The Bleeding Mask of Dread

Obturate

01/02/2019

Bleed Records

Les one-man-band sont monnaie courante dans le Black, le Noise et l’Indus. Mais ils sont déjà plus rares dans le domaine du Death Metal, style qui nécessite souvent une osmose générique entre ses membres, ce qui est difficilement possible lorsque ceux-ci sont au nombre de…un. Et pourtant, la démarche artistique en solitaire est aussi possible dans ce créneau, ce que nous démontre le projet OBTURATE, mené par le seul Phobos, un strasbourgeois qui n’a pas jugé utile de s’entourer de comparses pour élaborer son propre répertoire. Il est certain qu’avec les équipements personnels actuels, nul besoin de s’embarrasser de sidekick, et avec un bon computer, une carte son compétitive, du matos adéquat et un log genre Pro Tools, on se débrouille très bien tout seul, ce que démontre ce premier LP enregistré on his own par Phobos, et qui démontre certaines qualités individuelles notables. Evidemment, les one-man-bands ne sont généralement pas ceux dont la bio est la plus fournie, et me voilà fort marri de ne pouvoir vous en dire plus sur le bonhomme, ne sachant rien de son passé, et pas grand-chose de son présent, si ce n’est qu’il a sorti au mois de février son premier effort, The Bleeding Mask of Dread. S’affiliant dans la frange la plus brutale du Death contemporain, le concept OBTURATE est plutôt simple d’approche, et ne cache en rien ses influences, qui sont d’ailleurs assez évidentes après écoute du LP en question. En dix morceaux et une grosse demi-heure, le strasbourgeois fait donc le tour de la question Death agressif, et mène rondement son affaire, truffant ses morceaux de trouvailles rythmiques et d’arrangements glauques, dans la plus pure tradition. Difficile toutefois de se montrer disert à son sujet, sa musique parlant d’elle-même, et par facilité, je pourrais me contenter d’énumérer ses références et de vous renvoyer à l’écoute du produit en question, qui assure sa promotion seul.

Selon son label, The Bleeding Mask of Dread n’est rien de moins que trente-six minutes de Death violent et vicieux, qui s’adresse aux fans de MORBID ANGEL, IMMOLATION, CANNIBAL CORPSE, avec des textes puisant leur inspiration dans les écrits anciens d’Edgar Allan Poe et ceux plus récents de Clive Barker. Alors, que vous soyez plus porté sur le Necronomicon et l’occultisme, ou bien sur les Books of Blood et l’horreur new-wave Gore des 80’s/90’s, ce premier LP aura quelque chose à vous offrir, musicalement évidemment, mais aussi thématiquement. Plus fondamentalement, Phobos et sa créature OBTURATE nous offrent une version actuelle d’un Death sans pitié qui ne rechigne pas à piocher dans le passé pour trouver sa dose de violence. Se présentant sous une succession de plans tous plus brutaux les uns que les autres, ce premier jet à toutefois du mal à s’affilier à la mouvance Brutal Death, malgré un son de batterie compressé à l’extrême et aux échos synthétiques. Si tous les morceaux font montre d’une cruauté artistique palpable, certains, en prônant un mid tempo écrasant font preuve de plus d’imagination, et nous ramènent aux fondements même d’un style qui n’a pas toujours été une course à la vitesse sans but. Ainsi, le plutôt sombre et glauque « Under The Ninth Moon Rain » fait montre d’un désir plus sournois dans l’insertion de ses mélodies maladives, et nous écrase de son tempo martelé comme un leitmotiv, se rapprochant des versions les plus modérées d’un CANNIBAL CORPSE daignant rendre hommage à la vague Thrash US de la fin des années 80. Efficace plus qu’il n’est original, OBTURATE ne cherche pas à bousculer l’ordre établi, mais plutôt à en faire partie à son niveau, très humblement, mais sans oublier ses ambitions au placard.

La production de l’album, plutôt sourde et compacte, loin de desservir les desseins, a tendance à les appuyer de son absence totale d’écho, les fréquences semblant se bouffer entre elles dans un élan de cannibalisme absolu. Certes, et il serait malhonnête de ne pas le souligner, la batterie souffre évidemment de son traitement binaire, et lorsque la grosse caisse programmée se déchaîne dans les triples croches, on a du mal à suivre tant la gravité se fond dans un magma indiscernable. Mais les morceaux les plus chaotiques n’étant pas les plus intéressants en soi, il conviendra de se concentrer sur les interventions les plus lourdes, à l’instar de « Within Their Throat » qui impose une fois encore un climat délétère et des pulsions morbides tout à fait délicieuses, dans la plus grande tradition d’IMMOLATION, en version moins funèbre. Les multiples accélérations, dantesques, ramènent le souvenir du MORBID ANGEL le plus incontrôlé, mais surtout, le spectre du SUFFOCATION le plus dérangé dans son sommeil, apportant un surplus de puissance. Tout n’est bien sûr pas encore parfait, et loin de là, mais Phobos fait preuve d’une malice dans la variation des tempi et des approches, et n’hésite pas à nous bousculer d’un soudain accès de rage limite Thrashcore, via le lapidaire et jouissif « Scarlett Stains Upon The Bodies », beaucoup plus intense que la moyenne. Et les sons traités sont à ce point au premier plan qu’on pense même parfois à une sorte de Death Indus larvé, mixage ultime de deux genres pas si antagonistes que ça, et qui finalement se montre performant, même si les riffs ne sont pas toujours discernables dans cette gravité abyssale ambiante.

Ainsi, d’un projet anecdotique, OBTURATE devient une entame qui laisse à présager d’un futur moins prévisible qu’il n’y parait. Pour le moment, les idées semblent parfois lancées à la volée, mais dès que le cerveau derrière ce hold-up pas si modeste que çà aura agencé ses plans de façon plus pensée, nous aurons sans doute droit à une démonstration de style avec panache, dont les prémices peuvent se trouver dans les interventions les plus efficaces, dont « Bloodbringers » fait indéniablement partie. Mais un certain flair pour décocher des thèmes plus accrocheurs que la moyenne, une tendance à ne pas se contenter du minimum, et des arrangements étrangement mémorisables transforment ce premier album en piste à suivre, et les morceaux les plus volontiers créatifs et ludiques se situant à la fin du métrage (« Obsidian Wraith » son approche médiane sur fond de sifflantes répétitives et obsédantes) font de ce nouveau projet une affaire à suivre. Pas vraiment Death classique, pas vraiment Brutal, légèrement Indus sur les bords, The Bleeding Mask of Dread offre un visage intéressant et des grimaces de circonstances, sans tomber dans la parodie ou l’excès de respect.


Titres de l'album :

                          1. Blue Marks On Her Neck

                          2. Unknown Breed

                          3. Under The Ninth Moon Rain

                          4. On Your Corpse I Spit

                          5. Within Their Throat

                          6. Scarlett Stains Upon The Bodies

                          7. Underneath Your Skin

                          8. Bloodbringers

                          9. Obsidian Wraith

                          10. Wear That Flesh

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 11/08/2019 à 18:56
72 %    325

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Chemikill

Parler de la musique serait déjà un gros morceau.

24/01/2021, 22:59

jtdef

Avec Joe Bidon et l'imposteur Harris ils sont mal barrés.

24/01/2021, 21:11

Gargan

J'étais sur la défensive, le hard français des 80s étant pour moi ce que l'ail est à la mauvaise haleine, mais là, effectivement, c'est nase.

24/01/2021, 20:39

Gargan

HumHUM... On en parle du clip de sors immanis ? 

24/01/2021, 20:17

Jus de cadavre

Encore une putain de sortie signée Iron Bonehead...Du Death de puriste. Les mecs sont restés bloqués dans une faille temporelle. Excellent.

24/01/2021, 16:12

Kairos

Si tu veux pas passer pour un connard prétentieux, fais l'effort d'expliquer ce que moi pauvre idiot n'ai pas compris, mais de façon courtoise, sinon je t'invite juste à fermer ta gueule

24/01/2021, 14:08

Orphan

Kairos, tu ferais mieux de fermer ton claque merde et en rester au métal.La politique Américaine, et manifestement la population de banlieue et ce qu'il s'y passe, tu ne maitrise pas !Et toi qui parle de lumière à tout les étages....

24/01/2021, 11:30

Invité

En soi le morceau est correct, mais j'ai juste attendu 4'50 un break guerrier qui te roule dessus et que ça parte...

24/01/2021, 10:39

Invité

Le kitsch et le ringard Made in France. Jamais copié, jamais égalé. Manque plus qu'un guest de Renaud Hantson et on coche toutes les cases du Hard à la Française des années 80.

24/01/2021, 10:33

Bones

Acheté ce matin en version simple (le digibook propose en bonus un DVD live qui ne m'intéressait pas plus que ça - youtube regorge de ce genre de trucs, ça ne vaut plus vraiment le coup de casquer pour des captations vidéo). 2 premières &(...)

23/01/2021, 23:25

Satan

A Simony : Je suis bien d'accord concernant "Alpha Noir" (mais n'oublie pas "White Omega" qui lui est beaucoup plus intéressant je trouve, avec ce côté Type O hyper assumé) et "1755" qui sont de vrais ratages. Surtout ce dernier q(...)

23/01/2021, 21:54

totoro

De manière générale, j'aime beaucoup Moonspell. Et je rejoins tout à fait l'avis de Satan sur les albums "cultes" du groupe. Et Simony, on a le même parcours concernant les lisboètes. Découverts avec "Sin/Pecado" qui re(...)

23/01/2021, 20:18

Simony

Idem, j'ai tous les albums jusqu'à Extinct et je suis assez d'accord sur Darkness And Hope, The Antidote. J'aime beaucoup The Butterfly Effect par exemple, Memorial, Night Eternal, Extinct tous ces albums sont très bons pour moi, avec Alpha Noir c'est d&eacu(...)

23/01/2021, 18:47

PtiMich

Ca fait du bien de revoir des trombines de l'époque !Faut absolument faire une émission sur NYHC* de l'époque ! (NancY Heavy Clan*)

23/01/2021, 17:48

Buck Dancer

Toujours une bonne nouvelle la sortie d'un nouveau Memoriam!!! 

23/01/2021, 15:39

RBD

Ils avaient collaboré avec les Krupps, aussi. À défaut d'être parmi les meilleurs dans un pays où la concurrence était relevée, ils étaient assez passionnés pour se reformer quand le revival Thrash est arrivé.

23/01/2021, 14:57

Moshimosher

La lecture de ces runes ne me semble pas très orthodoxe... pas inintéressant mais ça ne me semble pas si folk que cela... même si ce n'est pas complètement hors-sujet non plus...

23/01/2021, 14:41

Moshimosher

Ah... la douceur d'occire ! Reposons En Guerre avec Memoriam ! \m/

23/01/2021, 14:05

Humungus

Hâte d'entendre tout l'album pour me faire un avis plus éclairé.Quoi qu'il en soit, la voix du Bobby me fout toujours les poils et si la galette est à l'instar de ce titre, achat obligatoire !

23/01/2021, 13:10

Humungus

!!! BOLT THROWER est mort !!!!!! !!! !!! Vive MEMORIAM !!! !!! !!!

23/01/2021, 13:02