Je me disais justement récemment que j’avais laissé de côté le Black Metal au profit de musiques plus consensuelles et moins nihilistes. Il était donc temps d’essayer de rattraper mon retard, mais pas de n’importe quelle façon. Il me fallait trouver un projet suffisamment intéressant pour m’y plonger, et une fois encore, c’est l’expérimental qui m’a décidé, lorsque je suis tombé sur le second longue-durée d’un projet assez étrange, tant sur le papier que sur le vinyle. Et c’est bizarrement de Californie que l’exutoire m’est arrivé, état bien peu propice aux exactions sombres et autres misanthropies ombrageuses. De là nous en vient le concept PANDISCORDIAN NECROGENESIS, actif depuis 2008, mais assez mesuré en termes de production discographique, puisqu’outre un premier LP publié en 2010, le groupe n’a édité que trois démos en 2009, 2014 et 2018. C’est donc une longue pause de huit ans qui aura été nécessaire aux musiciens pour revenir sur le devant de l’autel, bien que le pluriel ne soit pas de mise dans ce cas précis. Car une fois encore, c’est un one-man-band dont nous traitons, mené de capuche de velours et de gant de fer par Ephemeral Domignostika (ASUBHA, MASTERY, PALE CHALICE, ULTHAR, ex-HORN OF DAGOTH), alias Steve Peacock pour l’état civil, qui nous propose avec cet Outer Supernal une conception bien personnelle du Raw Black. Raw Black pour l’économie de moyens, mais surtout par essence, puisque loin de se contenter de nous refourguer deux ou trois plans décharnés jusqu’à la moelle et déjà curés par les DARKTHRONE et l’école canadienne, l’américain s’est livré à un véritable travail de recherche et de composition pour organiser ses idées, et nous livrer l’un des albums les plus fascinants du cru, sans dévier des dogmes du genre qui interdisent formellement les fioritures. Pour autant, inutile de vous attendre à un son faisant passer les premières démos de GNAW THEIR TONGUES pour des signatures de Bob Ezrin, puisque la production de ce second long est épaisse, suffisamment en tout cas pour capter les tonalités et les mélodies de riffs qui ne manquent pas de piquant.

Mais là où l’intérêt s’éveille, c’est lorsqu’on remarque dans quelles conditions cet album a été enregistré. Les projets solitaires étant monnaie courante dans le BM, le fait qu’un seul homme joue de tous les instruments n’a rien de surprenant en soi. Mais le fait qu’il joue de tous les instruments en même temps est déjà beaucoup moins banal, d’autant plus que le musicien s’en tire très bien dans son rôle d’homme-orchestre. Nous célébrons donc l’avènement du premier Remy Bricka de l’ère Black, à l’exception près que Steve n’a pas de colombe sur sa grosse caisse, mais bien un corbeau sur ses épaules. Mais en dépit de ces allusions assez cocasses, il n’en reste pas moins que la performance est assez bluffante, puisque loin d’une prestation de cirque, le jeu global de l’homme tient admirablement bien la route, répondant d’ailleurs à des critères d’improvisation assez étonnants eux aussi. Pour être plus clair, en se basant sur une structure réduite de percussions, guitare et voix, Ephemeral Domignostika manipule donc les pédales et la caisse claire de sa batterie avec les pieds, tout en jouant de la guitare et en chantant, ce qui n’est pas donné à tout le monde. Accordons donc au musicien un sens du rythme assez poussé, mais aussi une inspiration plurielle, puisque son BM s’accommode fort bien de principes Raw tout en tâtant de l’Ambiant, histoire de créer une ambiance envoutante et nous entraîner dans son monde bien particulier.

Après avoir jeté une oreille par curiosité sur son premier effort, Cerebral Quasaric Lacerations, je constate des progrès énormes accomplis au niveau pratique instrumentale et agencement des idées, et une créativité accrue qui permet à Outer Supernal de se hisser bien au-dessus de la masse grouillante de groupes de BM de caniveau. Car si l’autodiscipline a poussé le musicien à se passer de comparses et à réfuter tout overdub pour capter sa musique en live, cette dernière n’en est pas moins logiquement structurée, et surtout, terriblement accrocheuse. Dans une veine de BM roots old-school des années 90, le bonhomme s’en tire avec les honneurs, et développe un BM rapide et sans pitié, toutefois conscrit dans un périmètre mélodique et logique assez ferme. Pas de bruit continu, pas de feedback excessif, pas de Noise à craindre, mais plutôt de la violence gardée sous contrôle, et une envie de jouer une musique simple et directe, mais suffisamment futée pour intéresser les plus exigeants. On pense évidemment à l’école US du genre trempant sa plume dans l’acide scandinave, mais aussi à des réminiscences des cousins du Nord, canadiens jamais avares d’ambiances sombres et de guitares crues. D’ailleurs, Ephemeral Domignostika a l’intelligence de varier les tempi et les textures, passant d’un morceau purement épileptique à des lourdeurs extrêmes héritées du BATHORY période viking ou du DARKTHRONE le plus glauque et claustrophobique (« Throne Ascension », incroyable de se dire que ce morceau empathique a été enregistré par un homme jouant de tous les instruments simultanément), jouant même parfois le jeu dangereux de la dissonance à outrance pour déformer le reflet morbide projeté (« Hidden Supernal », méchant comme du PRIMITIVE MAN et souillé comme du DODECAHEDRON passé au ralenti de la moulinette ENCOFFINATION), réussissant son pari de variété sans dénaturer l’homogénéité de l’œuvre.

D’ailleurs, la fin de l’album, en decrescendo de rapidité nous embarque dans une descente aux enfers programmée, les riffs devenant de plus en plus cycliques et les percussions de plus en plus martiales. L’ensemble prend alors des airs de procession funèbre, enterrement de première classe pour un projet assez unique en soi. Déposant à intervalles réguliers des intermèdes Ambient (l’intro « Gate Of Shields », efficace et brève, « Gate of Uncreation », apaisée et mélodique, le final « Gate of Vexations », électronique et zen), Ephemeral Domignostika nous offre donc un album aux détours pensés, aux fluctuations réfléchies, et ne se contente pas de jeter en pâture aux nihilistes quelques idées éparses. Ses morceaux sont de facture professionnelle, et tiennent largement debout malgré une durée globale assez étendue. Certains auraient même de quoi devenir des classiques (j’en reviens au phénoménal « Depth Ascension » et au traumatique « Hidden Supernal », sortes d’adaptations des répétitions hypnotiques des premiers SWANS dans un idiome purement BM), et au final, malgré ce gimmick d’homme-orchestre qui sera à n’en point douter le point de focalisation des traqueurs d’exotisme extrême, PANDISCORDIAN NECROGENESIS est bien plus qu’un simple numéro de clown triste, mais bien un projet viable, aux aspirations artistiques indéniables.                        

     

Titres de l'album :

                          1.Gate of Shields

                          2.Outer Supernal

                          3.Void Supernal

                          4.Hidden Supernal

                          5.End Supernal

                          6.Gate of Uncreation

                          7.Blood Ascension

                          8.Throne Ascension

                          9.Rift Ascension

                         10.Depth Ascension

                         11.Gate of Vexations

Facebook officiel


par mortne2001 le 03/12/2018 à 17:43
80 %    133

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

First Signal

Line of Fire

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Ministry

18/06 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Photo Stream

Derniers coms

Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)


Je n'entends pas du tout le truc Crust dans ce disque... Par contre, c'est un sacré putain de bon disque, avec un nombre de riffs qui tuent complètement affolant ! Entre Death Mélo et Dark Metal suédois. On oscille pour ma part entre du Tribulation plus vénère, moins prog' et du Dissection pé(...)


"Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired."

1988 soit 30 ans passé.

Oui ils ont quand même sorti un très bon album depuis indiscutable depuis...Le Black Album ! Il y a 28 ans...

-
<(...)


Voir un groupe aussi lourdaud que le Metallica actuel reprendre Thin Lizzy c'est quand même la honte. Finalement Jojo c'était parfait pour eux.


Hate d'écouter la suite un groupe que je trouve vraiment excellent dans le style...bref un beau voyage auditif pour moi.