Swedish Brew

Onroxx

12/03/2017

Autoproduction

La Suède n’en finit pas de nous envoyer ses émissaires porteurs de missives musicales mélodiques, après nous avoir inondés de livraisons vintage Rock dégoulinantes de fuzz. Soit, c’est un choix, et admettons qu’ils en soient les rois.

Je ne vais pas vous aiguiller de nouveau vers une liste qui se voudrait exhaustive de combos se repaissant de Hard-Rcok mélodique et AOR, si vous suivez un peu mes chroniques, quelques noms devraient déjà chatouiller votre mémoire.

Mais espérons que celle-ci soit vaste, puisque je rajoute une entrée au tableau ce matin, avec celle d’ONROXX qui nous en vient de Stockholm, et qui n’est ni plus ni moins que le projet d’un seul homme, plutôt bien accompagné pour le coup.

ONROXX est donc le projet perso de Per-Åke Walldén, multi-instrumentiste local qui a donc décidé de nous exposer ses vues sur un Hard-Rock scandinave de tradition, gorgé de mélodies et de riffs solides, histoire de nous rappeler qu’il y a trente ans, quelques références avaient déjà tenté l’aventure et planté le drapeau de la délicatesse instrumentale sur leurs propres terres.

Pour l’occasion, Per-Åke qui s’est chargé de tous les instruments ou presque, s’est entouré de quelques guests plus ou moins fameux. On retrouve donc sur son Swedish Brew les participations d’Anders Engberg (SORCERER et ex-220 VOLTS) au chant, mais aussi de Thomas Broman (BRIDGE TO MARS, ex-Glenn HUGHES, MICHAEL SCHENKER GROUP), Alfred Fridhagen (REINXEED, HELLSPRAY) et Stain Kristoffersen (PAGAN’S MIND) aux postes de batteurs de session.

Comme vous le constatez, les références ne manquent pas avant même que vous n’ayez pu jeter une oreille sur la musique, et ces mêmes indications en disent plus long qu’il n’y parait sur le contenu de ce Swedish Brew qui nous offre une grosse bouchée de Rock à la Suédoise, plutôt inspiré d’ailleurs de la scène des 80’s que celle plus contemporaine dont nous traitons dans ces colonnes avec une régularité métronomique.

Et il est certain que les repères d’ONROXX sont plus à chercher du côté des années 80 et de 220 VOLTS, EUROPE ou TREAT, que sur les berges des BLUES PILLS, de Peter FRIESTEDT ou autres VIOLET JANINE.

D’ailleurs, le premier point de comparaison qui m’est apparu le plus évident est celui de STRYPER, puisque la voix d’Anders Engberg se rapproche beaucoup de celle de Michael Sweet, et lorsque l’instrumental se calque sur les dernières productions des Américains, le mimétisme n’est pas très loin (« Run »). Mais globalement, le son d’ONROXX est très estampillé 80’s, ce qu’une production qui pourrait se vouloir d’époque ne contredira certainement pas. Le son est d’ailleurs un des points faibles de cette sortie, manquant de relief et un peu grésillant, avec des basses pas forcément à la fête et des médiums saturés et mixés en arrière-plan, comme étouffés dans un home studio aux moyens limités.

La pochette n’est pas non plus à classer au rang des œuvres d’art, avec son glaçon enfermant un guitariste dans le froid d’un freezer, témoignage assez malheureux d’un trait graphique grossier un peu nostalgique sur les bords.

Mais ne croyez-pas pour autant que cet essai ne soit pas transformé, puisqu’en quelques occasions, Per-Åke Walldén et ses acolytes parviennent à recréer les mêmes sensations que celles suscitées par le Hard-Rock local d’il y a quelques décennies, et même à chatouiller le Melodic Rock américain le plus soft et malin.

L’homme-orchestre Suédois taquine même la Power Pop de ses ancêtres A-HA sur l’up tempo « Live The Dream », certes beaucoup plus puissant et AOR que « The Sun Always Shine On Tv », mais à la rythmique synthétique assez symptomatique d’une Pop musclée made in Stockholm.

On trouve même dans la diversité de l’inspiration quelques traces d’un DEEP PURPLE assez prononcées (« What It Takes », au déhanchement assez intéressant, mais au son une fois de plus trop fluctuant), voire des envolées hybride entre le EUROPE post comeback et un RAINBOW toujours aussi grandiloquent mais attiré par les mélodies et arrangements chatoyants (« Dark Matter »).

ONROXX n’en oublie pas pour autant de rocker plus cru et de se rapprocher encore une fois d’un STRYPER nuancé d’un 220 VOLTS plus musclé (« Late Night Talk » au refrain assez bien senti), et même de diluer son Heavy Rock dans une approche plutôt Funky, sur un « Heaven’s Close » entre deux eaux Hard’n’Heavy.

La flamboyance vocale d’Anders Engberg, parfois un peu systématique dans ses accès de lyrisme, sait mettre en avant la puissance de certaines idées, mais semble encore plus à son aise lorsque ces mêmes idées se diversifient, comme sur ce titre un peu atypique, toutefois très handicapé par une production erratique qui a du mal à mixer les instruments avec équilibre et respect.

On retrouve même quelques inflexions DARE assez envoutantes et accentuées d’ombres de percussions tribales sur le progressif et profond « The King’s Call », qui pourrait même côtoyer ANGRA lors d’un banquet des Dieux (et d’ailleurs un des morceaux les plus intéressants du lot), ou quelques respirations romantiques plus typiques des débordements synthétiques de l’AOR des 80’s, avec une petite perle unissant JOURNEY et BOULEVARD au sein d’un même élan enflammé (« Wake Up ! »).

Mais Swedish Brew se termine quand même sur une note plus grave et emphatique, via le terminal « Follow Me », diablement Heavy, qui nous laisse sur une note agressive et mieux produite.

Guitares saignantes, chant qui s’époumone le thorax et en envolées suraiguës à la Sweet/Bach, pour un riff presque Néo qui garde quand même le manche hors de l’eau grâce à une bouée Heavy Metal fermement gonflée.

Certes, cet album du projet de Per-Åke Walldén est loin d’être parfait, et ne peux prétendre rivaliser avec les meilleures sorties scandinaves du style, mais fait montre d’un certain nombre de qualités qu’on ne peut nier. Reste ce talon d’Achille de production vraiment trop approximative et aux reflets un peu carton-pâte, et ce chant qui gagnerait à varier ses modulation pour atteindre un niveau de composition et d’interprétation tout à fait respectable.

Mais dans le fond plus que la forme, Swedish Brew est une bonne tentative pour retrouver les racines musicales d’un pays qui n’a pas oublié ses héros d’antan dans un bocal. 


Titres de l'album:

  1. What It Takes
  2. Dark Matter
  3. Run
  4. Live the Dream
  5. Late Night Talk
  6. Heaven's Close
  7. The Kings Call
  8. Wake Up!
  9. Follow Me

Facebook officiel


par mortne2001 le 10/04/2017 à 14:18
65 %    513

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

En plus le clip est sympa, et le morcif, avec es leads finaux amène une ambiance plus typée black, hâte de le commander, ce disque.

28/09/2020, 11:21

Gargan

 Le chant et le mixage de la batterie, whaa, faut pas écouter ça après ta journée de travail...

28/09/2020, 09:42

LeMoustre

Le dernier EP est super, voilà une sortie qu'elle devrait être bonne en deathmetal.

28/09/2020, 09:41

grinder92

Sur le clip de Belphegor, perso, je trouve que la langue serpent fait son petit effet... mais effectivement, un peu de sang et un crucifix... ils auraient pu se fouler.... et les roubignolles du bouc en gros plan à la fin, c'est rigolo 

27/09/2020, 21:50

David

Merci pour ces commentaires élogieux. Et si vous voulez en savoir plus sur les groupes d'il y a 30 ans, allez faire un tour sur ma chaine : Shud, Dagon, Misanthrope ou Nomed vous y attendent...

27/09/2020, 21:23

Moshimosher

Concernant le clip de Belphegor, je suis un peu déçu... Je trouve qu'il y a de belles images (non, non, je ne parle par d'Helmuth), bien puissantes, mais qu'elles sont mal exploitées... dommage...

27/09/2020, 20:28

Jus de cadavre

From Mars To Sirius... que de souvenirs ! Même si je ne suis pas un fan absolu de Gojira, à la sorti de cet album je me suis dit "ça y est la France tient enfin un groupe qui va exploser mondialement". Pour moi ils étaient au sommet artistique à(...)

27/09/2020, 16:56

Arioch91

L'influence de Toxik est celle qui me vient tout de suite en tête mais ça a l'air pas mal.A approfondir.

27/09/2020, 16:40

Satan

Quand j'entends le titre de Leaves' Eyes, je me demande comment certains peuvent encore écouter ce type de beauferies...

27/09/2020, 13:16

Wildben

Et en ce 27 septembre, comme tous les ans, une grosse pensée pour Cliff Burton... et un petit Orion dans les esgourdes.

27/09/2020, 12:38

Gargan

Y'avait une captation live sans public d'Enslaved il y a peu (incapable de retrouver le lien sur YT) avec une mise en scène assez sobre et atmo, ça valait vraiment le coup. Mais pour un groupe de death ou de thrash, je peux comprendre que ça coince.

27/09/2020, 11:50

LeMoustre

Comm précédent erroné. 

27/09/2020, 09:55

LeMoustre

Y'a un décalage entre la note et le contenu du texte

27/09/2020, 09:51

LeMoustre

Bien bon ça, même si ça sonne amateur vocalement. 

27/09/2020, 09:49

metalrunner

Du thrash du vrai sans fioritures sans chichi ca tabasse style warbringer en moins bien mais en live cela doit le faire.

27/09/2020, 07:50

Kerry King

Pas d'autre choix que d'attendre janvier pour enchainer les concerts a un rythme fou pour rattraper le retard.Attendre...Attendre.

26/09/2020, 19:13

Humungus

AH AH AH !!! !!! !!!coquerelle = Meilleur commentaire 2020 !!!

26/09/2020, 17:36

coquerelle

Ouais

26/09/2020, 09:19

metalrunner

J y perçois du vektor mais effectivement surtout du toxik de par le chant. Au moins ils ne cachent pas leurs influences. A écouter plus attentivement pour voir la digestion des dites influences.

26/09/2020, 08:50

NecroKosmos

Ah, oui, ce titre me plait carrément. Le chant est génial avec effectivement un côté REALM ou FORBIDDEN, voire HIRAX.

26/09/2020, 08:06