Le Post Rock aurait-il encore des choses à dire alors qu’on le croyait vidé de sa substance depuis longtemps ? Certains se posent la question, les mêmes pourtant qui chroniquent les fabuleux travaux de THE OCEAN, de MONO, de THE SHAKING SENSATIONS et dans une moindre mesure, ceux d’HYPNO5E ou de CULT OF LUNA.

Sont-ce des groupes exsangues selon vous, piochant péniblement dans le passé collectif de quoi brosser un tableau d’avenir confondant de déjà-vu ?

Je n’en ai pourtant pas l’impression…

L’écurie Pelagic Records est sans doute encore là pour démontrer que cette musique affranchie de tout parrainage a encore une pertinence artistique indéniable, et il n’est donc pas étonnant de retrouver dans leur catalogue en réédition CD/LP le cinquième album des TINY FINGERS, récupéré d’une première édition chez Anova Music en 2015. Pour l’occasion, et un peu comme d’habitude, Pelagic a mis les petits plats dans les grands avec une superbe édition digipack ainsi qu’un vinyle, mais bien évidemment, c’est le contenu qui compte et non le contenant, et à l’image de leurs partenaires de label HYPNO5E et MONO, les TINY FINGERS se servent de leur voyages intérieurs et autour du globe pour nourrir leur musique et leurs histoires, comme le démontre ce formidable The Fall, qui en guise de chute, représente plutôt une ascension vers les hauteurs vertigineuses de la conscience et de la perception.

Et comme tout périple interne/externe transposé en musique, The Fall s’articule autour de pulsions, de pulsations, de courses en avant et de pauses, alternant les longues plages pluriforme et les courts instants de fulgurances oniriques ou concrètes. En optant évidemment pour le format instrumental, les Israéliens n’ont pas choisi la facilité, mais respectent les codes du genre qui n’admet que très peu d’incarnations vocales, pour laisser la musique devenir expression brute et ultime.

Enregistré en 2014 aux Anovia studios et couché sur bande l’année suivante, ce cinquième voyage de TINY FINGERS révèle au contraire de grands doigts agiles, qui s’agitent et parcourent les manches de guitares, de basse, les touches de claviers et les percussions subtiles et flottantes.

Difficile de ne pas se laisser envouter par ces mélodies ciselées agitées de soubresauts d’arrangements électroniques, qui en presque une heure de périple accomplissent le tour de force de se montrer aussi diversifiées que complémentaires. Mais là est justement la magie provoquée par les plus grands groupes de Post Rock, de ceux qui savent éviter l’écueil de la contemplation pour voguer sur des océans d’inspiration.

Il faut dire que le quatuor (Oren Ben David – Guitare,  Boaz Bentur – Basse, Tal Cohen – batterie et Nimrod Bar – claviers et synthés) ne s’est posé aucune limite comme il ne tolère aucune frontière. On retrouve leur ADN dans chaque note dispensée, même si certains agencements font fortement penser aux ZEUS pour leur élasticité rythmique distordue, à THE OCEAN dans les instants les plus admiratifs (« 9 Of Swords »), et même parfois aux SWANS les plus récents lorsque le timing étiré permet quelques redondances hypnotiques prenantes.

En gros, vous l’aurez compris, The Fall est une synthèse personnelle qui pourtant rend hommage aux plus grandes figures, sans se départir de cette dualité entre un intimisme flagrant et une « mondialisation musicale » fascinante.

En l’état, nous assistons à un flux/reflux d’émotions, spécialement appréhendable sur de longues digressions comme « Drops », telles des vagues venant mourir sur la grève avant de revivre au large. Les guitares explorent toutes les possibilités d’émotions possibles, égrenant des arpèges de songes en son clair soutenus par une basse traitée et un piano mélancolique, ou en répandant quelques notes qui s’évaporent, portée par des pulsations rythmiques complexes et pourtant si souples.

L’intimisme subtilement inquiétant sait aussi se faire sa place, comme le démontre le sombre et nuancé « Deuteronomy », qui profite d’une section rythmique irrégulière pour disperser dans l’air quelques harmonies décharnées et floues, comme la BO d’un film qui soudain fait place à l’action d’un Rock progressif débarrassé de toute prétention technique.

Au rayon de ces longues errances, « Dispatcher » affirme aussi la singularité, laissant sa basse rebondir et onduler comme un oscilloscope, tandis que des guitares en écho de The Edge profitent d’un créneau très ouvert, offrant ainsi une progression dans un univers aussi opaque que limpide. Rappelant autant les imbrications progressives des années 70 que les expérimentations Post Wave des années 80 (sans jamais tomber dans la même rigidité distante et froide), ce morceau est l’épiphanie ultime d’un disque qui se termine quand même par une dernière narration étendue…Les strates de son agissent comme autant de chœurs déshumanisés, comme des voix robotiques nous avertissant d’un avenir que l’on doit autant craindre qu’espérer.

Dès lors, « Music For The Sun » a beau jeu d’énoncer son message ensoleillé, amorcée par des rais de guitare délicate, qui une fois de plus partent en solo pour finir par devenir partie d’un tout, indivisible et pourtant assemblé de sons aussi indépendants que fuyants.

On pense à PINK FLOYD, de transition entre Meddle et pas encore fixé sur la face cachée de la lune, mis à part que les TINY FINGERS ne se laissent pas envouter par un motif unique, et multiplient les interprétations, en osant des cassures fluides qui s’intègrent parfaitement aux hallucinations éveillées.

Les morceaux les plus courts offrent un surplus d’énergie, à l’instar de ce « Eyes Of Gold », qui ose le mixage entre un HAWKWIND moderne et un MORPHINE débarrassé de son chant hésitant, le tout sous la direction artistique d’un VATTNET VISKAR, ou de « The Other », qui percute son intro comme un RATM stellaire, avant de tenter un Big Beat appuyé et presque Dub assez déconcertant. 

« Traveller Soul » ose même une certaine forme de violence, et fricotte avec les PRODIGY passés en subliminal, toujours avec ces sons graves se disputant l’avant-plan avec des nappes claires et ondulantes, qui se fraient un chemin dans les arrangements mouvants hérités des boucles des 60’s, celles-là même que les BEATLES utilisaient avec fascination.

The Fall, en fin de compte, est une chute. Celle des observateurs externes qui pensaient le Post Rock à l’agonie, et qui prouve encore qu’il est plus vivant que la plupart des styles qu’il fustige inconsciemment. C’est un album aussi vivant que ne le sont ses musiciens, qui refusent le cloisonnement, et arpentent les chemins du monde en en ramenant les sons les plus intimes, les plus ouverts, les plus fantastiques.

 Un album qui se respire pour un groupe qui inspire, et une preuve de plus que lorsque le Post est traité comme un moyen et non un but, il se permet d’être plus créatif et efficace que n’importe quelle tentative expérimentale bancale.


Titres de l'album:

  1. The Fall
  2. Eyes of Gold
  3. Traveller Soul
  4. Deuteronomy
  5. Drops
  6. The Other
  7. 9 of Swords
  8. Dispatcher
  9. Music For The Sun

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 05/02/2017 à 14:17
80 %    509

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Slaughtbbath

Alchemical Warfare

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Electric Shock + Praying Mantis

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Bliss Of Flesh + MÖhrkvlth + Vosegus

28/09 : Espace Leo Ferre, Brest (29)

Alea Jacta Est + Stinky + Wank For Peace

28/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Blood Ages + Pray Manticore + From Dusk To Dawn

28/09 : Ecole Des Filles, L'isle-bouzon (32)

Pictured + Evilness + Gengis

28/09 : La Fontaine De Brocéliande, Saint-péran (35)

Fange + Grist + Verdun

28/09 : Molodoï, Strasbourg (67)

Malkavian + Warband + Shut The Fuck Up

28/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Temple Of Baal + Archgoat + Au Champ Des Morts

28/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Furies + Nemost + No Return

28/09 : Salle Claude Pouillet, Evry-gregy-sur-yerres (77)

Monarch! + Vouna

28/09 : L'hélice, Toulon (83)

Photo Stream

Derniers coms

@humungus : j'ai dû mal m'expliquer. Le type a été balancé du public par dessus la barrière et est retombé bien lourdement derrière quoi. Pas sur ses guiboles... et les gars de la secu l'ont relevé ensuite. ;)


Artwork horrible. En espérant qu'il sera un peu plus solide que le dernier.


1) Inutile de dire que ce report et une fois de plus hyper complet.
Cela devient vraiment lassant d'écrire ça à chaque fois mec...
2) "Pour manger, c’est soit des frites, soit une part de pizza"
QUOÛÛÛAH ?!?!
Pas de stands vegano-pakistanais sur ce genre de fest ? Imp(...)


1) JTDP + 1.
2) "Un spectateur un peu plus chaud que les autres passe par-dessus la barrière suite à un slam qui tourne mal et s'écrase juste devant la scène ! la volée qu'il a pris le mec !"
Donc si j'ai bien suivi, un spectateur passe par dessus les barrières (involontairement qu(...)


Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !


Cool report, comme d'hab' ! Et toujours intéressant de retracer l'historique musical d'une ville ;-)


Si Scott Wino ne peut plus se défoncer en paix, ou va le monde !


DEMONIAC, c'était génial. Surtout le second et troisième album. La suite avec DRAGONFORCE m'avait un peu dépité...


Bah c'est fou car je pensais justement à la future tournée européenne de THE OBSESSED très tôt ce matin et me demandais donc où en était ce brave Wino avec ces anciens soucis scandinaves.
Bah me voilà (malheureusement !) renseigné sur le sujet…
Salauds de norvégiens ! Depuis (...)


Bah ce qui est le plus dingue avec cette immondice qu'est DRAGONFORCE, c'est que ce groupe est né des cendres de DEMONIAC... Jamais compris ça quand on voit la merveille qu'était "Prepare for war".
Comme quoi, il faut de tout pour faire un monde...