3 mais qu'à cela ne tienne, bonne nouvelle ! et j'aime bien Ad Mortem aussi, mais moins. 

22/10/2020, 07:00

Buck Dancer

La pochette me dit vaguement quelque chose mais jamais écouté cet album. Le morceau en écoute est très très bon. Merci pour la découverte. 

22/10/2020, 04:52

Satan

Von? Laissez-moi rire...

21/10/2020, 21:49

Satan

Teaser années 80 au niveau du montage? Car là, j'espère que le gars qui a fait ça a été empalé au haut d'une colline depuis...

21/10/2020, 21:46

Zen

L'albûûûm VI de Seth ?!OK je file ...

21/10/2020, 20:27

Humungus

Putain c'est trop bon ce truc !J'connaissais pas du tout...Futur achat donc.PS : Y m'énerve ce mortne2001 à connaître plus de groupes que moi... ... ...

21/10/2020, 16:15

Oliv

Le grand retour de Seth ? ...

21/10/2020, 10:55

Gargan

Cheveux longs, teaser court.

21/10/2020, 10:16

Moshimosher

Perso, j'accroche vraiment bien avec les groupes de ce label... J'aime bien leur son ! 

21/10/2020, 00:39

Gargan

Je crois que je vais craquer... lourdissime avec une putain d'ambiance !

20/10/2020, 18:26

Saddam Mustaine

Le seul a du groupe qui était  "normal" dans sa tête je trouve, et la tête sur les épaules.Hellhammer encore aussi, meme si il a des propos ou des actions douteuses parfois.

20/10/2020, 11:41

Humungus

Bon...Première écoute (distraite je dois l'avouer...) :  Bah j'ai été foutrement déçu.Sur le moment, j'ai trouvé ça bien trop propret à mon goût.Bah oui ! Les premiers SEPULT' eux, i(...)

20/10/2020, 08:43

metalrunner

Moi je veux un no more color tour 2021 ...j ai le droit de rêver

20/10/2020, 07:50