Lorsqu’on parle de musique extrême espagnole, on pense irrémédiablement en premier lieu à un Hardcore très chantant et sec, ou au contraire, à un Heavy Metal mélodique qui finalement, n’a plus rien d’extrême en soi.

Mais certains groupes locaux aiment à se démarquer de la production nationale pour proposer une « musique » bien plus excentrée et originale, et plus typique d’une optique anglaise dans son approche de la violence sourde et sombre.

Fut un temps où le label spécialisé Discos Humeantes se chargeait de regrouper dans son écurie tout ce que la scène hispanique pouvait proposer de décalé, et aujourd’hui, le label tout aussi indépendant Humo a pris son héritage en main pour continuer de diffuser des œuvres atypiques.

Nouveautés au catalogue, mais aussi capitalisation sur le passé, puisqu’on retrouve dans leurs rangs serrés, les BALCANES, qui sont certainement un des ensembles les plus fascinants et originaux du cru, avec leur mélange de Rock Noisy, de Doom, et d’Industriel local qui ne fait ni dans la dentelle, ni dans le flamenco pour touristes.

BALCANES, c’est un groupe formé en février 2014, et qui a déjà proposé un premier single qui avait salement secoué l’underground ibère en temps et en heure. Depuis, les musiciens n’ont eu de cesse de peaufiner leur formule, qui trouve aujourd’hui son point d’orgue avec la sortie d’un premier EP aussi traumatique que cathartique.

Difficile de situer ces maniaques de l’agression sonore lancinante sur une carte quelconque, puisqu’ils prennent un malin plaisir à multiplier les influences, et à les fondre au creux d’un même moule bruitiste. On trouve dans leur optique d’un bruit domestiqué (ou presque), des traces de SONIC YOUTH pour cette liberté de ton, beaucoup de JESUS LIZARD pour cette manière d’apprivoiser la dissonance et le feedback de façon détachée, et aussi pas mal d’Induscore anglais, GODFLESH en tête de liste, et leur référence majeure, les SWANS des débuts, qui ne cherchaient pas encore l’état de transe via les dérives sonore interminables, mais qui préféraient concrétiser une vision déshumanisée du Hardcore via des percussions lourdes et des itérations irritantes.

La Nouvelle Chair (ou viande, selon votre traducteur ou votre connaissance de la langue), c’est d’abord une sublime pochette monochrome qui illustre une vision du concept, via la naissance et la transmission de la vie. Est-ce celle que les espagnols ont choisi de mettre en musique ? Si tel est le cas, la procréation chez eux prend des airs de séance de torture, tant les sons qu’ils emploient évoquent plus le cri primal d’un homme confronté à sa propre nature que le hurlement d’un nouveau-né qui s’éveille à la vie.

Car si la naissance d’un enfant est la plus belle chose qui soit, elle ne trouve que peu d’écho dans les pistes de ce Carne Nueva, qui ne s’intéresse qu’à la malséance, à la peur, la claustrophobie, le malaise…Le parti-pris de BALCANES est similaire ici à ses premiers balbutiements en simple, et se permet même parfois de nous rappeler au mauvais souvenir des VIRGIN PRUNES d’Heresy (« Rojo Maquina »), remémoré via l’esprit dérangé des SWANS du Filth LP, et traité comme un Anarcho-core anglais maladif, refusant toute évolution et préférant se concentrer sur des répétitions amples et robotiques, comme un KRAFTWERK déréglé bavant irrémédiablement la même bile en boucle.

C’est évidemment très dissonant, très lancinant, mais aussi très fascinant, pour peu que l’Industriel mâtiné de Doom soit encore inclus dans les limites du supportable de votre compréhension.

De son côté, tout aussi ténébreux, « Desorden » se traîne le long d’un tempo presque mort-né pour singer les tics les plus évidents des JESUS LIZARD qui au détour d’un cauchemar auraient invoqué sans le savoir l’esprit malade de la scène No Wave New-yorkaise des années 80, avant de se faire réveiller par un Justin Broadrick, peu enclin à leur servir le petit déjeuner.

Dissonances, hurlements en idiome local en arrière-plan, et énorme basse à la SWANS qui régule le tout d’une métronomie si régulière qu’elle en met mal à l’aise.

Mais c’est bien le sentiment général qui se dégage de cet EP, qui décidemment, a renoncé à tout confort et toute illusion…

Et si la longue et discordante intro « Panico » ne relève même pas de la musicalité la plus primaire et préfère se rappeler des traumas Indus de la fin des 80’s, « Combustible » revient sur un terrain plus pragmatique et impose une sorte de Punk Hardcore Noisy, désabusé et renoncé, mais strié de riffs monocordes qui appuient avec peine un chant typique de l’école arty US des mid 80’s, ou de la scène Punk Anglaise de la même époque. Toujours ces cassures rythmiques impromptues et lentes, qui se font trancher la peau par des stridences de guitares qui décidemment, ne nous épargnent pas les tympans.

On retrouve plus ou moins cette structure sur l’écrasant « Masada », qui choisit de ne pas choisir et de se passer de rythme, réduisant le tempo à quelques coups d’une grosse caisse à l’agonie, dont le désespoir semble raillé par des guitares en roue libre qui ne cherchent même plus aucune cohésion harmonique.

Le chant atteint les limites de l’apoplexie, et l’outrance atteint des sommets de non-sens, pour un mode d’expression qui a renoncé à toute logique évolutive pour tomber dans les travers d’un genre de Post Doom Indus qui ne cherche qu’à provoquer.

Très difficile d’accès, ce premier EP des espagnols de BALCANES va profondément diviser, va choquer évidemment, et s’aliéner une bonne partie des fans de la scène Hardcore locale par son entêtement à en briser les codes les plus fondamentaux.

Du bruit, du malaise, et un refus de suivre des pistes trop claires pour proposer un amalgame personnel entre Doom Indus froid, Hardcore de très mauvais aloi, et de Punk/No Wave d’effroi.

 Mais après tout, la vie, c’est aussi ça. Alors écoutez ou n’écoutez pas, mais parfois, il est bon de faire face aux aspects les plus sombres de la vie pour en apprécier les épisodes fugaces les plus heureux.


Titres de l'album:

  1. Pánico
  2. Combustible
  3. Masada
  4. Desorden
  5. Rójo Máquina

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 07/12/2016 à 14:39
80 %    297

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Dream Patrol

Phantoms of the Past

Grrrmba

Embodiment

Black Phantom

Expiration Date

Fullminator

Crackattack

Benighted

Dogs Always Bite Harder Than Their Master

Black Paisley

Perennials

Disgrace And Terror

Age of Satan

Bogue Brigade

Ruinous Behavior

Lioncage

Turn Back Time

The Cruel Intentions

No Sign of Relief

Void

Jettatura

Cauldron

New Gods

Tony Mitchell

Beggars Gold

Bosse-de-nage

Further Still

Attan

End Of

Whisker Biscuit

Kill For Beer

Morbid Messiah

Demoniac Paroxysm

Daniel Trigger

Right Turn

Black Viper

Hellions Of Fire

Ink

Whispers Of Calliope

Hangman's Chair + SBRBS / Live-report Rennes

Jus de cadavre / 09/10/2018
Stoner Doom

Voïvod + Bio-Cancer + Hexecutor

RBD / 06/10/2018
Mosh

Interview VOÏVOD - Daniel "Chewy" Mongrain

mortne2001 / 02/10/2018
Daniel Mongrain

Bloodshed Festial - Jour 2

Mold_Putrefaction / 02/10/2018
Breakcore

Bloodshed Festival - Jour 1

Mold_Putrefaction / 01/10/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Moonreich + Schammasch

19/10 : Cellier De Clairvaux, Dijon (21)

Black Mirrors + The Vintage Caravan + Wucan

26/10 : Backstage, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

On se croirait revenus 25 ans en arrière quand on découvrait Stratovarius ... pas désagréable, mais quel est l'intérêt de produire ce genre de musique de nos jours ...


Quelle excellente chronique! Merci


Les mêmes que sur l'album de Nader Sadek, avec Vincent à la place de Tucker... Curieux d'écouter ça, perso.


Ouais, ben ce second album est quand même carrément moins bon que leur premier... En même temps l'attente était énorme après le "buzz" de Devoid Of Light !


Un mec en veste en jean sans manches, à dit « ha ha » il parait...


Hé mais faut arrêter les gars, j'ai pénétré personne moi vous me prenez pour qui? :)


Superbe chronique, bein écrite et qui rassemble bien toutes les impressions du disque ! J'adhère à fond ! Merci d'avoir mis en avant BLACK PAISLEY !


Il sonne bien Suédois ou Néerlandais pour du Death Québécois, ça change.


Et bien rassures-toi RBD, ton report est à peine "moins pénétrant que celui d'un Mortne2001"...
Vraiment...
Bravo donc.


Oui, je pense que le groupe aussi ! Une galère interminable j'ai cru comprendre !


Affiche pas mal aussi hâte de voir AORLHAC et DARKESTRAH.....


En plus c'est une belle affiche ce lundi....


Les festivals estivaux sont internationaux en termes de fréquentation, et je trouve curieux que tu le découvres juste cette année Jefflonger. Et c'est bien parce que le grand public n'a pas cette "culture métal" que Mr Barbaud a réalisé quelque chose que personne n'avait su faire avant lui en (...)


Tellement content que cet album sorte enfin ! :)


Bonne nouvelle ça !


miam ! ca tartine bien comme il faut on va se regaler lundi !


Record battu donc, cela en est ahurissant, je ne vais pas employer le terme "ridicule" on me traitera de aigri, alors que je m'éclate chaque année ou j'y vais. Tant mieux pour l'orga et ceux qui ont pû se procurer le sésame. Otez moi d'un doute, le France est-elle devenu terre du Metal ? bon c'(...)


J'ai l'impression que Jaime Gomez Arellano à juste trouvé le potard des médiums...


Je me souviens qu'en 2007 les mauvaises langues disaient "ça ne marchera jamais, ce sont des amateurs". Et aujourd'hui on entend (peut-être) ces mêmes mauvaises langues critiquant le fait que ça marche trop bien. Donc j'aimerais juste comprendre quel pourrait être le bon positionnement du HF al(...)


Surprenant, ce titre, j'avais gardé le souvenir d'un premier album beaucoup plus étouffant...