Ormskrik

Ormskrik

 

Fysisk Format Records

Dans les années 90, nous avions pris l’habitude que les groupes mélangent tout et n’importe quoi pour obtenir un cocktail unique : on appelait ça la Fusion. Tout y passait, le Rock, le Metal, le Funk, la Pop, le Reggae, le Thrash, et le mélange lorsqu’il était parfaitement dosé était détonnant. Dans les années 2010, le même réflexe revient, mais avec des éléments différents. Les groupes extrêmes refusent les cloisonnements, et se demandent pourquoi ils ne devraient être que Death, Black, Thrash, Grind ou Indus. Alors, nous avons vu éclore des genres bizarroïdes, à base de toutes ces composantes, devant même inventer des noms de musiques complètement improbables. Mathcore, Deathcore, Blackened Death ou Thrash, pour le plus grand plaisir des amateurs de salade composée. Parfois, l’optique est savoureuse, souvent, prétexte à n’importe quoi ou à l’habile dissimulation d’une ancienne philosophie sous une nouvelle couverture. Mais comme dans les années 90, certains musiciens ont une véritable optique à mettre en avant, et ne prennent pas les gens pour des imbéciles. Ce qui est immanquablement le cas des références de NAILS, PRIMITIVE MAN, CONVERGE, POWER TRIP, ENFORCED, et quelques autres qui repoussent les limites de la brutalité sans verser dans le chaos indicible. A cette liste, loin d’être exhaustive, nous pouvons dès aujourd’hui ajouter le nom des norvégiens d’ORMSKRIK, qui avec leur premier album donnent un gros coup de pied dans la fourmilière. Fondé à Sandnes en 2015, ce collectif prouve avec ce premier long éponyme que le Crossover a encore de très belles nuits devant lui, et nous offre une démonstration de force brute qui ne néglige pas pour autant la subtilité. Pourtant, leur méthode est d’usage. Utiliser les codes traditionnels du Thrash pour les confronter à une rudesse BM nationale, sans chercher à bousculer l’ordre des choses. Et pourtant, la bousculade devient un art majeur entre leurs mains. Et pour une raison bien simple : l’efficacité prime.

Quintet (Erik Bakke - basse, Kristoffer Fikstvedt - batterie, Anders Skjæveland & Tormod Hansen - guitares et Gjøran Bårdsen - chant), ORMSKRIK est l’archétype de groupe super efficace qui connaît ses classiques et les arrange à sa sauce. Déjà responsables de quelques morceaux lâchés en éclaireurs plus tôt cette année, les norvégiens nous assomment directement d’un gros bloc de béton d’à peine trois minutes, « Occultness », qui résume une partie de leur démarche virile. Produit par Daniel Bergstrand à Dugout Productions en Suède, et mixé par Lawrence Mackrory à l’Obey Mastering, Ormskrik est un concentré de rage pure qui se permet de citer les gloires noires et néfastes nationales, tout comme la sacro-sainte Bay-Area, MAIDEN, le Mélodeath suédois, et quelques autres excroissances mélodiques et brutales pour parvenir à ses fins. Sans négliger l’apport d’un Crust adapté à la puissance Californienne, ce premier morceau fait la part belle à la bestialité la plus débridée, et évoque les gloires nationales de KVELERTAK et PURIFIED IN BLOOD, sans oublier de leur adjoindre un groove hypnotique et des passages en mid totalement diaboliques. On est immédiatement happé par cette énergie de tous les diables, et surtout, accroché par un chant vraiment viril et écorché. Autre détail notable, cette basse qui refuse les seconds rôles, et qui s’impose au premier plan comme pivot essentiel d’une rythmique atomique. Et alors qu’on se dit légitimement que le chemin est tout tracé dans la boue de la violence outrancière, « Destroyer of Worlds » nous cueille à chaud de sa pluralité qui passe en revue toutes les tendances modernes. En laissant leur batteur s’amuser derrière son kit, et alterner l’up tempo dansant et les aplatissements de grosse caisse, les quatre autres instrumentistes se laissent porter par un vent de folie meurtrière pour les oreilles, nous les brisant d’accélérations fulgurantes, pour mieux casser le schéma d’un break catchy et totalement sous influence de la vague Néo-Thrash des nineties. En deux titres, le collectif norvégien affirme son individualité, allant jusqu’à incruster un break mélodique et acoustique pour mieux sonner unique. Et le pire, c’est que le tout fonctionne, alors que sa description laisse dubitatif.

Il y a de tout sur ce premier album, mais surtout des preuves d’une maturité flagrante et stupéfiante à ce niveau de carrière. Publier un premier album aussi maîtrisé mais frais est chose rare dans le business, mais les originaires de Sandnes sont loin d’être de gentils naïfs ignorant leur potentiel. Bien évidemment, avec onze morceaux, tout n’est pas parfait, et quelques minutes de certains titres auraient gagné à être amputées. Mais entre les inserts brefs et monstrueux (« Oblation », et un Gjøran Bårdsen qui s’arrache les cordes vocales, BM style perdu dans la forêt la nuit), et les conclusions presque épiques de plus de sept minutes avec passage en revue de toutes les possibilités (« Eye for an Eye », AT THE GATES, KVELERTAK et CRADLE sont dans un bateau…), tout y passe, avec brio, conviction, et passion. La presse s’est déjà fait des gorges chaudes de cette sortie considérée comme un achèvement alors qu’elle ne signale qu’un début de carrière très prometteur. Mais pour une fois, la hype underground ne se repaît pas de son propre élitisme. Et je la rejoins sur le caractère indispensable d’un morceau aussi écrasant que « Helheim », qui relègue la concurrence loin derrière, dans les buissons de la honte. Ces riffs saccadés, ce chant à moitié Hardcore, à moitié BM, cette rythmique qui a tout compris aux débuts du Speed/Thrash des années 84/85, et cette intensité qui fait trembler les ampoules en font un hit imparable, bien plus efficace que les exercices de style des cadors du Thrash des eighties essayant de recycler leurs propres recettes. Le juste milieu entre Black et Thrash est précis, et l’un des seuls à vraiment mériter cette étiquette vulgarisatrice de Blackened Thrash. Mais cette putain de basse énorme qui vous comprime les tympans, et ce duo de guitares toujours en action font que ce premier album s’écoute comme on regarde un pauvre gars se prendre une branlée un vendredi soir, à la sortie d’un bar.

Et les exemples ne manquent pas pour étayer cette thèse de perfection précoce. « Deathwind » lâche un gros lick de Hardcore métallisé, « Vegen Til », apaise d’une mélodie à la Skolnick, « The Morbid Arrives » met le paquet pour retrouver les sensations d’un HEATHEN passé au papier de verre Crust Anglais. Et entre des passages en mid qui laminent le parquet, et des lâchers de blasts à faire passer un bombardement pour une fête de patronage, ORMSKRIK déroule comme à la parade, et s’adresse aux fans de musculation auditive. Sauf qu’ici, rien n’est de la gonflette, et les pains dans la tronche sont bien réels.              

          

Titres de l’album :

01. Occultness

02. Destroyer of Worlds

03 .Oblation

04. March of the Dead

05. Descend to Madness

06. Deathwind

07. Vegen Til

08. Helheim

09. The Morbid Arrives

10. Hecatomb

11. Eye for an Eye


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 24/03/2021 à 14:00
80 %    111

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview

Palavas Surfers

RBD 16/07/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kerry King

Vieille bonne époque, rien a voir avec le collège d'aujourd'hui, on a tous commencé avec le hard rock et differentes vagues, mais pour sauver notre héritage va falloir commencer par plus fort !Mon fils sera bercé des sa naissance part du Death e(...)

24/09/2021, 01:05

Humungus

Moshimosher + 1.

23/09/2021, 17:28

Moshimosher

Necromantia avec une seule basse, c'est plus vraiment Nécromantia... dommage...

23/09/2021, 16:08

Orphan

Et je trouve le titre de grande classe

23/09/2021, 15:28

Orphan

Excellente news !20 ans plus tard, il y a toujours un moment dans l'année où je me réécoute ANCIENT PRIDE

23/09/2021, 15:21

metalrunner

Super version James a la pêche bravo pour ces petits concerts  a prix casse .

23/09/2021, 11:41

Humungus

Alors !J'ai enfin pris le temps d'écouter tout cela cher Jus de cadavre (car j'ai moi aussi de mon côté des trucs en attente à ouïr...). Et autant le dire tout de suite, je ne connaissais aucuns groupes de ta sélection.Alors c&ap(...)

23/09/2021, 11:37

Kerry King

En 2021 plus aucun intérêt de taper sur Metallica, on leur a taper dessus suffisamment comme ils l'ont mérité sur les 20 dernières années.Voyons maintenant ce groupe comme le pondeur de 5 albums majeur de l'histoire, d'une certaine no(...)

23/09/2021, 10:30

Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!J'l'avais pas vu arrivé celle-là !Le titre est lambda. Malheureusement pas de retour au "vrai son NECROMANTIA".Hâte tout de même d'entendre l'album complet...

23/09/2021, 09:44

Humungus

On peut taper allégrement sur ces mecs (moi le premier), mais ce genre d'initiative "retour aux sources et aux fans", y'a quasi qu'eux qui le font...

23/09/2021, 09:38

Bones

Je me rends compte que j'ai visionné ça comme si j'avais retrouvé un vieil objet familier dans ma cave, analysant si l'humidité avait eu prise dessus, cherchant (et trouvant) les points de rouille... Ca fait bizarre de voir ces mecs prendre autant de rid(...)

23/09/2021, 07:50

Le Z président

A boire et à manger sur ces deux disques, mais le sentiment d'avoir le dernier groupe de rock ingérable, capable de tout et de tous les excès et débordements, malgré les moments musicaux plus romantiques parmi les instants plus sauvages. 

22/09/2021, 21:24

Le Z président

N'en déplaisent aux haters, Swansong est le dernier album véritablement sincère du groupe. Depuis la reformation, Carcass fait du fan service à tout va et je trouve cela très malhonnête. Comme Petrozza qui continue Kreator car c'est une source de(...)

22/09/2021, 21:18

FOUR POUR TOUS

ça cachetonne sec depuis trop d'années, en d'autres temps, on t'aurait foutu tout ça dans une oubliette.

22/09/2021, 21:14

RBD

Ca c'est inespéré ! Le groupe s'était séparé il y a longtemps déjà et je ne pensais plus jamais en entendre à nouveau parler autrement qu'au passé.

22/09/2021, 11:25

Arioch91

C'est Australien ? J'boycotte !!!  

22/09/2021, 08:54

Bones

J'irai faucher sur vos tombes.

22/09/2021, 07:27

Bones

3ème écoute intégrale. Des moments vraiment excellents sur cet album. J'y trouve une fraîcheur et une richesse dans les riffs que je n'osais même pas espérer. Il y a vraiment chez Bill Steer une patte complètement inimitable, une aisance &a(...)

21/09/2021, 23:14

RBD

Plein de bonnes vidéos à prévoir, cool !

21/09/2021, 22:13

RBD

Tous les metalleux de cette époque ont dû faire cette expérience, Bones. En tout cas je me souviens assez bien des clivages dans mon bahut de garçons (cette particularité grossissait encore le phénomène). Bon, les fans des Gun's et de Sepultura(...)

21/09/2021, 21:52