Le Post Rock aurait-il encore des choses à dire alors qu’on le croyait vidé de sa substance depuis longtemps ? Certains se posent la question, les mêmes pourtant qui chroniquent les fabuleux travaux de THE OCEAN, de MONO, de THE SHAKING SENSATIONS et dans une moindre mesure, ceux d’HYPNO5E ou de CULT OF LUNA.

Sont-ce des groupes exsangues selon vous, piochant péniblement dans le passé collectif de quoi brosser un tableau d’avenir confondant de déjà-vu ?

Je n’en ai pourtant pas l’impression…

L’écurie Pelagic Records est sans doute encore là pour démontrer que cette musique affranchie de tout parrainage a encore une pertinence artistique indéniable, et il n’est donc pas étonnant de retrouver dans leur catalogue en réédition CD/LP le cinquième album des TINY FINGERS, récupéré d’une première édition chez Anova Music en 2015. Pour l’occasion, et un peu comme d’habitude, Pelagic a mis les petits plats dans les grands avec une superbe édition digipack ainsi qu’un vinyle, mais bien évidemment, c’est le contenu qui compte et non le contenant, et à l’image de leurs partenaires de label HYPNO5E et MONO, les TINY FINGERS se servent de leur voyages intérieurs et autour du globe pour nourrir leur musique et leurs histoires, comme le démontre ce formidable The Fall, qui en guise de chute, représente plutôt une ascension vers les hauteurs vertigineuses de la conscience et de la perception.

Et comme tout périple interne/externe transposé en musique, The Fall s’articule autour de pulsions, de pulsations, de courses en avant et de pauses, alternant les longues plages pluriforme et les courts instants de fulgurances oniriques ou concrètes. En optant évidemment pour le format instrumental, les Israéliens n’ont pas choisi la facilité, mais respectent les codes du genre qui n’admet que très peu d’incarnations vocales, pour laisser la musique devenir expression brute et ultime.

Enregistré en 2014 aux Anovia studios et couché sur bande l’année suivante, ce cinquième voyage de TINY FINGERS révèle au contraire de grands doigts agiles, qui s’agitent et parcourent les manches de guitares, de basse, les touches de claviers et les percussions subtiles et flottantes.

Difficile de ne pas se laisser envouter par ces mélodies ciselées agitées de soubresauts d’arrangements électroniques, qui en presque une heure de périple accomplissent le tour de force de se montrer aussi diversifiées que complémentaires. Mais là est justement la magie provoquée par les plus grands groupes de Post Rock, de ceux qui savent éviter l’écueil de la contemplation pour voguer sur des océans d’inspiration.

Il faut dire que le quatuor (Oren Ben David – Guitare,  Boaz Bentur – Basse, Tal Cohen – batterie et Nimrod Bar – claviers et synthés) ne s’est posé aucune limite comme il ne tolère aucune frontière. On retrouve leur ADN dans chaque note dispensée, même si certains agencements font fortement penser aux ZEUS pour leur élasticité rythmique distordue, à THE OCEAN dans les instants les plus admiratifs (« 9 Of Swords »), et même parfois aux SWANS les plus récents lorsque le timing étiré permet quelques redondances hypnotiques prenantes.

En gros, vous l’aurez compris, The Fall est une synthèse personnelle qui pourtant rend hommage aux plus grandes figures, sans se départir de cette dualité entre un intimisme flagrant et une « mondialisation musicale » fascinante.

En l’état, nous assistons à un flux/reflux d’émotions, spécialement appréhendable sur de longues digressions comme « Drops », telles des vagues venant mourir sur la grève avant de revivre au large. Les guitares explorent toutes les possibilités d’émotions possibles, égrenant des arpèges de songes en son clair soutenus par une basse traitée et un piano mélancolique, ou en répandant quelques notes qui s’évaporent, portée par des pulsations rythmiques complexes et pourtant si souples.

L’intimisme subtilement inquiétant sait aussi se faire sa place, comme le démontre le sombre et nuancé « Deuteronomy », qui profite d’une section rythmique irrégulière pour disperser dans l’air quelques harmonies décharnées et floues, comme la BO d’un film qui soudain fait place à l’action d’un Rock progressif débarrassé de toute prétention technique.

Au rayon de ces longues errances, « Dispatcher » affirme aussi la singularité, laissant sa basse rebondir et onduler comme un oscilloscope, tandis que des guitares en écho de The Edge profitent d’un créneau très ouvert, offrant ainsi une progression dans un univers aussi opaque que limpide. Rappelant autant les imbrications progressives des années 70 que les expérimentations Post Wave des années 80 (sans jamais tomber dans la même rigidité distante et froide), ce morceau est l’épiphanie ultime d’un disque qui se termine quand même par une dernière narration étendue…Les strates de son agissent comme autant de chœurs déshumanisés, comme des voix robotiques nous avertissant d’un avenir que l’on doit autant craindre qu’espérer.

Dès lors, « Music For The Sun » a beau jeu d’énoncer son message ensoleillé, amorcée par des rais de guitare délicate, qui une fois de plus partent en solo pour finir par devenir partie d’un tout, indivisible et pourtant assemblé de sons aussi indépendants que fuyants.

On pense à PINK FLOYD, de transition entre Meddle et pas encore fixé sur la face cachée de la lune, mis à part que les TINY FINGERS ne se laissent pas envouter par un motif unique, et multiplient les interprétations, en osant des cassures fluides qui s’intègrent parfaitement aux hallucinations éveillées.

Les morceaux les plus courts offrent un surplus d’énergie, à l’instar de ce « Eyes Of Gold », qui ose le mixage entre un HAWKWIND moderne et un MORPHINE débarrassé de son chant hésitant, le tout sous la direction artistique d’un VATTNET VISKAR, ou de « The Other », qui percute son intro comme un RATM stellaire, avant de tenter un Big Beat appuyé et presque Dub assez déconcertant. 

« Traveller Soul » ose même une certaine forme de violence, et fricotte avec les PRODIGY passés en subliminal, toujours avec ces sons graves se disputant l’avant-plan avec des nappes claires et ondulantes, qui se fraient un chemin dans les arrangements mouvants hérités des boucles des 60’s, celles-là même que les BEATLES utilisaient avec fascination.

The Fall, en fin de compte, est une chute. Celle des observateurs externes qui pensaient le Post Rock à l’agonie, et qui prouve encore qu’il est plus vivant que la plupart des styles qu’il fustige inconsciemment. C’est un album aussi vivant que ne le sont ses musiciens, qui refusent le cloisonnement, et arpentent les chemins du monde en en ramenant les sons les plus intimes, les plus ouverts, les plus fantastiques.

 Un album qui se respire pour un groupe qui inspire, et une preuve de plus que lorsque le Post est traité comme un moyen et non un but, il se permet d’être plus créatif et efficace que n’importe quelle tentative expérimentale bancale.


Titres de l'album:

  1. The Fall
  2. Eyes of Gold
  3. Traveller Soul
  4. Deuteronomy
  5. Drops
  6. The Other
  7. 9 of Swords
  8. Dispatcher
  9. Music For The Sun

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 05/02/2017 à 14:17
80 %    453

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

First Signal

Line of Fire

Find Me

Angels In Blue

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Ministry

18/06 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Photo Stream

Derniers coms

Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)


Je n'entends pas du tout le truc Crust dans ce disque... Par contre, c'est un sacré putain de bon disque, avec un nombre de riffs qui tuent complètement affolant ! Entre Death Mélo et Dark Metal suédois. On oscille pour ma part entre du Tribulation plus vénère, moins prog' et du Dissection pé(...)


"Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired."

1988 soit 30 ans passé.

Oui ils ont quand même sorti un très bon album depuis indiscutable depuis...Le Black Album ! Il y a 28 ans...

-
<(...)


Voir un groupe aussi lourdaud que le Metallica actuel reprendre Thin Lizzy c'est quand même la honte. Finalement Jojo c'était parfait pour eux.


Hate d'écouter la suite un groupe que je trouve vraiment excellent dans le style...bref un beau voyage auditif pour moi.