Three of a Kind

Redemption

23/04/2021

Autoproduction

Un brelan c’est bien, mais un full aux as, un carré de rois, ou une quinte flush c’est mieux. Et puis un brelan de deux, c’est quand même pas terrible pour remporter le tapis. Par contre un brelan familial pour monter un groupe et rafler la mise Rock n’Roll, c’est la classe absolue. Et attendez, un VRAI groupe familial, pas un truc genre les RAMONES qui adoptent le même pseudo et le même look. Un père et ses deux fils, deux frères et leur père, de quoi cimenter la cohésion artistique et se faire plaisir en reprenant d’abord des standards, pour mieux se faire la main et ensuite proposer des choses plus personnelles. Laissez-moi donc vous présenter deux gamins à qui on ne la fait plus Rock depuis un bail, malgré leur jeune âge. Au départ, lors d’un premier concert en 2017, Rod et Mat Kuhn avaient respectivement 9 et 15 ans, genre BABYMETAL en plus roots, ou HANSON en moins MmmBop. Depuis, les deux surdoués ont vieilli, le premier est toujours aussi habile à la batterie tandis que le second assure toujours autant à la guitare et au chant. Leur père, secouant sa basse, a de quoi être fier d’eux, puisque deux EP’s ont vu le jour en quatre ans, avant que la famille ne se lance enfin dans l’exercice difficile du longue-durée avec ce premier LP au nom si bien trouvé. Car après tout, quoi de plus important que la famille, surtout quand elle encaisse les décibels unis comme les trois doigts d’une main amputée ?    

Three of a Kind est le type même d’album qu’on écoute, qu’on transpire, qu’on reprend en chœur, mais dont on ne parle que pour le mettre un peu plus dans la lumière qu’il mérite. Dans les faits, REDEMPTION n’a absolument pas besoin de ma prose pour se faire de la pub, il suffit au trio de se produire sur scène et de lâcher la vapeur pour contaminer une salle en un seul morceau. Soutenu par l’écurie de plus en plus fournie de l’Agence Singularités, celle-là en est une, et une plutôt bonne. Alors, imaginez THE ALMIGHTY, AC/DC, les RAMONES, MOTORHEAD, AIRBOURNE, 7 WEEKS, réunis dans une même pièce à parler de leurs idoles. Puis à attraper quelques instruments sur le mur pour taper le bœuf via des standards des années 70, sans se prendre la tête, mais en envoyant la purée et même son jus. Imaginez le tout produit ensuite sans artifices ni overdub inutile, et balancé sur le marché pour le simple plaisir de la chose. Alors, en imaginant tout ça, vous aurez une idée précise de l’énergie développée par ces onze morceaux qui sont autant d’hymnes à la gloire d’un Hard Rock n’Roll sans prétention, mais avec des balls et de la sueur.  

Three Of  A Kind a été mixé par Sylvain Masure (MASS HYSTERIA), comme l’EP précédent. Le mastering à quant à lui été confié à Sam Berdah (The Wall Studio), ce qui confère à cette première saillie longue durée une spontanéité dans le professionnalisme qu’on sent dès les premiers riffs. Pas d’esbroufe inutile, pas de ligne de basse trop élaborée, aucun lyrisme dans le chant, mais un batteur qui malgré son jeune âge cogne comme un sourd avec une fluidité incroyable, et une pèche contagieuse. A son poste, le jeune Rod mule comme un âne, maltraite ses futs, ses peaux, mais insuffle un vent de folie à ces compositions aussi claires et simples que le Rock lui-même. La rythmique père/fils est donc solide, mais le chant et les riffs de Mat s’aventurent en terre Classic Rock parfois pour mieux revenir dans le giron d’un Hard-Rock survitaminé, sensation amplifiée par son timbre un peu rauque qui rappelle Ricky Warwick ou Bob Seger.

La suite, l’album en lui-même, qui vaut bien des discours. Juste assez crade pour ne pas sonner aseptisé, mais assez clair pour concerner tout le monde. A cent lieues des baudruches dégonflées recommandées par Gonzaï ou cautionnées par le tartuffe Manoeuvre, REDEMPTION joue uni, simple, direct, développe des chœurs malins, mais reste concentré sur son propos : le binaire, sous toutes ses coutures, en jean ou cuir, mais surtout, reflet d’une passion qui se transmet de père en fils. Cette union a quelque chose d’incroyablement frais, et pro à la fois, et le jeune âge des musiciens leur permet d‘ignorer que certaines choses ne se font pas. Que dans un disque de pur Heavy Rock, on ne plaque pas une double grosse caisse sur un solo capable : car ici, toutes les audaces sonnent juste, sincères, et efficaces. Alors, oui, parfois, on a le sentiment qu’un mash-up entre les FOO FIGHTERS et Overkill est encore possible, et c’est tant mieux : ras le bol des produits formatés, et puis de toute façon quoi d’autre que le Rock ?

REDEMPTION n’a d’autre ambition que de développer un répertoire taillé pour le live, son terrain de jeu de prédilection. Three of a Kind sonne donc comme un concert privé donné pour tous les fans, et respire, exulte, exhale, et donne des frissons sur les bras. On se prend de passion pour cette simplicité qui tient plus de la franchise que de la limite de moyens, puisque les musiciens en ont sous le coude, mais ont la décence de ne pas nous assommer de prouesses techniques inutiles. Et on comprend bien que la basse roulante du papa est fière de ses deux fistons, qui l’associent dans leur hommage à cette musique de leur enfance. Enfance dont ils ne sont pas encore sortis, et qu’ils laissent durer pour notre plaisir. Mais de temps à autres, rarement, en une ou eux occurrences, les trois marsouins s’avancent un peu plus dans le lac, et provoquent le vrai Hard-Rock. Sur « Follow Me », au riff plus saccadé sur fond de tempo bumpy, ou sur le final « The Rule », aussi épidermique, mais plus construit.

Et puis après tout, leur philosophie la plus brute est admirablement bien résumée par le brûlot « Play it Louder ». Alors, si pour vous c’est trop fort, il faudra changer de carte d’identité. Vous êtes trop vieux. L’apanage de la jeunesse est qu’elle ne se préoccupe pas de l’avenir. Juste du présent. Et ce brelan-là est d’as, croyez moi.

       

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Sound of Rock’n’roll

02. Welcome to the Wild

03. Are You Ready

04. Three of a Kind

05. Rock or Die

06. Do it My Way

07. Dark Side

08. Follow Me

09. I Never Knew

10. Play it Louder

11. The Rule


Facebook officiel


par mortne2001 le 19/04/2021 à 17:27
80 %    565

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview

Palavas Surfers

RBD 16/07/2021

Live Report

Monarch ! 2009 + 2015

RBD 06/07/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
KRISS

Fan des 4 premiers albums évidemment je suis déçu, même si j’ai apprécié surgical steel, je trouve ce dernier album sans saveur, et une viande sans gout ce n’est pas festif.J’abandonne.

20/09/2021, 21:20

Gargan

ça n'a absolument rien à voir, mais l'écoute m'a rappelé l'impression que j'ai eue à l'époque à l'écoute de "towers of frozen dusk" d'Evoken, l'expression auditive d'un putain de mo(...)

20/09/2021, 20:29

POMAH

Une énorme claque, dans la même veine que Abyssal Vacuum et Amnutseba

20/09/2021, 17:06

Bones

En passant ces 2 albums au pressoir pour en extraire toute la flotte et les moments passables, on aurait facilement obtenu la matière brute d'un Appetite 2.Immense gâchi. Du coup c'est une doublette que je ne ressors jamais. Ca me gave de zapper des pistes.

20/09/2021, 12:45

Bones

En pleine découverte de cet album, acheté samedi.Mais bon sang, on y retrouve des moments d'excellence !  Ces mélodies tordues et vicieuses, ces rythmiques velues, ces petits passages qui blastent, ces vocaux au papier de verre...  on est complètemen(...)

20/09/2021, 12:42

Kerry King

November Rain faut dire la vérité, ce titre démonte tout à tout niveau, Axl et Slash y sont a leur top.

20/09/2021, 11:14

Humungus

!!! !!! !!! O-BLI-GA-TOI-RE !!! !!! !!!

20/09/2021, 09:54

Gargan

C’est juste moi ou la pochette est vraiment moche ?

20/09/2021, 06:41

Buck Dancer

Comme j'aime pas les Guns, j'attends maintenant la chronique du Black Album. 

19/09/2021, 13:56

Hoover

Un grand merci pour cette belle chronique. A ceux qui pourraient dire qu'il aurait mieux fallu une chronique deux fois moins longue avec juste les meilleurs morceaux, j'ai la même réponse que pour les Use your illusion: je veux le tout, et qu'importent les longueurs.

19/09/2021, 13:45

Arioch91

Gun's Roses, à l'instar d'autres comme Cotlett Crüe/Ratt/Poison me sont tous passés au-dessus de la tête sans même que je m'y intéresse.Le seul morcif que je connais d'eux est Welcome to the Jungle et uniquement parce qu'i(...)

19/09/2021, 12:21

Gargan

La succession don't cry /back off bitch m'a toujours bien fait rire, on passe du romantique au bien vulgaire sans transition. Civil war (mon coeur balance aussi avec november rain, forcément), ça reste toujours parfaitement d'actualité, aussi bien outre-altanti(...)

19/09/2021, 11:59

Humungus

Oh et pis crotte !"Novembre rain" reste quand même la mieux merde.Cf. "« November Rain » n’est ni plus ni moins que le « Bohemian Rapshody » d’Axl"

19/09/2021, 10:42

Humungus

Pfiouuu !!!Ça c'est de la chro.Perso, "Civil war" reste ma préférée.PS : "Aurait-il fallu condenser tout ça en un seul double album, ne contenant que l’indispensable ?"OUI !!!

19/09/2021, 10:28

totoro

Trop de morceaux qui font que je ne reviens que sur ceux que j'aime ("You Could Be Mine", "Breakdown", "Locomotive", "November Rain", "Pretty Tied Up", "Shotgun Blues", "14 Years", "Get In The Ring", "Yester(...)

18/09/2021, 23:59

Simony

Autant je reconnais l'importance de ces deux albums dans l'histoire du Rock, autant ils glissent sur moi sans que je m'y accroche. A un moment donné, je devais posséder le volume II mais c'est vraiment long pour moi, j'ai préféré rester (...)

18/09/2021, 21:16

Gargan

Très belle pochette et bonne surprise, travail de compo au dessus du lot + basse bien en avant.

18/09/2021, 18:47

Jus de cadavre

Rah bordel ce que j'aime ce groupe. La prod est un chouilla trop propre pour le style, mais bon dieu ça défouraille ! La bagarre !

18/09/2021, 17:43

metalrunner

Tu rajoutes la voix d Dickinson et voila le dernier album de Maiden  

18/09/2021, 09:11

POMAH

C'est fougueux ce truc... je ne m'attendais pas à cela.

18/09/2021, 08:41