Bonjour à tous, et bienvenue pour fêter la sortie de la centième nouveauté Thrash du mois de décembre. La cadence d’abattage dans les années 80 était telle qu’on la pensait insurpassable dans un avenir plus ou moins proche, mais trente ans à postériori, il semble que la production ait atteint une sorte d’apogée, tant les nouveaux groupes essuient leurs pieds sur le perron de la maison de la nostalgie…

Ce matin, c’est encore une fois en Suède que nous allons chercher notre dose de grisant thrashisant, en rencontrant un quatuor haut en couleurs, qui visiblement, s’est uni pour jouer la seule musique dont ils avaient envie.

Cette décision fut prise à Göteborg, un soir de 2008, lorsqu’Evil Bastard (guitare et chant) et Desekrator (lead guitare) firent l’état des lieux de la scène Thrash mondiale, déplorant qu’aucun groupe ne propose le son qu’ils attendaient.

Devant cet état de fait qui les attristait considérablement, les deux musiciens décidèrent d’unir leurs forces, et complétèrent un premier line-up, en enrôlant la rythmique Sergeddon (basse) et Predator (batterie). Mais deux ans plus tard, le pauvre bassiste dû quitter ses fonctions pour raisons personnelles, et fut vite remplacé par Incinerator, ce qui permit au quartette de se stabiliser pour enfin avancer…

Un premier EP plus tard (Godrun, 2010), et puis un autre (Promodeath, 2012), des concerts en Suède et puis une tournée Européenne dans la poche, les quatre pourfendeurs de Thrash standard se mirent à la composition de leur premier long, Time To Destroy, que vous aurez donc le plaisir d’écouter en cet ultime mois de l’année.

Je pense qu’il répond aux attentes de ses géniteurs, qui doivent enfin savourer le fait d’avoir pu enregistrer la musique qu’ils désiraient écouter, mais satisfera-il vos exigences en matière de Metal torride et limpide ?

Seul vous le saurez, si vous en écoutez les neuf pistes endiablées….

Cette fameuse approche du Thrash que ces Suédois estimaient personnelle ne l’est pas vraiment. Si leur méthode est radicale et efficace, elle répond à des critères imposés par la production Européenne et Américaine des mid eighties, notamment celle de groupes comme RAZOR, CELTIC FROST, SLAYER, EXODUS et autres SEPULTURA, sans oublier de mentionner la scène Allemande et son rendement industriel.

Rien de nouveau donc sous le soleil froid de Göteborg, mais plutôt une accommodation de restes pour tenter de préparer une tambouille contemporaine qui louche salement vers les gamelles du passé.

Si les STORMDEATH sont Thrash jusqu’au bout du patch KREATOR, ils n’en sont pas moins intelligents, et ne pratiquent pas la cavalcade pour le simple plaisir de dépasser les limites de vitesse. Les morceaux de ce Time To Destroy aménagent avec beaucoup d’esprit un contexte Heavy dans un cadre Thrash, et rappellent régulièrement l’osmose développée par les DESTRUCTION, avec cette petite touche Canadienne qui ne crachait pas alors sur l’apport important de JUDAS PRIEST. Du Thrash donc, mais efficace, débordant de vitalité, et surtout, suffisamment ingénieux et humble pour proposer des riffs accrocheurs et des rythmiques sans heurts.

Cela étant dit, les Suédois ne sont pas là pour se prendre pour des intellectuels, et leur devise « Nous sommes là pour vous botter le cul au son du tonnerre grondant » est là pour le prouver. Avec des pseudos dignes du SODOM légendaire, et des centres d’intérêt triviaux (la bière, Satan, et le headbanging jusqu’au sang), le quatuor affirme ses positions, et reste planté sur ses pieds pour jouer un Thrash efficace et burné, ce qui vous en conviendrez, n’est pas plus que ce qu’on attend d’eux.

Des Suédois qui abordent la question sous l’angle Européen est toujours intéressant. Mais loin d’être une bande de barbares hirsutes sans foi ni solfège roi, ces nerveux de la gâchette savent trousser des hymnes imparables, comme le prouve aisément le premier titre de leur album, « We Are The Devils ». Un peu plus de six minutes de savoir-faire pour une attaque nucléaire, virevoltant d’un up tempo somme toute raisonnable faisant valser des riffs qui tournoyaient déjà pas mal.

Et si vous parvenez à passer outre l’écueil de la voix si particulière d’Evil Bastard, alors la partie est d’ores et déjà gagnée pour vous…

Des morceaux d’anthologie comme s’il pleuvait de l’acide, un certain radicalisme de ton atténué par une modération de fond, telle est l’optique de ces maniques de la charge frontale, qui n’hésitent pas à parsemer leurs titres de breaks Heavy du meilleur tonneau. Quelques chœurs fédérateurs éructés de délicates intonations voilées (merci l’euphémisme…), une poignée de soli hystériques mais à la dextérité sympathique, des variations qui tombent toujours pile là où il faut, et vogue la galère qui finalement ressemble à un bateau de croisière détourné par des pirates de l’enfer.

Cet enfer est bouillant, et déborde sur terre pour détruire toute trace d’humanité, avec des écoulements de lave comme ce « Time To Destroy » qui mérite bien son nom et détruit tout, non sans raison. Quelques syncopes à la DESTRUCTION, une science Heavy carrée et béton, quelques impulsions à la EXODUS/SLAYER pour rester dans le ton, et la machine tourne rond et monte pavillon pour prévenir les côtes arraisonnées.

Quelques exhortations un peu plus longues que la moyenne démontrent des capacités de composition étonnement délicates (« Dreamwalker » et son somnambulisme progressif digne du meilleur TESTAMENT), un débarquement au doux son de coups de canon sans pardon (« Gatlingun »), une pincée de minutes de préparation avant l’invasion (« Accursed », qui rappelle d’ailleurs leurs ancêtres d’AGONY en version plus appuyée), et des concertations de groupe qui tourne sacrément rond et imposent des décisions Heavy aggravées d’embardées Speed bien senties (« Law Of Death »).

En somme, un album solide qui ne change en rien la situation du revival Thrash Européen de ces dernières années, mais qui apporte son staccato à l’édifice avec une belle conviction.

Et malgré des pseudos fleurant bon la provocation, un nom un peu bidon et des slogans imbéciles, les STORMDEATH ne sont pas qu’une congrégation de bourrins trop tactiles affectionnant les agressions faciles. Ils jouent vite mais bien, carré et malin, et composent des chansons qui tiennent largement la route, coûte que coûte.

 C’était donc la centième sortie Thrash du mois, ni la meilleure ni la pire. Peut-être un cadeau idéal pour les fêtes de votre neveu qui en dehors du Metal ne voit point de salut ?


Titres de l'album:

  1. We Are The Devils
  2. Time To Destroy
  3. Built By Lies
  4. Pay The Price
  5. Accursed
  6. Black Sorrow
  7. Law Of Death
  8. Dreamwalker
  9. Gatlingun

Facebook officiel


par mortne2001 le 21/12/2016 à 12:54
72 %    335

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Musmahhu

Reign of the Odious

Cold Colours

Northernmost

Destiny Ocean

Peace Love & Heavy Metal

Endless Disease

The End of All Life

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Interview HATRED DUSK

JérémBVL / 11/03/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Meshiaak + Overkill

20/03 : Le Trabendo, Paris (75)

Meshiaak + Overkill + Flotsam And Jetsam

20/03 : Le Trabendo, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)


Aaaaaahhh !!!
A PALE HORSE NAMED DEATH !!!
Un des rares groupes actuels dont j'attends les sorties et tournées avec toujours la même réelle impatience.
Une fois de plus, je ne suis pas déçu par leur dernier ouvrage.
Comme le dit très justement Simony, il faut toujours u(...)


Un album juste incroyable. Une ambiance de fou, des riffs guerriers et mélodiques, une production très claire (limite trop "bonne", ce serait mon seul "reproche"). Le premier morceau est pour moi une leçon de Black épique. Juste excellent !
Un grand bravo au groupe et merci mortne pour ce(...)


Ah oui, bizarre, c'était 18h la semaine dernière.
Comme y'a "que" 3 groupes au lieu de 4, ceci explique cela. Cool, tant mieux !


Sur le site du Trabendo, il est annoncé une ouverture des portes à 19h00...
http://www.letrabendo.net/overkill-2/


Meshiakk a jeté l'éponge, remplacé par Chronosphere sur la tournée mais pas sur la date de Paris, ni en suivant. Dommage, c'était un choix plus cohérent. Du coup, pas de groupe local avant Flotsam n'est annoncé. Quelqu'un sait-il si le premier show démarre juste à l'ouverture des portes, pr(...)


"De Kristian Vikernes ou d’ Øystein Aarseth, qui est le vrai coupable ? On ne le saura sans doute jamais, et c’est tant mieux."

Le vrai coupable ça reste celui qui a tué l'autre.


Hmmm... le nouvel Abnormality n'a pas l'air de dévier et c'est bien ce qu'on demande !


plutot death que thrash. definitivement


mème chose on est loin du 1er album (ah jeunesse)....


Un côté très old school, et autant proche du thrash que du Death.

Morceau sympa, j'attend un peut mieux du reste.


Ah ah ah !
Ouais merde... Putain, je pensais pourtant avoir fait "le tour de la question"...

PS : Il me semble même qu'il escompte adopter avec son compagnon du moment.


Va falloir que je l'écoute en entier cet album, j'ai ignoré quasiment tout le mouvement black de ces années, mis a part ugra karma et ceremony of the opposites.


TU as oublié de préciser qu'il était homo également


Une pierre angulaire du black, un album essentiel, un manifeste à le fois séminal et terminal. J'ai dû l'écouter des centaines de fois depuis mes débuts de metalhead il y a près de 25 ans, et je ne m'en lasse toujours pas...


D'après mes sources, Emory Cohen (Varg Vikernes dans le film) est effectivement juif.
Mais également éthiopien par sa mère, gitan du côté de son père, encarté au Parti Communiste et d'obédience maçonnique.


"Le plus drôle, c'est que l'acteur qui joue Vikernes s'appelle Cohen"

Et encore, il aurait pu être noir !!!


1) "Je ne jurais que par Darkthrone en BM Norvégien"
Rassures-toi, il y a pire comme référentiel hein.
2) "A l'occasion d'un concert (en salle) où le groupe jouait "De mysteriis (...)" en intégralité y a eu le déclic"
J'avais forcément vu le groupe avant en live (claquasse (...)


Oui il est juif, le réal avait vraiment une dent contre Varg je crois, ou alors de l'humour :D ! Ça lui reste en travers de la gorge ce film je pense à Varg, il fait des vidéos ou il commente le film, énumère toutes les erreurs et mensonges (selon lui bien sur)... Je comprends qu'il veuille se(...)


J'ai vu le film est il est super captivant, je retiens pleins de bons point donc je vais dire le peut de "décevant".

1-Certains membre de Mayhem trop en retrait, Necrobutcher viré comme ça en quelques seconde, Hellhammer trop discret, pas une seul fois le nom de Maniac.

(...)