Nous voici donc replongés dans le monde merveilleux du BM totalement underground, et qui ne veut surtout pas en sortir. Il est vrai que le genre est propice aux débordements caverneux en tous genres, et qu’il autorise quelques misanthropes à former leur groupe dans leur coin, sans avoir besoin de faire appel à des collaborations externes en complétant un line-up qui se satisfait très bien d’une unicité autarcique.

Le Canada n’est d’ailleurs jamais à la traîne en matière de one man bands, et sa scène BM fait même partie des plus prolifiques et qualitatives du créneau, mais il arrive parfois que la norme soit bafouée, et qu’un petit malin s’extrait de lui-même du collectif pour imposer sa griffe, pas forcément pointue ni aiguisée.

C’est donc le cas de Aztakea, l’âme sombre se cachant derrière le projet BOREAL DECAY, qui nous proposait donc le mois dernier son premier album autoproduit, album relativement difficile à décrire, tant il semble faire appel à des sens primaires et un ressenti primal, et se vouloir constitué plus d’humeurs que de réelles compositions en bonne et due forme.

Derrière son titre interminable, Paranoia Ensues Within the Dark Yukon Wilderness s’inscrit dans une logique narrative et musicale libre, comme une improvisation des ténèbres qui n’a cure d’une quelconque logique, et qui assemble des plans au gré d’un bon vouloir assez fluctuant.

Non que l’ensemble soit désagréable et indigeste, mais il reste encore un peu brouillon pour pouvoir s’imposer sur le marché du Raw Black occulte, qui bien que pollué par un nombre incalculable de sorties toutes plus dispensables et evil les unes que les autres, exige quand même un niveau de créativité et de malfaisance pointu et précis.

Pas grand-chose à raconter sur ce musicien solitaire, qui ne dispose que d’un Bandcamp sommaire sur lequel on ne trouve que cette réalisation, mais a-t-on vraiment besoin d’en savoir plus à son sujet ?

Affirmons simplement que l’individu se charge de tous les instruments sur son LP, et qu’il en assume donc toutes les conséquences.

Lesquelles ? Les sempiternels quolibets adressés au BM le plus nihiliste et osons le terme, « amateur », qui n’a de cesse de se vouloir plus grotesque que celui de ses voisins/concurrents, en osant des structures bancales, des atmosphères toujours plus déliquescentes, et des alignements de hurlements de schizophrène perdu dans sa grotte.

En l’état, Paranoia Ensues Within the Dark Yukon Wilderness est la cible type de ce genre de critiques, puisqu’il fait fi des considérations de logique, et se veut plus accumulation de haine régurgitée un peu à l’avenant, sans forcément proposer de véritables morceaux. Mais nonobstant cette constatation objective, il n’est pas dénué d’un certain charme vénéneux qui le rend assez attachant, quoique hautement perfectible. S’il s’imprègne des standards sombres en vogue dans la Scandinavie des années 90, il n’a pas pour autant la mémoire courte et sait se souvenir des premiers efforts de BATHORY, qui présentaient le même caractère outrancier et « libre ».

Un peu raccourci entre un BURZUM du froid Canadien et un GNAW THEIR TONGUES assagi, ce premier album n’est pas exempt de moments de bravoure, même si la plupart sont noyés dans une production approximative et sursaturée qui les rend difficilement perceptibles.

    

Certains morceaux sont immergés dans une linéarité qui le confine à la torture auditive (« Paranoia Ensues Within the Dark Yukon Wilderness », riff acide unique, rythmique bloquée et cris étranglés, le summum du minimalisme de la brutalité), tandis que d’autres osent la variation dans l’horreur, en dépassant la raison d’une durée modérée (« Beyond The End », sorte de Drone de dix minutes qui fracasse les tympans, bricolé sur un clavier d’occasion et qui ne dévie jamais de sa trajectoire mono tonale).

Heureusement d’autres tentent de proposer quelques idées intéressantes, comme l’ouverture cauchemardesque « Anti-Creation » qui incruste un riff accrocheur au sein d’une rythmique assez bondissante, le tout malmené d’un chant à l’agonie.

On sent même quelques indices de nostalgie à l’occasion d’un « Mountain Cemetary At Dusk », qui se rapproche des origines du BM avec son up tempo très 80’s, lardé de parties de guitare à peine discernables et noyées dans un torrent de bile vocale corrosive.

Intermèdes proches du HELLHAMMER le plus primaire et occulte et du BATHORY le plus abject (« Sacrifice Your Loved Ones to the Devil »), minimalisme assumé qui pourtant essaie de proposer des patterns un peu moins prévisibles (« Bludgeoned »), et final qui enfin impose un semblant de mélodie pour une outro un peu moins abrasive et s’ouvrant sur des perspectives un poil plus lumineuses (« Explication of Angst », et son piano onirique qui précède des arpèges acoustiques orageux et pourtant paisibles).

En gros, un peu de tout, mais surtout le minimum de haine dispensable, et une « progression » libre qui n’a cure de la cohérence et de l’homogénéité.

Un travail solo qui n’est pas à rejeter en bloc, et qui montre des signes de capacité assez discrets. Mais pour le moment, il conviendra à Aztakea de mettre un peu d’ordre dans ses idées malsaines pour les agencer de façon plus captivante, afin de proposer un album plus abouti, qui sera un peu plus qu’un simple conglomérat de sons se voulant diaboliques, mais pas forcément plus effrayants qu’un horror movie de série B.

On peut lui préférer la vague officielle des groupes nationaux, certes plus « consensuels », mais Ô combien plus efficaces.


Titres de l'album:

  1. Anti-Creation
  2. Mountain Cemetery at Dusk
  3. Blizzard
  4. Bludgeoned
  5. Sacrifice Your Loved Ones to the Devil
  6. Paranoia Ensues Within the Dark Yukon Wilderness
  7. Beyond the End
  8. Explication of Angst

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 09/03/2017 à 17:19
55 %    338

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Horndal

Remains

Protector

Summon the Hordes

Majesty

Legends

Dead Horse

Horsecore: An Unrelated Story That's Time Consuming

Затемно (zatemno)

В петле

Hollow Haze

Between Wild Landscapes and Deep Blue Seas

Nyss

Dépayser

Shit Life

Reign In Bud

Teleport

The Expansion

Alcotopia

It Hits the Spot

Pounder

••

Night Screamer

Dead of Night

No Sun Rises

Ascent/Decay

Vilest Breed

Live Fuck Die

Riot City

Burn the Night

Barbarian

To No God Shall I Kneel

Crypt Crawler

To the Grave

Forged In Black

Descent of the Serpent

Apotheosis Omega

Avoda Zara

Faruln

The Black Hole of The Soul

Combichrist + Terrorolokaust

RBD / 17/07/2019
Electro

Live-report - Impetuous Ritual / Ascended Dead / Scumslaught

Jus de cadavre / 14/07/2019
Death Metal

Napalm Death + A.C.O.D.

RBD / 12/07/2019
Black Metal Symphonique

Municipal Waste + Terror Shark + Dirty Wheels

RBD / 10/07/2019
Hardcore Metal

Live-report HELLFEST 2019 / Dimanche

Jus de cadavre / 07/07/2019
Hellfest Open Air

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Un autre groupe qui a tout démonté sur ce Hellfest c'est Anthrax !

Bordel encore furieux ça vieillit pas, putain de patate.

https://www.youtube.com/watch?v=pHKTjsYlNh0


+ 1 bordel !!!
(Comme souvent avec Sieur Jus de cadavre...)


Indifférence générale !


Meilleur concert du Hell, un groupe fou ! J'aimerais vraiment les voir dans une petite salle chauffée à blanc... ça doit faire encore plus mal !


ça tartine toujours aussi gras Guttural Slug ! par contre je viens de me rendre compte que j'ai zappé le 2eme album. BWUUUUUUHHHHHH


le chant est faiblard...


Plutôt inutile cet album. Bien mou et rien d'excitant.60% pour ma part


Un album absolument excellent !


Je ne connaissais même pas de nom. Merci pour cette chro (d'utilité metallique et historique !) qui donne méchamment envie de se pencher sur ce groupe !


Quasi tous les titres du premier album sont rejoués...
Miam miam !


Énorme album de violence musicale ! Merci pour la chro ;)
Ça me rappel un peu Phobia en effet, en plus bourrin encore !
"C’est simple, le tout à des allures de fête paillarde tournant très mal, avec deux mecs pas invités qui viennent pour tout picoler et tout ruiner, et qui lais(...)


"Napalm Death demeure un monument incontournable, qui ne déçoit jamais ses fidèles, ni ses valeurs"
Je pense d'ailleurs n'avoir jamais lu une critique négative vis à vis du groupe...
Et c'est de fait totalement normal !


Plutôt d'accord avec Satan, le prix est abusé et le titre est bon mais assez standard et de la part de 1349, j'en attend un peu plus. Et je dois avouer que le dernier album ne m'a pas emballé plus que ça...


le précédent album est excellent


Ouais... moi qui est un grand fan du groupe, je dois reconnaitre que la pochette est d'une incroyable laideur et que le titre est dans la continuité du (lamentable) précédent album. Qui plus est, le prix de l'objet est du pur foutage de gueule...


Une fois de plus, un excellent concert, joué par des musiciens passionnés malgré des conditions de tournée précaires !
Respect et merci à eux.
On en redemande.


Plaisir partagé cher L'anonyme....


La news qui vous met la banane pour la journée.
Vous venez d'embellir ma journée à un point inespéré. Merci beaucoup !


Pour donner quelques détails sur Vltimas, j’adhère vraiment à la musique mais j’ai vraiment du mal avec le visuel. David Vincent dans basse c’est pas trop grave, mais David Vincent avec sa belle couleur de cheveux, son chapeau et son attitude de faux méchant, j’accroche vraiment pas du t(...)


Merci pour le report toujours excellent !