Lorsqu’on parle de musique extrême espagnole, on pense irrémédiablement en premier lieu à un Hardcore très chantant et sec, ou au contraire, à un Heavy Metal mélodique qui finalement, n’a plus rien d’extrême en soi.

Mais certains groupes locaux aiment à se démarquer de la production nationale pour proposer une « musique » bien plus excentrée et originale, et plus typique d’une optique anglaise dans son approche de la violence sourde et sombre.

Fut un temps où le label spécialisé Discos Humeantes se chargeait de regrouper dans son écurie tout ce que la scène hispanique pouvait proposer de décalé, et aujourd’hui, le label tout aussi indépendant Humo a pris son héritage en main pour continuer de diffuser des œuvres atypiques.

Nouveautés au catalogue, mais aussi capitalisation sur le passé, puisqu’on retrouve dans leurs rangs serrés, les BALCANES, qui sont certainement un des ensembles les plus fascinants et originaux du cru, avec leur mélange de Rock Noisy, de Doom, et d’Industriel local qui ne fait ni dans la dentelle, ni dans le flamenco pour touristes.

BALCANES, c’est un groupe formé en février 2014, et qui a déjà proposé un premier single qui avait salement secoué l’underground ibère en temps et en heure. Depuis, les musiciens n’ont eu de cesse de peaufiner leur formule, qui trouve aujourd’hui son point d’orgue avec la sortie d’un premier EP aussi traumatique que cathartique.

Difficile de situer ces maniaques de l’agression sonore lancinante sur une carte quelconque, puisqu’ils prennent un malin plaisir à multiplier les influences, et à les fondre au creux d’un même moule bruitiste. On trouve dans leur optique d’un bruit domestiqué (ou presque), des traces de SONIC YOUTH pour cette liberté de ton, beaucoup de JESUS LIZARD pour cette manière d’apprivoiser la dissonance et le feedback de façon détachée, et aussi pas mal d’Induscore anglais, GODFLESH en tête de liste, et leur référence majeure, les SWANS des débuts, qui ne cherchaient pas encore l’état de transe via les dérives sonore interminables, mais qui préféraient concrétiser une vision déshumanisée du Hardcore via des percussions lourdes et des itérations irritantes.

La Nouvelle Chair (ou viande, selon votre traducteur ou votre connaissance de la langue), c’est d’abord une sublime pochette monochrome qui illustre une vision du concept, via la naissance et la transmission de la vie. Est-ce celle que les espagnols ont choisi de mettre en musique ? Si tel est le cas, la procréation chez eux prend des airs de séance de torture, tant les sons qu’ils emploient évoquent plus le cri primal d’un homme confronté à sa propre nature que le hurlement d’un nouveau-né qui s’éveille à la vie.

Car si la naissance d’un enfant est la plus belle chose qui soit, elle ne trouve que peu d’écho dans les pistes de ce Carne Nueva, qui ne s’intéresse qu’à la malséance, à la peur, la claustrophobie, le malaise…Le parti-pris de BALCANES est similaire ici à ses premiers balbutiements en simple, et se permet même parfois de nous rappeler au mauvais souvenir des VIRGIN PRUNES d’Heresy (« Rojo Maquina »), remémoré via l’esprit dérangé des SWANS du Filth LP, et traité comme un Anarcho-core anglais maladif, refusant toute évolution et préférant se concentrer sur des répétitions amples et robotiques, comme un KRAFTWERK déréglé bavant irrémédiablement la même bile en boucle.

C’est évidemment très dissonant, très lancinant, mais aussi très fascinant, pour peu que l’Industriel mâtiné de Doom soit encore inclus dans les limites du supportable de votre compréhension.

De son côté, tout aussi ténébreux, « Desorden » se traîne le long d’un tempo presque mort-né pour singer les tics les plus évidents des JESUS LIZARD qui au détour d’un cauchemar auraient invoqué sans le savoir l’esprit malade de la scène No Wave New-yorkaise des années 80, avant de se faire réveiller par un Justin Broadrick, peu enclin à leur servir le petit déjeuner.

Dissonances, hurlements en idiome local en arrière-plan, et énorme basse à la SWANS qui régule le tout d’une métronomie si régulière qu’elle en met mal à l’aise.

Mais c’est bien le sentiment général qui se dégage de cet EP, qui décidemment, a renoncé à tout confort et toute illusion…

Et si la longue et discordante intro « Panico » ne relève même pas de la musicalité la plus primaire et préfère se rappeler des traumas Indus de la fin des 80’s, « Combustible » revient sur un terrain plus pragmatique et impose une sorte de Punk Hardcore Noisy, désabusé et renoncé, mais strié de riffs monocordes qui appuient avec peine un chant typique de l’école arty US des mid 80’s, ou de la scène Punk Anglaise de la même époque. Toujours ces cassures rythmiques impromptues et lentes, qui se font trancher la peau par des stridences de guitares qui décidemment, ne nous épargnent pas les tympans.

On retrouve plus ou moins cette structure sur l’écrasant « Masada », qui choisit de ne pas choisir et de se passer de rythme, réduisant le tempo à quelques coups d’une grosse caisse à l’agonie, dont le désespoir semble raillé par des guitares en roue libre qui ne cherchent même plus aucune cohésion harmonique.

Le chant atteint les limites de l’apoplexie, et l’outrance atteint des sommets de non-sens, pour un mode d’expression qui a renoncé à toute logique évolutive pour tomber dans les travers d’un genre de Post Doom Indus qui ne cherche qu’à provoquer.

Très difficile d’accès, ce premier EP des espagnols de BALCANES va profondément diviser, va choquer évidemment, et s’aliéner une bonne partie des fans de la scène Hardcore locale par son entêtement à en briser les codes les plus fondamentaux.

Du bruit, du malaise, et un refus de suivre des pistes trop claires pour proposer un amalgame personnel entre Doom Indus froid, Hardcore de très mauvais aloi, et de Punk/No Wave d’effroi.

 Mais après tout, la vie, c’est aussi ça. Alors écoutez ou n’écoutez pas, mais parfois, il est bon de faire face aux aspects les plus sombres de la vie pour en apprécier les épisodes fugaces les plus heureux.


Titres de l'album:

  1. Pánico
  2. Combustible
  3. Masada
  4. Desorden
  5. Rójo Máquina

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 07/12/2016 à 14:39
80 %    375

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Snake Bite Whisky

This Side of Hell

Fusion Bomb

Concrete Jungle

Wolf Counsel

Destination Void

Mörglbl

The Story Of Scott Rötti

Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Brutality Over Belgium - South Edition III

Mold_Putrefaction / 23/03/2019
Brutal Death Metal

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

Concerts à 7 jours

Defenestration + Hexecutor

30/03 : La Scène Michelet, Nantes (44)

+ No Return + Lodz

30/03 : Le Contrepoint, Chalons-en-champagne (51)

Photo Stream

Derniers coms

L'un des meilleur album de Black Metal de l'histoire au coté de Bathory "Under the sign of the Black Mark", des deux premiers Emperor et de "A Blaze in the Nothern sky" de Darkthrone.


Quelqu'un sait quand le film sortira en France ?


En effet c'est sur amazon que j'avais trouvé ça.


@LeMoustre
https://www.amazon.com/Murder-Front-Row-Thrash-Epicenter/dp/1935950037


Les gars, vous savez où il se trouve encore, ce bouquin ?


Hellhammer et Manowar en même temps, la blague... N'importe quoi !


A savoir jeunes impatients que le running order du samedi sera visible demain.
Et celui de dimanche...
Bah dimanche prochain pardi.


J'avais peur que MANOWAR et KING DIAMOND se chevauche...
Bah heureusement non... ... ...
Mais c'est MANOWAR et HELLHAMMER qui jouent en même temps bordel de dieu !
Fait chier ce HELLFEST merde ! (sic)
Sinon, à partir de 17 h, la TEMPLE c'est vraiment "The place to be"...


ca a toujours été un groupe de pur black metal et aujourd'hui plus que jamais


merci pour la decouverte ! mais pas merci car je vais encore claquer des sous a cause de vous ;)


@Jus de cadavre : je plussois pour le livre ! Un véritable petit bijou !

Concernant ce documentaire, j'ai hâte de le voir, en espérant autre chose que du Get Thrashed # 2. Get Thrashed était un excellent docu sur la scène Thrash US (principalement), pas utile qu'un autre documentai(...)


Le bouquin est terrible en tout cas : bourré de photos bien rares (que je n'avais jamais vu ailleurs, et pourtant on parle de gros groupes !). C'est vraiment les tous premiers jours de la scène de Bay Area en image. Un livre d'histoire quoi ! :D


Itou.


Sympa !


Excellente nouvelle. Fan de toutes les périodes des norvégiens.


C'est pas le même illustrateur que les albums précédents et pourtant on trouve une continuité très forte sur l'ensemble des albums de la nouvelle ère du duo (depuis qu'ils mettent plus en lumière un Metal old-school très 80's plutôt qu'un Black Metal des débuts)


J'attends d'écouter ça avec fébrilité.
D'ores et déjà, un constat peut-être porté : La pochette est extraordinaire.


Ouaip... J'ai juste eu l'impression d'écouter x fois le même morceau. Même le batteur ne se fait pas chier et démarre les compos toujours de la même façon. Je passe mon tour sans regret.


(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)


@humungus : C'est vrai, héhé ! A ta décharge, on ne peut pas nier que le groupe connait un certain polissage depuis quelques années, avec une tournure beaucoup plus Heavy (apparu avec "Thunder Of The God" je dirais, que j'adore pourtant, les ayant découvert avec cet album). Mais leur début de (...)