Obscene Extreme Festival - Jour 1

Organ Dealer, Klinger, Člověk V Plísni, Decultivate, Bio Crisix, Oxidized Razor

Obscene Extreme, Trutnov (République Tchèque)

du 17/07/2018 au 22/07/2018

INTRO 


Qui n’a jamais entendu parler de l’Obscene Extreme ? Festival Tchèque monté en 1999, spécialisé dans le Death / Grind (au sens très large). C’est devenu depuis quelques années une destination phare pour les fans de musique extrême !
Le festival gagne de plus en plus en popularité notamment grâce à sa communication: en effet, on est tous déjà tombés sur un live en cherchant n’importe quel concert de Grindcore et compagnie. On se retrouve devant une vidéo improbable où l’ambiance y a l’air folle, ou des centaines de gens montent sur scène, ou des dizaines de bouées gonflables volent et ou des groupes obscures s’y produisent ! C’est en tout cas mon cas il y a presque 10 ans quand j’ai commencé à plonger dans cette scène là : tout mes nouveaux groupes préférés avait dans le top recherche de YouTube un live à l’OEF de dispo : mon rêve était d’y aller.

Depuis, c’est ma quatrième édition, et comme moi, quelques milliers de personnes venus de 70 pays différents se sont retrouvés à Trutnov pour les 20 ans du festival.
Soyons clair, il s’agit vis à vis de mes diverses expériences du meilleur festival européen, pas tant en terme de programmation (nous y reviendrons après), mais de cadre, d’organisation, de service... qu'y a-t-il de plus plaisant qu’une scène située dans un cinéma en plein air, entourée de végétation, sur un site de taille très modeste, où tous les prix sont attractifs, où le choix de nourriture est des plus rassasiant et où, pour cette année, on enchaîne presque 100 concerts en 1 semaine ?!

Je parlais que le charme du fest ne se trouvait pas forcément dans sa programmation, en effet : il serait facile de dire que « c’était mieux avant » mais il faut bien l’avouer, l’affiche s’aventure trop et perds de son charme : le côté obscène n’est plus vraiment, ça reste très conventionnel comme festival, les têtes d’affiche sont très lambda, les performances SM d’après concert reste très soft, la scène dispose d’un écran géant à côté qui diffuse des vidéos le plus souvent humoristique (alors qu’il pourrait être exploité pour proposer du porn / fetish extrême par exemple), et les groupes de Porngrind sont plus débiles que malsains.
Et quand à lui le côté extrême sonne bien fade quand on est habitué à écouter les tréfonds du grind et de la musique bruitiste : en effet, aucun groupe de noisecore, gorenoise, harshnoise… La seul chose obscene extreme que j’ai pu voir c’est des mecs se pisser dessus et des crust se faire des tatouages eux même assis dans la boue.... Ambiance !

Le résultat c’est que tout cet aspect attire aussi, au fils des années, un public plus là pour faire la fête, moins connaisseur, notamment dû à ce côté accessible que le festival donne de plus en plus. C’est à certains moments clairement la foire à la saucisse pour métalleux moyens.
Et comme toute scène de niche, elle attire les puristes et nostalgiques d’une certaine époque qui ont pris en grippe le festival et qui aime bien s’en moquer pour tous les aspects cités au dessus.

Mais ne boudons pas notre plaisir, et profitons pleinement du festival !


MARDI 17 JUILLET

Après un voyage en bus interminable, le marathon commence par une pré-pré party en centre ville, qui pour cette année ce passe dans un Bar / club de bowling, et pour une fois cette soirée attire plusieurs centaines de personnes dans un cadre très chaleureux et grand (il faut dire qu’avant, cette pré-pré party se produisait dans des endroits plutôt étroits, avec notamment une cave en 2015 et 2016, puis dans un bar très rustique en 2017)

La soirée commence par une diffusion du nouveaux film Slave to the Grind sur l’histoire du Grindcore, le film était malheureusement non sous titré et très axé,  de se que j’ai eu le temps de voir, sur le Grind moderne et grand public (NASUM, ROTTEN SOUND), pas mon créneau en somme, ni les bonnes conditions pour l’apprécier.

Les concerts commencent par les locaux de KLINGER qui joue une sorte de Fastcore moderne, avec quelques riff beatdown et un feeling très CONVERGE. Le groupe affiche des X straight-edge sur les mains et joue dos au public, l’ensemble reste relativement très “hipster” pour parler grossièrement, mais c’est pas pour me déplaire, c’est une bonne entrée en matière ! On enchaine avec ČLOVĚK V PLÍSNI toujours de Trutnov. Le groupe à un logo très typé Mincegore / Gorenoise, pourtant c’est du d-beat / Crust qu’il propose, avec des éléments Grind déstructurés, presque bruitistes. Il y a pour particularité d’y avoir deux chanteurs, dont notamment un trans (simple déguisement ?). En tout cas c’est intéressant de voir que la scène Tchèque est toujours aussi florissante. Le groupe suivant viens de Prague, et comme les prochains qui vont suivre, eux joueront également sur le fest les autres jours. Il s’agit de DECULTIVATE, trio entre le chaotic Hardcore et le Grind moderne. Le groupe enchaîne les compos très “Deathwish Records”, avec les petits breaks qui vont bien et le chanteur n'hésite pas à venir chanter dans le pit.

Là on attaque avec la partie étrangère de la soirée avec les Mexicains de BIO CRISIS. Je l’avoue, je ne connaissais pas le groupe avant et c’était une bonne surprise ! Crust Hardcore bien vénère avec une très grosse touche mélo / néo Crust influencé par WOLFBRIGADE entre autre, c’était vraiment génial, et le public à répondu présent avec un premier pit. Hate de les retrouver sur la grande scène de l’Obscene !
Le gros de la soirée arrive avec d'abord ORGAN DEALER qui commence à se faire un nom dans la scène Américaine. Malheureusement c’est pas vraiment ma came, c’est très Grindcore moderne avec du blast partout, de plus le son est relativement brouillon, c’est pas pour moi.

Ma véritable attente, la voici, les cultes Méxicains de OXIDISED RAZOR ! J’avoue ne pas suivre forcément les changement de line-up de ce genre de groupe, mais je suis surpris de voir un nouveau chanteur à bord, qui manque un poil de charisme tout de même, mais qu’importe ! Pour les néophytes, c’est le haut du panier de la scène Goregrind Sud-Américaine (tout est relatif malgré tout quand on connait la qualité de celle-ci) qui traîne dans la scène depuis la fin des années 90. Du coup comme sur album on a le droit à du old-school, un son très Death Grind de l’époque (CARCASS, NECRONY, DEAD INFECTION) avec un pitch-shifter et un poil de groove pour le côté Goregrind. Le groupe vient défendre son dernier album en date et nous gratifie en fin de set d’une reprise de "Cripple Bitch" des légendaires GUT. Malgré tout, la sauce a du mal à prendre chez moi, je reste sur ma faim, alors que spoil, leur concert quelque jour plus tard me mettra parfaitement d’accord, affaire à suivre…

Il est temps d’aller dormir pour se retrouver pour la première véritable journée de l’OEF.


Retrouvez demain sur Metalnews.fr le report du Jour 2 de l'Obscene Extreme Festival 2018.

par Mold_Putrefaction le 30/07/2018 à 07:42
   594

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Hanger Abortion

RBD 30/09/2020

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kerry King

Ah ouais ok j'avais zappé, mais bon ACDC était au point mort depuis 2016 donc il a rien manqué.

30/09/2020, 22:32

Jus de cadavre

Si, Cliff avait annoncé prendre sa retraite en septembre 2016, quelque temps après le départ de Brian.

30/09/2020, 21:36

Kerry King

Cliff Williams n'avait jamais quitté le groupe me semble, c'est juste Axl Rose et Chris Slade qui était en plus lors du dernier tour il y a deja 4 ans.Sinon super nouvelle de revoir les boys !

30/09/2020, 20:34

Raumsog

Ils ont quand même été capables de sortir 2 bons albums comme Mechanize et The Industrialist 15 ans après leur âge d'or, et malgré tout leurs gros bordels en interne (merci Baxter pour les précisions). C'est déjà une petite pe(...)

30/09/2020, 16:09

Humungus

Hé hé hé...

30/09/2020, 14:17

Raumsog

La pochette est magnifique en tout cas - l'album sort sur Sega Megadrive?

30/09/2020, 14:03

KaneIsBack

En gros fan de Deeds of Flesh, cette nouvelle me fait très plaisir ! Surtout que, d'après ce que j'ai compris, Erik avait déjà écrit la grande majorité de l'album avant son décès. Et la liste d'invités est plus qu&(...)

30/09/2020, 10:32

Gargan

Dernier achat du groupe, digi de demanufacture acheté en 95, en même temps que la box de draconian times. Qui on écoute encore ? Je ne connaissais pas AOTW, j'aurais mieux fait de rester dans mon ignorance...

30/09/2020, 10:25

Simony

Totalement d'accord avec L'anonyme.

30/09/2020, 09:25

L'anonyme

Perso, j'ai lâché l'affaire à partir de Digimortal que j'ai détesté. J'avais trouvé à l'époque que le groupe s'inspirait trop de la scène néo-metal que j'avais du mal à écouter (e(...)

30/09/2020, 09:21

Oliv

C’est reparti comme en quarante ! 

29/09/2020, 19:05

mortne2001

@Humungus : Il y a toujours un historien qui connaît le fils du neveu du facteur du biographe d'EXODUS et qui SAIT. Honorons leur présence sur ce site. ;)

29/09/2020, 17:42

Buck Dancer

Ce groupe n'en est plus un depuis bien trop longtemps (le retour de Cazares?) et pourtant comme RBD, j'ai jamais lâché. Même si les deux derniers albums m'ont déçu je voulais continuer a y croire. Cazares va t'il continuer à (...)

29/09/2020, 15:31

Bones

"There is a Fric Factor in the system"  

29/09/2020, 15:23

RBD

Burton ayant été de toutes les incarnations du groupe au fil des intrigues, j'imagine mal que FF puisse continuer maintenant avec les uns ou les autres. La réconciliation avec Christian et Raymond ne me paraît pas possible, d'autant qu'eux aussi sont pass(...)

29/09/2020, 12:57

licks0re

Santa barbara...

29/09/2020, 11:51

Baxter

Le mec n'est pas blanc non plus c'est encore une crise comme en 2002 ou son détachement en 2008. D'ailleurs Burton avait en 2008 vendu des parts à Raymond et Christian (puis virant la femme de ce dernier étant manageuse de F.F à ce moment) puis suite &ag(...)

29/09/2020, 10:46

Raumsog

Y a une bonne petite ambiance Deströyer 666 dans le son et les riffs! 

29/09/2020, 10:38

jean mounier

Quel foutoir ce groupe depuis une bonne dizaine d'années quand même, niveau musical comme niveau humain. Je ne vois pas Fear Factory sans Burton, mais je ne voyais pas Suffocation sans Frank Mullen également...

29/09/2020, 09:58

Humungus

Aaaaaaahhh !!!Les commentaires de 78.192.38.132... ... ...

29/09/2020, 09:00