Ourania

Ann My Guard

13/01/2017

Rock'n'growl Records

« Anne, ma sœur Anne, ne vois-tu rien venir ? »

« Je ne vois rien que le soleil qui poudroie et l’herbe qui verdoie »

Sur cette citation de Charles Perrault, on pourrait broder bien d’autres histoires que celle de Barbe-Bleue, ce mari un peu trop secret qui garde ses anciennes conquêtes bien au chaud dans une salle discrète. Métaphore sur l’adultère ? Secrets enfouis qu’on ne partage pas ?

Ou bien, attitude du chroniqueur qui s’adresse à son dossier d’albums en attente de traitement, et qui se demande si quelque chose de nouveau va finir par éclairer l’aube de son espoir…

Cette aube ce matin a choisi un coin de Hongrie, Békéscsaba, pour tenter d’y dénicher un combo un peu moins dans la norme que la moyenne. Et ma quête fut plus fructueuse que celle de la pauvre sœur Anne qui ne voyait jamais rien venir qu’un soleil pale et un gazon terne. Car dans ce dossier trônait en première place un album vraiment à part, qui a transformé une matinée pluvieuse et grise en voyage fantastique et lumineux qui grise.

Concrètement, l’histoire d’ANN MY GUARD est intimement liée à celle de sa femme de tête, la multi instrumentiste, compositrice et chanteuse Eszter Anna Baumann-Toth, qui depuis 2007 nous fait cheminer sur les routes de son univers fantasmagorique.

D’abord responsable d’une démo à la même époque, la musicienne surdouée et décidée a ensuite gravé deux EP, Cinderella’s Syndrome en 2010, et le fort bien nommé Doll Metal un an plus tard, avant de se frotter à l’exercice du LP trois ans après avec l’excellent et exotique Innocence Descent.

Honorés dans leur pays (présentation triomphante à X-Factor, multiples prix et décorations décernés), disposant d’un nombre conséquent de clips promotionnels très travaillés, les ANN MY GUARD (Eszter Anna Baumann-Toth – chant/basse, Krisztián Varga et Benjamin Bárkányi – guitares, Norbert Tobola – batterie) proposent donc en ce début d’année 2017 ce qui devrait représenter la confirmation de leur énorme potentiel et talent, avec ce second LP Ourania, qui tel un ouragan va passer sur vous, emporter votre amour, et balayer le passé de tout ce que vous avez pu écouter en termes de Metal moderne et mélodique. Et ne luttez pas, il va sans nul doute allumer le vice, déclenchant un incendie que rien ne pourra arrêter.

Veuillez pardonner cet emprunt à une célèbre princesse monégasque, mais je dois reconnaître que ces neuf chansons m’ont enthousiasmé au plus haut point, dans le créneau pourtant risqué d’un Metal moderne pluriforme, si apte à nous refourguer de fausses découvertes formatées et calibrées pour plaire à un public adolescent en manque de repères marketing appuyés.

Ici, l’image est certes travaillée, les gimmicks affutés, mais la musique est d’une telle richesse et d’une telle diversité qu’on ne peut qu’adhérer à son concept certes un peu « fantastique », mais qui se concrétise dans des chansons accrocheuses, qui picorent les graines de tous les styles possibles.

Il n’est donc pas rare de passer d’un Pop-Rock hautement mélodique et élastique à un Power Metal aux aspirations symphoniques sans que l’âne ne se retrouve sur le dos du coq, et malgré quelques faiblesses et automatismes encore un peu gênants, l’ensemble dégage une fraicheur et une puissance imparables, qui feront fondre de plaisir le plus brutal et exigeant d’entre vous.

D’abord, parce que le groupe Hongrois à formidablement bien agencé son disque et n’a pas tenté de le blinder avec des expérimentations balbutiantes ou hasardeuses. Neuf pistes pour moins d’une demi-heure c’est très malin en soi, d’autant plus qu’Ourania contient deux instrumentaux de moins d’une minute et une intro, ce qui porte le total de chansons à six, dont aucune n’aurait mérité de rester enfermée dans le donjon de Barbe-Bleue.

Musicalement, situer le quatuor est affaire complexe. En mélangeant les optiques d’Avril LAVIGNE, DELAIN, THE HARDKISS, NIGHTWISH, et autres EVANESCENCE ou DIAMANTE, tout en gardant cette petite touche dite « de l’Est », les ANN MY GUARD ont joué la carte de l’éclectisme, sans tomber dans le piège du fourre-tout sans âme.

On se retrouve donc à écouter de solides morceaux Pop-Rock-Hard comme cet irrésistible « Asteria », qui bondit d’un up tempo caoutchouteux et d’un clavier lumineux sur fond de vocalises sucrées et hautement commerciales, à un exercice de style LACUNA COIL emphatique et mordant les plates-bandes du Néo Metal sur « Obsidian Tears », qui débute sur une ambiance lacrymale avant de se lâcher sur un Hard-Rock survitaminé, une fois de plus dominé par des arrangements vocaux aussi puissants que célestes. Bien vu, et vous constaterez vite que ces grands écarts sont l’ADN même de ce second effort qui décidément, propose des choses classiques arrangées à une sauce perso qui prend très vite.

Ça ne colle pas au palais, c’est frais et conséquent en même temps, comme une bulle de savon qu’on éclate au-dessus d’un arc-en-ciel musical augmentant de quelques tonalités le spectre des couleurs usuels.

Ces dits morceaux reposent sur une instrumentation solide, portée par des musiciens au talent indéniable, mais aussi par l’incarnation vocale d’une interprète qui habite ses personnages et développe une palette vocale impressionnante, sans se prendre pour la dernière diva en fourrure de synthèse. Alors, on déroule le tapis rouge pour accueillir les invités, d’abord d’un pas preste et Rock, avec ce « Callisto » au refrain entêtant et onirique, puis d’une allure plus « officielle », au son d’un « Breathe The Sun », qui rappelle autant les SCORPIONS que le HELLOWEEN médium d’Andi Deris.

On lâche une grosse bombe pour affirmer son allégeance au Metal le plus torride, et « Hekate » de rappeler certains arrangements du DREAM THEATER le plus théâtral, tout en conservant cette patte Pop-Rock dans la simplicité d’agencement, avant que « The Secret » ne révèle aux convives les tentures de velours sur fond d’orchestration luxuriante de cordes, pour un ballet vocal de rêve fonctionnant comme un instrumental à peine incrusté de quelques interventions chantées à la manière d’une prière païenne.

En parlant d’instrumentaux, « Io » et « Serpent » permettent en quelques secondes de faire rebondir l’intrigue, et sont loin de faire office de remplissage masquant un manque d’inspiration pour atteindre un timing respectable.  

  

 Finalement, Ourania se suit comme un conte musical narré et chanté par un groupe qui dégage un charme incroyable, sans pour autant se départir complètement d’influences assez frappantes. Le talent de ces musiciens et les compositions aussi charmantes que probantes font de ce second album un court voyage en terre inconnue, dans une dimension parallèle ou le Rock, le Metal, le Hard Rock, le Symphonique light et le Folk cohabitent naturellement, et gageons qu’avec de tels morceaux dans les oreilles, cette chère sœur Anne aurait plutôt vu l’herbe qui poudroie et le soleil qui verdoie.


Titres de l'album:

  1. Novae
  2. Asteria
  3. Callisto
  4. Io -Instrumental
  5. Breathe The Sun
  6. Obsidian Tears
  7. Serpent -Instrumental
  8. Hekate
  9. The Secret

Tumblr officiel


par mortne2001 le 26/01/2017 à 17:47
85 %    657

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


JTDP
membre enregistré
26/01/2017, 22:48:05
Ah ouais ! Le titre en écoute et la chronique donnent bien envie !

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Mood Swings

mortne2001 02/06/2020

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Dusk...And Her Embrace

JérémBVL 25/05/2020

Indecent & Obscene

Baxter 23/05/2020

Programmed

mortne2001 22/05/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Wildben

Les extraits témoignent effectivement d'uns (grosse) influence Death Angel (période Act III) mais ce n'est pa pour me déplaire.
A suivre...

02/06/2020, 11:11

LeMoustre

Vus en première partie de jesaisplusqui, sans doute la tournée de cet album, c'était plutôt bon, la qualité des morceaux aidant bien sûr. Pas dégueulasse du tout, en tous cas. Ce qui est sûr, c'est que la doublette Vempire/Dusk est assez inattaquable.

02/06/2020, 07:16

Pomah

Mouais vraiment pas super emballé, c'est quand même un peu mou du genou. Je passe mon tour.

02/06/2020, 03:41

Pomah

Tres bonne chronique, vraiment, cela donne plus qu'envie de s'y plongé.

02/06/2020, 03:30

Moshimosher

Excellent !!! \m/

01/06/2020, 17:16

Moshimosher

Mais c'est pas mal du tout ! :)

01/06/2020, 16:46

Humungus

Pour ma part, je rejoignais surtout asqer sur le fait que je n'aimais pas le bazar...
Après, j'aurai très bien pu moi aussi utiliser ce genre de phrase fourre tout (c'est d'ailleurs tout à fait mon style) car et d'une j'ai une fâcheuse tendance à amalgamer très facilement Power et Sympho(...)

01/06/2020, 05:58

JTDP

Très content de voir que BOISSON DIVINE a les honneurs de ta plume, mortne2001, tant j'estime ce groupe. Pour moi, ils n'ont pas d'équivalent dans la scène Folk Metal française actuelle (bon faut dire qu'elle est bien sinistrée aussi). "Volentat" était déjà un bijou, celui-ci enfonce le clou(...)

01/06/2020, 01:20

Gargan

Qu'est ce que c'est que ce groupe ? Merci pour la découverte.

30/05/2020, 22:36

aras

plutôt moyen voire mauvais, Entre 2 eaux à l'image du groupe

30/05/2020, 20:42

KaneIsBack

Je vais la faire courte, et je vais paraphraser le public d'une autre discipline dont je suis fan : BOOOOOOOORIIIIIIIIIIIIING !!!

Nan, mais sans déconner, je me suis un peu - beaucoup - emmerdé en écoutant ce disque. J'avoue m'être mis à Nightwish uniquement à cause de Floor, mais(...)

30/05/2020, 18:20

NecroKosmos

Ah, ce titre me plaît bien ! Je surveille.

30/05/2020, 17:37

grinder92

Le guitariste sur "The Crimson Idol", l'un des albums qui a changé ma vie... une page se tourne...

30/05/2020, 13:26

Saddam Mustaine

RIP

Guitariste de Alice Cooper et WASP surtout je me souviens.

30/05/2020, 12:58

RBD

Reste à voir ce que ce retour en arrière managérial va donner. J'aimais bien la rétrogradation mesurée du dernier vers un Death toujours très technique mais revenu à un certain niveau d'efficacité basique.

30/05/2020, 12:56

MorbidOM

Bizarrement, j'avais vu le groupe à l'époque de Vempire, je les connaissais pratiquement pas et j'avais plutôt une image de poseurs mais j'avais été assez impressioné (et j'étais loin d'être le seul), puis je le ai revus quelques fois et c'était vraiment tout pourri, même à l'époque de C(...)

30/05/2020, 04:25

Humungus

Je confirme la merde en live.
"Tellement inaudible que le groupe en était ridicule sur les planches..."
Mais même sans ça de toutes façons, ils étaient ridicules sur scène !
Je me souviens de gars en échasse au HELLFEST... C'te poilade bordel !!!

29/05/2020, 22:46

quaraz

plastigroup

29/05/2020, 22:14

lolilol

Nez Crotte quel nom ridicule pour un groupe...

29/05/2020, 22:12

JérémBVL

Je les ai vu à Lille pour la tournée de Cryptoriana et j'ai trouvé ça très carré musicalement...bon Dani y'a du mieux mais il est vite à l'agonie rythmiquement.

29/05/2020, 21:39