D’emblée, un groupe de Saint-Pétersbourg qui choisit de s’aligner sur un Death Grind empreint d’influences extraterrestres comme le Slamminggutturalbrutaldeathcore ou l’Electro-house à tout pour me plaire, en admettant que l’humour de situation ne dissimule pas une pauvreté de ton. On le sait pertinemment, la gaudriole est souvent le paravent idéal cachant un manque d’inspiration, mais lorsque la cocasserie se décuple d’un potentiel musical certain, l’épiphanie n’est jamais très loin…Fondé en 2001 en tant que one-man-band, ZOEBEAST est au fil des années et de l’expérience devenu un véritable groupe, mené en trio (ZDRCSD - basse/chant, ENOT - guitare et Proffessor - batterie), qui s’est permis de parsemer son histoire de quelques réalisations notables. On compte donc les petits bouts de pain sur le chemin nous ramenant à leur grotte, disséminés sous la forme de trois démos initiales (Incarnated Dreams en 2003, Full Of Life en 2006 et Unexpected Youth Pathology en 2007), d’un premier longue-durée assez remarqué (Vengeance Z-Squad en 2009), d’un second en 2013 (Gore Dancefloor), et de quelques petits trucs depuis, en format très court, avant de revenir enfin en 2018 version éponyme, histoire de bien affirmer leur identité. Quelle est-elle ? Celle d’une assemblée de joyeux drilles qui ne confondent pas pantalonnade échevelée pour crétins décérébrés et biberonnés à la bière bon marché et boutade bruitiste qui avance les arguments de son mauvais goût. Car ici, le mauvais goût du bon goût est un concept élevé au rang de dogme inaltérable, et Zoebeast de nous prouver qu’en fédération de Russie, on sait aussi bien rigoler que picoler, et manier son instrument autrement que pour aller pisser.

Se revendiquant d’influences aussi homogènes que disparates (NAPALM DEATH, BIRDFLESH, S.O.B.), les trois bargeots font donc un barouf d’enfer, mais n’oublient pas le second degré au passage. Celui-ci s’articule autour d’intermèdes assez plaisants, Punk la plupart du temps, mais aussi joyeusement WTF (« Station », et son intro digne de Teletubbies surgonflés au soda et aux programmes débiles), parfois subtilement rock n’roll (« Incredible Chilean Adventure », qui démontre que les trois oiseaux savent aussi se débrouiller une fois le courant branché), ou Heavy Gore dans la grande tradition du genre (« Disco At The Village », final qui laisse la bouche ouverte et qui évoque avec parcimonie furieuse les IWRESTLEDABEARONCE ou nos CinC nationaux), mais aussi d’un corps de travail articulé autour d’un Death paillard, gentiment Grind par moment, mais se reposant la plupart du temps sur des attaques de riffs en masse propulsés par une basse qui jamais ne trépasse. De la gravité donc dans la légèreté, et une façon de concevoir l’extrême par le bout le plus fun de la lorgnette. Ici, on est Gore parce qu’on adore, on fout le bordel comme on sort les poubelles, mais on joue, et on ne se contente pas de substituer aux chansons de vagues pochades pour allumés un peu bourrés. D’ailleurs, quand la machine se met en route, elle broie tout sur son passage, mais donne quand même méchamment envie de danser et de headbanguer, en lâchant des thèmes faciles à mémoriser, qui se transforment évidemment souvent en délire organisé (« Ordinary Issue », son lick gluant comme un chewing-gum entre les dents, et son chant dédoublé gentiment porcin mais pas méchant).

Pas forcément indispensable dans le fond, mais délirant dans la forme, suffisamment pour sourire en grimaçant, et pour tout détruire en s’amusant. La référence des BIRDFLESH est sans doute la plus pertinente, même si les amis russes se servent de leur propre scène pour avancer. C’est souvent redondant, parfois répétitif, mais toujours séduisant, comme un comique de répétition qui tire plus sur la blague cradingue que sur le boulevard et l’amant mort dans le placard. Et comme en plus, les morceaux sont assez courts pour ne pas devenir lourds, on se prend au jeu, et on attend le prochain gag entre deux riffs vicieux (« Last Package ») et deux clins d’œil libidineux (« Captain Tutune »). Les allusions sont parfois finaudes, et les français que nous sommes peuvent se sentir concernés par quelques réminiscences de leur passé (« Jaques Chirac Ugaren on Musique »), tout en moshant comme des damnés sur des passages violemment accrocheurs et exposés (« Andreika », sorte de Crossover entre le Folklore local et le Crust/Thrash global). Inutile donc de sortir les balalaïkas pour tenter de séduire les babouchkas, ici, on galope, on dérate et on cavale comme une antilope (« Electric »), sans s’appesantir sur une romance quelconque qui ne procurera de toute façon aucun plaisir. C’est méchant sans être vraiment bête, mais c’est assez stupid n’Death pour sniffer les fonds de pantalon, tout en gardant parfois prise avec la réalité exigeante d’un extrême qui réclame quand même sa dime de dépendance (« Harvesters Of Souls », le plus long du lot, qui cumule assez d’idées pour qu’on respecte ces idiots). En gros, une jolie leçon de Death n’Grind léger mais séduisant, grossier mais avenant, malpoli mais attendrissant, pour une cure d’exotisme brûlant venant d’un pays au climat glaçant. Rigolo et futile, et donc indispensable et volubile.   

          

Titres de l’album:

                       1. Ordinary Issue      

                       2. Spice          

                       3. Incredible Chilean Adventure      

                       4. Last Package         

                       5. Captain Tutune     

                       6. A Ghost     

                       7. Station       

                       8. Andreika   

                       9. Electric      

                      10. Harvesters of Souls         

                      11. Dr. Foodfuck      

                      12. Jaques Chirac Ugaren on Musique         

                      13. Rubbing Corpse I Feel No Fear 

                      14. Disco at the Village

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 14/06/2018 à 18:10
70 %    459

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Worm

Gloomhole

Myrkur

Folkesange

Solarys

Endless Clockworks

Power Theory

Force of Will

Testament

Titans Of Creation

Konvent

Puritan Masochism

Murder One

Live In Lembarzik

Harem Scarem

Change the World

Dreamlord

Disciples of War

Denial

Antichrist President

Trepalium

From The Ground

Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Très bonne chronique qui me donne envie d'en écouter plus, encore une signature Iron en plus...


Ah pour moi "Fiction" est un chef d'oeuvre. Mais il est vrai que les 3 derniers albums du groupe ne m'ont pas convaincu, c'est rien de le dire. Curieux donc de voir ce que la suite va donner...


@Le Moustre : après il est de notoriété publique que les musiques énervées ont un autre écho en Allemagne et en Suède...
Et quant à l'éternel question du choix éditorial de Rock Hard, il est dans le titre en fait. Effectivement, les musiques extrêmes ne sont pas forcément leur coe(...)


"Prends Sabaton dont on cause, ça y est tout le temps, idem pour AudreyHorne, qui y figure encore dans ce numéro. Ou des trucs type Rush, Opeth, ces trucs là... "
On est complétement d'accord, je me cherche juste quelques "excuses" pour justifier le fait que je l'achète encore de temps en(...)


+1 RBD


@LeMoustre : non sur la compile, c'est le EP No Comment de 1990 avec des titres bonus en live ou en studio, dont certains issus d'Antichrist President, mais il n'y a pas l'album.

Et si plus de chroniques comme celle ci vous intéresse, j'en ai plein ma musette ;)


Y'a pas l'album, sur la compile No Comment ?


En partie d'accord avec toi, JdC. Ok sur le côté "faut assurer le coup pour payer être à l'équilibre financier", normal, et je me dote bien qu'une couv' avec Nightwish ou Metallica sera toujours plus vendeuse qu'une autre avec un groupe extrême que 15 gus connaissent en tout en France. idem po(...)


Chez Rock Hard, financièrement ça doit pas être tous les jours facile je pense (c'est indépendant, c'est une musique de "niche", les ventes papiers diminuent pour tout le monde, eux compris...). Donc si ils veulent continuer, je pense qu'ils n'ont pas vraiment le choix : il faut causer de ce qui(...)


Vu en téléchargement ce numéro. Ça faisait bien 5/7 ans que j'en avais pas lu un. Eh ben, ça donne pas envie du tout. Le choix éditorial mou comme un pet de vache folle et toujours bloqués dans les mêmes sempiternels trucs soit de vieux soit pleins de camphre (Sabaton, non mais ils ont des p(...)


Une bien bonne chronique à laquelle je souscris. Un album certes classique, sans prise de risque par rapport au genre, un album charnière aussi (l'abandon des parties BM sera définitif maintenant je pense...). Mais un album qui s'écoute bien et qui fait le taf pour moi. Après je peux comprendre(...)


Une tuerie ce morceau de Cattle..., pas loin d'être la meilleure chanson de l'album, pour moi.


La date de sortie de l'album a été repoussée au 12 juin, les précommandes sont toujours ouvertes...


Belle mise ne lumière d'un album méconnu. Merci pour cette chronique


Ah c’est marrant pour moi c’est à partir de fiction, comme quoi chacun a son curseur de tolérance


Le groupe fait de la soupe depuis Damage done, c'est pas glorieux d'y être resté si longtemps.


Je suis abonné à RockHard depuis quelques années et j'ai fais un don hier.

Je ne veux pas voir ce mensuel disparaître.

Et d'accord avec toi concernant Metallian. Je n'aurais pas dis les genoux mais les pieds concernant leurs chroniques d'albums parce que certaines puent(...)


Trepalium m'accompagne depuis que j'écoute du metal. Album après album et sur scène, des claques.
Ils ont su conjuguer une rage instinctive avec le regard décalé du jazz. Il fallait les avoir bien accrochées pour se lancer là-dedans et y parvenir.
Mais cet album, je ne sais pas. J(...)


Impossible de voir ce canard crever des dommages collatéraux du con-vide 19.

Je déteste leur mode de notation des skeuds, mes achats sont assez espacés, mais soutien malgré tout ! (et c'est quand même d'un autre niveau que Metallian, que j'ai racheté hier par hasard et dont pas ma(...)


Déjà ce serait pas mal de virer le clavier et revenir à l'essentiel.