Paranoia Ensues Within the Dark Yukon Wilderness

Boreal Decay

26/01/2017

Autoproduction

Nous voici donc replongés dans le monde merveilleux du BM totalement underground, et qui ne veut surtout pas en sortir. Il est vrai que le genre est propice aux débordements caverneux en tous genres, et qu’il autorise quelques misanthropes à former leur groupe dans leur coin, sans avoir besoin de faire appel à des collaborations externes en complétant un line-up qui se satisfait très bien d’une unicité autarcique.

Le Canada n’est d’ailleurs jamais à la traîne en matière de one man bands, et sa scène BM fait même partie des plus prolifiques et qualitatives du créneau, mais il arrive parfois que la norme soit bafouée, et qu’un petit malin s’extrait de lui-même du collectif pour imposer sa griffe, pas forcément pointue ni aiguisée.

C’est donc le cas de Aztakea, l’âme sombre se cachant derrière le projet BOREAL DECAY, qui nous proposait donc le mois dernier son premier album autoproduit, album relativement difficile à décrire, tant il semble faire appel à des sens primaires et un ressenti primal, et se vouloir constitué plus d’humeurs que de réelles compositions en bonne et due forme.

Derrière son titre interminable, Paranoia Ensues Within the Dark Yukon Wilderness s’inscrit dans une logique narrative et musicale libre, comme une improvisation des ténèbres qui n’a cure d’une quelconque logique, et qui assemble des plans au gré d’un bon vouloir assez fluctuant.

Non que l’ensemble soit désagréable et indigeste, mais il reste encore un peu brouillon pour pouvoir s’imposer sur le marché du Raw Black occulte, qui bien que pollué par un nombre incalculable de sorties toutes plus dispensables et evil les unes que les autres, exige quand même un niveau de créativité et de malfaisance pointu et précis.

Pas grand-chose à raconter sur ce musicien solitaire, qui ne dispose que d’un Bandcamp sommaire sur lequel on ne trouve que cette réalisation, mais a-t-on vraiment besoin d’en savoir plus à son sujet ?

Affirmons simplement que l’individu se charge de tous les instruments sur son LP, et qu’il en assume donc toutes les conséquences.

Lesquelles ? Les sempiternels quolibets adressés au BM le plus nihiliste et osons le terme, « amateur », qui n’a de cesse de se vouloir plus grotesque que celui de ses voisins/concurrents, en osant des structures bancales, des atmosphères toujours plus déliquescentes, et des alignements de hurlements de schizophrène perdu dans sa grotte.

En l’état, Paranoia Ensues Within the Dark Yukon Wilderness est la cible type de ce genre de critiques, puisqu’il fait fi des considérations de logique, et se veut plus accumulation de haine régurgitée un peu à l’avenant, sans forcément proposer de véritables morceaux. Mais nonobstant cette constatation objective, il n’est pas dénué d’un certain charme vénéneux qui le rend assez attachant, quoique hautement perfectible. S’il s’imprègne des standards sombres en vogue dans la Scandinavie des années 90, il n’a pas pour autant la mémoire courte et sait se souvenir des premiers efforts de BATHORY, qui présentaient le même caractère outrancier et « libre ».

Un peu raccourci entre un BURZUM du froid Canadien et un GNAW THEIR TONGUES assagi, ce premier album n’est pas exempt de moments de bravoure, même si la plupart sont noyés dans une production approximative et sursaturée qui les rend difficilement perceptibles.

    

Certains morceaux sont immergés dans une linéarité qui le confine à la torture auditive (« Paranoia Ensues Within the Dark Yukon Wilderness », riff acide unique, rythmique bloquée et cris étranglés, le summum du minimalisme de la brutalité), tandis que d’autres osent la variation dans l’horreur, en dépassant la raison d’une durée modérée (« Beyond The End », sorte de Drone de dix minutes qui fracasse les tympans, bricolé sur un clavier d’occasion et qui ne dévie jamais de sa trajectoire mono tonale).

Heureusement d’autres tentent de proposer quelques idées intéressantes, comme l’ouverture cauchemardesque « Anti-Creation » qui incruste un riff accrocheur au sein d’une rythmique assez bondissante, le tout malmené d’un chant à l’agonie.

On sent même quelques indices de nostalgie à l’occasion d’un « Mountain Cemetary At Dusk », qui se rapproche des origines du BM avec son up tempo très 80’s, lardé de parties de guitare à peine discernables et noyées dans un torrent de bile vocale corrosive.

Intermèdes proches du HELLHAMMER le plus primaire et occulte et du BATHORY le plus abject (« Sacrifice Your Loved Ones to the Devil »), minimalisme assumé qui pourtant essaie de proposer des patterns un peu moins prévisibles (« Bludgeoned »), et final qui enfin impose un semblant de mélodie pour une outro un peu moins abrasive et s’ouvrant sur des perspectives un poil plus lumineuses (« Explication of Angst », et son piano onirique qui précède des arpèges acoustiques orageux et pourtant paisibles).

En gros, un peu de tout, mais surtout le minimum de haine dispensable, et une « progression » libre qui n’a cure de la cohérence et de l’homogénéité.

Un travail solo qui n’est pas à rejeter en bloc, et qui montre des signes de capacité assez discrets. Mais pour le moment, il conviendra à Aztakea de mettre un peu d’ordre dans ses idées malsaines pour les agencer de façon plus captivante, afin de proposer un album plus abouti, qui sera un peu plus qu’un simple conglomérat de sons se voulant diaboliques, mais pas forcément plus effrayants qu’un horror movie de série B.

On peut lui préférer la vague officielle des groupes nationaux, certes plus « consensuels », mais Ô combien plus efficaces.


Titres de l'album:

  1. Anti-Creation
  2. Mountain Cemetery at Dusk
  3. Blizzard
  4. Bludgeoned
  5. Sacrifice Your Loved Ones to the Devil
  6. Paranoia Ensues Within the Dark Yukon Wilderness
  7. Beyond the End
  8. Explication of Angst

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 09/03/2017 à 17:19
55 %    467

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Dusk...And Her Embrace

JérémBVL 25/05/2020

Indecent & Obscene

Baxter 23/05/2020

Programmed

mortne2001 22/05/2020

Sodomizing The Archedangel

JérémBVL 22/05/2020

Dawn of Dreams

mortne2001 20/05/2020

AD VITAM INFERNAL / Interview

Jus de cadavre 19/05/2020

Beyond

mortne2001 18/05/2020

Concerts à 7 jours
Blue Oyster Cult 02/06 : Le Trianon, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Buck Dancer

Quelle claque j'ai pris à l'époque avec cet album ! Entre "Skinfather" et son break imparable ou un "Dreaming in red" magnifique, Dismember est vite devenu un de mes groupes fétiches.
J'ai aussi pu les voir à ce moment là, à l'Elysée montmartre, en premiere partie de Morbid Angel (Gra(...)

26/05/2020, 19:38

Yolo

Album de l'année pour ma part, comme à chacun de leurs albums.

26/05/2020, 18:43

Buck Dancer

Superbe Setlist qui était à la demande des fans, je crois.

26/05/2020, 18:07

JérémBVL

Enorme surprise, ça va être l'album de l'été!

25/05/2020, 13:44

Gargan

Ep suivant avec les tubes "Respect social distanciation", "keep your mask before I call the cops", "fucking conspiracist", "Vaccinate or eliminate" !

25/05/2020, 10:51

Listing Monstercity

Ahhh, cet album de Cancer... :-) Je l'avais justement dépoussiéré il y a 15 jours. Que de souvenirs ! Ca faisait plaisir à l'époque de retrouver James Murphy après sa mise à la porte de Death (quel gâchis !). Je trouve que ce type n'a pas du tout eu la carrière qu'il méritait (sans parler (...)

24/05/2020, 20:36

Buck Dancer

El Gringo, le nouveau café de Jacques Bave.

24/05/2020, 19:27

Gargan

Ce nom de groupe, gringo.. Prochain nom d'album "between the arabica and the robusta (a black curse of unholy flavor)"

24/05/2020, 18:34

Humungus

Putain ce son de CANCER tout de même !!!
Un grand merci Simony de me remémorer cette merveille.
Je vais me réécouter les albums pour la peine... ... ...

24/05/2020, 16:00

Buck Dancer

Excellente réinterprétation de " The end of dormancy", peut-être le meilleur morceau de " The wake"

"Point the finger" très bon morceau du dernier Body Count, mais où est passé la chronique ?!

24/05/2020, 14:53

JérémBVL

#JeSuisSimony

24/05/2020, 14:33

Humungus

"Symonyestungogol"...
AH AH AH !!! !!! !!!
Ca, cela va me faire mon dimanche bordel... ... ...

24/05/2020, 13:28

Moshimosher

Curieux de voir ce que ça peut donner...

24/05/2020, 03:04

grinder92

Cher Anonyme qui s'exprime sous l'IP 90.66.134.237 (par respect pour mon estimé collègue, je ne citerai pas ton pseudo), la liberté d'expression est une valeur chère à notre webzine, tout comme l'honnêteté dont nous essayons toujours de faire preuve. Nous ne sommes pas parfaits mais ne le cac(...)

23/05/2020, 16:37

Jus de cadavre

Euh...
Franchement là ?

23/05/2020, 14:56

Simonyestungogol

Quand on avoue ne rien connaitre au power melodique à part Strato et Gamma Ray et quon ose dire quon a jamais accroché à Angra, on se tait! Et on laisse un vrai amateur s'exprimer.

23/05/2020, 14:02

poybe

Après notre petite discussion de l'autre jour, je l'ai réécouté et j'ai pris un pied total et ce n'est pas que de la nostalgie ... en espérant que ta chronique permette à quelques uns de découvrir cette pépite.

22/05/2020, 21:32

JérémBVL

Encore un chef-d'œuvre !

22/05/2020, 08:49

Humungus

Jolie pochette...

22/05/2020, 08:29

MorbidOM

Y compris celle-là ?
(désolé je n'ai pas pu m'en empêcher, je suis déjà dehors...)

21/05/2020, 18:28