D’emblée, un groupe de Saint-Pétersbourg qui choisit de s’aligner sur un Death Grind empreint d’influences extraterrestres comme le Slamminggutturalbrutaldeathcore ou l’Electro-house à tout pour me plaire, en admettant que l’humour de situation ne dissimule pas une pauvreté de ton. On le sait pertinemment, la gaudriole est souvent le paravent idéal cachant un manque d’inspiration, mais lorsque la cocasserie se décuple d’un potentiel musical certain, l’épiphanie n’est jamais très loin…Fondé en 2001 en tant que one-man-band, ZOEBEAST est au fil des années et de l’expérience devenu un véritable groupe, mené en trio (ZDRCSD - basse/chant, ENOT - guitare et Proffessor - batterie), qui s’est permis de parsemer son histoire de quelques réalisations notables. On compte donc les petits bouts de pain sur le chemin nous ramenant à leur grotte, disséminés sous la forme de trois démos initiales (Incarnated Dreams en 2003, Full Of Life en 2006 et Unexpected Youth Pathology en 2007), d’un premier longue-durée assez remarqué (Vengeance Z-Squad en 2009), d’un second en 2013 (Gore Dancefloor), et de quelques petits trucs depuis, en format très court, avant de revenir enfin en 2018 version éponyme, histoire de bien affirmer leur identité. Quelle est-elle ? Celle d’une assemblée de joyeux drilles qui ne confondent pas pantalonnade échevelée pour crétins décérébrés et biberonnés à la bière bon marché et boutade bruitiste qui avance les arguments de son mauvais goût. Car ici, le mauvais goût du bon goût est un concept élevé au rang de dogme inaltérable, et Zoebeast de nous prouver qu’en fédération de Russie, on sait aussi bien rigoler que picoler, et manier son instrument autrement que pour aller pisser.

Se revendiquant d’influences aussi homogènes que disparates (NAPALM DEATH, BIRDFLESH, S.O.B.), les trois bargeots font donc un barouf d’enfer, mais n’oublient pas le second degré au passage. Celui-ci s’articule autour d’intermèdes assez plaisants, Punk la plupart du temps, mais aussi joyeusement WTF (« Station », et son intro digne de Teletubbies surgonflés au soda et aux programmes débiles), parfois subtilement rock n’roll (« Incredible Chilean Adventure », qui démontre que les trois oiseaux savent aussi se débrouiller une fois le courant branché), ou Heavy Gore dans la grande tradition du genre (« Disco At The Village », final qui laisse la bouche ouverte et qui évoque avec parcimonie furieuse les IWRESTLEDABEARONCE ou nos CinC nationaux), mais aussi d’un corps de travail articulé autour d’un Death paillard, gentiment Grind par moment, mais se reposant la plupart du temps sur des attaques de riffs en masse propulsés par une basse qui jamais ne trépasse. De la gravité donc dans la légèreté, et une façon de concevoir l’extrême par le bout le plus fun de la lorgnette. Ici, on est Gore parce qu’on adore, on fout le bordel comme on sort les poubelles, mais on joue, et on ne se contente pas de substituer aux chansons de vagues pochades pour allumés un peu bourrés. D’ailleurs, quand la machine se met en route, elle broie tout sur son passage, mais donne quand même méchamment envie de danser et de headbanguer, en lâchant des thèmes faciles à mémoriser, qui se transforment évidemment souvent en délire organisé (« Ordinary Issue », son lick gluant comme un chewing-gum entre les dents, et son chant dédoublé gentiment porcin mais pas méchant).

Pas forcément indispensable dans le fond, mais délirant dans la forme, suffisamment pour sourire en grimaçant, et pour tout détruire en s’amusant. La référence des BIRDFLESH est sans doute la plus pertinente, même si les amis russes se servent de leur propre scène pour avancer. C’est souvent redondant, parfois répétitif, mais toujours séduisant, comme un comique de répétition qui tire plus sur la blague cradingue que sur le boulevard et l’amant mort dans le placard. Et comme en plus, les morceaux sont assez courts pour ne pas devenir lourds, on se prend au jeu, et on attend le prochain gag entre deux riffs vicieux (« Last Package ») et deux clins d’œil libidineux (« Captain Tutune »). Les allusions sont parfois finaudes, et les français que nous sommes peuvent se sentir concernés par quelques réminiscences de leur passé (« Jaques Chirac Ugaren on Musique »), tout en moshant comme des damnés sur des passages violemment accrocheurs et exposés (« Andreika », sorte de Crossover entre le Folklore local et le Crust/Thrash global). Inutile donc de sortir les balalaïkas pour tenter de séduire les babouchkas, ici, on galope, on dérate et on cavale comme une antilope (« Electric »), sans s’appesantir sur une romance quelconque qui ne procurera de toute façon aucun plaisir. C’est méchant sans être vraiment bête, mais c’est assez stupid n’Death pour sniffer les fonds de pantalon, tout en gardant parfois prise avec la réalité exigeante d’un extrême qui réclame quand même sa dime de dépendance (« Harvesters Of Souls », le plus long du lot, qui cumule assez d’idées pour qu’on respecte ces idiots). En gros, une jolie leçon de Death n’Grind léger mais séduisant, grossier mais avenant, malpoli mais attendrissant, pour une cure d’exotisme brûlant venant d’un pays au climat glaçant. Rigolo et futile, et donc indispensable et volubile.   

          

Titres de l’album:

                       1. Ordinary Issue      

                       2. Spice          

                       3. Incredible Chilean Adventure      

                       4. Last Package         

                       5. Captain Tutune     

                       6. A Ghost     

                       7. Station       

                       8. Andreika   

                       9. Electric      

                      10. Harvesters of Souls         

                      11. Dr. Foodfuck      

                      12. Jaques Chirac Ugaren on Musique         

                      13. Rubbing Corpse I Feel No Fear 

                      14. Disco at the Village

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 14/06/2018 à 18:10
70 %    240

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Orthostat

Monolith Of Time

Obscenity

Summoning the Circle

Psy-no-ark

Nodvs Gordivs

Stranguliatorius

Rope Soap Tabouret

Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + Dragunov

02/03 : Black Baron, Nancy (54)

Photo Stream

Derniers coms

Merci pour ce petit clin d’œil à Heavy Sound et content de t'avoir eu au sein de l'équipe dès les tout débuts de l'aventure... et longue vie à Sleeping Church Records et Metalnews !


Rien qu'avec ces deux noms ça promet d'être très poétique en effet !


Allons allons, j'ai des gens qui m'aident bien autour de moi, tu sais de quoi je parle Jus de cadavre... c'est aussi grâce à des personnes comme toi que tout cela est possible.


Cool oui l'interview ;) Un groupe, un label et le zine... Je sais pas comment tu fais Simo ! :D


Merde, mais c'est mortel RITUALS ! J'étais complètement passé à côté... Chouette interview encore une fois et bonne continuation à Sleeping Church Records ;-)


@Kerry King : Si tu aimes Gus Van Sant, tu aimeras...


J'ai jamais regardé le "Last Days" je me demande si il vaut le coup ?

Lords of Chaos je me demande quand il sera dispo ça fait longtemps qu'on annonce le film.


Ca sent mauvais tout ca...


Tout pareil Simo ! Bienvenue Acid, ça fait plaisir une nouvelle plume ! :)


Et voilà c'est corrigé...


Parce que dans la com' du label, c'est le pays qui est indiqué... j'avoue que je n'ai pas vérifié mais effectivement en voyant Vindsval, j'aurais du corriger de moi-même, désolé c'est bien Français...


Avec cette chronique, nous accueillons dans notre équipe Acid
Vous retrouverez d'autres articles de sa part prochainement mais toute l'équipe de Metalnews.fr lui souhaite la bienvenue, en espérant que sa plume vous séduise et qu'elle vous fasse découvrir de nouveaux groupes ou vous confor(...)


Pas mal, rien d'extraordinaire et ça reste du black Telerama-compatible (ça m'empêche pas de beaucoup aimé BaN) mais il y a 2 choses que j'apprécie :

1) Ils avaient fait une itw du gars de Throane et je m'étais dit, c'est bien mais ils pourraient quand même s'intéresser à BaN q(...)


les Vegan et auters Veggie nous les cassent sévère


Ouais le "Rock" c'est la grande mode, c'est hype. Faut profiter du filon avant que ça s’essouffle !
Et si Nirvana a eu son "Last Days" de Gus Van Sant, fin c'est sur Cobain plutôt. Plus une palanquée de docu plus ou moins bon.


J'avais adoré le premier album... celui-là ne m'a pas déçu. Un groupe qui mériterait d'être plus connu.


C'est entraînant


Débat intéressant.
Autant la gars de Tyr assume complètement son truc, et c'est son droit, du moins tant que le pays d'où il vient maintient la légalité de cette pratique. Autant une asso qui se veut vegan, moi je trouve ça étrange qu'elle cautionne ça en étant partie prenante de l'(...)


Avec tout ça, TYR ne fera jamais la 1ere partie de GOJIRA . Je ne suis pas vegan je n'ai jamais écouté TYR, mais on peut aussi boycotter les concerts dont les groupes sont chasseurs ou bossent dans des abattoirs. Pour les chasseurs , il y a de tout du saoulot, du viandar mais aussi du responsabl(...)


Cette année ça y va les films qui retracent l'histoire d'un groupe...

Queen, Mayhem, Motley Crue les trois a la fois, a qui le tour ? Limp Bizkit lol

Nirvana ils ont jamais rien fait ? Je me demande.