Je me disais justement récemment que j’avais laissé de côté le Black Metal au profit de musiques plus consensuelles et moins nihilistes. Il était donc temps d’essayer de rattraper mon retard, mais pas de n’importe quelle façon. Il me fallait trouver un projet suffisamment intéressant pour m’y plonger, et une fois encore, c’est l’expérimental qui m’a décidé, lorsque je suis tombé sur le second longue-durée d’un projet assez étrange, tant sur le papier que sur le vinyle. Et c’est bizarrement de Californie que l’exutoire m’est arrivé, état bien peu propice aux exactions sombres et autres misanthropies ombrageuses. De là nous en vient le concept PANDISCORDIAN NECROGENESIS, actif depuis 2008, mais assez mesuré en termes de production discographique, puisqu’outre un premier LP publié en 2010, le groupe n’a édité que trois démos en 2009, 2014 et 2018. C’est donc une longue pause de huit ans qui aura été nécessaire aux musiciens pour revenir sur le devant de l’autel, bien que le pluriel ne soit pas de mise dans ce cas précis. Car une fois encore, c’est un one-man-band dont nous traitons, mené de capuche de velours et de gant de fer par Ephemeral Domignostika (ASUBHA, MASTERY, PALE CHALICE, ULTHAR, ex-HORN OF DAGOTH), alias Steve Peacock pour l’état civil, qui nous propose avec cet Outer Supernal une conception bien personnelle du Raw Black. Raw Black pour l’économie de moyens, mais surtout par essence, puisque loin de se contenter de nous refourguer deux ou trois plans décharnés jusqu’à la moelle et déjà curés par les DARKTHRONE et l’école canadienne, l’américain s’est livré à un véritable travail de recherche et de composition pour organiser ses idées, et nous livrer l’un des albums les plus fascinants du cru, sans dévier des dogmes du genre qui interdisent formellement les fioritures. Pour autant, inutile de vous attendre à un son faisant passer les premières démos de GNAW THEIR TONGUES pour des signatures de Bob Ezrin, puisque la production de ce second long est épaisse, suffisamment en tout cas pour capter les tonalités et les mélodies de riffs qui ne manquent pas de piquant.

Mais là où l’intérêt s’éveille, c’est lorsqu’on remarque dans quelles conditions cet album a été enregistré. Les projets solitaires étant monnaie courante dans le BM, le fait qu’un seul homme joue de tous les instruments n’a rien de surprenant en soi. Mais le fait qu’il joue de tous les instruments en même temps est déjà beaucoup moins banal, d’autant plus que le musicien s’en tire très bien dans son rôle d’homme-orchestre. Nous célébrons donc l’avènement du premier Remy Bricka de l’ère Black, à l’exception près que Steve n’a pas de colombe sur sa grosse caisse, mais bien un corbeau sur ses épaules. Mais en dépit de ces allusions assez cocasses, il n’en reste pas moins que la performance est assez bluffante, puisque loin d’une prestation de cirque, le jeu global de l’homme tient admirablement bien la route, répondant d’ailleurs à des critères d’improvisation assez étonnants eux aussi. Pour être plus clair, en se basant sur une structure réduite de percussions, guitare et voix, Ephemeral Domignostika manipule donc les pédales et la caisse claire de sa batterie avec les pieds, tout en jouant de la guitare et en chantant, ce qui n’est pas donné à tout le monde. Accordons donc au musicien un sens du rythme assez poussé, mais aussi une inspiration plurielle, puisque son BM s’accommode fort bien de principes Raw tout en tâtant de l’Ambiant, histoire de créer une ambiance envoutante et nous entraîner dans son monde bien particulier.

Après avoir jeté une oreille par curiosité sur son premier effort, Cerebral Quasaric Lacerations, je constate des progrès énormes accomplis au niveau pratique instrumentale et agencement des idées, et une créativité accrue qui permet à Outer Supernal de se hisser bien au-dessus de la masse grouillante de groupes de BM de caniveau. Car si l’autodiscipline a poussé le musicien à se passer de comparses et à réfuter tout overdub pour capter sa musique en live, cette dernière n’en est pas moins logiquement structurée, et surtout, terriblement accrocheuse. Dans une veine de BM roots old-school des années 90, le bonhomme s’en tire avec les honneurs, et développe un BM rapide et sans pitié, toutefois conscrit dans un périmètre mélodique et logique assez ferme. Pas de bruit continu, pas de feedback excessif, pas de Noise à craindre, mais plutôt de la violence gardée sous contrôle, et une envie de jouer une musique simple et directe, mais suffisamment futée pour intéresser les plus exigeants. On pense évidemment à l’école US du genre trempant sa plume dans l’acide scandinave, mais aussi à des réminiscences des cousins du Nord, canadiens jamais avares d’ambiances sombres et de guitares crues. D’ailleurs, Ephemeral Domignostika a l’intelligence de varier les tempi et les textures, passant d’un morceau purement épileptique à des lourdeurs extrêmes héritées du BATHORY période viking ou du DARKTHRONE le plus glauque et claustrophobique (« Throne Ascension », incroyable de se dire que ce morceau empathique a été enregistré par un homme jouant de tous les instruments simultanément), jouant même parfois le jeu dangereux de la dissonance à outrance pour déformer le reflet morbide projeté (« Hidden Supernal », méchant comme du PRIMITIVE MAN et souillé comme du DODECAHEDRON passé au ralenti de la moulinette ENCOFFINATION), réussissant son pari de variété sans dénaturer l’homogénéité de l’œuvre.

D’ailleurs, la fin de l’album, en decrescendo de rapidité nous embarque dans une descente aux enfers programmée, les riffs devenant de plus en plus cycliques et les percussions de plus en plus martiales. L’ensemble prend alors des airs de procession funèbre, enterrement de première classe pour un projet assez unique en soi. Déposant à intervalles réguliers des intermèdes Ambient (l’intro « Gate Of Shields », efficace et brève, « Gate of Uncreation », apaisée et mélodique, le final « Gate of Vexations », électronique et zen), Ephemeral Domignostika nous offre donc un album aux détours pensés, aux fluctuations réfléchies, et ne se contente pas de jeter en pâture aux nihilistes quelques idées éparses. Ses morceaux sont de facture professionnelle, et tiennent largement debout malgré une durée globale assez étendue. Certains auraient même de quoi devenir des classiques (j’en reviens au phénoménal « Depth Ascension » et au traumatique « Hidden Supernal », sortes d’adaptations des répétitions hypnotiques des premiers SWANS dans un idiome purement BM), et au final, malgré ce gimmick d’homme-orchestre qui sera à n’en point douter le point de focalisation des traqueurs d’exotisme extrême, PANDISCORDIAN NECROGENESIS est bien plus qu’un simple numéro de clown triste, mais bien un projet viable, aux aspirations artistiques indéniables.                        

     

Titres de l'album :

                          1.Gate of Shields

                          2.Outer Supernal

                          3.Void Supernal

                          4.Hidden Supernal

                          5.End Supernal

                          6.Gate of Uncreation

                          7.Blood Ascension

                          8.Throne Ascension

                          9.Rift Ascension

                         10.Depth Ascension

                         11.Gate of Vexations

Facebook officiel


par mortne2001 le 03/12/2018 à 17:43
80 %    261

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Darkult

Darkult

Sons Of Morpheus

The Wooden House Session

Seven Spires

Emerald Seas

The Dues

Ghosts Of The Past

Quiet Riot

Hollywood Cowboys

Angel Witch

Angel Of Light

Vastum

Orificial Purge

Divide

From Seed to Dust

Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Depraved + Adx + Factor Hate

01/03 : Salle Des Fêtes, Fismes (51)

Napalm Death + Rotten Sound + Eyehategod

03/03 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Merci pour vos réponses les amis.


@Humungus: Désolé d'avoir voulu te renseigner et d'ignorer que tu sais ce qu'est un patch. La prochaine fois, t'inquiète, je m'abstiendrai.


@Sinii : en effet, c'est ce que j'ai pu lire également (malheureusement je ne sais plus où...)


Tu m'étonnes. Je note la cover réussie de cet album en attendant d'en entendre un premier extrait.


C'est pas le gars de Deathcode Society qui a composé le nouvel album?
Je crois avoir lu ça quelque part...


Grande nouvelle. 2020 sera scène extrême française ou ne sera pas !


Rose Hreidmarr au chant comme pour le précédent album. Pour le reste je sais pas... Pas de line-up annoncé sur Metal Archives (pour l'instant).


Ben voila, il n'y a pas de raison que le metal français n'ai pas le droit à son mélodrame de nom ;). Bon pour le moment nous avons qu'une seule version de l'histoire...

Pour parler musique, j'avais beaucoup aimé "Sur les falaises de marbre", surement un de mes albums préféré de 2(...)


Mmm, musicalement, les deux derniers albums étaient intéressants, pas faciles en terme de composition, mais plutôt ambitieux et instrumentalement réussis, même parfois brillants. Rien à dire sur le parti-pris et la prise de risque. C'est la voix de Greene qui ne me séduit pas au point d'achet(...)


A noter qu'a priori il y a baleine sous gravier avec ce retour de GLACIATION, au vu du post publié par Valnoir sur sa page fb => https://www.facebook.com/jean.simoulin.7/posts/651167092299009?__tn__=K-R
Pour ceux qui ont la flemme de lire en anglais, les collègues de Scholomance Webzine ont (...)


Bon, j'ai pas encore écouté ce dernier album, mais le peu que je m'en suis fourré dans les esgourdes pour l'instant ne me fait pas changer d'avis sur ce groupe que j'ai tant vénéré dans les 90's.
De fait, Yoloman + 1 000 000 !!!


Un des dieux de mon petit panthéon personnel.
Quand on sait que j'ai débuté ma carrière Métallique en me plongeant corps et âmes dans AC/DC, c'est donc à mon sens tout bonnement indispensable.


Tellement mauvais et tellement drôle à la fois qu'on leur accorde l'indifférence avec mansuétude.


"quand on veut écouter du vieux Death Metal qui schlingue la gerbe et la bile, on se coltine un vieil INCANTATION, un des premiers BOLT THROWER, et vogue la gerbe le long du canapé"
:D !


Ah et puis Sieur Simony, je n'ai pas pu attendre votre fameux crédit à si faible taux...
Ma pré-commande est déjà passée.


Titre plus que prometteur en effet !


Après quelques minutes de recherche sur la toile, voici ce qu'il y a réellement dans cette fameuse box :
"Vinyl Features:
+ Mud-Green / Black Marbled Vinyl
+ Gatefold Jacket
+ A1 Size Poster (~23.4" x 33.1")

Box Set Includes:
----------------------
(...)


@Blind :
Ah ah ah !!! !!! !!!
Ton intervention (très gentille au demeurant...) m'a laissé perplexe quelques secondes avant de me rendre compte que tu avais mal compris mon propos : N'ayant pas vu de descriptif de ladite box et ne m'étant donc fié qu'aux photos de NUCLEAR BLAST, je ne(...)


@Humungus: Les patches ce sont les bon vieux écussons à coudre sur ta veste en jean ou ton cuir (ou comme le faisait le lycéen que j'étais au début des années 2000 sur ton sac à dos Eastpack).


T'as ça aussi sur le label d'origine Metal Blade. Bon morcif, déjà que le EP contient un sacré titre, ils ont gardé leur sens de la composition, les gaziers. Hâte d'avoir ça en mains.