Bon, j’ai chroniqué Worse Than Dead, j’ai chroniqué The Tyranny Of Will, alors rien d’étonnant à ce que je chronique aujourd’hui Crossover Ministry. Pour la simple et bonne raison que je suis fan de ces tarés depuis le début et que ma passion n’est pas prête de s’éteindre tant que cette bande d’allumés continuera à produire des albums pareils.

Et finalement, c’est assez normal puisque les IRON REAGAN sont les meilleurs représentants d’un Crossover de génie comme on en fait plus depuis les EXCEL ou LUDICHRIST.

Ou à la rigueur, MUNICIPAL WASTE.

Vous avez vu comme j’ai introduit ce nom avec finesse ? Mais ça va, je ne vais pas faire mon malin, puisque vous savez très bien d’où viennent ces gus. Des MW évidemment, de DARKEST HOUR et CANNABIS CORPSE, donc, pas la peine d’en rajouter dans les connaissances déjà partagées.

Alors, deux albums impeccables, bargeots comme il faut, mais on sait très bien que le troisième est le bon, celui qui vous confirme ou vous enterre au fond.

Et encore une fois, les IRON REAGAN ne font rien comme tout le monde, puisqu’ils se foutent de ce genre de considération.

Sauf que leur troisième effort est encore le bon, et même...le meilleur. Impossible ? Si écoutez le et vous verrez bien. Plus qu’une tuerie, c’est un massacre. Mais un massacre sympa, auquel tout le voisinage de Richmond, Virginie, et convié. Et la fête est bien barrée, et bien hurlée. Faites-moi confiance.

Et les fiestas organisés par ces cinq lascars (Tony Foresta – chant, Landphil Hall et Mark Bronzino – guitares, Rob Skotis – basse et Ryan Parrish – batterie) donnent toujours l’impression d’avoir été élaborées sur le pouce et pas vraiment préparées, alors qu’elles sont en fait savamment planifiées de manière à ne laisser personne s’ennuyer.

Car oui, jouer du Thrashcore, du Crossover et du Thrash, ça semble facile, mais ça n’est pas donné à tout le monde, surtout à un tel degré d’exigence. Et en écoutant ce tempétueux Crossover Ministry agencé de tranches de vie assez hétéroclites, on comprend que les hôtes qui nous accueillent ne sont pas les premiers teuffeurs venus, mais bien de très intelligents party boys qui ne laissent rien au hasard.

Alors, comme d’habitude, nous avons droit à des morceaux costauds, des intermèdes rigolos, des poussées de Thrashcore qui détruisent le salon de jardin, pour une demi-heure de folie intégrale qui nous donne envie de prendre un avion direction Richmond pour siffler le fût de bière à l’unisson.

Règle d’or, pas de prise de tête, et surtout pas d’intellectualisation d’un mouvement populaire et qui souhaite le rester. Les IRON REAGAN jouent pour le plaisir, le leur et le nôtre, et perpétuent une tendance née dans les années 80 autour du noyau SUICIDAL/DRI/EXCEL. La recette est la même que sur les deux précédents efforts, et il ne vous en faudra fournir aucun pour apprécier ce déluge de bonne humeur qui s’articule autour de musiciens qui gesticulent pour tirer le meilleur party time de leur instrument.

Bon, certes, les mecs sont rodés, depuis tant d’années, mais je reste sidéré par la fraicheur de leur enthousiasme qui de LP en LP ne faiblit jamais, pour atteindre aujourd’hui un sacré pic d’intensité.

Tout y passe, des refrains collégiaux aux rythmiques marteaux, des intermèdes un peu chelous (« Parents Of Tomorrow », « No Sell », dans une veine WERMACHT/CRYPTIC SLAUGHTER), des bons vieux slogans Core qui rallient à la cause (« Condition Evolution », tant d’exubérance laisse admiratif, « Blatant Violence », genre D.R.I et AGNOSTIC en pleine cognade), et bien évidemment de gros pavés Thrash qui ne laissent personne sur place (« Grim Business », « Bleed The Fifth », qui lâchent des riffs de ta race tout en donnant l’impression de s’en foutre éperdument).

Bon, là, vous y êtes n’est-ce pas ? En plein dans le délire, puisque c’en est un, et depuis le début. Et là est la magie IRON REAGAN. Jouer fin et bourrin, s’éclater sans non plus faire de blessés, et surtout, nous donner du plaisir sans niveler le délire par le bas.

Et du coup, on y met les chapeaux, parce que cette blague qui n’en est pas une dure depuis des années et qu’on prend toujours autant de plaisir à y participer.

Equation. Bons musiciens (très bons même), morceaux construits, pastiches savoureux (« Megachurch », genre on se tape une grosse bourrade sur le compte du revival psychédélique pour mieux le fracasser d’un Thrashcore assassin mais assumé), production comme toujours aussi parfaite et qui tient tête, égal celle de Toto dans la piscine le caleçon remonté sur le dos.

Plutôt Animal House qu’American Pie, le film de carrière des REAGAN est une véritable célébration de la folie intrinsèque Core’n’Thrash US, et un titre de la trempe de « Shame Spiral » le prouve en une minute et trente-sept secondes, parce qu’il n’est nul besoin de jouer pendant des heures pour convaincre ses frères et sœurs.

Plus Hardcore qu’un flyer de chez Max (« Dogsnotgods » et sa variation de son béton qui vous fait sauter jusqu’au plafond), allusions marrons keeping up with the Joneses pour leurrer le voisinage pas encore trop apeuré (« Fuck The Neighbors », un des trucs les plus instantanés que j’ai pu écouter depuis…MADBALL au moins), et final en forme de dernière orgie at 6 AM (« Twist Your Fate », un riff pareil c’est juste impossible en fin d’album, même avec un rab’ de Lager), et nous voilà complètement assommé, allongé sur le pavé, certain d’avoir vécu quelque chose, sans vraiment pouvoir se le rappeler.  

La magie IRON REAGAN, c’est ça. Un trip sans acides, sans chimie, juste une musique qui dépote et qui rend hommage à toutes les époques en y mettant son propre grain de sel.

Et si finalement, ces cinq mickeys étaient les meilleurs sur le marché ?

M’est d’avis que si après avoir encaissé Crossover Ministry vous vous posez encore la question, c’est que vous êtes quand même un peu con.

 Sauf le respect que je ne vous dois pas.


Titres de l'album:

  1. A Dying World
  2. You Never Learn
  3. Grim Business
  4. Dead With My Friends
  5. No Sell
  6. Condition Evolution
  7. Fuck the Neighbors
  8. Power of the Skull
  9. Crossover Ministry
  10. More War
  11. Blatant Violence
  12. Parents of Tomorrow
  13. Bleed the Fifth
  14. Megachurch
  15. Shame Spiral
  16. Dogsnotgods
  17. Eat or be Eaten
  18. Twist Your Fate

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 04/03/2017 à 14:42
95 %    214

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Sydz
@212.234.218.194
06/03/2017 à 13:38:43
Pas trop fan de ce groupe... Dans le délire revival thrash, je préfère largement Power Trip !

Ajouter un commentaire


Dynazty

Firesign

Scorched

Ecliptic Butchery

Axxis

Monster Hero

Architorture

World Peace

Brainstorm

Midnight Ghost

Necronomicon

Unleashed Bastards

Dream Patrol

Phantoms of the Past

Grrrmba

Embodiment

Black Phantom

Expiration Date

Fullminator

Crackattack

Benighted

Dogs Always Bite Harder Than Their Master

Black Paisley

Perennials

Disgrace And Terror

Age of Satan

Bogue Brigade

Ruinous Behavior

Lioncage

Turn Back Time

The Cruel Intentions

No Sign of Relief

Void

Jettatura

Cauldron

New Gods

Tony Mitchell

Beggars Gold

Bosse-de-nage

Further Still

Interview avec Harun Demiraslan

youpimatin / 20/10/2018
Groove Metal

Hangman's Chair + SBRBS / Live-report Rennes

Jus de cadavre / 09/10/2018
Stoner Doom

Voïvod + Bio-Cancer + Hexecutor

RBD / 06/10/2018
Mosh

Interview VOÏVOD - Daniel "Chewy" Mongrain

mortne2001 / 02/10/2018
Daniel Mongrain

Bloodshed Festial - Jour 2

Mold_Putrefaction / 02/10/2018
Breakcore

Concerts à 7 jours

+ Black Mirrors + The Vintage Caravan

26/10 : Backstage, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Il y a donc peu de chances de les voir tourner avec VIRUS...(pardon)


Mmmmh, ça risque de me plaire ça ! Et cet artwork (très Doom Metal dans l'ambiance pourtant) donne bien envie aussi !


On me provoque, là ! C'est l'un des quelques albums pour lesquels j'avais fait une chronique remontant le temps sur feu Violent Solutions il y a dix ans. Et mon avis n'a guère évolué : le contexte était très hostile pour le trio restant, et au lieu de vouloir rassurer les fans par un album bou(...)


Bon alors moi, forcément, je déteste cet album et d'ailleurs tout ceux qui ont suivi...
Même chose d'ailleurs pour tout ce qu'à pu faire le père Cavalera ensuite.
Vieux con speaking... ... ...


Merde, si j'avais connu ça en 1994 j'aurais adoré....c'est excellent.


Pas convaincu... entre cette intro "sur-blastée" qui sonne totalement forcée et ce chant mielleux ridicule, j'ai de sérieux doutes sur les ambitions (capacités ?) du groupe depuis le départ de Wichers...


En effet la production est juste énorme ! Ce son de gratte bordel...


HM2 tous potards au max! un son bien cracra comme j'aime et deux très bon morceaux
vivement le 26


On se croirait revenus 25 ans en arrière quand on découvrait Stratovarius ... pas désagréable, mais quel est l'intérêt de produire ce genre de musique de nos jours ...


Quelle excellente chronique! Merci


Les mêmes que sur l'album de Nader Sadek, avec Vincent à la place de Tucker... Curieux d'écouter ça, perso.


Ouais, ben ce second album est quand même carrément moins bon que leur premier... En même temps l'attente était énorme après le "buzz" de Devoid Of Light !


Un mec en veste en jean sans manches, à dit « ha ha » il parait...


Hé mais faut arrêter les gars, j'ai pénétré personne moi vous me prenez pour qui? :)


Superbe chronique, bein écrite et qui rassemble bien toutes les impressions du disque ! J'adhère à fond ! Merci d'avoir mis en avant BLACK PAISLEY !


Il sonne bien Suédois ou Néerlandais pour du Death Québécois, ça change.


Et bien rassures-toi RBD, ton report est à peine "moins pénétrant que celui d'un Mortne2001"...
Vraiment...
Bravo donc.


Oui, je pense que le groupe aussi ! Une galère interminable j'ai cru comprendre !


Affiche pas mal aussi hâte de voir AORLHAC et DARKESTRAH.....


En plus c'est une belle affiche ce lundi....