Formé en Suisse, le trio ECHOLOT a publié l'an passé un premier album sobrement intitulé I, composé d'un long titre découpé en 2 parties. En 2017, revoilà le groupe avec Volva qui s'intègre comme la suite logique puisque composé des morceaux "II", "III", "IV" et "V", ce qui pourrait laisser croire que les Suisses forment un groupe instrumental. Mais il n'en est rien, car si le chant est assez peu présent, il est pourtant bien là, et plutôt varié même allant du chant Stoner Psyché par excellence jusqu'au chant plus solennel comme sur la fin de "II" ou le début de "V".
Varié, comme la musique d'ailleurs, et il ne faut pas bien longtemps pour le constater, la première plage montre déjà la voie avec un côté Space Rock bien présent mais une fin plus rampante et Doom dans l'esprit alors que s’intégrait au milieu une partie Stoner un peu plus directe et les 12 minutes de ce premier morceau sont franchement une réussite. Avec une approche plus Space Rock, le chant sur "III" montre un visage un peu moins sombre d'ECHOLOT mais toujours aussi efficace, un aspect planant qui ne perd jamais de vue l'énergie Rock et sur ce point le travail de Jonathan Schmidi est à souligner car là où beaucoup de groupe se la joue feutré, ECHOLOT continue de marteler un rythme soutenu et surtout très marqué, c'est à dire que ce batteur possède une vraie frappe, même si dans le mix un peu plus de présence ne serait pas un luxe.

Avec "IV", c'est toutefois, cette apparence Psychedic Stoner Rock, que le trio exploite mais on est loin de l'esprit Desert que l'on retrouve beaucoup dans ce style et même si la construction des morceaux semblent être issues de jam sessions, on retrouve une structure progressive cohérente et très loin de se perdre dans des méandres obscurs incompréhensibles. Il faut voir comment ce morceau "IV" part d'un Space Rock très aérien pour arriver à un Stoner Doom Metal plus rampant puis un peu plus lumineux lorsque le chant, une nouvelle fois très soigné, déboule au milieu de ce titre qui pourrait bien être la pièce maitresse de ce deuxième opus, avant de repartir vers le Space Rock du début et toujours ce chant posé de façon délicate, un travail d'arrangement sur la structure pointu et qui fait mouche.

Au final, ce Volva avec une production très vivante, un son de batterie sans fioritures et très live, un travail de production sur le chant extrêmement bénéfique, des variations de rythme bien vues, une facilité à écrire des riffs accrocheurs avec une ambiance prenante, ECHOLOT pourra parler aux amateurs de Stoner psychédélique comme de Stoner plus direct, voire même d'une certaine frange du public Doom Metal, clairement un des groupes les plus intéressant dans le style depuis longtemps car n'abusant jamais des codes du style, en clair ECHOLOT impose sa personnalité !

  1. II
  2. III
  3. IV
  4. V

Site Officiel


par Simony le 24/10/2017 à 07:38
85 %    240

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Dirty Shirt

Letchology

Haunt

Mosaic Vision

Stonecast

I Earther

Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En voilà un qui aura marqué l'esthétique du Metal, en quelques oeuvres. Il suffit parfois de peu.


C'est ce côté vite torché qui donne toute cette bestialité justement je trouve. Y a bien peu d'album Metal aussi intense et violent que Reign selon moi.


@KaneIsBack, à l'origine Reign In Blood devait durer plus longtemps que 28 minutes mais lorsque le groupe est rentré dans le studio et a branché le matos, ils ont speedé comme des malades et c'est devenu Reign In Blood. Peut être avaient-ils le feu au derche ou envie de boucler le record le plu(...)


En fait, je crois que je me suis mal exprimé. C'est surtout que cet album me frustre, en fait. J'aurais voulu des morceaux plus développés, un peu plus longs. Criminally Insane, par exemple, est un super morceau, mais à peine 2 mn 20, quoi... Frustrant, oui, c'est plutôt ça pour moi.


Découvert en 88, j'ai mis des années avant de cerner et d'apprécier ce disque.
Depuis, je l'ai acheté à 4 reprises à force de l'avoir usé.


Je viens d'acheter deux tonnes de tomates... ;)


Kanelsback, cet album est tellement violent, sauvage, radical, intense, que c'est justement en ayant acheté et écouté cet album bien des années après avoir découvert Slayer ( je me contentais alors des morceaux en version live) que j'ai compris pourquoi Slayer ÉTAIT Slayer. Et c'est devenu de(...)


Je vais faire mon hérétique : j'ai jamais pu blairer cet album... Ne pas l'avoir découvert à l'époque joue sans doute dans mon ressenti, j'imagine, mais je m'emmerde en écoutant ce disque. Hormis Angel of Death et Raining Blood, je trouve les morceaux un peu torchés à la va-vite et basiques.(...)


mauvais


Merci de ta chronique .
Ici le batteur mentionné.
Chronique très appréciable , et très bien écrite . Et dont l'analyse globale est pertinente
Cela dit , même si j'aime les " anexes " Atheist et Mekong delta et Holy moses , je n'ai jamais été vraiment influencé par ce gen(...)


Même classement pour moi que Jus de Cadavre !
Et des pochettes qui auront marqué mon adolescence...


Mmh, ça se tire la bourre avec Master Of Puppets pour le titre du plus grand album Metal au monde... Mais c'est dans le top 2 des plus grands oui... :D
Aller j'ai de la route ce soir, je sais ce que je vais écouter dans la bagnole !


Pochette mythique pour un album mythique. Peut être le plus grand de tous les temps...


J'arrive après la bataille, mais interview une fois de plus très cool !

Et ça fait tellement plaisir de lire ça : "Combien de groupes entend on se plaindre de ne pas attirer suffisamment de monde en concert alors que les mêmes musiciens ne vont jamais aux concerts des autres ?"


Pas top, du revival classique.


Ca casse pas trois pattes à la dinde. Voix générique au possible, notamment.


Pour ma part, l'extrait disponible (Black Flame Candle) me rappelle les meilleurs moments de Toxic Holocaust. Je vais du coup m'y atteler plus sérieusement!


Pas mal du tout ce truc ! La chro résume parfaitement bien la chose !
"le Punk s’est toujours très bien marié au Black le plus primal " et ça je plussoie fois 100.


Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.