Lorsqu’on parle de musique extrême espagnole, on pense irrémédiablement en premier lieu à un Hardcore très chantant et sec, ou au contraire, à un Heavy Metal mélodique qui finalement, n’a plus rien d’extrême en soi.

Mais certains groupes locaux aiment à se démarquer de la production nationale pour proposer une « musique » bien plus excentrée et originale, et plus typique d’une optique anglaise dans son approche de la violence sourde et sombre.

Fut un temps où le label spécialisé Discos Humeantes se chargeait de regrouper dans son écurie tout ce que la scène hispanique pouvait proposer de décalé, et aujourd’hui, le label tout aussi indépendant Humo a pris son héritage en main pour continuer de diffuser des œuvres atypiques.

Nouveautés au catalogue, mais aussi capitalisation sur le passé, puisqu’on retrouve dans leurs rangs serrés, les BALCANES, qui sont certainement un des ensembles les plus fascinants et originaux du cru, avec leur mélange de Rock Noisy, de Doom, et d’Industriel local qui ne fait ni dans la dentelle, ni dans le flamenco pour touristes.

BALCANES, c’est un groupe formé en février 2014, et qui a déjà proposé un premier single qui avait salement secoué l’underground ibère en temps et en heure. Depuis, les musiciens n’ont eu de cesse de peaufiner leur formule, qui trouve aujourd’hui son point d’orgue avec la sortie d’un premier EP aussi traumatique que cathartique.

Difficile de situer ces maniaques de l’agression sonore lancinante sur une carte quelconque, puisqu’ils prennent un malin plaisir à multiplier les influences, et à les fondre au creux d’un même moule bruitiste. On trouve dans leur optique d’un bruit domestiqué (ou presque), des traces de SONIC YOUTH pour cette liberté de ton, beaucoup de JESUS LIZARD pour cette manière d’apprivoiser la dissonance et le feedback de façon détachée, et aussi pas mal d’Induscore anglais, GODFLESH en tête de liste, et leur référence majeure, les SWANS des débuts, qui ne cherchaient pas encore l’état de transe via les dérives sonore interminables, mais qui préféraient concrétiser une vision déshumanisée du Hardcore via des percussions lourdes et des itérations irritantes.

La Nouvelle Chair (ou viande, selon votre traducteur ou votre connaissance de la langue), c’est d’abord une sublime pochette monochrome qui illustre une vision du concept, via la naissance et la transmission de la vie. Est-ce celle que les espagnols ont choisi de mettre en musique ? Si tel est le cas, la procréation chez eux prend des airs de séance de torture, tant les sons qu’ils emploient évoquent plus le cri primal d’un homme confronté à sa propre nature que le hurlement d’un nouveau-né qui s’éveille à la vie.

Car si la naissance d’un enfant est la plus belle chose qui soit, elle ne trouve que peu d’écho dans les pistes de ce Carne Nueva, qui ne s’intéresse qu’à la malséance, à la peur, la claustrophobie, le malaise…Le parti-pris de BALCANES est similaire ici à ses premiers balbutiements en simple, et se permet même parfois de nous rappeler au mauvais souvenir des VIRGIN PRUNES d’Heresy (« Rojo Maquina »), remémoré via l’esprit dérangé des SWANS du Filth LP, et traité comme un Anarcho-core anglais maladif, refusant toute évolution et préférant se concentrer sur des répétitions amples et robotiques, comme un KRAFTWERK déréglé bavant irrémédiablement la même bile en boucle.

C’est évidemment très dissonant, très lancinant, mais aussi très fascinant, pour peu que l’Industriel mâtiné de Doom soit encore inclus dans les limites du supportable de votre compréhension.

De son côté, tout aussi ténébreux, « Desorden » se traîne le long d’un tempo presque mort-né pour singer les tics les plus évidents des JESUS LIZARD qui au détour d’un cauchemar auraient invoqué sans le savoir l’esprit malade de la scène No Wave New-yorkaise des années 80, avant de se faire réveiller par un Justin Broadrick, peu enclin à leur servir le petit déjeuner.

Dissonances, hurlements en idiome local en arrière-plan, et énorme basse à la SWANS qui régule le tout d’une métronomie si régulière qu’elle en met mal à l’aise.

Mais c’est bien le sentiment général qui se dégage de cet EP, qui décidemment, a renoncé à tout confort et toute illusion…

Et si la longue et discordante intro « Panico » ne relève même pas de la musicalité la plus primaire et préfère se rappeler des traumas Indus de la fin des 80’s, « Combustible » revient sur un terrain plus pragmatique et impose une sorte de Punk Hardcore Noisy, désabusé et renoncé, mais strié de riffs monocordes qui appuient avec peine un chant typique de l’école arty US des mid 80’s, ou de la scène Punk Anglaise de la même époque. Toujours ces cassures rythmiques impromptues et lentes, qui se font trancher la peau par des stridences de guitares qui décidemment, ne nous épargnent pas les tympans.

On retrouve plus ou moins cette structure sur l’écrasant « Masada », qui choisit de ne pas choisir et de se passer de rythme, réduisant le tempo à quelques coups d’une grosse caisse à l’agonie, dont le désespoir semble raillé par des guitares en roue libre qui ne cherchent même plus aucune cohésion harmonique.

Le chant atteint les limites de l’apoplexie, et l’outrance atteint des sommets de non-sens, pour un mode d’expression qui a renoncé à toute logique évolutive pour tomber dans les travers d’un genre de Post Doom Indus qui ne cherche qu’à provoquer.

Très difficile d’accès, ce premier EP des espagnols de BALCANES va profondément diviser, va choquer évidemment, et s’aliéner une bonne partie des fans de la scène Hardcore locale par son entêtement à en briser les codes les plus fondamentaux.

Du bruit, du malaise, et un refus de suivre des pistes trop claires pour proposer un amalgame personnel entre Doom Indus froid, Hardcore de très mauvais aloi, et de Punk/No Wave d’effroi.

 Mais après tout, la vie, c’est aussi ça. Alors écoutez ou n’écoutez pas, mais parfois, il est bon de faire face aux aspects les plus sombres de la vie pour en apprécier les épisodes fugaces les plus heureux.


Titres de l'album:

  1. Pánico
  2. Combustible
  3. Masada
  4. Desorden
  5. Rójo Máquina

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 07/12/2016 à 14:39
80 %    399

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Stonecast

I Earther

Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En fait, je crois que je me suis mal exprimé. C'est surtout que cet album me frustre, en fait. J'aurais voulu des morceaux plus développés, un peu plus longs. Criminally Insane, par exemple, est un super morceau, mais à peine 2 mn 20, quoi... Frustrant, oui, c'est plutôt ça pour moi.


Découvert en 88, j'ai mis des années avant de cerner et d'apprécier ce disque.
Depuis, je l'ai acheté à 4 reprises à force de l'avoir usé.


Je viens d'acheter deux tonnes de tomates... ;)


Kanelsback, cet album est tellement violent, sauvage, radical, intense, que c'est justement en ayant acheté et écouté cet album bien des années après avoir découvert Slayer ( je me contentais alors des morceaux en version live) que j'ai compris pourquoi Slayer ÉTAIT Slayer. Et c'est devenu de(...)


Je vais faire mon hérétique : j'ai jamais pu blairer cet album... Ne pas l'avoir découvert à l'époque joue sans doute dans mon ressenti, j'imagine, mais je m'emmerde en écoutant ce disque. Hormis Angel of Death et Raining Blood, je trouve les morceaux un peu torchés à la va-vite et basiques.(...)


mauvais


Merci de ta chronique .
Ici le batteur mentionné.
Chronique très appréciable , et très bien écrite . Et dont l'analyse globale est pertinente
Cela dit , même si j'aime les " anexes " Atheist et Mekong delta et Holy moses , je n'ai jamais été vraiment influencé par ce gen(...)


Même classement pour moi que Jus de Cadavre !
Et des pochettes qui auront marqué mon adolescence...


Mmh, ça se tire la bourre avec Master Of Puppets pour le titre du plus grand album Metal au monde... Mais c'est dans le top 2 des plus grands oui... :D
Aller j'ai de la route ce soir, je sais ce que je vais écouter dans la bagnole !


Pochette mythique pour un album mythique. Peut être le plus grand de tous les temps...


J'arrive après la bataille, mais interview une fois de plus très cool !

Et ça fait tellement plaisir de lire ça : "Combien de groupes entend on se plaindre de ne pas attirer suffisamment de monde en concert alors que les mêmes musiciens ne vont jamais aux concerts des autres ?"


Pas top, du revival classique.


Ca casse pas trois pattes à la dinde. Voix générique au possible, notamment.


Pour ma part, l'extrait disponible (Black Flame Candle) me rappelle les meilleurs moments de Toxic Holocaust. Je vais du coup m'y atteler plus sérieusement!


Pas mal du tout ce truc ! La chro résume parfaitement bien la chose !
"le Punk s’est toujours très bien marié au Black le plus primal " et ça je plussoie fois 100.


Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.


Ce que je voulais dire, c'est que MGŁA n'apporte rien de plus en live par rapport aux enregistrements studio. Le boulot est fait, les riffs sont bons et, même si je ne connais pas toute leur discographie, j'apprécie généralement leur musique. Mais sur scène, je n'y trouve pas de sursaut d'inte(...)


Vu en 2013 au Luxembourg.
Souvenir malheureusement mitigé :
Super heureux de voir et entendre ce putain de groupe pour la toute première fois sur scène.
Mais déception totale d'avoir l'obligation d'être assis à un concert (c'était la toute première fois que cela m'arrivait (...)


Très surpris de lire que MGLA ait désormais "un public familial"...
Cela fait très longtemps que je ne les ai pas vu en live (à vu de nez je dirai qu'il y a 7 ans), mais je peux vous dire qu'à l'époque, c'était très loin d'être le cas.
Quoi qu'il en soit, groupe que perso j'ador(...)