Le Beatdown, j’ai connu en son temps, et j’en ai apprécié la lourdeur et la graisse suintant par tous les pores, mais à l’instar du Deathcore dont j’avais reconnu les mérites bruitistes, et du Djent dont j’admettais les accointances méchamment techniques, j’ai rapidement laissé tomber, constatant que la variété n’en était pas le leitmotiv principal, et que seule la recherche de gravité semblait importer. Que voulez-vous, les préjugés ont la vie dure, et du coup, j’ai observé de loin la production atteindre un volume pléthorique, affichant une indifférence polie à la propagation des idées, un peu comme si celles-ci n’étaient rien de plus que des slogans faciles et stériles jetés à la face d’un public incapable de faire la différence entre une guitare sous-accordée et une réelle violence affichée. Mais il faut parfois savoir faire fi de ses avis préconçus et affronter ses démons pour reconnaître qu’on a pu se tromper, et passer à côté de choses sinon primordiales, du moins dignes d’intérêt. Ainsi, les parisiens de WOLFPACK m’ont convaincu de revoir ma copie et d’accorder le bénéfice du doute à un style qui n’avait peut-être pas tout dit dès son discours d’intronisation, en manipulant justement les codes pour les détourner, et les rapprocher d’un extrême un peu plus généraliste, et pas seulement obsédé par le relâchement des cordes de guitare pendant jusqu’au sol. Sur Loathe, on retrouve bien évidemment pas mal d’ingrédients inhérents au genre, dont ces fameuses et diaboliques guitares à la profondeur abyssale, mais aussi des structures de composition qui peuvent rapprocher le groupe d’une version très à-propos d’un Death à tendance Hardcore ne crachant pas sur des mélodies essentielles, et d’une rage viscérale qui décrasse méchamment les oreilles.

Loathe, la haine, thématique séculaire, mais terriblement d’actualité, pour un second LP (après le plutôt standard None Above / None Equal, mais déjà révélateur de qualités très personnelles) qui en balise bien les contours rageurs de ses pistes sans compromis. Signé sur un label allemand, le quintette parisien (Hadrien - chant, Kevin - basse, Nicolas - batterie, Al & JP - guitares) passe donc la vitesse supérieure, et nous offre une démonstration de style en déflagration majeure, reprenant à son compte les us et coutume du Beatdown pour les confronter à quelques théories métalliques bombastic, frisant parfois le Death/Grind le plus absolu pour soudainement nous terrasser d’un riff gigantesque et velu. Certes, le tout n’est pas encore du niveau d’une acmé de brutalité, mais le chemin parcouru est notable, et le public risque de se fédérer autour de cette concentration de ressenti et de rancœur qui évite justement tous les pièges de l’énervement facile et évitable avec un peu de jugeote. En à peine dix morceaux pour moins d’une demi-heure, les frenchies font plus ou moins le tour de la question, et se permettent même quelques citations patrimoniales en insérant quelques clins d’œil, dont ce sample de « La Bohème » de Charles Aznavour en final du terrifiant « Delusion ». N’évitant pas forcément quelques poncifs, mais sans se laisser handicaper par un formalisme de ton, les WOLFPACK avec Loathe brossent un tableau des outcasts contemporains qui peinent à se retrouver dans une société qui n’a de cesse de mettre au ban tous les gens différents, sous couvert d’un discours politiquement correct de surface. Ici, le politiquement correct n’a pas sa place, mais pour autant, la colère est sincère, et non un simple hurlement vain ne trouvant aucun écho dans le silence ambiant.

Entre des accélérations soudaines et des aplatissements en règle, le quintette trouve une belle moyenne de brutalité, et offre à son second LP une variété qui fait plaisir à entendre, mais qui fait aussi très mal aux oreilles. Pas question de concession, mais plutôt de concision, et c’est sans doute pour cette raison que des intermèdes comme « Interlude » ne paraissent absolument pas hors-contexte, mais s’inscrivant au contraire dans une démarche logique de séduction par la franchise. On trouve même de ci de là quelques éléments rappelant le passé d’un Metal vraiment énervé, lorsque les accords acides de « Pessimist » nous rappellent le SEPULTURA le plus profond, avant qu’un lourd mid tempo ne nous ramène à la raison d’un Hardcore de saison. Il faut dire qu’en choisissant d’ouvrir son album par une déclaration d’intention aussi véhémente que « Oblomov », les WOLFPACK ont mis tous les atouts de leur côté, en étalant leurs qualités sans honte. Fierté de jouer un Beatdown qui n’en est pas que, mais qui tire aussi sur le cruel de chez brutal, blasts incendiaires compris, et qui voit un petit peu plus loin que le bout de son accordeur bloqué sur un la grave. Certes, l’ambiance générale n’est pas favorable aux fréquences médiums, mais ici, les ténèbres ne sont pas qu’un simple paravent à un manque de créativité, mais bien la conséquence d’une attitude frondeuse, qui ose des riffs vraiment accrocheurs exploitant la froideur pour mettre en musique un sentiment de rejet générique totalement compréhensible. On a même parfois l’impression que le quintette cherche à s’extirper de sa condition, lorsqu’il privilégie une optique de déraison, sur le monstrueux « Les Fleurs du Mal », que le pauvre Baudelaire aurait sans doute du mal à reconnaître. Mais la virulence n’empêche pas un soupçon de poésie de rue concrète, et ce morceau offre le visage le plus joliment repoussant du groupe, grimaçant sa haine pour la restituer au centuple, et nous offrir sur un plateau de sang l’un des morceaux les plus puissants actuellement.

Histoire de résumer la chose en gardant un minimum de lucidité, les WOLFPACK semblent oser l’hybridation du Beatdown et de la vilénie extrême des NAILS et PRIMITIVE MAN, pour aboutir à une floraison de méchanceté musicale qui n’a que peu d’équivalent sur la scène. Je n’oserais dire en tant que non-spécialiste si ce second LP s’inscrit dans le meilleur d’une catégorie que je connais peu, mais en tant que réfractaire indécrottable et assumé, j’y entrevois un avenir possible évitant l’impasse d’une colère un peu vaine, qui trouve enfin ici un exutoire proportionnel à son intensité. Frapper, mais expliquer pourquoi, lacérer, mais laisser des plaies nettes. C’est un peu le message prodigué par un Loathe qui ne fait ni semblant de vitupérer, ni semblant de faire mal.


Titres de l'album:

  1. Intro/Cursed
  2. Oblomov
  3. Les Fleurs du Mal
  4. Hover Above Me
  5. Delusion
  6. Vipers Choirs
  7. Interlude
  8. Pessimist
  9. Doomed
  10. Loathe

Facebook officiel


par mortne2001 le 02/04/2018 à 14:47
80 %    478

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Orthostat

Monolith Of Time

Obscenity

Summoning the Circle

Psy-no-ark

Nodvs Gordivs

Stranguliatorius

Rope Soap Tabouret

Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + Dragunov

02/03 : Black Baron, Nancy (54)

Photo Stream

Derniers coms

Je ne vais pas paraphraser mes camarades du dessus mais j'en pense tout autant.


Merci pour ce petit clin d’œil à Heavy Sound et content de t'avoir eu au sein de l'équipe dès les tout débuts de l'aventure... et longue vie à Sleeping Church Records et Metalnews !


Rien qu'avec ces deux noms ça promet d'être très poétique en effet !


Allons allons, j'ai des gens qui m'aident bien autour de moi, tu sais de quoi je parle Jus de cadavre... c'est aussi grâce à des personnes comme toi que tout cela est possible.


Cool oui l'interview ;) Un groupe, un label et le zine... Je sais pas comment tu fais Simo ! :D


Merde, mais c'est mortel RITUALS ! J'étais complètement passé à côté... Chouette interview encore une fois et bonne continuation à Sleeping Church Records ;-)


@Kerry King : Si tu aimes Gus Van Sant, tu aimeras...


J'ai jamais regardé le "Last Days" je me demande si il vaut le coup ?

Lords of Chaos je me demande quand il sera dispo ça fait longtemps qu'on annonce le film.


Ca sent mauvais tout ca...


Tout pareil Simo ! Bienvenue Acid, ça fait plaisir une nouvelle plume ! :)


Et voilà c'est corrigé...


Parce que dans la com' du label, c'est le pays qui est indiqué... j'avoue que je n'ai pas vérifié mais effectivement en voyant Vindsval, j'aurais du corriger de moi-même, désolé c'est bien Français...


Avec cette chronique, nous accueillons dans notre équipe Acid
Vous retrouverez d'autres articles de sa part prochainement mais toute l'équipe de Metalnews.fr lui souhaite la bienvenue, en espérant que sa plume vous séduise et qu'elle vous fasse découvrir de nouveaux groupes ou vous confor(...)


Pas mal, rien d'extraordinaire et ça reste du black Telerama-compatible (ça m'empêche pas de beaucoup aimé BaN) mais il y a 2 choses que j'apprécie :

1) Ils avaient fait une itw du gars de Throane et je m'étais dit, c'est bien mais ils pourraient quand même s'intéresser à BaN q(...)


les Vegan et auters Veggie nous les cassent sévère


Ouais le "Rock" c'est la grande mode, c'est hype. Faut profiter du filon avant que ça s’essouffle !
Et si Nirvana a eu son "Last Days" de Gus Van Sant, fin c'est sur Cobain plutôt. Plus une palanquée de docu plus ou moins bon.


J'avais adoré le premier album... celui-là ne m'a pas déçu. Un groupe qui mériterait d'être plus connu.


C'est entraînant


Débat intéressant.
Autant la gars de Tyr assume complètement son truc, et c'est son droit, du moins tant que le pays d'où il vient maintient la légalité de cette pratique. Autant une asso qui se veut vegan, moi je trouve ça étrange qu'elle cautionne ça en étant partie prenante de l'(...)


Avec tout ça, TYR ne fera jamais la 1ere partie de GOJIRA . Je ne suis pas vegan je n'ai jamais écouté TYR, mais on peut aussi boycotter les concerts dont les groupes sont chasseurs ou bossent dans des abattoirs. Pour les chasseurs , il y a de tout du saoulot, du viandar mais aussi du responsabl(...)