Nous voici donc replongés dans le monde merveilleux du BM totalement underground, et qui ne veut surtout pas en sortir. Il est vrai que le genre est propice aux débordements caverneux en tous genres, et qu’il autorise quelques misanthropes à former leur groupe dans leur coin, sans avoir besoin de faire appel à des collaborations externes en complétant un line-up qui se satisfait très bien d’une unicité autarcique.

Le Canada n’est d’ailleurs jamais à la traîne en matière de one man bands, et sa scène BM fait même partie des plus prolifiques et qualitatives du créneau, mais il arrive parfois que la norme soit bafouée, et qu’un petit malin s’extrait de lui-même du collectif pour imposer sa griffe, pas forcément pointue ni aiguisée.

C’est donc le cas de Aztakea, l’âme sombre se cachant derrière le projet BOREAL DECAY, qui nous proposait donc le mois dernier son premier album autoproduit, album relativement difficile à décrire, tant il semble faire appel à des sens primaires et un ressenti primal, et se vouloir constitué plus d’humeurs que de réelles compositions en bonne et due forme.

Derrière son titre interminable, Paranoia Ensues Within the Dark Yukon Wilderness s’inscrit dans une logique narrative et musicale libre, comme une improvisation des ténèbres qui n’a cure d’une quelconque logique, et qui assemble des plans au gré d’un bon vouloir assez fluctuant.

Non que l’ensemble soit désagréable et indigeste, mais il reste encore un peu brouillon pour pouvoir s’imposer sur le marché du Raw Black occulte, qui bien que pollué par un nombre incalculable de sorties toutes plus dispensables et evil les unes que les autres, exige quand même un niveau de créativité et de malfaisance pointu et précis.

Pas grand-chose à raconter sur ce musicien solitaire, qui ne dispose que d’un Bandcamp sommaire sur lequel on ne trouve que cette réalisation, mais a-t-on vraiment besoin d’en savoir plus à son sujet ?

Affirmons simplement que l’individu se charge de tous les instruments sur son LP, et qu’il en assume donc toutes les conséquences.

Lesquelles ? Les sempiternels quolibets adressés au BM le plus nihiliste et osons le terme, « amateur », qui n’a de cesse de se vouloir plus grotesque que celui de ses voisins/concurrents, en osant des structures bancales, des atmosphères toujours plus déliquescentes, et des alignements de hurlements de schizophrène perdu dans sa grotte.

En l’état, Paranoia Ensues Within the Dark Yukon Wilderness est la cible type de ce genre de critiques, puisqu’il fait fi des considérations de logique, et se veut plus accumulation de haine régurgitée un peu à l’avenant, sans forcément proposer de véritables morceaux. Mais nonobstant cette constatation objective, il n’est pas dénué d’un certain charme vénéneux qui le rend assez attachant, quoique hautement perfectible. S’il s’imprègne des standards sombres en vogue dans la Scandinavie des années 90, il n’a pas pour autant la mémoire courte et sait se souvenir des premiers efforts de BATHORY, qui présentaient le même caractère outrancier et « libre ».

Un peu raccourci entre un BURZUM du froid Canadien et un GNAW THEIR TONGUES assagi, ce premier album n’est pas exempt de moments de bravoure, même si la plupart sont noyés dans une production approximative et sursaturée qui les rend difficilement perceptibles.

    

Certains morceaux sont immergés dans une linéarité qui le confine à la torture auditive (« Paranoia Ensues Within the Dark Yukon Wilderness », riff acide unique, rythmique bloquée et cris étranglés, le summum du minimalisme de la brutalité), tandis que d’autres osent la variation dans l’horreur, en dépassant la raison d’une durée modérée (« Beyond The End », sorte de Drone de dix minutes qui fracasse les tympans, bricolé sur un clavier d’occasion et qui ne dévie jamais de sa trajectoire mono tonale).

Heureusement d’autres tentent de proposer quelques idées intéressantes, comme l’ouverture cauchemardesque « Anti-Creation » qui incruste un riff accrocheur au sein d’une rythmique assez bondissante, le tout malmené d’un chant à l’agonie.

On sent même quelques indices de nostalgie à l’occasion d’un « Mountain Cemetary At Dusk », qui se rapproche des origines du BM avec son up tempo très 80’s, lardé de parties de guitare à peine discernables et noyées dans un torrent de bile vocale corrosive.

Intermèdes proches du HELLHAMMER le plus primaire et occulte et du BATHORY le plus abject (« Sacrifice Your Loved Ones to the Devil »), minimalisme assumé qui pourtant essaie de proposer des patterns un peu moins prévisibles (« Bludgeoned »), et final qui enfin impose un semblant de mélodie pour une outro un peu moins abrasive et s’ouvrant sur des perspectives un poil plus lumineuses (« Explication of Angst », et son piano onirique qui précède des arpèges acoustiques orageux et pourtant paisibles).

En gros, un peu de tout, mais surtout le minimum de haine dispensable, et une « progression » libre qui n’a cure de la cohérence et de l’homogénéité.

Un travail solo qui n’est pas à rejeter en bloc, et qui montre des signes de capacité assez discrets. Mais pour le moment, il conviendra à Aztakea de mettre un peu d’ordre dans ses idées malsaines pour les agencer de façon plus captivante, afin de proposer un album plus abouti, qui sera un peu plus qu’un simple conglomérat de sons se voulant diaboliques, mais pas forcément plus effrayants qu’un horror movie de série B.

On peut lui préférer la vague officielle des groupes nationaux, certes plus « consensuels », mais Ô combien plus efficaces.


Titres de l'album:

  1. Anti-Creation
  2. Mountain Cemetery at Dusk
  3. Blizzard
  4. Bludgeoned
  5. Sacrifice Your Loved Ones to the Devil
  6. Paranoia Ensues Within the Dark Yukon Wilderness
  7. Beyond the End
  8. Explication of Angst

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 09/03/2017 à 17:19
55 %    314

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Vain Vipers

Vain Vipers

Dirty Shirt

Letchology

Haunt

Mosaic Vision

Stonecast

I Earther

Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En voilà un qui aura marqué l'esthétique du Metal, en quelques oeuvres. Il suffit parfois de peu.


C'est ce côté vite torché qui donne toute cette bestialité justement je trouve. Y a bien peu d'album Metal aussi intense et violent que Reign selon moi.


@KaneIsBack, à l'origine Reign In Blood devait durer plus longtemps que 28 minutes mais lorsque le groupe est rentré dans le studio et a branché le matos, ils ont speedé comme des malades et c'est devenu Reign In Blood. Peut être avaient-ils le feu au derche ou envie de boucler le record le plu(...)


En fait, je crois que je me suis mal exprimé. C'est surtout que cet album me frustre, en fait. J'aurais voulu des morceaux plus développés, un peu plus longs. Criminally Insane, par exemple, est un super morceau, mais à peine 2 mn 20, quoi... Frustrant, oui, c'est plutôt ça pour moi.


Découvert en 88, j'ai mis des années avant de cerner et d'apprécier ce disque.
Depuis, je l'ai acheté à 4 reprises à force de l'avoir usé.


Je viens d'acheter deux tonnes de tomates... ;)


Kanelsback, cet album est tellement violent, sauvage, radical, intense, que c'est justement en ayant acheté et écouté cet album bien des années après avoir découvert Slayer ( je me contentais alors des morceaux en version live) que j'ai compris pourquoi Slayer ÉTAIT Slayer. Et c'est devenu de(...)


Je vais faire mon hérétique : j'ai jamais pu blairer cet album... Ne pas l'avoir découvert à l'époque joue sans doute dans mon ressenti, j'imagine, mais je m'emmerde en écoutant ce disque. Hormis Angel of Death et Raining Blood, je trouve les morceaux un peu torchés à la va-vite et basiques.(...)


mauvais


Merci de ta chronique .
Ici le batteur mentionné.
Chronique très appréciable , et très bien écrite . Et dont l'analyse globale est pertinente
Cela dit , même si j'aime les " anexes " Atheist et Mekong delta et Holy moses , je n'ai jamais été vraiment influencé par ce gen(...)


Même classement pour moi que Jus de Cadavre !
Et des pochettes qui auront marqué mon adolescence...


Mmh, ça se tire la bourre avec Master Of Puppets pour le titre du plus grand album Metal au monde... Mais c'est dans le top 2 des plus grands oui... :D
Aller j'ai de la route ce soir, je sais ce que je vais écouter dans la bagnole !


Pochette mythique pour un album mythique. Peut être le plus grand de tous les temps...


J'arrive après la bataille, mais interview une fois de plus très cool !

Et ça fait tellement plaisir de lire ça : "Combien de groupes entend on se plaindre de ne pas attirer suffisamment de monde en concert alors que les mêmes musiciens ne vont jamais aux concerts des autres ?"


Pas top, du revival classique.


Ca casse pas trois pattes à la dinde. Voix générique au possible, notamment.


Pour ma part, l'extrait disponible (Black Flame Candle) me rappelle les meilleurs moments de Toxic Holocaust. Je vais du coup m'y atteler plus sérieusement!


Pas mal du tout ce truc ! La chro résume parfaitement bien la chose !
"le Punk s’est toujours très bien marié au Black le plus primal " et ça je plussoie fois 100.


Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.