We Only Came for the Violence

Nocturnal Breed

28/06/2019

Folter Records

J’aime être surpris, mais comme tout homme faible, j’aime aussi être rassuré. Être cajolé par une musique qui me ramène dans le giron de mon adolescence, lorsque tout était encore possible et facile, et que l’avenir se voulait plus prometteur que mon présent. Et pour en retrouver les sensations, il y a toujours la possibilité de se replonger dans les disques d’époque, version CD évidemment, tout en imaginant le bruit du diamant se posant sur les sillons et les légers craquements qui accompagnaient l’intro. Ou alors, de se fondre dans la masse de la mode, et céder aux sirènes de la nostalgie actuelle, et de craquer pour un groupe qui lui aussi aime à être rassuré en jouant un boucan estampillé eighties, juste pour le plaisir de ne pas grandir. Et à ce petit jeu de la régression assumée et contrôlée, beaucoup d’artistes peuvent prétendre avoir touché du doigt la quintessence du flashback, imitant à merveille nos idoles de l’époque, et proposant même parfois des prolongations qui auraient pu prendre vie il y a trente ans, si nos artistes préférés en avaient décidé autrement. On le sait, les rois, les princes, les légendes et mentors de l’exercice viennent souvent des pays nordiques, Suède, Norvège, Danemark, des pays qui dans les années 80 étaient légèrement à la traîne, mais qui depuis ont méchamment comblé leur retard. Et dans le cas des NOCTURNAL BREED, la problématique est plus complexe, le groupe ayant émergé dans les années 90 avec une première démo publiée en 1996 (Raping the Angels), et la seconde en 1997 (Black Cult). Difficile donc de les taxer d’opportunistes, puisqu’ils étaient plus ou moins là avant tous les autres, mais avec un sixième album au compteur, ils font aujourd’hui partie de l’arrière garde belliqueuse du nord, et affirment encore plus leurs positions déjà bien énoncées sur des efforts comme The Tools of the Trade ou Aggressor. Pas vraiment régulier, le quatuor (S. A. Destroyer - basse/chant, Axeman I. Maztor - guitare, Tex Terror - batterie et V. Fineideath - guitare) ne nous avait pas donné signe de vie depuis 2014 et la parution de Napalm Nights, qui avait rassuré, mais pas vraiment transcendé. Il faut dire qu’avec l’explosion en 2007 de Fields of Rot, apparenté à une sorte de Reign in Blood du nord et ses trente-deux minutes corrosives, la barre était placée très haute. Et une fois encore, les norvégiens n’en ont pas dépassé la performance, mais nous enchantent de leur approche unique, en crossover lubrique.

Faisant fi d’une quelconque retenue temporelle, les quatre olibrius nous en reviennent avec cinquante minutes de chaos sous les aisselles, minutes bien tassées en idées qui ne font d’ailleurs que reprendre les précédentes. On ne dévie pas une philosophie qui marche, et ce Blackened Thrash qu’on n’appelait d’ailleurs pas comme ça à l’époque se montre toujours aussi performant et cruel dans son rendu, louvoyant entre Black light, Thrash paillard mais appuyé, Punk pour l’attitude et presque Death dans certaines inflexions, se montrant lui-même inflexible et toujours aussi attaché à des valeurs de simplicité et de violence. Et violent, We Only Came for the Violence l’est, assurément, malgré son titre en forme de clin d’œil au We're Only in It for the Money de Zappa. Moins iconoclastes et lettrés que le maître du Jazz-Rock Wop des sixties et seventies, les originaires d’Oslo que sont les terribles NOCTURNAL BREED n’en ont pas moins une solide culture underground, qui leur permet toujours de citer VENOM, MOTORHEAD, CELTIC FROST, IMPALED NAZARENE, BULLDOZER ou AURA NOIR dans le texte, tout en y insérant des allusions aux DESASTER, NOCTURNAL, SODOM, BATHORY, et WITCHERY, sans perdre de leur individualité. Toujours aussi prompts à varier les ambiances et multiplier les mutations, les norvégiens nous baladent donc d’une sortie nocturne en décor post-apocalyptique à un cheminement plus déhanché au milieu des ruines d’un Heavy Punk vraiment allumé, et nous enchantent de leurs morceaux qui n’ont pas oublié qu’avant d’être provocant, il fallait être accrocheur. Et c’est ainsi qu’ils se lâchent durant de longues minutes sur la fin de l’effort, nous martelant de mid-tempi redoutablement efficaces, à l’image de cette doublette fatale « War-Metal Engine » / « Can't Hold Back the Night ». Ces deux morceaux, plus construits, épais et évolutifs que leurs petits frères d’armes, sont définitivement la preuve que les norvégiens sont plus malins et intelligents que la moyenne, et surtout, de bien meilleurs compositeurs, qui acceptent la compromission d’un Heavy vraiment attachant pour faire passer leur pilule de violence crue dans les tympans. Entre des riffs qui aplatissent, mais avec le sourire, des soli mélodiques et des arrangements finauds qui instaurent une ambiance, We Only Came for the Violence prouve que le groupe n’est pas juste venu foutre le bordel, mais aussi nous prouver que le Heavy Metal sale et graisseux a encore de très belles nuits devant lui.

Cela dit, ne soyez pas effrayé par ces accès de mansuétude, puisque le quatuor n’a certainement pas renoncé à ses penchants les moins avouables, prenant toujours un malin plaisir à mutiler le cadavre de DESTRUCTION pour nourrir les charognards d’AURA NOIR. Ainsi, l’ouverture dramatiquement bordélique de « Choke on Blood » rappelle le pire du meilleur du Thrash italien des années 80 dopé au Punk américain des années 90, tandis que le barbare « Nekrohagel » nous rappelle qu’avant d’être Thrash, le Thrash fut Speed, parfois complètement déjanté, et souvent malmené entre les bonnes mains calées. Les qualités intrinsèques du groupe sont toujours aussi présentes, mais aussi ses petits défauts, avec cette facilité de passer du coq Thrash à l’âne Black sans aucune fluidité dans la transition, mais avec un tel art consommé pour composer des parties qui restent dans le crâne, on leur pardonne tout, surtout si le résultat est aussi probant que ce « We Only Came for the Violence », que Tom Warrior aurait pu chanter dans HELLHAMMER. Et aussi bourrins puissent-ils être, les NOCTURNAL BREED n’en sont pas moins joyeux et attachants dans l’exubérance, des cousins pas si attardés qu’on prend plaisir à retrouver, parce qu’ils ont toujours une bonne blague élaborée à raconter. Certes, ils radotent parfois (« Frozen to the Cross »), mais quand ils s’y mettent vraiment, ils n’hésitent pas à ne pas rentrer dans le rang et à parler plus vite qu’une mitraillette (« Desecrator »). Et sans abuser d’images toutes plus grotesques les unes que les autres, affirmons que ce sixième LP qui se sera fait attendre cinq ans comble le vide du silence laissé, et nous renvoie l’image d’un groupe toujours aussi à l’aise avec son style bâtard, fait de bric Thrash et de broc Black, mais aussi  de gros Heavy qui tâche et qui fâche (« Sharks of the Wehrmacht », du ACCEPT passé à la moulinette RUNNING WILD des premières années, et l’un des meilleurs titres de l’album, dans un style hymne côtier et viril).

Moins immédiat que certaines réalisations passées, mais plus fouillé, We Only Came for the Violence est plus fourbe qu’il n’y parait, et fait preuve d’une certaine maturité. Comme quoi, le cas n’est pas désespéré… 

      

Titres de l’album :

                           1.Iron Winter (Intro)

                           2.Choke on Blood

                           3.Nekrohagel

                           4.We Only Came for the Violence

                           5.Frozen to the Cross

                           6.Desecrator

                           7.Cannibalized by Fear (Intro)

                           8.Sharks of the Wehrmacht

                           9.Limbs of Gehenna

                           10.War-Metal Engine

                           11.Can't Hold Back the Night

                           12.Bless the Whore

                           13.A Million Miles of Trench

Facebook officiel


par mortne2001 le 09/11/2019 à 18:41
82 %    398

Commentaires (3) | Ajouter un commentaire


Humungus
membre enregistré
09/11/2019, 23:17:38
Dans ma liste des meilleurs albums de l'année...

LeMoustre
@93.4.16.166
10/11/2019, 11:49:26
Tant que ça Humungus ?

Humungus
membre enregistré
10/11/2019, 12:11:58
Carrément.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview

Future World

mortne2001 23/11/2020

From the past

Voyage au centre de la scène : les fanzines

Jus de cadavre 22/11/2020

Vidéos

Rammstein 2005 (Volkerball)

RBD 16/11/2020

Live Report

At The Mill _ Live Stream Performance

Simony 07/11/2020

Live Report

Dahey OWM

Simony 01/11/2020

Interview

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Saor + Borknagar + Cân Bardd 01/12 : Le Petit Bain, Paris (75)
Saor + Borknagar + Cân Bardd 02/12 : Le Rex, Toulouse (31)
Saor + Borknagar + Cân Bardd 05/12 : Cco, Villeurbane (69)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Buck Dancer

Un ep moyen et voilà ou ça mène.... A la limite, Carcass en première partie de Behemoth ça peut se comprendre vu la grosse machine qu'est devenu la bande a Nergal. Mais Arch Enemy ça fait mal. C&apos(...)

01/12/2020, 15:32

Tartampion

J'aime beaucoup DEP. Ces deux morceaux n'y ressemblent pas, mais me donnent envie d'écouter l'album au complet.

01/12/2020, 14:10

MorbidOM

Heu... J'adore Carcass mais vous en demandez beaucoup là quand même.Première fois que j'envisage de ne pas aller voir Carcass alors qu'ils passent à Paris ou Marseille.

01/12/2020, 14:08

Simony

S'ils veulent faire le Knotfest, il y a des passages obligés...    SLIPKNOT + KORN + MACHINE HEAD + TRI(...)

01/12/2020, 13:42

Jus de cadavre

Entièrement d'accord Grinder (bizarrement ta réaction ne m'étonne pas hahaha !). Mais ça fait bien longtemps que le respect, tout le monde s'en beurre la raie je crois. Megadeth qui fait la première partie de Five Finger Death machin ((...)

01/12/2020, 12:39

grinder92

Carcass qui ouvre pour Arch Enemy et Behemoth, pffff. J'ai rien contre ces 2 groupes mais bon, on a tué le respect là, non ?

01/12/2020, 12:23

POMAH

Désolé pour la faute. Oui leur Album est vraiment une pépite, j'ai hâte qu'ils en sortent un nouveau d'ailleurs.

01/12/2020, 10:21

L'Apache

Ca me fait grave pensé à Behemoth perso !

01/12/2020, 08:48

Solo Necrozis

D'ici là on sera tous vaccinés et pucés par le nouvel ordre mondial donc pas de report cette fois j'espère!

01/12/2020, 08:19

Humungus

Un de mes albums de l'année !!!Tout est dit dans la chro... ... ...

01/12/2020, 07:14

Jus de cadavre

Ecouté un peu par hasard il y a quelques jours : une tuerie cet album !

01/12/2020, 07:05

LeMoustre

Retour qui fait rudement plaisir en effet. On a l'impression de revenir en 1989 au gré de The Descending ou de quelques parties Forbiddenesques parsemées entre moshparts typiques. Et puis Flores n'a pas trop muté, y'a bon.

30/11/2020, 14:38

Gargan

C'est Knokkelklang*, même chant. Album 2018 excellent par ailleurs. Ce nouveau projet confirme que 2021 sera une belle année metal et une bonne source de dépenses.

30/11/2020, 09:48

RBD

Je suis plutôt pessimiste, les rassemblements de ce type seront à mon avis l'ultime activité à redevenir autorisée avant le retour complet à la normale. Ils reviendront, mais en dernier. Ceci dit, les institutions catholiques viennent d'obtenir d(...)

29/11/2020, 19:33

mortne2001

"Pis de toute façon, moi, dès que cela sonne comme SLAYER j'achète de suite donc... ... ..."Je ne peux pas me battre contre ce genre d'argument, puisque j'utilise les mêmes

29/11/2020, 19:02

Gargan

4eme épisode, toujours aussi bien. Maintenant je les imagine jouer vetranatt dans la pièce rose haha

29/11/2020, 17:53

Humungus

Je serai bien plus jouasse que toi sur ce coup là mortne2001 :Tu trouves qu'EXHORDER a sorti l'album de sa carrière l'an passé... Bah je pense qu'il en est de même pour EVILDEAD aujourd'hui.Pis de toute façon, moi, dè(...)

29/11/2020, 14:46

Gargan

Beaucoup aimé le précédent (bien que trop court), surtout avec l’epique twelve bells, et ça sent toujours très bon. En même temps, on est rarement déçu avec le père Alan. Ce ne serait pas mal une petite interview soit dit en pass(...)

29/11/2020, 09:13

Oliv

Oui ya de quoi faire chez nous pourtant en catégorie métal français 

29/11/2020, 00:31

MorbidOM

Si tu t'en fous complétement pourquoi exhumer un post qui date de 8 moi ?

28/11/2020, 19:39