Il n'était pas prévu que je sois présent à ce concert. Monté ce weekend à Paris pour des raisons extramusicales et me trouvant libre ce soir, l'idée me vint naturellement de regarder ce qui passait. Le reste allait ensuite de soi, même si je n'ai jamais suivi VOÏVOD que d'assez loin et que je vous offrirai donc un regard moins pénétrant que celui d'un Mortne2001.

Direction donc le Petit Bain, malgré la petite bise courant le long du quai de la Gare (en face du quai de Bercy). Comme beaucoup savent certainement, une fois dans la cale plus rien ne rappelle que cette petite salle est en réalité un bateau amarré, à part un discret hublot donnant sur le fleuve. En plus la bière était encore moins chère qu'au tarif happy hour. Si le public était typé Metal, les vieux thrashers n'en formaient qu'une partie aux côtés de vestes à patches et t-shirts plus contemporains.


L'actualité avait été douloureusement marquée quelques jours auparavant par le décès d'un membre de Voight Kampff qui devait initialement assurer l'ouverture du set. D'autres Bretons prenaient la relève dans un style plus direct. Les clous et les chevelures d'HEXECUTOR annonçaient bel et bien un Thrash old-school primaire et agressif dans le sillage de Destruction, Sodom, Slayer, Hellhammer et Venom. J'ai vite apprécié cet exercice de style balisé impeccablement rempli : le tempo rapide dévalait en totale maîtrise, les compositions homogènes ménageant quelques ralentissements dont les riffs arrivaient en accord avec les galopades précédentes. Un titre fut naturellement dédié au défunt. Les vocaux déraillaient systématiquement dans les pires aigus, mais le Speed Thrash a l'avantage que cela y passe bien mieux que dans tout autre style. Il me parut injuste que le public reste si réservé sans lancer le pit, se contentant de hocher du chef ou d'un bras. De toute façon n'importe quel fan de Metal extrême, où qu'il se situe précisément, ne peut qu'aimer un minimum ce genre ne serait-ce qu'en live, sous peine de déchéance.


J'eus une brève émotion en allant faire la vidange, non pas directement dans la Seine par-dessus bord mais dans les waters prévus à cet effet. J'y aperçus un autocollant de l'Eko des Garrigues, radio libre emblématique de mon Bas-Languedoc depuis plus de quarante ans.


Avec Suicidal Angels ou Exarsis plus récemment j'abordais BIO-CANCER en étant déjà convaincu que les Grecs s'y connaissent très bien en Thrash AOC. Après une pompeuse intro symphonique de cinéma, ces Athéniens ont servi une recette différente de leurs compatriotes, beaucoup plus Américaine avec quelques chœurs sur des passages brefs fortement influencés par le Mosh à la MOD. Le son un peu plus ample, la pochette de Bouzikov façon Repka arborée en fond de scène étaient plus typés que les t-shirts portés par les membres suggérant des influences plus diverses. Avec les solos de guitare, je songeais à du Death Angel ou du Toxic Holocaust. Quelques courageux tâchèrent d'animer péniblement la fosse, ne parvenant qu'à l'élargir. Au moment où quelques longueurs auraient pu se laisser sentir, des riffs plus mélodiques à la Megadeth surgirent et redonnèrent de l'intérêt à un spectacle globalement au point. Seul un léger manque d'originalité réelle parmi la masse du revival Thrash devrait être concédé à charge, au terme d'un set d'environ trois gros quarts d'heure.


Comme on sait, les vétérans Québécois de VOÏVOD n'ont pas de fans mais de véritables adorateurs très fidèles, depuis des lustres pour la plupart d'entre eux. Au milieu de cette masse soudainement compactée j'abordai le set avec une certaine humilité, comme le parent éloigné invité à la fête familiale. Car c'en était une, pour les trente-cinq ans du groupe et le nouvel album. Snake traitait naturellement l'assemblée en "cousins" en employant bien entendu la langue de Gilles Vigneault pour communiquer. La force de ce lien avec les fans tient beaucoup à la forte personnalité esthétique du groupe. Notamment, ces dessins simples mais chargés à gros traits aux couleurs rosâtres, œuvres du batteur Away assis juste en-dessous, qui étaient projetés sur la toile de fond. Ces thèmes alternant entre SF et monstres issus de l'imagination d'un enfant qui aurait lu Lovecraft bien trop tôt pour son âge ont lentement essaimé à travers la scène, depuis cette époque où apparaissait beaucoup plus au sud-ouest le Thrash Bay-Area.

La programmation alterna dès le départ les "tunes" du disque nouveau-né, leur bébé, et titres plus anciens. Les uns et les autres étant acclamés en totale équité, car les adeptes de Voïvod sont décidément amoureux comme au premier jour. Pour avoir vu pas mal de vieux groupes à ce jour, je peux dire qu'un tel niveau de communion n'est pas courant. Cette complicité se traduisait par une interaction remarquable, les airs de joyeux anniversaire enchaînant avec les blagues qui fusaient de la fosse dans les moments d'apaisement. Et encore bien évidemment par la fosse enfin agitée malgré la densité, et les stage-divings. L'un d'entre eux, en fin de concert, rentra grossièrement dans le nez de Snake qui sembla avoir assez mal mais qui tint bon.

Musicalement, la singularité du groupe demeurera pour jamais très forte, par ce Thrash aux compos d'une complexité inhabituelle, qui contribua largement à enraciner le goût de la technique dans le Metal extrême naissant. Demandez à Vektor, de nos jours, ce qu'ils en pensent. Si le son pourrait paraître daté sur les versions album, la guitare tenue actuellement par Denis Mongrain et le chant toujours assez naturel de Denis Bélanger préservent la subtile texture Rock traditionnel que j'ai toujours cru déceler au fond de ce groupe. Comme pour confirmer, une brève reprise de "House of the Rising Sun" fut esquissée parmi les joyeuses improvisations suscitées par tant de bonheur partagé. Également, ce titre intéressant issu du nouvel album présenté comme Punk et Psychédélique, qui rappelait la force de l'influence déterminante bien que non évidente du Rock progressif de l'Âge d'Or sur l'œuvre imposante dont Snake et Away veillent à préserver l'esprit des origines avec l'aide des deux plus jeunes. D'ailleurs la présentation des membres du groupe à l'Américaine, quand la fin du set approchait, inclut un hommage court mais émouvant à Denis d'Amour, "Piggy", le guitariste disparu il y a treize ans. Un vieux titre fut accordé en rappel avant un long salut clôturant un set d'une heure vingt environ.

Sans pouvoir me prévaloir de la passion et de la connaissance approfondie du répertoire qui peuvent porter l'expérience d'un concert à un rare niveau d'intensité, on pouvait particulièrement bien observer tout cela autour de soi et y communier en bonne partie. La musique, c'est magique.


par RBD le 06/10/2018 à 07:29
   407

Commentaires (6) | Ajouter un commentaire


Nubowsky
@81.64.175.10
06/10/2018 à 10:34:09
Merci !

Jus de cadavre
membre enregistré
08/10/2018 à 07:25:59
Merci RBD ! Une bien belle affiche ! Content que tu ai vu sur scène les compatriotes d'Hexecutor ;)

Hoagie
@88.165.39.220
09/10/2018 à 23:20:51
En effet, très bonne soirée, avec en plus la surprise d'avoir croisé RBD !
Deux premiers groupes sympas, mais un peu sabotés par un son de basse vrombissant qui couvrait les rythmiques et une bonne partie des solos - problème qu'on ne rencontrera heureusement pas sur la tête d'affiche.
Voivod était en forme et visiblement heureux d'être là, la set-list était bonne (j'était bien content d'entendre "Into My Hypercube" et "Lost Machine" en live), les morceaux récents sont à la hauteur des anciens. Daniel Mongrain est le successeur parfait de Piggy et Snake assure encore. Rien à redire !

Jefflonger
membre enregistré
10/10/2018 à 09:40:09
joli

Humungus
membre enregistré
15/10/2018 à 16:40:42
Et bien rassures-toi RBD, ton report est à peine "moins pénétrant que celui d'un Mortne2001"...
Vraiment...
Bravo donc.

mortne2001
membre enregistré
16/10/2018 à 18:38:15
Hé mais faut arrêter les gars, j'ai pénétré personne moi vous me prenez pour qui? :)

Ajouter un commentaire


Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.


Ce que je voulais dire, c'est que MGŁA n'apporte rien de plus en live par rapport aux enregistrements studio. Le boulot est fait, les riffs sont bons et, même si je ne connais pas toute leur discographie, j'apprécie généralement leur musique. Mais sur scène, je n'y trouve pas de sursaut d'inte(...)


Vu en 2013 au Luxembourg.
Souvenir malheureusement mitigé :
Super heureux de voir et entendre ce putain de groupe pour la toute première fois sur scène.
Mais déception totale d'avoir l'obligation d'être assis à un concert (c'était la toute première fois que cela m'arrivait (...)


Très surpris de lire que MGLA ait désormais "un public familial"...
Cela fait très longtemps que je ne les ai pas vu en live (à vu de nez je dirai qu'il y a 7 ans), mais je peux vous dire qu'à l'époque, c'était très loin d'être le cas.
Quoi qu'il en soit, groupe que perso j'ador(...)


Nous tenons là la surprise de l'année ! Un des plus grands vocalistes extrêmes sortant un opus solo, là j'en tombe de ma diabolique chaise ! Le tout a l'air bien bien barré en plus : j'adore.


Aie la pochette !!!! Ça sent pas le death metal ça....Akerfeltd doit vraiment se forcer sur scène pour jouer les vieux morceaux.
Enregistré l'an dernier et sort qu'en automne ?


"Kickback reviens ! Ils sont devenus tous mous..."


@Sphincter : ah bah mec ton com fait plaisir à lire ! Autant je ne suis pas un adepte du pit à tout prix autant, quand tu dis que les gens se prennent trop au sérieux, c'est tellement vrai ! Genre si ça se met à bouger un peu trop selon certains dans la fosse, tu as l'impression d'être une bê(...)


Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).