A la pêche aux moules, ma mère ne veut plus que j’y aille, mais à la pêche aux infos, pas de contraintes particulières. Sauf dans le cas des groupes Russes qui prennent un malin plaisir à dissimuler leur histoire derrière un paravent de…vide.

Non, sérieusement les mecs, je sais qu’avec Vladimir les choses ne sont pas faciles, mais un VK en langue natale et rien d’autre, pour un chroniqueur, ça n’est jamais suffisant. Pas cool, mais ça ne m’empêchera pas de parler de votre musique beaucoup moins mystérieuse que votre biographie.

Avec un patronyme comme HORRORAISER, peu de chances de se tromper, et pour une fois, vous avez bien planté l’anneau dans le clou, puisque c’est bien du Death Metal qui sera notre débat du jour. Un Death « à la Russe », fortement teinté de Thrash et de Punk, mais impitoyable dans le fond et la forme.

Il semblerait donc selon les bribes de renseignements que j’ai pu collecter qu’Infestation soit la première réalisation de ce quintette (mais trio sur les photos, étrange), composé de Mikhail Veselov (guitare), Alexey Drelin (chant), Vyacheslav Gromov (basse), Konstantin Chuykin (batterie) et Alexandr Udalov (guitare), qui ont donc visiblement tout l’avenir devant eux, pour peu que les fans du style accrochent à leur approche d’un Death fatal qui ne s’aventure que très rarement en dehors des sentiers battus.

On y trouve en effet toutes les composantes du style, telles qu’elles ont été énoncées à une époque passée, mais traitées par le prisme slave, ce qui les rend encore plus efficaces à défaut d’être originales.

On retrouve donc au générique de ce premier longue durée des riffs macabres, visiblement hérités de la froideur scandinave, mais aussi quelques staccato purement Thrash, et une atmosphère subtilement Punk qui transforme les interventions les plus classiques en ponçage au papier de verre grain fin.

Quelques mélodies glacées parviennent à se frayer un chemin dans le dédale de gravité ambiant, et si le chant d’Alexey, bien rauque et sombre n’offre rien de particulier question innovation, il sait se montrer bien démoniaque quand il le faut (« Fire Tomb »), et développe un phrasé coulant assez séduisant, pour peu que le terme puisse être usité dans un contexte pareil.

De là, et de ci, la recette est éprouvée, et le quintette mélange tous les courants possibles, tombant même parfois dans des digressions tout à fait intéressantes et plus Heavy que la moyenne. Ainsi, l’accrocheur « Waltz Of The Damned » se réjouit d’une atmosphère à la AT THE GATES qu’il impose à un contexte purement GRAVE/UNLEASHED, et laisse traîner quelques riffs en mid qui permettent de se focaliser sur un thème vraiment catchy et plus léger que la moyenne. Hit de l’album ? Sans conteste mais ne négligeons pas pour autant quelques autres point forts, dont un diptyque qui finalement, prouve que les HORRORAISER ont peut-être plus de choses à dire qu’on le pensait au prime abord.

Cette approche est d’ailleurs appliquée dans une certaine mesure au terrifiant d’efficacité « Infestation I: Swarm », qui superpose une rythmique atomique et infatigable à des parties de guitare mémorisables, qui exposent des thèmes sympathiques et presque « joyeux ». Une sorte d’ultraviolence colorée, aussitôt nuancée d’interventions mélodiques à la façon de l’école Néo-Death suédoise, pour un mélange pas si contre nature que ça et un choc des cultures qui peut laisser pantois.

Pas forcément d’admiration, mais au moins de la raison, celle d’admettre que le quintette de Kovdor n’est pas qu’un simple combo de Brutal Death supplémentaire, mais bien un groupe aux idées tangibles et valides et qui va chercher plus loin que le bout de sa concession les réponses à certaines questions.

Exemple :

Peut-on rester violent à l’extrême sans verser dans le roboratif Death convenu ? Oui.

Peut-on intégrer la mélodie dans un cadre putride sans oser la mièvrerie harmonique ? Oui.

D’ailleurs, la seconde partie de ce triptyque continue le travail de sape en développant une attaque purement Thrash qui déboule sur des arythmies originales, ce qui démontre bien que les HORRORAISER sont plus aventureux qu’une congrégation de bêtes de foire.

Certes, le son uniforme nous perd parfois dans des similitudes de riffs qui finissent par se ressembler dans leur tranchant le plus systématique (l’ouverture du final « Labyrinth » le démontre), mais le groupe se débrouille toujours pour trafiquer les couplets et les dissocier de fait, et ainsi offrir une jolie ouverture, qui parfois se permet quelques borborygmes à la limite du gore sur le même morceau.

Mais comme ces débordements sont immédiatement suivis d’interventions harmonieuses séduisantes, on pardonne facilement les réflexes trop prononcés…

Il n’est bien sûr pas certain que les HORRORAISER parviennent à se faire remarquer hors des frontières de leur Russie natale avec Infestation, qui reste encore un peu trop homogène et timide pour créer un choc transversal.

Mais les quelques idées rafraichissantes dont il fait preuve pourraient capter l’attention de fans de Death qui attendent un peu plus qu’une simple succession de plans morbides et éculés, et un enfilement de grognements stériles qui ne font plus peur à personne depuis longtemps.

Mais gageons que les Russes sauront miser sur leurs qualités et atténuer quelques-uns de leurs défauts pour progresser et devenir une machine bien huilée.

L’intention est là, ne la tuons pas dans l’œuf avant que la poule ne s’en remette. Poule, moule, ça rime, et ça me permet de refermer cette parenthèse sur une pirouette, mais en dehors de ces quelques blagues de bon ton Infestation mérite qu’on se penche un peu sur lui, ne serait-ce que pour ces quelques déviations mélodiques et ces parties rythmiques diaboliques qui rendent son écoute un peu moins prévisible que la moyenne des groupes de la mort de l’Est.


Titres de l'album:

  1. Seven
  2. Bullet Hell
  3. Fire Tomb
  4. Infestation I Swarm
  5. Infestation II Wave Of The Undead
  6. Waltz Of The Damned
  7. Labyrinth



par mortne2001 le 10/11/2016 à 16:31
65 %    402

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Marduk

La Grande Danse Macabre

Various Artists

Brutal Africa - The Heavy Metal Cowboys of Botswana

The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

Gutalax + Spasm + Guineapig

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

+ Inconcessus Lux Lucis + Nocturnal Graves

28/10 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

R.I.P.


Il résume très bien la situation actuelle...


T'inquiètes, t'es pas tout seul. Cet album vaut le déplacement.


Effectivement, dur de pas penser à Chritus à l'écoute de l'album pour le moment. Même avec la plus grande volonté. Et plutôt d'accord aussi avec Humingus, sans lui et ce malgré la qualité de la musique, on passe d'un groupe stoner au dessus du lot à un groupe "comme les autres". Bien dommag(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Bravo pour le travail accompli, le sérieux de la distro et le personnage attachant. Je me rappelle avoir vu des CDs de Manzer dans une boutique de CD/LP/shirts metal de Pékin, affiliée à Areadeath Records. Pas beau, ça ?


Intéressant.


Je ne vais pas rejoindre le chroniqueur dans son désir d'auto persuasion. Mais si certains y trouvent leur compte...


Modern melo metal


Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...


Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)


Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)