Kwintessens

Dodecahedron

17/03/2017

Season Of Mist

Un DODECAHEDRON en géométrie, c’est une figure en trois dimensions de douze côtés pentagonaux égaux. Le genre de forme complexe qui se balade dans l’univers et qui ne révèle son intégralité qu’en de rares occasions. On pourrait voir ça comme un totem, une façon de concrétiser la complexité d’un univers mathématique, une matérialisation de l’abstraction de la perception, qui ne voit que ce que la nature veut bien lui montrer. Mais aussi, le caractère multiple d’individus qui ont choisi un mode d’expression multiple pour mieux révéler la richesse d’une base sonore que d’aucuns considèrent comme primaire.

Mais le problème est toujours le même. D’une forme primaire émerge des extensions plus complexes, et c’est la même le propre de la nature de l’homme, que cinq musiciens nous proposent de (re)découvrir avec leur second album, qui pousse encore plus loin l’analyse/démonstration du premier en mettant l’accent sur la brutalité, la densité, la puissance, et l’hermétisme.

Mais plus concrètement, un DODECAHEDRON, c’est aussi une hydre à cinq têtes, venue des Pays-Bas pour propager la bonne parole de l’avant-garde extrême, qui depuis quelques années se révèle d’une richesse incroyable et d’un potentiel sans limites.

M. Eikenaar (chant), M. Nienhuis (guitare/composition), J. Bonis (guitare/sons), Y. Terwisscha van Scheltinga (basse) et J. Barendregt (batterie) forment donc les cinq visages de cette créature. Réunis en 2011 et déjà auteurs d’un remarquable premier LP éponyme, les Hollandais par l’entremise de Season of Mist proposent donc en mars de cette année 2017 la suite de leur analyse et de leur vision cosmique et humaine, via un second effort, Kwintessens, qui en effet pourrait symboliser la quintessence même d’une pratique qui leur est propre, mais qui va quand même piocher quelques influences et variables dans les équations d’autres chercheurs de l’extrême.

Pour ceux les connaissant, ce second chapitre ne sera pas une surprise. Il reprend plus ou moins les mêmes cheminements que son aîné, en les poussant vers un absolu musical et brutal qui laisse relativement admiratif. Décomposé en huit entrées, Kwintessens se propose de faire le point sur une certaine forme d’avant-gardisme, celui-là même qui agite la scène BM depuis quelques années, et qui combine une expérience technique très poussée, à un expressionisme qui refuse toute barrière ou contrainte.

En langage simple, une façon d’adapter les vues de MAYHEM ou DEATHSPELL OMEGA à une théorie très personnelle…

Il est évident que ce second effort des Hollandais nécessite de nombreuses écoutes avant de se révéler dans sa magnificence la plus absolue. C’est un disque très complexe et touffu, qui accumule les plans, parties, riffs, et thématiques dans ce qui semble être une figure géométrique à rotation variable, qui parfois reflète la lumière comme elle peut se fondre dans une obscurité totale. Composée de cinq facettes assemblées par un prologue, un interlude et un finale, la progression Kwintessens semble se mouvoir de façon parfois erratique, mais présente une progression logique, qui met l’emphase sur la vitesse et la puissance, et offre une débauche d’énergie très difficilement canalisable, qui use sans abuser d’artifices de propulsion pour parvenir à ses fins.

Quels sont-ils ?

Atteindre une forme de paroxysme dans la démonstration de technicité mise au service d’un but et d’un élan commun, pour ne pas perdre de vue le véritable objectif. Proposer une musique effarante de violence qui pourtant présente des finesses de structures et d’arrangements assez bluffant.

On y trouve donc des traces de BM surpuissant, de BM déviant et disharmonique («OCTAHEDRON – Harbinger », qui tente quelques allusions à VOÏVOD, ou BLUT AUS NORD), de Post BM plus apaisé et mélodique, ou au contraire terriblement abscons et inquiétant dans ses pauses les plus hermétiques (« DODECAHEDRON - An ill-Defined Air Of Otherness »), quelques errances Dark Ambient pour justifier l’appellation « Dark Extreme Metal » sur le fameux « Finale », et quelques allusions à la scène batave via des points communs partagés avec les homologues de DE MAGIA VETERUM (« ICOSAHEDRON - The Death Of Your Body »).

En substance, l’incarnation même du cheminement humain transposé en bruits et en musique, pour une justification de la validité avant-gardiste, qui cette fois encore (ça devient symptomatique dans le créneau du BM) n’est qu’un moyen et non un but, et surtout, tout sauf une excuse pour justifier d’une dérive pénible et prétentieuse.

Pourtant, les DODECAHEDRON peuvent se targuer d’une certaine prétention. Celle de jouer une musique frondeuse et délicatement élaborée, en s’appuyant sur un niveau technique remarquable, sans pour autant plastronner de plans en équilibre et d’assemblages hasardeux qui finalement ne mènent nulle part. Leur logique l’est, sans conteste, et leur concept, puisqu’il faut bien lâcher le morceau, est valide, et pertinent.

Certes, si l’argument promotionnel oppose la pierre de rosette Ordo Ad Chao de MAYHEM pour situer la racine des expériences hollandaises, il serait fortement restrictif de s’y attacher complètement pour expliquer le processus de création de Kwintessens. 

Même propension à placer la rythmique aux avant-postes, même inclinaison à laisser les guitares expérimenter en dehors de leur champ du possible, même approche théâtrale du chant qui sort des balises trop contraignantes du BM classique, mais après tout, ce schéma peut s’appliquer à bon nombre d’artistes qui ont décidé un jour que le Black Metal pouvait être autre chose qu’un simple médium de haine et de misanthropie, caché par un minimalisme musical trop frustrant.

Alors apprécions l’objet pour ce qu’il est. Un espace-temps différent, un vortex dans lequel les sons se mélangent pour former une nouvelle possibilité, et plus directement, un des meilleurs exemples d’un BM libre, qui ose provoquer des collisions pour créer des mondes différents.

Un deuxième album qui confirme l’énorme potentiel des DODECAHEDRON, finalement assez proches des capacités expressives des DEATHSPELL OMEGA, et qui vont vite devenir des références en la matière.

Une matrice/matière justement indéfinissable, comme le chaos d’un nouveau big-bang qui aboutira peut-être à l’émergence d’un nouveau monde dans lequel il va falloir nous apprendre à vivre.


Titres de l'album:

  1. Prelude
  2. TETRAHEDRON - The Culling Of The Unwanted From The Earth
  3. HEXAHEDRON - Tilling The Human Soil
  4. Interlude
  5. OCTAHEDRON - Harbinger
  6. DODECAHEDRON - An ill-Defined Air Of Otherness
  7. Finale
  8. ICOSAHEDRON - The Death Of Your Body

Site officiel


par mortne2001 le 10/03/2017 à 11:46
85 %    1189

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2024 / Clisson

Jus de cadavre 15/07/2024

Live Report

Escuela Grind + BMB

RBD 08/07/2024

Live Report

The Mandrake Project Live 2024

Simony 05/07/2024

Live Report

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
grinder92

la vidéo du bidule : https://www.youtube.com/watch?v=t0K2EVnkhC0

19/07/2024, 08:12

Jus de cadavre

On me dit dans l'oreillette que la femme de Rob (qui est française) est fan d'Indochine et qu'elle ne serait pas étrangère à cette décision de reprise... L'amour rend aveugle, mais sourd aussi apparemment.

18/07/2024, 14:59

Humungus

Monument.

18/07/2024, 13:39

Humungus

"Kirk et Rob reprennent "L'Aventurier" d'Indochine"... ... ...Le groupe qui aime à se tirer une balle dans le pied quoi !Après l'ignominie de la reprise de Johnny il y a quelques années...A la prochaine date franç(...)

18/07/2024, 09:35

Alain MASSARD

juste excellent!!!!

17/07/2024, 16:30

Tourista

''Shoot the babies in the nest, that's the real hunting''

17/07/2024, 08:37

Ivan Grozny

Pour ma part :Jeudi : Ashinhell / Immolation / Brujeria / Megadeth (aïe aïe) / Shining (le groupe norvégien) / Sodom / Cradle of FilthVendredi : Fear Factory / Savage Lands / Kanonenfieber / Satyricon / Emperor / Machine Head (la fin vite fait pour boire un coup) / (...)

17/07/2024, 01:16

Gargan

« Wher’ar’you Marshall ? » « yeahiyeaah wohooo !! »

16/07/2024, 21:51

LeMoustre

Sympa.En plus tête d'affiche au Pyrenean Open Air en septembre. Ça se loupe pas ça 

16/07/2024, 10:06

Cupcake Vanille

Ok c'est très différent de la période You Will Never Be One of Us qui était plus un mix sauvage et efficace entre un Slayer et Napalm Death. Todd Jones change encore de style vocalement, pour un truc plus vomissant rempli de glaire dans une ligne death(...)

15/07/2024, 11:11

RBD

Excellent ! Ils sont revenus tourner ce clip à la "Maison des choeurs" où nous les avions vus pour un concert inoubliable à l'automne 2023. Il s'agit d'une ancienne chapelle de style Louis XIV (mais pas baroque) accolée à l&apos(...)

11/07/2024, 16:43

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Jus de cadavre

Quand NAILS se met au Speed Thrash   ! Bah ça bastonne !

10/07/2024, 19:48

Tourista

Pardon : présent à Paname.

10/07/2024, 18:41

Tourista

Présent.  Set-list hyper solide, groupe hyper en place et son aux petits oignons. Plaisir manifeste du chanteur (malgré sa crève) et accueil formidable (est-ce une surprise ?) du public. Le plus appréciable dans la forme c'était sa gestuelle dimensionn(...)

10/07/2024, 18:40

RBD

C'est vrai qu'il se maintient bien malgré les ans. Cela me rappelle il y a fort longtemps quand j'avais vu Blaze Bailey tourner en solo peu après son départ de Maiden. Mais Bruce est à un autre niveau de charisme et de talent, c'est clair.

10/07/2024, 12:43

wolf88

salut, ce n est pas Autriche mais Australie   

08/07/2024, 18:48

LeMoustre

Tuerie intégrale.Point.

07/07/2024, 14:33

Humungus

"Je préfère d'ailleurs aller jusqu'au Rockhal plutôt que de monter à Paris où tout n'est que galère et source de stress et d'énervement".Amen !

06/07/2024, 08:19