Marrant ce truc, ça commence avec un gros riff à la PESTILENCE de « Echos Of Death », mais finalement, ça préfère assez vite le Thrash touffu au Death diffus.

Mais après tout, chacun fait ce qu’il veut, et je dois reconnaître que les choix des Finlandais de BLOODRIDE sont souvent les bons. Il faut dire que les mecs ont de la bouteille, et pas seulement au niveau du ventre, mais surtout du savoir-faire brutal et fatal.

Leurs débuts, assez récents sur une échelle de VENOM à WARBRINGER, datent quand même de 2000, lorsque les deux trublions Niko Karppinen (guitare) et Petteri Lammassaari (batterie) se rencontrèrent à un show de TAROT à Helsinki. Après une discussion hautement alcoolisée, les deux nouveaux amis décidèrent donc de monter leur propre combo purement Thrash et se mirent en quête de compagnons de partition.

Un quintette fut finalement mis sur pied, permettant à ces barbares de la rythmique atomique de fouler les scènes locales et Européennes, mais aussi d’enregistrer un premier album en 2011, Crowned In Hell, avant que Niko ne décide d’aller voir ailleurs si le Metal n’était pas plus frondeur.

Intégration d’un nouvel axeman, Simo Partanen, pour un deuxième LP aussi teigneux que le précédent, Bloodmachine, publié en 2014.

Depuis, les rangs se sont resserrés, la machine n’a pas stoppé son avancée et continue de tout écraser sur son passage forcé. La recette de cette marche en avant ? Une inspiration classique qui se noie dans les références obligatoires, TESTAMENT, DARK ANGEL, SLAYER, EXODUS et autres SODOM bien mis en avant, pour une aventure en forme de coups de boutoirs incessants, qui ne prônent pas pour autant la brutalité gratuite comme paravent d’un manque d’inspiration flagrant.

Car aussi féroce soit le Thrash de ces Finlandais, il ne néglige pas pour autant de ménager quelques instants purement Heavy de déments, et autres acrobaties harmoniques distillées avec intelligence et parcimonie.

Depuis leurs tonitruants débuts, les BLOODRIDE n’ont pas franchement changé leur optique. Ils pratiquent avec autant de tics un Thrash franc et massif, qui ne rechigne pas à décélérer le tempo pour se montrer un peu plus pataud, sans risquer de jouer les lourdauds.  

On sent bien sûr l’égide d’une musique extrême qui a trouvé ses origines et son apogée plantées dans les mêmes années, mais les cinq Finlandais n’ont pas oublié de l’actualiser pour lui faire garder prise avec la réalité.

Premier écueil à passer pour apprécier les assauts barbares de ces cousins du nord, celui d’un chant somme toute assez rauque et monocorde, qui pourtant s’accorde très bien d’une bande instrumentale très tassée et compressée. Si le Thrash de ces olibrius est loin d’être original, il est quand même loin d’être formel aussi, et se permet quelques fantaisies tout en restant dans un créneau médian qui l’oppose aux références DARK ANGEL ou SODOM qui se répandaient en accélérations dantesques et autres vociférations parfois grotesques. Ici, nous sommes plus proches d’un BULLDOZER en moins rigolard et paillard, ou d’un SLAYER atténué d’une lourdeur structurée à la HOLY TERROR, la finesse en moins mais le gras tout de même assez facilement digérable.

       

Les compos se suivent et se ressemblent tout de même pas mal, même si les astuces rythmiques et autres breaks moins typiques que la moyenne leur permettent de présenter quelques qualités toutes personnelles. Ainsi, même lorsque l’ambiance se veut plus glauque qu’un simple mosh de pit, Planet Alcatraz garde le cap sur une musique brutale mais constructive et propose des interruptions incisives et quelques déviances décisives (« All We Deserve », un des plus Heavy du lot, mais sans brûler la créativité aux fourneaux).

Le quintette ne dépasse jamais les limites de vitesse les plus raisonnables mais injecte une bonne dose d’intensité dans son Thrash qui lui fait parfois friser une jolie union entre un DARK ANGEL bien tassé et un TESTAMENT salement burné (« Baptizing Demons »).

Ce qui ne les retient nullement d’oser aller un peu plus loin que le simple pamphlet épais (« Rat Racer »), en tâtant de l’hybride POSSESSED/ACCUSER en version  juste un peu moins affolée.

Si les thématiques sont restées les mêmes, focalisées sur la stupidité et l’égoïsme d’une humanité qui n’en a plus que le nom, la musique n’a pas vraiment évolué stylistiquement, mais atteint aujourd’hui un excellent niveau en termes de précision et d’agression. Produit par Petteri Lammassaari aux Peter´s Cross Studios et mixé par Jarno Hänninen aux D-Studio, et caché sous un artwork assez naïf signé par l’artiste Niko Bauer, Planet Alcatraz est à l’image sonore de son morceau éponyme, qui juxtapose fureur instrumentale et humeur Heavy collégiale, qui profite de chœurs vraiment véhéments pour doper son Metal à la testostérone.

Pas vraiment de titre épique à se mettre sous la dent, la concision est de mise, et les héros ne tombent jamais au champ d’honneur pour rien. Entre les poussées bien salées (« War In Me », joli panaché de brutalité à la SEPULTURA et de puissance écrasante à la EXODUS des derniers frimas), et les crises de conscience plus posées mais tout aussi enlevées (« Grave Is Calling », énorme mid tempo que Gary Holt aurait pu composer à quatre mains avec Mille Petrozza), ce troisième album pourrait se révéler être celui de la maturité si cette expression n’était pas devenue si galvaudée et cliché.

Justement, les clichés sont absents de cette réalisation, et le quintette préfère rester focalisé sur les meilleures idées, comme le démontre l’efficace diptyque final « Storm Under My Skin »/ « Marching Off To War », qui accumule les riffs les plus murs et les rythmiques les plus dures.

La progression des morceaux est stable, mais se laisse parfois aller à l’accumulation sans risquer l’addiction aux assemblages un peu bidon, et l’idée de départ ne se laisse jamais perdre de vue. On se prend à se souvenir des concassants MORTAL SIN sur le terrassant et redondant « Beyond Repair », qui multiplie les grognements sur fond de tapis de riffs opaques, et qui ose enfin une basse un peu claquante, pour un flirt non avec toi, mais avec un Hardcore discret mais efficace.

En résumé, et puisqu’il faut bien conclure avant l’été, Planet Alcatraz est tout sauf une prison d’inspiration, mais nous enferme dans des murs de Thrash en fusion, qui empêchent les prisonniers que nous sommes de jouer les mouches du coche en renforçant ses grilles d’un Heavy barbelé inoxydable. BLOODRIDE n’est certainement pas le combo le plus original de la vague revival, mais un des plus efficaces et solides, et ce troisième LP leur pave une voie royale vers les scènes occidentales.

 Le monde a beau aller très mal, leur moral est quand même au beau fixe, et ce Planet Alcatraz est une rixe musicale supervisée d’une main de fer dans un gant de Metal.


Titres de l'album:

  1. S.O.B.
  2. Planet Alcatraz
  3. War In Me
  4. Beyond Repair
  5. All We Deserve
  6. Baptizing Demons
  7. Grave Is Calling
  8. Rat Racer
  9. Storm Under My Skin
  10. Marching Off to War

Site officiel


par mortne2001 le 03/12/2016 à 14:43
70 %    525

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Cold As Life

The Things We Can't Stop

Sign X

Like a Fire

A New Tomorrow

Universe

Red Death

Sickness Divine

Black Pistol

Sins of the Father

Edge Of Forever

Native Soul

Tom Keifer

Rise

House Of Shakira

Radiocarbon

Crypter

Crypter

Unhold

Here Is The Blood

Lovekillers

Lovekillers feat Tony Harnell

Atomic Cretins

Spiritual Cancer

Maelstrom Vale

Silhouettes

Brain Stroke

Brain Stroke

Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Pfiouuuu !
Et oui 20 ans...
Effectivement, album qui avait divisé (une fois de plus !) le petit monde ostracisant du Black Metal.
J'étais bien plus élitiste et "Trve" à l'époque (aaaaaahhh la jeunesse !) mais ayant déjà une certaine ouverture d'esprit, j'avais adoré cet alb(...)


Attention, étant donné que c'est un titre diffusé via DECIBEL, c'est souvent un titre qui ne paraitra pas sur un album, il faut le considérer comme un petit bonus et non une piste de ce à quoi pourrait ressembler le prochain album.


Le batteur de Bloody Sign avait aussi fait un intérim chez Incantation, je l'avais vu en concert avec le groupe à cette époque.

J'avais vu Brutal Rebirth dans un festival non réédité à l'époque de cet album. C'était bien, alors qu'ils passaient entre Waking the Cadaver, Immola(...)


Sinon moi y a 20 ans j’étais en 1999
C’est bien la vie en 2039?


Tout d'accord avec vous. Mais au delà du côté Swamsong énervé c'est surtout l'impression de " déjà entendu" qui, pour l'instant, me dérange un peu.


Oui, j'ai écrit plusieurs fois un commentaire que je n'ai pas posté, car... bon... en fait perso, je ne sais pas quoi en penser...
Y'a du Swansong dans le groove mais avec un son plus brutal quand même...
La construction du morceaux est originale avec pas mal de changements de rythmes(...)


Bah alors ?! Y a Carcass qui sort un nouveau morceau et y a pas de réaction ici ?! Ça m'étonne xD !
Je lui trouve une petite saveur époque Swansong de mon coté, en plus extrême quand même... Mais c'est pas mal !


COMO MUERTOS aussi c'était excellent. Jamais écouté l'album mais je les ai vus une fois en concert lors d'une des premières éditions du Motocultor et j'en garde un très bon souvenir. Ils avaient vraiment du potentiel.


Dévorée par un gremlin géant, quelle horrible fin ! Plaisanterie à part ce n'est pas mal, et ce n'est pas typé Death latino.


Rubrique très sympa. Je retiens Bloody Sign, notamment. Eh oui, les catalogues Holy Records, souvenirs émus...


Vu aussi sur scène à Chaulnes (le "Killer Fest" si mes souvenirs sont bons !) en... 2005 ! Oh bordel ça nous vieillit ça !
C'était carrément bien sur scène, mais en effet pas très suivi. En tout cas ce fest était génial, de bien bons moments !


J'ai vu deux fois il y a bien longtemps GARWALL en concert. Ca tenait bien la route mais le public n'a pas accroché et a pas mal critiqué le groupe pour des raisons que j'ai oubliées. Dommage...


Mark Evans (ex-AC/DC) à la basse exact.


Avec eb plus Mark Evans de AC/DC à la basse je crois , toujours là ce furieux de Angry


Effectivement, je trouve ça toujours bien trouvé de "cacher" quelques références bien senties.
Perso, je préférais la mouture de Hard N Heavy avec le logo précédant celui-ci...
Aaaahhh les fameuses fiches biographiques de groupes... ... ...


Celui là il prend direct une option pour les tops albums de 2020 (alors que les tops 2019 sont même pas encore bouclés xD) ! Les deux extraits sont juste terribles...
Je l'attend, c'est peu de le dire !
Et artwork excellent au passage ! Vivement !


C'est exactement ça :) c'est un des magazines qui a monté ma culture métallique, je trouvais ça cool de faire un petit clin d'oeil de la sorte en mode extrême ahahaha


Très bonne nouvelle !!! :)


Vivement ! Déjà six ans que nous, ouailles de l'Eglise du Saint-Riff Rédempteur, attendons la venue de ce nouveau Messie sonore... Il était temps !


Pis histoire de me faire encore plus regretter la bazar, cerise sur le milk shake de l'infortune y'a COUNTESS aussi sur l'affiche...
AAAAAAAARRRRRRGGGHHH !!! !!! !!!