Blossom & Plague

Timechild

01/09/2023

Mighty Music

inattendue, le style préférant de loin s’étirer le plus possible pour étendre les muscles de sa technique. Mais les danois n’ont jamais fait les choses comme les autres. Alors, il n’est guère étonnant de prendre acte de la brièveté du deuxième album de TIMECHILD, qui depuis deux ou trois ans s’affirme comme le grand héritier de la cause progressive.

Mais un Progressif différent. Plus lourd, plus mélodique, plus…nordique. Après nous avoir séduits via And Yet It Moves, premier longue-durée intelligent et souple, les danois reviennent pour une seconde moisson, visiblement supérieure en quantité et qualité à la première. Ce qui en dit long sur le pouvoir de séduction de ce Blossom & Plague, joyeusement distribué par la référence Mighty Music, et multipliant les œillades énamourées aux fans d’un Heavy Metal classieux mais agressif.

Anders Folden Brink (guitare/chant), Birk (guitare/chœurs), Martin Haumann (batterie) et Daniel Bach (basse/chœurs) ont donc capitalisé sur l’expérience acquise lors de concerts avec des pointures nationales et internationales (Jesper BINZER, THUNDERMOTHER et ARTILLERY, pour quelques exemples), pour proposer un disque réfléchi mais sincère, mélodieux mais puissant, violent mais délicat, entre des nuances harmoniques oniriques, des allusions à un Rock Progressif des années 70, mais aussi au Heavy Metal des années 80. Le meilleur des mondes ?

Plus que ça, un monde à part.

TIMECHILD est l’exemple type de groupe de Metal progressif à refuser les convenances et les figures imposées. Ne vous attendez donc pas à de longues digressions de virtuoses en manque de conservatoire, mais bien à de véritables chansons qui unissent OPETH, DREAM THEATER, PORCUPINE TREE, et quelques autres moins connus pour accentuer l’individualité.

Impeccablement produit, mixé et masterisé par l’immanquable Soren Andersen (Glenn HUGHES, Phil CAMPBELL, Jesper BINZER), Blossom & Plague pousse avant de pourrir sur pied, offre des fleurs vénéneuses mais terriblement belles, et illustre avec beaucoup d’à-propos le cycle vie/mort/renaissance, le tout dans une configuration de groupe de Rock classique. Pas la moindre des gageures à relever, mais les danois ont conscience de leurs qualités, sans pour autant fanfaronner.

Il y a d’abord la voix magique et paisible d’Anders Folden Brink. Gardant ses tonalités fermement sous le coude, et lâchant ses riffs les plus emphatiques (« Hands of Time » petit diamant monté sur une bague en or), le frontman domine de la tête et du manche cette entreprise protéiforme, sans forcer, sans chercher les compliments, juste en chantant d’une voix forte et juste.

Il y a ensuite la rythmique fine et précise de Martin Haumann et Daniel Bach. Entre percussions sobres mais tribales, beat planté avec une régularité de métronome, silence intelligents et reprises énergiques, le tandem s’arroge le titre de fondation solide d’une bâtisse à moitié Victorienne et à moitié chaumière de campagne pour voyageurs en pèlerinage.

Et puis, il reste le talent hors-norme du soliste Birk, toujours prompt à dégainer un lick mélodieux et suave, avant de trancher dans le vif d’un riff assassin que personne n’attendait. Ces quatre musiciens, une fois réunis, prouvent que l’osmose est l’élément le plus important pour parvenir à créer une musique personnelle et inimitable. On le sent dès les premiers morceaux, et jusqu’à la fin de l’album, qui jamais ne s’égare malgré ses tendances au métissage.

Si OPETH et Neal Morse sont les deux noms qui reviennent le plus souvent au moment d’établir des comparaisons, TIMECHILD finit par imposer le sien, qui suffit amplement à justifier plusieurs écoutes attentives. Et en termes d’écoutes répétées, Blossom & Plague passe tous les tests haut la main, en faisant appel à une certaine nostalgie Folk des années 70, transposée en langage de Rock évolutif de la même décennie. De fait, le quatuor est un peu décalé dans la production actuelle, ce qui souligne avec beaucoup de pertinence « The Sign », pénultième titre d’un album parfait.

Un chant soutenu par des chœurs pastoraux, des cassures placées idéalement, pour un voyage dans la campagne danoise un petit matin d’automne.

Mais tout album digne de ce nom se doit de terminer son histoire avec le chapitre le plus épique. Et c’est exactement ce que TIMECHILD a fait, en laissant son imagination vagabonder le temps d’un « Only Our Shadows Remain » sublime et délicat, entre acoustique cristalline et distorsion puissante. Cet épilogue permet de rester sur une impression de plénitude, comme si le groupe avait bouclé la boucle sans se perdre en route.

C’est une chose rare et précieuse que de tomber sur un disque de Metal progressif qui n’en fait pas trop, ni trop longtemps. Ce qui est assurément le cas de ce magnifique Blossom & Plague, éveil à la beauté de la nature tout en restant lucide sur le caractère revanchard d’une planète qui risque de nous expulser assez rapidement.

      

 

Titres de l'album :

01. The Dying Tide (Part 1)  

02. The Dying Tide (Part 2)  

03. The Dying Tide (Part 3)  

04. Call of the Petrichor        

05. Hands of Time     

06. Buried in Autumn

07. The Sign  

08. Only Our Shadows Remain


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 06/09/2023 à 17:12
88 %    170

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report

1984

mortne2001 10/01/2024

From the past

SÉLECTION METALNEWS 2023 / Bonne année 2024 !

Jus de cadavre 01/01/2024

Interview

Show No Mercy

mortne2001 03/12/2023

From the past
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
senior canardo

je suis entré dans la file d'attente 122000eme ....j'ai fermé l'onglet et choppé mon pass pour le ThroneFest ;)

21/02/2024, 09:33

LeMoustre

Pas mal du tout. En effet Whiplash rôde.Beau papier aussi lol la phrase des vautours, excellent.Merci

20/02/2024, 07:31

LeMoustre

Comme d'habitude agressif et sans surprise. Immuable.

20/02/2024, 07:28

Badinter en enfer

oui

17/02/2024, 22:18

Bong Joon Whore

wow Badinter en enfer, c'est David?

17/02/2024, 16:16

Benstard

Méchante ambiance. 

17/02/2024, 14:19

Benstard

Méchant son de basse et simpa les soli. Ça groove en mode papi. Mais c'est cool qu'ils continuent. 

17/02/2024, 14:16

je te pisse dans le cul, ça fait un bubble tea

Groupe de boomers avec des tarifs pour boomers. Les mêmes qui viendront chialer que les légumes, c'est cher et chouiner que le prix de l'essence augmente.

17/02/2024, 07:08

Bille Baroud

Si la musique est toujours aussi bien pour un vieux groupe, genre dont il ne reste pas tellement de représentants pour assurer, tant pis pour l'artwork, je crache la thune.

16/02/2024, 20:36

Tourista

Humungus, t'es fan d'AC/DC et de coquillettes ?  

16/02/2024, 17:49

Saddam Mustaine

Faut payer l'ehpad du père Brian 

16/02/2024, 16:39

Humungus

"84 euros la dragée"...Si seulement...152,85 € le bifton en ce qui me concerne.J'avoue que ça pique un chouille bordel... ... ...

16/02/2024, 13:02

Badinter en enfer

D'un coté, si ça fait chier les sacs à merde parasitiques comme Valnoir ou Fortifem, je suis 1000% à fond pour l'usage de l'IA. Le problème, c'est que ça impacte aussi les artistes honnêtes et qui ne se servent pas leur activit&e(...)

16/02/2024, 06:10

Buck Dancer

Très bon ! (par moment ça me fait penser à Pantera, A New Level) 

16/02/2024, 05:15

Solitary Sabred

Merci, thanks for the support!!

16/02/2024, 05:09

Tourista

Bien sûr, les ventes physiques s'effondrent, pourquoi se casser le cul et investir ?  Ca va être simple pour bibi : IA sur la pochette, je laisse ma carte bleue à l'ombre. Technophobe ?  MMMMmmOUI.J'ai bossé modestement dans la(...)

15/02/2024, 19:46

Amer Smashed Pils

Miam miam maim ! Crado à souhait !

15/02/2024, 19:11

Jus de cadavre

@ Tourista : c'est exactement ce que je me suis dit... Quelle misère... Mais j'imagine que pour les label c'est vite vu niveau $$$ (gratos, pas de délais, etc...). Autant pour les petits groupes sans un rond je peux comprendre, mais là, merde, pour (...)

15/02/2024, 18:38

Tourista

Il va falloir s'habituer à ces pochettes de merde sous IA.   Et c'est que le bédut.Le Tricatel de l'artwork.  

15/02/2024, 18:31

Humungus

Je prends aussi !

15/02/2024, 06:49