D’emblée, un groupe de Saint-Pétersbourg qui choisit de s’aligner sur un Death Grind empreint d’influences extraterrestres comme le Slamminggutturalbrutaldeathcore ou l’Electro-house à tout pour me plaire, en admettant que l’humour de situation ne dissimule pas une pauvreté de ton. On le sait pertinemment, la gaudriole est souvent le paravent idéal cachant un manque d’inspiration, mais lorsque la cocasserie se décuple d’un potentiel musical certain, l’épiphanie n’est jamais très loin…Fondé en 2001 en tant que one-man-band, ZOEBEAST est au fil des années et de l’expérience devenu un véritable groupe, mené en trio (ZDRCSD - basse/chant, ENOT - guitare et Proffessor - batterie), qui s’est permis de parsemer son histoire de quelques réalisations notables. On compte donc les petits bouts de pain sur le chemin nous ramenant à leur grotte, disséminés sous la forme de trois démos initiales (Incarnated Dreams en 2003, Full Of Life en 2006 et Unexpected Youth Pathology en 2007), d’un premier longue-durée assez remarqué (Vengeance Z-Squad en 2009), d’un second en 2013 (Gore Dancefloor), et de quelques petits trucs depuis, en format très court, avant de revenir enfin en 2018 version éponyme, histoire de bien affirmer leur identité. Quelle est-elle ? Celle d’une assemblée de joyeux drilles qui ne confondent pas pantalonnade échevelée pour crétins décérébrés et biberonnés à la bière bon marché et boutade bruitiste qui avance les arguments de son mauvais goût. Car ici, le mauvais goût du bon goût est un concept élevé au rang de dogme inaltérable, et Zoebeast de nous prouver qu’en fédération de Russie, on sait aussi bien rigoler que picoler, et manier son instrument autrement que pour aller pisser.

Se revendiquant d’influences aussi homogènes que disparates (NAPALM DEATH, BIRDFLESH, S.O.B.), les trois bargeots font donc un barouf d’enfer, mais n’oublient pas le second degré au passage. Celui-ci s’articule autour d’intermèdes assez plaisants, Punk la plupart du temps, mais aussi joyeusement WTF (« Station », et son intro digne de Teletubbies surgonflés au soda et aux programmes débiles), parfois subtilement rock n’roll (« Incredible Chilean Adventure », qui démontre que les trois oiseaux savent aussi se débrouiller une fois le courant branché), ou Heavy Gore dans la grande tradition du genre (« Disco At The Village », final qui laisse la bouche ouverte et qui évoque avec parcimonie furieuse les IWRESTLEDABEARONCE ou nos CinC nationaux), mais aussi d’un corps de travail articulé autour d’un Death paillard, gentiment Grind par moment, mais se reposant la plupart du temps sur des attaques de riffs en masse propulsés par une basse qui jamais ne trépasse. De la gravité donc dans la légèreté, et une façon de concevoir l’extrême par le bout le plus fun de la lorgnette. Ici, on est Gore parce qu’on adore, on fout le bordel comme on sort les poubelles, mais on joue, et on ne se contente pas de substituer aux chansons de vagues pochades pour allumés un peu bourrés. D’ailleurs, quand la machine se met en route, elle broie tout sur son passage, mais donne quand même méchamment envie de danser et de headbanguer, en lâchant des thèmes faciles à mémoriser, qui se transforment évidemment souvent en délire organisé (« Ordinary Issue », son lick gluant comme un chewing-gum entre les dents, et son chant dédoublé gentiment porcin mais pas méchant).

Pas forcément indispensable dans le fond, mais délirant dans la forme, suffisamment pour sourire en grimaçant, et pour tout détruire en s’amusant. La référence des BIRDFLESH est sans doute la plus pertinente, même si les amis russes se servent de leur propre scène pour avancer. C’est souvent redondant, parfois répétitif, mais toujours séduisant, comme un comique de répétition qui tire plus sur la blague cradingue que sur le boulevard et l’amant mort dans le placard. Et comme en plus, les morceaux sont assez courts pour ne pas devenir lourds, on se prend au jeu, et on attend le prochain gag entre deux riffs vicieux (« Last Package ») et deux clins d’œil libidineux (« Captain Tutune »). Les allusions sont parfois finaudes, et les français que nous sommes peuvent se sentir concernés par quelques réminiscences de leur passé (« Jaques Chirac Ugaren on Musique »), tout en moshant comme des damnés sur des passages violemment accrocheurs et exposés (« Andreika », sorte de Crossover entre le Folklore local et le Crust/Thrash global). Inutile donc de sortir les balalaïkas pour tenter de séduire les babouchkas, ici, on galope, on dérate et on cavale comme une antilope (« Electric »), sans s’appesantir sur une romance quelconque qui ne procurera de toute façon aucun plaisir. C’est méchant sans être vraiment bête, mais c’est assez stupid n’Death pour sniffer les fonds de pantalon, tout en gardant parfois prise avec la réalité exigeante d’un extrême qui réclame quand même sa dime de dépendance (« Harvesters Of Souls », le plus long du lot, qui cumule assez d’idées pour qu’on respecte ces idiots). En gros, une jolie leçon de Death n’Grind léger mais séduisant, grossier mais avenant, malpoli mais attendrissant, pour une cure d’exotisme brûlant venant d’un pays au climat glaçant. Rigolo et futile, et donc indispensable et volubile.   

          

Titres de l’album:

                       1. Ordinary Issue      

                       2. Spice          

                       3. Incredible Chilean Adventure      

                       4. Last Package         

                       5. Captain Tutune     

                       6. A Ghost     

                       7. Station       

                       8. Andreika   

                       9. Electric      

                      10. Harvesters of Souls         

                      11. Dr. Foodfuck      

                      12. Jaques Chirac Ugaren on Musique         

                      13. Rubbing Corpse I Feel No Fear 

                      14. Disco at the Village

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 14/06/2018 à 18:10
70 %    181

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Demonic

Rise from Chaos

Avast

Mother Culture

Languish

Unworthy

Airrace

Untold Stories

White Coven

Overseas

Exxxekutioner

Death Sentence

Peacemaker

Concrete and Terror

Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

W.m.d.

Lethal Revenge

Sick of It All + Black Knives

RBD / 16/11/2018
Hardcore

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

+ Sick Of It All + The Worst Doubt

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Napalm Death

25/11 : Antipode, Rennes (35)

Photo Stream

Derniers coms

Bah putain !
SUNN O))) à Nancy !?!?
Incroyable et génial ça !!! !!! !!!


Le genre d'affiche qui me vend du rêve à plein tube...


Bravo Metalnews...
Par votre faute, sans même avoir écouté l'album, je me suis déjà précommandé le coffret.
C'est malin !


Ça va peut-être (enfin) ouvrir l'esprit à bon nombre d'entre vous (enfin j'espère). L'initiative de vous l'imposer tout cuit dans le bec vous aidera au mieux à entendre de nouvelles sonorités, ça changera à vos oreilles.


A noter que des pass promo sont d'ores et déjà en vente pour les 4 jours.
Concernant l'affiche, j'étais à la conférence de presse, et Yann a précisé que du coup le site en serait modifié (ils attendent entre 10 et 13 000 personnes le jeudi) avec notamment une Dave Mustage dont l'ouver(...)


Mouais...
Cela ne me surprend guère en fait.
Les Bretons (comme beaucoup d'autres) aimant encore bien en faire des tonnes sur l'identité régionaliste...
Quoi qu'il en soit, musicalement, je trouve l'idée de l'ajouter à l'affiche géniale en soit.


C'est un truc de fou là... étrange mais taré ! Alan Stivell au Motoc !


Comme LeMoustre, fort agréablement surpris par cet album.


Hé hé hé !
On se croirait au bon vieux temps de VS bon dieu de dieu...
Rien que pour ce merveilleux retour dans le passé, merci Meloman.


Excellent mec, merci !


Depuis le temps que j'entends parler de New noise (et très souvent en bien) va falloir y jeter un coup d'oeil quand même... merci pour les coms !


Pas totalement metal, mais New noise est pour moi le seul bon mag aujourd'hui. De part sa ligne éditoriale ( même si on retrouve toujours un peu les mêmes groupes avec le temps) et dans lequel on retrouve souvent des dossiers ou interviews ( d'anciens de la scène, boss de label...) vraiment int(...)


Impeccable papier qui, avec un avis sur un autre site couplé à l'écoute de cet extrait, a dévié très vite vers une commande sur le site du label.
Au passage, bien vu les différences entre thrash/death et l'inverse. ici, c'est bien du thrash/death, et l'affiliation avec Scott LaTour (In(...)


C'est ça, ou faut aller sur les fanzines qui arrivent à subsister, fait par des fans pour des fans, chacun pourra trouver chaussure à son pied sur les différentes distros disponibles. Snakepit et ses ersatz (dont le Français Metal Titans au passage) dans plein de genres sont là pour ça. A un (...)


Totalement d'accord avec toi LeMoustre pour le coup. La seule chose qui m'intéresse encore dans les magazines c'est les itw pour la raison que tu donnes. Aujourd'hui y a plus vraiment de mag (metal) qui propose de bonnes chroniques... ou du moins des chroniques un peu développées. Parce qu'en 10 (...)


Sur les chroniques, et leurs vérités assénées comme étant la divine parole. ce qui est intéressant en itw avec ce type de mag, c'est qu'ils ont souvent l'artiste en face, ou au tél, alors que les fanzines/webzines c'est plus par mail, empêchant tout rebond intéressant à un propos précéde(...)


Ca c'est la bonne nouvelle du jour. Le dernier triple album était excellent.
A noter que le label finlandais Svart Records va rééditer tous les album de Swallow the sun en vinyl et ça c'est cool ;)


Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.