L’Amérique du sud, ses paysages, son climat, ses pays au charme certain, mais aussi…sa violence, et son orientation musicale aux antipodes des clichés de carte postale que les touristes s’en font. Il est de notoriété publique que cette région du globe a abrité les pires exactions bruitistes de la légende, et celle-ci continue d’être écrite aujourd’hui, à grands coups de Thrash bestial, de Hardcore fatal, et de Black Metal létal. Preuve en est donné par le premier EP d’un étrange duo, qui dès le mois d’avril se verra fixé sur CD par les bons offices du label russe Narcoleptica Productions…Mais en attendant, le EP en question est déjà disponible sur le Bandcamp du duo, gratuitement qui plus est, alors je ne saurais que trop vous conseiller de vous ruer sur le site concerné pour vous en emparer digitalement…Et de cette petite masse d’informations surgit tout à coup une question. Quel groupe, quelle tendance, et quel EP ? Celui, initial, du duo MORBID REICH, qui malgré un patronyme aux consonances pas forcément heureuses (on a harassé SACRED REICH pour les mêmes récriminations) nous propose trois titres, une intro et une outro purement Black Metal, et pas forcément le plus facile à assimiler du créneau. Aux commandes de ce projet, deux hommes, Oor Nephilim (batterie et chant), et Walpurgis (guitare, basse, compositions, plus trois quarts des textes), se réclamant de références éprouvées et endurées, du MAYHEM le plus tardif en passant par le DARK FUNERAL le plus nocif, sans oublier quelques anecdotes dont NIDINGR n’est pas la moindre. Nous connaissons tous le principe de révérence et d’obligeance, mais les faits nous prouvent souvent qu’une somme d’influences ne donne pas forcément un résultat approchant, qualitativement et stylistiquement. Mais pour une fois, je dois reconnaître que les instrumentistes/artistes impliqués ont joué la carte de l’honnêteté, et qu’ils peuvent se targuer d’avoir choisi les modèles les plus idoines…mais pas seulement.

Car loin d’une stupide et stérile adaptation de standards, An Endless Heretic Advocacy se veut carte de visite qui laisse une impression durable, même si deux des morceaux le composant ne sont qu’intro/outro, ce qui réduit le timing à la portion congrue de trois pistes originales…mais là encore, le bilan n’est pas vraiment exhaustif au regard de la qualité des deux interludes en question. Loin de se contenter de samples ou d’arrangements troussés à la hâte, les deux originaires de Santiago du Chili ont soigné leur partition, et ont travaillé leur entrée par la grande porte, en prenant modèle sur un KING DIAMOND bossant sur la mise en place d’Abigail ou Them. Pour autant, et rassurez-vous, l’heure n’est pas à l’Horror Metal déjà faisandé avant d’avoir été dégusté, mais bien au Black Metal le plus contemporain qui soit, avec une solide assise moderne creusant ses fondations dans l’histoire la plus pérenne. On sent dès le riff acide de « Intro » que l’ombre du MAYHEM de Grand Declaration Of War plane au-dessus de ce projet à quatre mains et deux jambes, sans que l’on puisse parler de plagiat à proprement dit. Mais cette rythmique presque martiale, cette guitare aux accents dissonants, et cette double grosse caisse qui réveille le spectre d’un Hellhammer aux bras de ventouses nous ramène bien sur la piste de la créature de feu Euronymous, alors même que « Where Do the Gods Hide » se veut prolongement direct et logique, titillant même la corde sensible d’un DISSECTION encore en devenir, époque The Somberlain. Un guitariste/bassiste qui ne prend pas ses cordes pour de simples fils à faire vibrer, et qui suggère parfois des réminiscences du Piggy le plus délirant, une rythmique concassante qui s’accorde parfaitement de son propre rigorisme pour cimenter le tout, et un chant schizophrénique qui joue avec le diable tapi dans l’ombre, pour un résultat suggérant une adaptation tout à fait convaincante des standards noirs dans une architecture plus complexe qu’il n’y parait. Pas mal de cassures, des breaks plein de flair qui ajoutent à la tension évolutive de l’ensemble, quelques interventions mélodiques purement Heavy Metal (beaucoup de délicatesse dans les soli, surprenants mais délicats, et ne nuisant pas à l’intensité de l’ensemble), pour un premier « véritable » morceau qui met en avant les qualités individuelles et techniques des deux musiciens, tout comme le savoir-faire d’un composteur qui n’a pas la partition dans sa poche.

Et si « When Light Turns Forever Black », sous ses orgues ténébreux d’entame semble poursuivre le travail de dramatisation global, confrontant le BM le plus orageux et le Metal le plus tortueux (formidable combinaison de fragrances qui trempe sa plume dans la haine d’un Heavy Black à la CRADLE, la séduction des midinettes substituée par une obsession de l’effet qui frappe la conscience), « Those Who Rotted the Soil » change complètement l’optique, pour la rapprocher d’un Black chaotique à l’extrême, et volontiers symptomatique des tendances sud-américaines en la matière, bestialité et psychédélisme outrancier, pour une valse Techno-Black assez sidérante dans l’effet, mais réellement convaincante dans les faits. Une sorte de crise de folie à peine maîtrisée, pour une volonté d’ouverture qui permet de constater que le duo en a sous le coude pour nous entraîner sur des pistes excentrées. D’où une opinion hautement positive qui se dégage, et un consensus, puisque l’outro « Consummatum Est » referme ce premier et court chapitre d’une mélodie onirique dépeignant un tableau macabrement enfantin, aux sonorités synthétiques nous plongeant en plein giallo sonore sous influence. Une totale réussite donc que cet An Endless Heretic Advocacy, beaucoup trop court au regard de l’intérêt qu’il suscite, et qui révèle au grand jour le talent des MORBID REICH. Une mise en bouche et un petit tour succinct du propriétaire de ce domaine qui est loin d’avoir révélé tous ses secrets et ses portes dérobées, et qui nous promet encore des surprises lors de notre prochaine visite. Mais quoique coûte la prochaine excursion, je signe pour un voyage plus long.

Sans hésiter.


Titres de l'album:

  1. Intro
  2. Where Do the Gods Hide
  3. When Light Turns Forever Black
  4. Those Who Rotted the Soil
  5. Consummatum Est

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 20/02/2018 à 18:33
85 %    412

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Asphodèle

Jours Pâles

Picture

Wings

Birdeatsbaby

The World Conspires

Airbourne

Boneshaker

The Deathtrip

Demon Solar Totem

Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

+1.


Enorme la pochette. Et l'album sans être une tuerie, s'écoute ma fois sans sourcilier...


JTDP +1.
Tu m'as d'ailleurs devancé de quelques minutes car tu as posté pendant que j'écrivais justement ceci :
Limite surprenant que l'on déblatère autant de la presse papier spécialisée sur la toile non ?
Preuve que cette dernière a encore tout son sens je trouve.
P(...)


Dernière phrase pleine de bon sens, mon cher. C'est quand tu vois les mags étrangers que tu comprends mieux les écarts.


"Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses"

Ah ben, je crois même que la grande majorité ne se payent pas du tout...

Pour Rock Hard et la "Metaltèque Idéale", si je ne me trompe pas, c'est surtout une opération com(...)


Clair que les 2 points faibles de Metallian sont la compétence des chroniqueurs et les questions aux ITW, faites par mail à 90%. Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses. Pour les kros, c'est pourtant pas compliqué en quelques lignes (d'aille(...)


@JTDP, +1 concernant Metallian et son aspect fanzine.

C'est clair que certaines interviews sont mal branlées et que celles du ou des groupe(s) en tête d'affiche ne sont pas plus volumineuses que d'autres.

Ce qui me dérange le plus, ce sont les chroniques d'albums.
(...)


Dans l'éternel débat des mag' papiers encore existant, de mon côté, New Noise et Rock Hard sont le haut du panier.
New Noise pour leur éclectisme qui fait vraiment du bien (j'ai, par exemple, découvert BRUTUS grâce à eux, une de mes plus belle rencontre musicale et mon meilleur concer(...)


Perso je trouve les premieres années de Rock Hard vraiment excellente, apres le magazine n'a plus innové.


J'ai acheté Metallian il y a quelques mois. Des années que je n'avais acheté un magazine papier. J'y ai lu 3 ou 4 interviews corrects (les groupes que j'aime). Ce torchon, bien fichu, a toujours le chic pour interviewer les groupes les plus nazes de la scène métal. Il empeste toujours l'extensi(...)


S'il n'y avait que l'alcool hein...


Hard Force, Hard N Heavy et Hard Rock mag c'était de la bombe dans les années 90.

Rock Hard c'était genial dans les années 2000.

Aujourd'hui Rock Hard et Metallian sont les survivants et fond le minimum je trouve, mais vu qu'il n'y a plus que eux...


Je comprends pas ce qu'il fou, il commence à jouer pour aller ensuite dans le public WTF...

Ca va mal.


Ouais une grosse pensée pour l'équipe qui tourne avec lui et qui subi cela, c'est vraiment triste.


Une vidéo du naufrage... https://www.youtube.com/watch?v=uYzzyxDHkc0


Les mags étrangers, lisant difficilement l'anglais, tu comprendras que je m'en cogne avec une certaine force.

Oui j'ai connu Noise Mag', du temps d'Alex Citram mais je préfère RockHard, même si sa ligne éditoriale penche il est vrai trop sur un certain Hard Rock provenant d'Austral(...)


Ça n'étonnera personne. Ça devait bien arriver un jour. J'ai pas vu d'image mais apparemment il serait carrément tombé de la scène... franchement c'est une bonne chose, c'était au delà du pathétique sur scène (déjà au Motoc l'année dernière). En espérant qu'il soigne vraiment son turb(...)


Ah ben faut pas être trop difficile, à mon humble avis, surtout si on compare avec les mags étrangers (purée, z'avez lu Deaf Forever, Legacy mag, voire en France Noise mag, bien plus complet, même si ça cause pas de metal exclusivement loin de là ? C'est autre chose, niveau qualité et conten(...)


Non, du tout. Les deux groupes se partagent la couverture, c'est tout.


Trust a fait un truc avec Airbourne j'ai pas suivi ?