D’emblée, un groupe de Saint-Pétersbourg qui choisit de s’aligner sur un Death Grind empreint d’influences extraterrestres comme le Slamminggutturalbrutaldeathcore ou l’Electro-house à tout pour me plaire, en admettant que l’humour de situation ne dissimule pas une pauvreté de ton. On le sait pertinemment, la gaudriole est souvent le paravent idéal cachant un manque d’inspiration, mais lorsque la cocasserie se décuple d’un potentiel musical certain, l’épiphanie n’est jamais très loin…Fondé en 2001 en tant que one-man-band, ZOEBEAST est au fil des années et de l’expérience devenu un véritable groupe, mené en trio (ZDRCSD - basse/chant, ENOT - guitare et Proffessor - batterie), qui s’est permis de parsemer son histoire de quelques réalisations notables. On compte donc les petits bouts de pain sur le chemin nous ramenant à leur grotte, disséminés sous la forme de trois démos initiales (Incarnated Dreams en 2003, Full Of Life en 2006 et Unexpected Youth Pathology en 2007), d’un premier longue-durée assez remarqué (Vengeance Z-Squad en 2009), d’un second en 2013 (Gore Dancefloor), et de quelques petits trucs depuis, en format très court, avant de revenir enfin en 2018 version éponyme, histoire de bien affirmer leur identité. Quelle est-elle ? Celle d’une assemblée de joyeux drilles qui ne confondent pas pantalonnade échevelée pour crétins décérébrés et biberonnés à la bière bon marché et boutade bruitiste qui avance les arguments de son mauvais goût. Car ici, le mauvais goût du bon goût est un concept élevé au rang de dogme inaltérable, et Zoebeast de nous prouver qu’en fédération de Russie, on sait aussi bien rigoler que picoler, et manier son instrument autrement que pour aller pisser.

Se revendiquant d’influences aussi homogènes que disparates (NAPALM DEATH, BIRDFLESH, S.O.B.), les trois bargeots font donc un barouf d’enfer, mais n’oublient pas le second degré au passage. Celui-ci s’articule autour d’intermèdes assez plaisants, Punk la plupart du temps, mais aussi joyeusement WTF (« Station », et son intro digne de Teletubbies surgonflés au soda et aux programmes débiles), parfois subtilement rock n’roll (« Incredible Chilean Adventure », qui démontre que les trois oiseaux savent aussi se débrouiller une fois le courant branché), ou Heavy Gore dans la grande tradition du genre (« Disco At The Village », final qui laisse la bouche ouverte et qui évoque avec parcimonie furieuse les IWRESTLEDABEARONCE ou nos CinC nationaux), mais aussi d’un corps de travail articulé autour d’un Death paillard, gentiment Grind par moment, mais se reposant la plupart du temps sur des attaques de riffs en masse propulsés par une basse qui jamais ne trépasse. De la gravité donc dans la légèreté, et une façon de concevoir l’extrême par le bout le plus fun de la lorgnette. Ici, on est Gore parce qu’on adore, on fout le bordel comme on sort les poubelles, mais on joue, et on ne se contente pas de substituer aux chansons de vagues pochades pour allumés un peu bourrés. D’ailleurs, quand la machine se met en route, elle broie tout sur son passage, mais donne quand même méchamment envie de danser et de headbanguer, en lâchant des thèmes faciles à mémoriser, qui se transforment évidemment souvent en délire organisé (« Ordinary Issue », son lick gluant comme un chewing-gum entre les dents, et son chant dédoublé gentiment porcin mais pas méchant).

Pas forcément indispensable dans le fond, mais délirant dans la forme, suffisamment pour sourire en grimaçant, et pour tout détruire en s’amusant. La référence des BIRDFLESH est sans doute la plus pertinente, même si les amis russes se servent de leur propre scène pour avancer. C’est souvent redondant, parfois répétitif, mais toujours séduisant, comme un comique de répétition qui tire plus sur la blague cradingue que sur le boulevard et l’amant mort dans le placard. Et comme en plus, les morceaux sont assez courts pour ne pas devenir lourds, on se prend au jeu, et on attend le prochain gag entre deux riffs vicieux (« Last Package ») et deux clins d’œil libidineux (« Captain Tutune »). Les allusions sont parfois finaudes, et les français que nous sommes peuvent se sentir concernés par quelques réminiscences de leur passé (« Jaques Chirac Ugaren on Musique »), tout en moshant comme des damnés sur des passages violemment accrocheurs et exposés (« Andreika », sorte de Crossover entre le Folklore local et le Crust/Thrash global). Inutile donc de sortir les balalaïkas pour tenter de séduire les babouchkas, ici, on galope, on dérate et on cavale comme une antilope (« Electric »), sans s’appesantir sur une romance quelconque qui ne procurera de toute façon aucun plaisir. C’est méchant sans être vraiment bête, mais c’est assez stupid n’Death pour sniffer les fonds de pantalon, tout en gardant parfois prise avec la réalité exigeante d’un extrême qui réclame quand même sa dime de dépendance (« Harvesters Of Souls », le plus long du lot, qui cumule assez d’idées pour qu’on respecte ces idiots). En gros, une jolie leçon de Death n’Grind léger mais séduisant, grossier mais avenant, malpoli mais attendrissant, pour une cure d’exotisme brûlant venant d’un pays au climat glaçant. Rigolo et futile, et donc indispensable et volubile.   

          

Titres de l’album:

                       1. Ordinary Issue      

                       2. Spice          

                       3. Incredible Chilean Adventure      

                       4. Last Package         

                       5. Captain Tutune     

                       6. A Ghost     

                       7. Station       

                       8. Andreika   

                       9. Electric      

                      10. Harvesters of Souls         

                      11. Dr. Foodfuck      

                      12. Jaques Chirac Ugaren on Musique         

                      13. Rubbing Corpse I Feel No Fear 

                      14. Disco at the Village

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 14/06/2018 à 18:10
70 %    142

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Codex

Ignominia

The Secret

Lux Tenebris

Flayed

Empty Power Parts

Ambient Road

Turn Up The Heat

Everrise

After The Eclipse

Vöödöö

Ashes

I’ll Be Damned

Road to Disorder

Mantar

The Modern Art of Setting Ablaze

Taste

Moral Decay

Pig Destroyer

Head Cage

Beyond The Black

Heart Of The Hurricane

Dark Insides

Netherworld

Ancestor

Lords of Destiny

Raspy Junker

World Of Violence

Elyose

Reconnexion

Clover

The Voyager

Lost Domain

...In the Waiting Room of Death

Bloody Nightmare

Hellwolf

Alice In Chains

Rainier Fog

The Radio Sun

Beautiful Strange

Apocalyptic Slamming Evisceration European Tour 2018

Livor Mortis / 22/09/2018
Brutal Death Slam Photos

Photo-report MOTOCULTOR 2018 (Par Baptistin Pradeau)

Jus de cadavre / 17/09/2018
Motocultor

Violently Draining Europe / Gorgasm + Cenotaph + Visceral Uprooting

Jus de cadavre / 13/09/2018
Brutal Death Metal

Interview ANTROPOFAGO

youpimatin / 08/09/2018
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Bukowski + Shoeilager + Redemption

22/09 : Désiré Granet, Anould ()

Nightrage + Voivod

22/09 : L'ilyade , Seyssinet-pariset ()

Alcest + Vampillia

22/09 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)

Black Sin + Les Chants Du Nihil + S.u.t.u.r.e

22/09 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Alcest + Vampillia

23/09 : Fuzz'yon, La Roche-sur-yon (85)

Alcest + Celeste + Vampillia

25/09 : La Gaîté Lyrique, Paris (75)

Defenestration + Burial Invocation

26/09 : Bar Hic, Rennes (35)

Alcest + Vampillia

26/09 : La Laiterie, Strasbourg (67)

+ Europe

27/09 : Le Trianon, Paris (75)

Stoned Jesus + Mothership

27/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Batushka

28/09 : Antipode, Rennes (35)

Iron Bastards + Deficiency + Vulcain

29/09 : Salle Des Fêtes, Angres ()

Agressor + Sublime Cadaveric Decomposition + Colossus

29/09 : Le Champilambart, Vallet (44)

Wardruna

29/09 : Château Des Ducs De Bretagne, Nantes (44)

Wintereve + Sors Immanis + Ephialtès

29/09 : Le Riveter, Nancy (54)

Batushka

29/09 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Batushka

29/09 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Voivod + Bio-cancer

29/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Très jolies les photos Livor ! Bienvenue ici mec !


Hiatus discographique, pardon !


Après un hiatus de 5 ans ? Je les ai vu au Chaulnes Metalfest en 2016... et d''après leur site ils ont tourné jusque mars 2017.


Ah je reconnais cette scène du MCP Apache !


la voix ecrase tout dans le mix ..dommage..


Y'a de l'ambition, c'est bon ça ! Non, non c'est pas un gros mots ! C'est selon moi ce manque d'ambition (tellement français et pas seulement en musique !) qui fait que la scène Metal hexagonal n'a pas explosée comme certaines autres scène en Europe...


Félicitations!


Rien à voir avec feu les Provençaux de Kabbal non plus ? Stylistiquement, c'est assez différent comme Death Metal il faut dire.


Toujours aussi original.


Excellente interview ! Ça transpire la passion tout ça !


Le titre en écoute laisse effectivement présager de quelque chose de vraiment pas mal !


Je confirme, ce skeud est excellent, le "mélange" des genres fonctionne à merveille.
La base death est bel et bien présente et parsemée de plans thrash ou black. La prod est nickel (ni trop, ni trop peu), et l'ensemble laisse un gout de reviens-y, ce qui est toujours bon signe. Je suivrai (...)


C'est bon ça !
Torture Throne était déjà excellent, alors affaire à suivre !!!!


"Un peu comme la dernière fille libre de la soirée, vous vous dites, je me la tape, on ne sait jamais, ça peut être surprenant..."

:D tu m'as tué !


Ah merde, la bad news !!!
En plus, un groupe de chez nous.
RIP man...


Pas encore écouté en entier, mais ce que j'ai entendu pour le moment promet un album énorme... Un groupe à part et absolument génial qui, comme le dit très bien la chro, est bien plus que du Sludge. Et sur scène c'est quelque chose aussi. Ça faisait bien longtemps que Nuclear Blast n'avait p(...)


Merci pour la kro!
Le MCD est dispo ici http://nihilistic-webzine-distro.fr


Wow...


Virulence ! Ça n'invente rien du tout, mais efficace ! Metalliquement, quand la Chine se réveillera vraiment ça va nous faire tout drôle je pense...


Tout ce que j'aime ! Ça va être long jusqu'au 26 octobre...