Je me souviens de ma jeunesse, lorsque je regardais la coupe du monde à la télé (car oui, je n’ai pas toujours eu que des qualités, je dois bien le reconnaître), je pestais, j’enrageais aux cotés de mon père en me posant cette sempiternelle question : mais qui va bien pouvoir battre les allemands et faire baisser leur côte de confiance ? Au bout d’un moment et deux demies-finales homériques, la frustration atteignait des proportions dramatiques, et un fort sentiment d’anti-germanisme flottait dans la maisonnée…Aujourd’hui, je regarde toujours la coupe du monde (j’ai toujours quelques défauts qui traînent, je sais rester humble), mais j’aborde les choses plus sereinement. Et il semblerait que ce sentiment de défiance globale, cette envie de voir les icones se fracasser la tronche sur le trottoir de la réalité a effectué une translation du football à la musique. D’où ma question du jour : à quel moment les suédois vont-ils arrêter de nous narguer avec leurs groupes toujours plus excellents les uns que les autres et leurs exportations d’albums de génie qui nous refilent des complexes ? Non, parce que c’est bien mignon tout ça, mais ils doivent commencer à se sentir seuls dans leur nord de l’Europe, isolé des autres peuples de par leur capacité sans cesse grandissante à phagocyter tous les styles musicaux mondiaux de la création pour en restituer une synthèse personnelle, et extrêmement brillante…Je ne m’amuserai certainement pas à recenser tous les exemples apportant de l’eau à mon moulin, puisque vous les connaissez aussi bien que moi, mais force est d’admettre que l’hémorragie continue aujourd’hui avec la parution du second LP des nationaux ROCKETT LOVE, Greetings from Rocketland qui redresse méchamment la barre d’un premier tome qui n’avait pas forcément laissé de souvenir impérissable. Alors non seulement ces swedes sont capables de nous gifler sans élan, mais ils ont en sus le potentiel d’atténuer leurs moindres défauts pour s’imposer sur la durée…ce qui laisse songeur, mais aussi passablement agacé.

Grab The Rocket, le premier chapitre, n’était pas mauvais stricto sensu, mais il ne s’en dégageait aucun génie particulier, ni même un savoir-faire appréciable. Les compositions s’enchaînaient, taquinant le Soft Rock tiède pour essayer d’imposer un Hard Rock mélodique assez anonyme, et autant dire que personne n’aurait misé grand-chose sur cette équipée, avant de pouvoir écouter la suite de leurs aventures. Ce qui m’a mis la puce à l’oreille, c’est d’abord cette production signée Erik Martensson (ECLIPSE, W.E.T), cador qui n’a pas l’habitude d’embarquer avec les premiers matelots venus. Cette production, que l’on apprécie pendant plus de quarante minutes est évidemment impeccable, mais uniquement parce qu’elle a été mise au service de compositions bien plus étincelantes que le répertoire précédent, encore plus pâle aujourd’hui. Les cinq originaires de Sala (Daniel Samuelsson: chant, Stefan Westerlund & Gustaf Eklund: guitars et choeurs, Dennis Vestman: basse et Fredrik Ahlin: batterie) ont donc retroussé leurs manches, pour enfin faire honneur à leur label légendaire, qui lui non plus ne verse pas vraiment dans le caritatif, lui préférant les groupes de qualité susceptible d’accroître sa renommée et de remplir ses caisses. Et avec Greetings from Rocketland, les espèces sonnantes et trébuchantes mais aussi la crédibilité vont pleuvoir comme les proverbiales grenouilles. Ne cachons pas les choses, ne déguisons pas le discours, les ROCKETT LOVE ont monté le niveau de plusieurs crans, pour s’afficher aujourd’hui comme l’espoir numéro 1 de la scène Hard mélodique suédoise, pourtant déjà bien chargée en champions. Leurs morceaux, courts, concis, gorgés d’harmonies vocales et de mélodies sucrées n’en ont pas perdu la puissance en route, et dans les meilleurs moments, c’est-à-dire à peu près tous, les cinq musiciens parviennent à une osmose générale à faire rougir les JOURNEY. On retrouve la patte des icônes américaines sur certains titres, comme l’imparable « Writing on the Wall », archétype du hit AOR des années 80, qu’on aurait bien vu s’enchaîner à « Suzanne » sur les ondes d’une radio US des années 86/87. Pour le moins? Oui, et l’estimation est très raisonnable.

Mais le glissement du consensus mou à l’épiphanie secouant les genoux est palpable dès le tube d’intro “Back on my Feet”, qui de son titre vaut tous les aveux du monde. Ambiance à la suédoise pompant les plans US des années 80, avec un gros clin d’oeil appuyé aux nouveau héros modernes (ECLIPSE, H.E.A.T, MIDNITE CITY), humeur jumpy qui nous évite les poncifs les plus éculés du romantisme niais ou les débordements de rouge à lèvres du Sleaze le plus excessif, et on se croirait presque revenu au temps des magiques BALANCE, avec un « Bite The Bullet » aussi proche du survolté Jami JAMISON que d’une version light de nos BLACKRAIN. Les riffs sont certes classiques, mais le tout dégage une telle énergie qu’on se laisse happer par le vent de folie, raisonnable dans le fond, mais ébouriffant dans les faits. Les suédois ont donc bien compris la leçon, et ont conféré à leur second long des allures de best-of déguisé, soignant chaque détail pour le rendre imperfectible. Timing resserré pour ne pas déborder, refrains collégiaux qui sentent bon la bande FM d’il y a trente ans, soli torchés comme à la parade (solide travail de Gustaf Eklund qui fait feu de tout bois et qui donne l’accolade fraternelle au Malmsteen de la période Joe Lynn Turner), et assouplissements qui ne trahissent pas l’investissement, lorsque la chaleur baisse de quelques degrés pour bloquer le thermostat sur la douce moiteur des eighties de TREAT (« I Want Out »). Résultat, un équilibre parfait, une qualité qui ne se dément pas d’un morceau à l’autre, plus de fillers ni de chansons mornes et tièdes, et des claques de bonne humeur qu’on se prend avec bonheur, qu’elles soient délicates et vivifiantes (« Get Ready Go ! »), ou qu’elles tiennent de la caresse aimante (« Take Me Home », un peu de PRETTY MAIDS, un peu de BRIGHTON ROCK, et pas mal d’émotion…).

Le muscle saillant et le sourire poli, les ROCKETT LOVE ont gagné en assurance, et même en free-lance, donnent le la de la fête à la mélodie, avec un formalisme fondant (« King for One Day »), ou un durcissement Heavy bien pesant, mais jamais contraignant (« Reaching Out »). Quelques libertés avec le rythme et une poignée de syncopes dynamiques (« Wait »), et la confirmation éclate comme une bulle de vérité pendant une réunion du comité de la mauvaise foi : les suédois sont toujours les rois, mais peut-on leur en vouloir ? Ils ont le talent, ils ont l’envie, ils ont l’énergie, alors il n’est guère étonnant de constater leur triomphe permanent. Avec Greetings from Rocketland, le quintet nous envoie une carte postale signée fluo, avec les hommages d’usage, mais une sincérité dans la plume qui fait des ravages. Un truc aussi sensuel qu’une californienne en patins à roulettes, aussi frais qu’un soda en plein été, mais qui risque fort de tenir plus qu’une saison. La Suède n’est donc définitivement pas l’autre pays des faux mages.    

 

Titres de l'album :

                            1. Back on My Feet

                            2. Bite the Bullet

                            3. I Want Out

                            4. Get Ready Go!

                            5. Take Me Home

                            6. King for One Day

                            7. Writing on the Wall

                            8. Reaching Out

                            9. Like an Endless Distant Sky

                           10. Wait

                           11. A Heart Without a Soul

Facebook officiel


par mortne2001 le 21/12/2019 à 19:04
90 %    311

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Seven Spires

Emerald Seas

The Dues

Ghosts Of The Past

Quiet Riot

Hollywood Cowboys

Angel Witch

Angel Of Light

Vastum

Orificial Purge

Divide

From Seed to Dust

Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Depraved + Adx + Factor Hate

01/03 : Salle Des Fêtes, Fismes (51)

Napalm Death + Rotten Sound + Eyehategod

03/03 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Rose Hreidmarr au chant comme pour le précédent album. Pour le reste je sais pas... Pas de line-up annoncé sur Metal Archives (pour l'instant).


Ben voila, il n'y a pas de raison que le metal français n'ai pas le droit à son mélodrame de nom ;). Bon pour le moment nous avons qu'une seule version de l'histoire...

Pour parler musique, j'avais beaucoup aimé "Sur les falaises de marbre", surement un de mes albums préféré de 2(...)


Mmm, musicalement, les deux derniers albums étaient intéressants, pas faciles en terme de composition, mais plutôt ambitieux et instrumentalement réussis, même parfois brillants. Rien à dire sur le parti-pris et la prise de risque. C'est la voix de Greene qui ne me séduit pas au point d'achet(...)


A noter qu'a priori il y a baleine sous gravier avec ce retour de GLACIATION, au vu du post publié par Valnoir sur sa page fb => https://www.facebook.com/jean.simoulin.7/posts/651167092299009?__tn__=K-R
Pour ceux qui ont la flemme de lire en anglais, les collègues de Scholomance Webzine ont (...)


Bon, j'ai pas encore écouté ce dernier album, mais le peu que je m'en suis fourré dans les esgourdes pour l'instant ne me fait pas changer d'avis sur ce groupe que j'ai tant vénéré dans les 90's.
De fait, Yoloman + 1 000 000 !!!


Un des dieux de mon petit panthéon personnel.
Quand on sait que j'ai débuté ma carrière Métallique en me plongeant corps et âmes dans AC/DC, c'est donc à mon sens tout bonnement indispensable.


Tellement mauvais et tellement drôle à la fois qu'on leur accorde l'indifférence avec mansuétude.


"quand on veut écouter du vieux Death Metal qui schlingue la gerbe et la bile, on se coltine un vieil INCANTATION, un des premiers BOLT THROWER, et vogue la gerbe le long du canapé"
:D !


Ah et puis Sieur Simony, je n'ai pas pu attendre votre fameux crédit à si faible taux...
Ma pré-commande est déjà passée.


Titre plus que prometteur en effet !


Après quelques minutes de recherche sur la toile, voici ce qu'il y a réellement dans cette fameuse box :
"Vinyl Features:
+ Mud-Green / Black Marbled Vinyl
+ Gatefold Jacket
+ A1 Size Poster (~23.4" x 33.1")

Box Set Includes:
----------------------
(...)


@Blind :
Ah ah ah !!! !!! !!!
Ton intervention (très gentille au demeurant...) m'a laissé perplexe quelques secondes avant de me rendre compte que tu avais mal compris mon propos : N'ayant pas vu de descriptif de ladite box et ne m'étant donc fié qu'aux photos de NUCLEAR BLAST, je ne(...)


@Humungus: Les patches ce sont les bon vieux écussons à coudre sur ta veste en jean ou ton cuir (ou comme le faisait le lycéen que j'étais au début des années 2000 sur ton sac à dos Eastpack).


T'as ça aussi sur le label d'origine Metal Blade. Bon morcif, déjà que le EP contient un sacré titre, ils ont gardé leur sens de la composition, les gaziers. Hâte d'avoir ça en mains.


"J'vous ai d'jà dit que j'prêtais d'l'argent à des taux pas dégueulasses ?"


La pochette, c'est un peu ce qui reste sous mon cerisier à une certaine période.


Rooohhhlala !!!
Je viens de voir qu'il y avait actuellement chez NUCLEAR BLAST une preorder pour une box collector de ce futur album avec double vinyles + double CDs + drapeau + slipmat + patchs (autocollants ?)…
Pas bon pour mes finances tout ça bordel !


Dommage que ce soit loin de chez moi...


Miam miam !!!


Si mais il a quitté le groupe entre l'enregistrement et la sortie, d'où son absence dans le clip, même si, je te le concède, si Jean Noel avait été présent dans le clip, ça n'aurait pas été déconnant non plus.