Eye Of The Storm

Mean Streak

31/07/2020

El Puerto Records

La Suède de nouveau à l’honneur par le biais d’un de ses plus nobles représentants, et il n’est guère étonnant de constater que le groupe du jour est soutenu par une structure allemande, tant sa musique se rapproche terriblement des plus grands années germaines d’un Power Metal de première classe métallique. Les MEAN STREAK continuent donc leur parcours au long cours, et reviennent trois ans après Blind Faith hanter nos nuits de leurs histoires fantastiques sur fond de Metal fantasque et magnifique. En moins de quinze ans d’existence, le groupe a donc eu le temps de publier pas moins de cinq longue-durée, tous aussi impressionnants les uns que les autres, et ce dernier né n’entachera pas la réputation du quatuor de Skövde, tant il s’ingénie à poursuivre la voie de la majesté dégagée dès Metal Slave, au titre qui en disait long sur la dévotion de ces chevaliers. En confiant le mixage d’Eye Of The Storm au vétéran Max Norman (OZZY OSBOURNE, MEGADETH, LYNCH MOB, Y&T), les suédois ont fait le bon choix pour accentuer encore plus la patine old-school de leur cinquième effort, et on sent dès « Last Nail in the Coffin » que l’envie d’en découdre était proportionnelle aux trois années d’absence entre les deux derniers LPs. Toujours aussi en adéquation avec leur philosophie old-school, les quatre musiciens (Andy La Guerin - guitare/chant, Julian Eriksson - guitare, Peter Andersson - basse et Fredrik Skold - batterie) louvoient entre les différentes inspirations des années 80, passant sans vergogne mais avec logique d’un Heavy Metal à l’allemande très crédible à un Hard Rock plus nuancé et typique du nord de l’Europe, pesant toujours le pour et le contre entre la solidité rythmique et la fluidité mélodique,  ce qui leur permet des grands écarts assez impressionnants. Mais ce qui l’est encore plus, c’est cette qualité de composition qui permet aux musiciens de jouer avec les poncifs pour les transformer en moments de gloire, et avec Eye Of The Storm, les suédois franchissent encore un cap susceptible de faire d’eux les nouveaux monstres de la tradition scandinave.

Pas grand-chose n’a changé pourtant depuis les débuts, si ce n’est ce souci du détail qui obsède les MEAN STREAK jusqu’au plus infime des arrangements. Tout est ici peaufiné à l’extrême, sans que la sauvagerie n’en soit atténuée, et le défilé des titres pendant cinquante minutes nous permet d’assister à un défilé d’inspirations mises à profit d’une créativité classique incroyable. En deux morceaux parfois successifs, les suédois peuvent faire émerger des images totalement différentes, et si « Sacred Ground » rappelle de son énergie diabolique et de ses mélodies hystériques l’OVERKILL de « Wrecking Crew », « Dying Day» se rapproche d’une version ANGRA du LED ZEP de « Kashmir », sans que l’écart entre les deux compositions ne pose le moindre problème. Vu d’ici, on pourrait faussement penser que les suédois ne sont que d’habiles recycleurs de formules éprouvées par le temps et les artistes plus fondateurs qu’eux, et pourtant, il émerge de leur musique quelque chose de terriblement personnel qui les rend plus attachants que la plupart des traiteurs old-school qui inondent le marché de sous-produits faisandés. Est-ce cette façon de sauter du coq Heavy à l’âne Power Metal ? Est-ce cette propension à proposer un Hard-Rock vraiment catchy sous des atours plus durs que d’ordinaire ? Est-ce aussi cette incroyable compétence dans le classicisme qui leur permet d’imposer des refrains accrocheurs sans vendre leur âme au business du Heavy Pop habituellement proposé en Suède ? Peut-être un peu tout cela, et surtout, des compétences individuelles plus que notables, avec en exergue une bordée de nouveaux hits qui vont faire un malheur lors d’une prochaine tournée. Pour exemple, le terriblement lourd « From the Cradle to Grave » sonne comme l’intro parfaite d’une prestation scénique haute en couleurs, avec son tempo martelé comme un leitmotiv ACCEPT et sa mélodie scandée comme un slogan GAMMA RAY/HELLOWEEN.

Les riffs sont évidemment très formels, mais les soli qui en découlent déclenchent un feu de forêt qu’un canadair rempli à ras-bords ne saurait éteindre, et le talent de Julian Eriksson en lead est toujours aussi incontestable, à mi-chemin entre Andy LaRocque et Glenn Tipton. Et si l’influence de JUDAS PRIEST peut parfois se faire sentir au détour d’un « Heavy Metal Rampage » aussi clouté qu’une casquette de Rob Halford, le compromis trouvé entre Heavy factuel et Hard éternel est le bon, et parfois, le groupe ose même jouer le modernisme plus prononcé, sans faire la moindre concession aux modes. « 1000 Years » sonne donc plus actuel que le reste du répertoire, avec son riff noir symptomatique des nineties, et le chant incroyablement lyrique d’Andy La Guerin autorise le combo à se frotter aux aspects les plus oniriques d’un Metal symphonique, sans tomber dans les travers grandiloquents et larmoyants du genre. Ici, le décorum n’est pas en carton-pâte, mais bien en véritable acier, en marbre, et tous les épisodes de cette nouvelle saga nous entraînent aux confins d’un monde mystique et merveilleux à la fois, que les chevaliers dégainent leur épée avec force et honneur (« Stand my Ground »), ou qu’ils chargent sur leur monture pour venir à bout d’un ennemi condamné à être terrassé (« Eye of the Storm », mix entre PRETTY MAIDS et IRON SAVIOR). Aucune limite admise par les musiciens donc, si ce n’est celle d’une qualité toujours constante, et il est sidérant de constater qu’avec déjà quatre albums sous le coude, le quatuor est encore capable d’avancer sans puiser dans ses réserves.

Certes, quelques moments évoquent des facilités de pilotage automatique purement 80’s (« Break the Limit »), mais globalement, ce cinquième tome des aventures de MEAN STREAK fait partie des plus grands achèvements d’un Heavy Metal qui n’a de cesse de prouver qu’il est toujours bien vivant. Des suédois qui jouent comme des allemands qui se prennent pour des suédois, voilà qui n’est pas banal, mais qui ose le meilleur des deux mondes en évitant les clichés les plus prononcés des deux peuples.        

   

Titres de l’album:

01. Last Nail in the Coffin

02. From the Cradle to Grave

03. Heavy Metal Rampage

04. Sacred Ground

05. Dying Day

06. Judas Falling

07. 1000 Years

08. Stand my Ground

09. Eye of the Storm

10. Break the Limit

11. Pandemonium


Facebook officiel


par mortne2001 le 09/03/2021 à 17:26
80 %    293

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Insanity Alert + Sekator + Detoxed

RBD 01/12/2022

Live Report

Fleshcrawl + Disfuneral + Median + Nebulizar

Simony 23/11/2022

Live Report

Frustration + Verdun

RBD 22/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : live SAMAEL 1990

Jus de cadavre 20/11/2022

Vidéos

The Cure + The Twilight Sad

RBD 17/11/2022

Live Report

Sepultura + Sacred Reich + Crowbar

RBD 12/11/2022

Live Report

European Tour 2022

Simony 02/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : les flyers

Jus de cadavre 30/10/2022

Vidéos

Alcest + Rïcïnn

RBD 26/10/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Father Merrin + Cleaver + Prypiat 10/12 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)
Lying Figures + Mourning Dawn + Lux Incerta 10/12 : Le Klub, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Gautier

Bien réalisé mais je supporte pas sa voix...   

06/12/2022, 07:16

Sadam Mustaine

Je filme toujours une ou deux chansons en live puis je range et je profite et j'essaye de me foutre aux barrières 

05/12/2022, 18:48

JTDP

C'est vrai que ça fait bizarre tout ces téléphones...L'effet est peut-être aussi démultiplié par le fait que ce soit et l'intro et la conclusion du concert... Et ce qui est amusant c'est que, paradoxalement, c'est grâce &agra(...)

05/12/2022, 00:02

NecroKosmos

Idem. Un grand homme. Et un dernier album formidable.

04/12/2022, 16:08

NecroKosmos

Voici la raison pour laquelle je ne fais presque plus de concerts. Les téléphones portables à perte de vue qui te gâchent la tienne. Et qui foutent l'ambiance en l'air...

04/12/2022, 16:06

Jus de cadavre (pas log)

Je trouve effectivement que le chant d'Anselmo est très bon. Meilleur qu'avec Down même ! Musicalement ça tient grave la route aussi. Heureux de voir que Wylde ne pourri pas tout avec du shred à gogo (comme il le faisait avec Ozzy ou encore pire avec BLS).(...)

04/12/2022, 14:49

Humungus

Soirée chez un pote hier...Visionnage en after ce matin de tout ça : GDB mais smiley prévisionnel (cf. fests d'été).Et effectivement, le coup des portables, c'est plus que flagrant et dérangeant...

04/12/2022, 14:37

Dédé

Oui ils feraient mieux de profiter du concert . Du coup l'ambiance est moindre . C'est comme ça maintenant il faut s'adapter, il fut un temps où t'aurais même pas oser sortir ton téléphone sinon ça finissait en miettes dans la fosse&nbs(...)

04/12/2022, 12:31

Buck Dancer

J'étais peu concerné par cette "reformation" mais j'avoue que, apparemment, ça le fait bien. Anselmo a l'air en voix et le groove est là. Par contre horrible tout ces téléphones. On voit que ça, aucune vie dans (...)

04/12/2022, 12:08

RBD

Je connais le groupe depuis longtemps, sans être un intime. Simony a visiblement pris la peine d'exhumer la première version nommée "Doors of No Return" pour bien saisir l'apport de ce réenregistrement sous un nouveau nom.L'aspec(...)

03/12/2022, 14:34

Tak

Je viens de lire cet énorme pavé et c'est du très beau boulot, sérieux et documenté : un grand bravo au rédacteur !Quelques albums que je connais dans le lot (rhaaa enfin quelqu'un qui estime les excellents Defiance à leur juste va(...)

03/12/2022, 11:50

Humungus

Toujours émouvant pour moi de revoir Lemmy à cette période de sa vie...

03/12/2022, 10:51

Kenlemortvivant

Ça se voit ! 

03/12/2022, 07:24

RBD

Toujours avec une illustration par Luisma, le guitariste de Haemorrhage. 

02/12/2022, 13:17

Jus de cadavre

Je ne connaissais pas du tout ce groupe français... Eh ben, quelle baffe ! C'est super bien fait et la production (même si ça a été remasterisé) est juste excellente pour l'époque ! Comment un tel truc n'a t-il pas eu plus de succ&egr(...)

02/12/2022, 12:36

Gargan

Typiquement moi le vendredi soir

02/12/2022, 07:04

Arioch91

@metalrunner : Du megadeth pas renversant chanté par James.

30/11/2022, 19:57

RBD

C'est vrai que ce riff Speed-Thrash passerait bien chez Megadeth sans le chant. Mais je ne me mets pas du tout à rêver d'un album entier bien pêchu, c'est juste un premier extrait. Le concept du double concert avec premières parties différentes est (...)

30/11/2022, 16:02

Humungus

metalrunner + 1 hé hé hé...Plus sérieusement (quoique...), le post de Jus de cadavre aurait pu être mien.

30/11/2022, 09:51

Sadam Mustaine

Depuis 25 ans c'est une blague.Du moins Metallica est un monstre du Métal en se reposant sur 10 ans de sa vie et 5 albums.Depuis 25/30 ans et les cheveux courts c'est même pas digne d'être top 50

29/11/2022, 21:12