Ignorante

Tonelada

21/12/2019

Autoproduction

Pas grand-chose à se mettre sous la dent concernant ce groupe lusophone…Mis à part un Bandcamp, une page Facebook, et quelques renseignements épars, pas d’information précise, et si j’en crois les données grappillées, ce groupe a vu le jour en 2013, mais ne se manifesterait que maintenant à travers un premier longue-durée. Six ans sans production, c’est beaucoup, mais louons leur acharnement et célébrons leur enthousiasme, puisque Ignorante rattrape aisément cette disette. Ils sont quatre (Jaum Queiroz - chant, Luan Mendes - guitare,  Paulinho Torrontegui - batterie et Renan Gobi - basse), viennent de Dourados au Brésil, et expriment leur haine et leur colère au travers d’un médium pluriel aux connotations Crossover. C’est donc dans un créneau de Thrash/Groove qu’on classe nos amis brésiliens du jour, et si une fois encore, la palme de l’originalité ne sera pas décernée, celle de l’efficacité risque d’être dégainée promptement. Sans nommer d’influences particulières, les musiciens concèdent quand même un respect pour SEPULTURA et PANTERA, deux références qu’on retrouve plus ou moins dans leur musique, qui a visiblement du mal à être étiquetée sur la toile. Beaucoup ne savent quoi en penser, certains parlant même de Post Hardcore, ce qui est complètement hors-contexte. Non, la musique de TONELADA est beaucoup trop franche pour être Post quoi que ce soit, et il suffit pour ça d’écouter « Manipulação » pour le comprendre. Si le quatuor ne se répand pas en explications et lâche un sibyllin mais pertinent « grosso » pour définir son optique, ça n’est pas pour rien, et entre des rythmiques maousses et des riffs taillés à la serpette, le bilan est lourd, et les victimes nombreuses, à commencer par nos oreilles.

S’ancrant dans une tradition de métissage, les brésiliens partagent des points communs avec de nombreuses scènes. La lourdeur et la précision des drops du Metalcore, la hargne du Thrash, le chaloupé du groove, le radicalisme sombre du Death, mais aussi l’âpreté du Hardcore font de cet Ignorante un monstre protéiforme, et si certains morceaux font montre d’un formalisme de rigueur, d’autres au contraire prônent la diversité et l’alambiqué, à l’image du terrifiant « Inimputáveis », qui ressemble à s’y méprendre à une jam impromptue entre le SEPULTURA le plus tribal, le SOILWORK le plus millimétré, et le NAILBOMB le plus éructé. C’est donc un équilibre entre sauvagerie et méthodisme que nous nous voyons proposer, et admettons que les musiciens connaissent leur boulot. Premier reproche après quelques minutes d’écoute, un chant méchamment Core qui contraste avec les pistes instrumentales, trop fines souvent pour supporter une telle linéarité. Il est certain que lorsque la musique adopte des contours moins radicaux, le chant de Jaum vient limiter les possibilités, ce que le lourd et oppressant « Quero Ver Quem Vai Pagar » geint de ses trouvailles. Ce qu’on remarque aussi, c’est cette inventivité dans le classicisme, qui permet aux brésiliens de s’extirper de la masse, avec ce mélange d’influences sud et nord-américaines, qui leur permet d’échapper à une catégorisation trop précise. Les mecs aiment la franchise, l’instant, la colère immédiate, comme le démontrent des jets d’acide comme « Manipulação », qui ressemble comme deux gouttes d’eau sur son intro à du CAVALERA CONSPIRACY (et même après d’ailleurs), ou le virulent « Cilada », à la limite du Death, et sauvé du chaos par un énorme riff groovy à la PANTERA.

Mais ils aiment aussi nuancer, mixer, mélanger, même dans un contexte de brièveté puisque seul un morceau passe la barre des quatre minutes. Ainsi, la somme d’idées proposée est assez conséquente, entre breakdown, sifflantes, harmoniques, cassures abruptes et reprises pleine bourre, une recette qui a fait ses preuves et qui reste toujours aussi efficace. Capables d’accoucher d’explosions de TNT en plein désert, les brésiliens nous cognent, nous assomment, nous passent sur le corps et nous laissent mort, pour le compte, spécialement lorsque les BMP varient et que les thèmes dévient (« Tem Solução », modèle de tir de barrage intelligent mais pas spécialement complaisant). Pas de prise de tête certes, mais pas non plus d’assaut bas du front. Telle est la devise du groupe qui agence et compacte, que l’avancée soit mid ou transcendée. C’est très formel (« Medalha de Sangue »), mais ça fait parfaitement le lien entre les époques, et l’album nous enserre sans que nous puissions reprendre notre souffle, ce qui est exactement l’effet attendu d’une telle réalisation. Pas de haut fait à pointer du doigt, l’équilibre est manifeste, mais on arguera quand même du caractère foncièrement brutal des passages les plus Death, et de cette façon de tirer le Metal lusophone vers des frontières plus radicales, mais pas bordéliques pour autant. On pense même parfois à une forme extrême de Nu Metal à la SLIPKNOT (« Levanta da Cama », la précision rythmique est diabolique), et « Cabreiro » de nous laisser sur une dernière impression de massacre organisé par des mercenaires décidés. Une belle entrée en matière, encore un peu attendue, mais qui a le mérite de révéler un flair certain, et des aptitudes. Gageons que l’avenir sera souriant pour les TONELADA qui connaissent déjà bien leur métier, et qui apprendront encore en le pratiquant.                                               


Titres de l’album :

                       01. Manipulação

                       02. Você Nasceu Aqui (Fudeu)

                       03. Ignorante

                       04. Inimputáveis

                       05. Quero Ver Quem Vai Pagar

                       06. Cilada

                       07. Tem Solução

                       08. Medalha de Sangue

                       09. Levanta da Cama

                       10. Cabreiro

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 25/07/2020 à 18:35
75 %    153

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kairos

Ouais dsl j'ai été un peu sec, mais l'autre andouille est venu gratuitement me baver sur les rouleaux... J'aurais dû employer l'adverbe "cordialement" à la fin de mon précèdent post. 

26/01/2021, 16:03

Bones

Mouais, mais par contre je vais rapidement le réécouter pour voir si mon approche a évolué. C'est vrai qu'il est réputé...  j'ai sans doute raté le coche.

26/01/2021, 13:14

Arioch91

@Humungus : SIC... And Destroy !   Comme disait Coluche : la politique ? C'est quand on est poli et qu'on a(...)

26/01/2021, 10:45

Arioch91

@Humungus : je confirme pour The Rack. Plusieurs fois j'ai essayé mais sans jamais accrocher.Y a des albums comme ça

26/01/2021, 07:56

Humungus

Toujours "intéressant" (SIC !!!) quand la politique s'insère ici... ... ...

26/01/2021, 07:38

Humungus

Ne pas "rentrer" dans "The rack" ?!?!Bizarre étant donné la monstruosité de cet album...Quoi qu'il en soit, je plussoie sur HAIL OF BULLETS !Pis n'oublions pas le merveilleux GRAND SUPREME BLOOD COURT non plus hein !!!(...)

26/01/2021, 07:35

Arioch91

@Bones : merci pour l'idée, vais m'écouter les trois albums de Hail of Bullets, juste histoire de rattraper mon retard concernant le père Van Drunnen.

25/01/2021, 20:12

Bones

Ce dernier Asphyx n'est pas une montagne de nouveautés mais il est super efficace. On sent les vieux briscards qui connaissent parfaitement leur affaire.Etant un gros fan de Van Drunen, je vais décortiquer ses paroles en ne doutant pas que les morceaux vont s'en tro(...)

25/01/2021, 18:39

Jus de cadavre

Ouais, ils frappent fort les anciens avec cet album ! 

25/01/2021, 18:17

LeMoustre

Chez Accuser, en période récente, c'est Demoniac qu'il faut écouter. Plus violent, sorte de Testament sous amphétamines, il est à mon humble avis le meilleur de ce que Thoms  a produite depuis Who Dominates Who. Ah, si, le premeir album est aussi (...)

25/01/2021, 17:03

LeMoustre

Opposer les casseurs qui seraient bons à expédier aux bagnes de Cayenne pour casser des cailloux et les envahisseurs du Capitole n'est pas une bonne idée. L'objectif est pas le même, les casseurs sont souvent des racailles de délinquants multiréc(...)

25/01/2021, 11:47

Stench

Très étrange à dire mais sur le titre "Tree years of famine", j'entends Overkill de "Skullkrusher". Sinon, excellent album, bien sûr !

25/01/2021, 11:46

Arioch91

Je suis fan du timbre vocal de Van Drunnen depuis le Consuming Impulse de Pestilence mais j'avoue n'avoir jamais accroché au The Rack d'Asphyx et ne me suis jamais penché sur les sorties du groupe. Pas plus pour Hail of Bullets (si je me gourre pas).Mais &ccedi(...)

25/01/2021, 11:04

Solo Necrozis

Piñata of Pus, Necro Thicc, Uteronecrotic Descent of the Divine...Haha ces titres de merde, j'en ris comme un con devant mon PC.

25/01/2021, 10:12

Simony

En tout cas, le livestream proposé samedi était une boucherie totale. Avec ou sans public, les mecs se donnent, Martin plaisantent entre les morceaux et v'là comment ça défouraille sévère. Total respect pour ces mecs qui en imposent, vraiment (...)

25/01/2021, 08:17

POMAH

L'ambiance est chaude par ici...

25/01/2021, 08:06

Humungus

J'en suis déjà à ma troisième écoute consécutive...ACHAT OBLIGATOIRE BORDEL !!! !!! !!!PS : Martin je t'aime.

25/01/2021, 04:25

Pozo (bass)

Thanks for the review!I'll put our spotify link if you wanna follow ushttps://open.spotify.com/artist/0QwY3TM6Lvo6Ba8VGC67YL

25/01/2021, 01:07

Chemikill

Parler de la musique serait déjà un gros morceau.

24/01/2021, 22:59

jtdef

Avec Joe Bidon et l'imposteur Harris ils sont mal barrés.

24/01/2021, 21:11