Formé en Suisse, le trio ECHOLOT a publié l'an passé un premier album sobrement intitulé I, composé d'un long titre découpé en 2 parties. En 2017, revoilà le groupe avec Volva qui s'intègre comme la suite logique puisque composé des morceaux "II", "III", "IV" et "V", ce qui pourrait laisser croire que les Suisses forment un groupe instrumental. Mais il n'en est rien, car si le chant est assez peu présent, il est pourtant bien là, et plutôt varié même allant du chant Stoner Psyché par excellence jusqu'au chant plus solennel comme sur la fin de "II" ou le début de "V".
Varié, comme la musique d'ailleurs, et il ne faut pas bien longtemps pour le constater, la première plage montre déjà la voie avec un côté Space Rock bien présent mais une fin plus rampante et Doom dans l'esprit alors que s’intégrait au milieu une partie Stoner un peu plus directe et les 12 minutes de ce premier morceau sont franchement une réussite. Avec une approche plus Space Rock, le chant sur "III" montre un visage un peu moins sombre d'ECHOLOT mais toujours aussi efficace, un aspect planant qui ne perd jamais de vue l'énergie Rock et sur ce point le travail de Jonathan Schmidi est à souligner car là où beaucoup de groupe se la joue feutré, ECHOLOT continue de marteler un rythme soutenu et surtout très marqué, c'est à dire que ce batteur possède une vraie frappe, même si dans le mix un peu plus de présence ne serait pas un luxe.

Avec "IV", c'est toutefois, cette apparence Psychedic Stoner Rock, que le trio exploite mais on est loin de l'esprit Desert que l'on retrouve beaucoup dans ce style et même si la construction des morceaux semblent être issues de jam sessions, on retrouve une structure progressive cohérente et très loin de se perdre dans des méandres obscurs incompréhensibles. Il faut voir comment ce morceau "IV" part d'un Space Rock très aérien pour arriver à un Stoner Doom Metal plus rampant puis un peu plus lumineux lorsque le chant, une nouvelle fois très soigné, déboule au milieu de ce titre qui pourrait bien être la pièce maitresse de ce deuxième opus, avant de repartir vers le Space Rock du début et toujours ce chant posé de façon délicate, un travail d'arrangement sur la structure pointu et qui fait mouche.

Au final, ce Volva avec une production très vivante, un son de batterie sans fioritures et très live, un travail de production sur le chant extrêmement bénéfique, des variations de rythme bien vues, une facilité à écrire des riffs accrocheurs avec une ambiance prenante, ECHOLOT pourra parler aux amateurs de Stoner psychédélique comme de Stoner plus direct, voire même d'une certaine frange du public Doom Metal, clairement un des groupes les plus intéressant dans le style depuis longtemps car n'abusant jamais des codes du style, en clair ECHOLOT impose sa personnalité !

  1. II
  2. III
  3. IV
  4. V

Site Officiel


par Simony le 24/10/2017 à 07:38
85 %    419

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Trepalium

From The Ground

Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

Lag I Run

Vagrant Sleepers

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

HELLFEST : Des festivaliers réclament « moins de bruit pour une ambiance plus conviviale »


Sponsorisé par Lotus :-))))))))
Mouarf !


Ha ha ! Cela fait du bien de respecter la tradition dans les circonstances actuelles.


Juste GENIAL !
Bravo pour ce boulot et merci pour la poilade !!

J'en veux ENCORE !! :-)))))


Ah mais bravo, ces articles sont excellents


Excellent et très bien écrit. Merci pour la poilade!


Magique.
Merci


Enfin du vrai journalisme !


Thanks \,,/ good news


Je ne sais pas si le groupe a été créé de toute pièce, mais je l'ai découvert lors du Clermont metal fest et c'était très très bien . Ca joue très bien et le chant est au top niveau avec quelques poussées très graves. Ok elles sont charmantes et ce n'est pas déplaisant mais leur jeu es(...)


Putain, mais c'est encore plus merdique qu'avant. Ou comment progresser dans la médiocrité.


ce qu'il ne faut pas lire comme âneries ici...


Je rejoins aussi ton avis, me souviens encore de leurs débuts, c.était même pour ma part difficile d'avaler un album au complet d'une esti shot. Conqueror aussi dans le même chariot.


Pas mal du tout ça !
La production est excellente, très organique, proche d'une captation live mais restant fine et précise ! Ca promet.


L'artwork est l’œuvre d'un certain Jibus


Intéressant, on pourrait savoir qui a fait l'artwork? il est magnifique et je trouve dommage que les crédits des artistes ne soient que rarement mentionnés alors que c'est eux qui fournissent le contenu.


Tu nous feras deux pater et trois avé en pénitence.


J'avoue avoir utilisé la désignation d'Encyclopaedia Metallum sans chercher à vérifier tellement j'ai confiance en ce qui y est mis habituellement.


Dimmu Borgir en PLS ! Impressionnantes les orchestrations, et pourtant je ne suis vraiment pas client de Black sympho !


J'aime toujours Revenge, mais je trouve que le groupe a sacrément perdu de son aura malsaine et dérangeante aujourd'hui... Trop d'albums et surtout trop de live selon moi, ça perd en "mystère"... Après c'est toujours bien bestial et nihiliste comme on aime, mais bon. Enfin ce n'est que mon avis(...)