L’angoisse, la peur, la mort, le vide, la folie, l’horreur,  tant de choses par lesquelles la scène metal est fascinée. Pour beaucoup d’artistes de cette scène, le but n’est pas seulement d’illustrer ou de teinter leur musique de cette aura mystique et incomprise qui anime ces concepts. Non, c’est bien plus que cela, le metal extrême c’est vouloir aller au fond des choses, là où personne n’est allé au part avant. Toujours aller plus loin pour se rapprocher de l’essence même de ces notions. C’est descendre dans des profondeurs abyssales pour y remonter LE morceau qui nous fera sentir la réalité la plus intrinsèque de chacune de ces émotions. C’est surement le défi qu’a voulu relevé DEATH. VOID. TERROR.
Mais qui est donc ce groupe ? Et bien cest un groupe suisse faisant partie du Helvetic Underground Committee, ce cercle de groupe underground de Zurich. On retrouve dans ce cercle des groupes comme Ungfell, Dakhma, Ateiggär et bien sûr DEATH. VOID. TERROR. 

En 2018 le groupe nous dévoilait son premier album intitulé To The Great Monolith sorti chez le label Iron Bonhead Production. Un album très opaque qui relevait presque du Drone plus que du Black Doom. Un album très linéaire bien que l’ambiance développée était très saisissante.

Avec ce To The Great Monolith II, sorti chez Repose Records (CD) et Relapse Records (Digital), D.V.T. reprend là où il s’était arrêté en continuant dans sa découverte de l’inconscient cauchemardesque. Cependant il ne se contente pas de nous fournir la même recette. On retrouve ici une production beaucoup plus claire qui garde l’essence du premier opus, en lui injectant un cadre plus défini, une armature plus solide. La batterie est beaucoup plus présente, les reverbs et delays y sont atténués ce qui permet de distinguer un peu mieux le son des guitares. Tout est plus structuré et moins vaporeux et c’est une bonne chose. Ce côté plus rythmé permet de garder notre intention et facilite l’état de transe vers lequel D.V.T. cherche à nous amener. On y perd cependant légèrement en folie, la musique est moins angoissante, les samples horrifiques en provenance directe des abysses de l’enfer sont plus discrets et moins angoissants. Ce deuxième volet cherche d’avantage à nous hypnotiser à travers une sorte de rituel initiatique occulte, capter notre intention vers un vide intérieur inhumain. On se croirait au cœur de La Divine Comédie à la place de Dante entrain de contempler les tréfonds de l’enfer, et le supplice des damnés.

Un petit texte accompagnant l’album développe une petite symbolique entourant le Great Monolith, ce qui confère au groupe une dimension un peu plus mystique. Certes, c’est une chose assez courante maintenant que les groupes jouent la carte de la voie initiatique et autres inspirations ésotériques, mais je trouve ça cool quand un groupe développe sa propre symbolique, ses propres mythes (ce qui est déjà un peu plus rare). Cela renforce et facilite l’immersion dans l’univers du groupe (je trouve).

Pour conclure, un album qui selon moi corrige les faiblesses de son aîné tout en gardant sa substance. Un album plus construit, plus compréhensible, toujours très saisissant, nous embarquant toujours plus loin dans cette morbidité cosmique dont le groupe a le secret.

Titres de l'album : 

1- (- -- -)
2- (- ---)
3- (-- - --)
4- (-- --)

Bandcamp
Facebook (Helvetic Underground Committee)
Discogs


par L'Apache le 26/03/2020 à 12:00
75 %    127

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Wayward Dawn

Haven of Lies

Carcariass

Planet Chaos

Cianide

Unhumanized

Ross The Boss

Born Of Fire

Worm

Gloomhole

Myrkur

Folkesange

Solarys

Endless Clockworks

Power Theory

Force of Will

Testament

Titans Of Creation

Konvent

Puritan Masochism

Murder One

Live In Lembarzik

Harem Scarem

Change the World

Dreamlord

Disciples of War

Denial

Antichrist President

Trepalium

From The Ground

Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

J'irais Mosher chez vous ! Episode 3 : Thaïlande

Jus de cadavre / 06/04/2020
Asie

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Excellent ! Cela confirme un peu l'idée que j'avais a priori, comme quoi la Thaïlande est un pays moins métallique que ses voisins du sud (Malaisie-Singapour-Indonésie), mais déjà plus que ceux qui l'entourent. Les régimes politiques n'y sont peut-être pas pour rien.


Bon, ben voilà, achat direct.


Putain merde j'espère qu'il va s'en remettre très vite


Un petit côté cold-wave sur les couplets pas dégueu. M'en vais creuser ça, c'est hyper original en tout cas.


@wildben : déjà, merci du compliment ! ;-) Et oui, tout à fait d'accord avec toi. C'est assez dingue cette façon qu'ils ont de rendre aussi mélodique et efficace une musique si technique. Moi aussi, j'étais un peu dubitatif sur ce "Letters from the Trenches" et en fait il arrive pile au bon mo(...)


Oui, c'est dansant


Le mec est infirmier Psy il me semble non ?
Ceci expliquant sans doute cela...


Je vais le dire avec beaucoup moins de talent que l'auteur de la chro mais cet album déchire, le plus frappant étant cette sensation incroyable de fluidité. Bien que complexe, la musique reste toujours efficace et "évidente". Même le titre en écoute, qui me lassait dubitatif lors de sa mise en(...)


@Buck Dancer : ça j'en doute pas ! L'Amérique du sud c'est un Eldorado (sans mauvais jeu de mot...) metallique !


Jus De Cadavre, en Amérique du Sud tu as de quoi t'amuser aussi, je pense.


Super report ,ça donne envie d'aller dans le pit et secouer de la tête là-bas


Comme indiqué, invraisemblable. Il n'a pas respecté le confinement en faisant de la nage en eaux-vives. Ceci étant, pas vraiment de risque qu'on en parle en ce moment, et l'image du metal, pfff, hein.


C'est plutôt bien foutu mais la thématique me laisse perplexe. Black et médieval, yep, mais figure chrétienne telle que la Jeanne… Quoique, cette période est étroitement liée à la chrétienté en Europe… Merde. M'enfin ça me laisse perplexe quand même.


Première phrase admirable, Humungus.
M'en vais essayer, tiens.


J'ai acheté l'album. Tous les morceaux sont dans la même veine. C'est ultra massif et cohérent avec des riffs simples mais accrocheurs et pas ennuyeux (en tous cas, chez moi ça tourne en boucle et je ne m'en lasse pas).


@Grinder : bien sûr ! Après ça serait moins exotique et original forcément... et certainement plus difficile aussi.
En Asie les gens étaient du genre très avenants pour discuter (c'est pas tous les jours qu'un blanc bec va leur poser des questions chez eux sur leur passion). En Scandinav(...)


Amalie McKennitt.


Effectivement, la chanson en écoute est excellente.
Avec un soupçon de Bolt thrower et Goatess?


Ca te dirait pas un "J'irai mosher chez vous en Suède / Norvège / Finlande" ?


Thanks ! Ca permet de voyager en ces temps compliqués ;-)