Heroine

Thornhill

03/06/2022

Unfd

J’aime bien trouver des accroches stupides pour mes chroniques. Tiens par exemple, pour celle-ci j’ai préparé un :

Tu aimes les DEFTONES et les SMASHING PUMPKINS? Alors écoute ça.          

Putassier au possible, racoleur, et pourtant, assez proche de la vérité, quoiqu’en disent les pages spécialisées qui rangent les THORNHILL dans la catégorie la plus réductrice, celle du Metalcore. N’ayant pas écouté de Metalcore depuis des lustres, je ne aurais dire si cette catégorisation est vraiment stupide ou légèrement pertinente, mais ce que je sais, c’est que ce deuxième album du quintet est solide, créatif, nostalgique, mélodique, et accrocheur en diable. THORNHILL est un millésime 2015 austral, de Melbourne la grande, et un groupe qu’on suit de très près depuis son premier et excellent album The Dark Pool. Ce premier jet a suscité l’enthousiasme des foules australiennes, et démarré un petit feu de forêt en Europe et aux Etats-Unis, assez prompts à réagir en cas d’étincelle probante et dangereuse.

The Dark Pool, entre Post-Grunge, Alternatif et Metalcore en filigrane contenait son lot de tubes, et son tube de professionnalisme. Impressionnant de maitrise, ce premier disque propulsait le quintet (Jacob Charlton au chant, Ethan McCann et Matt "MVD" Van Duppen aux guitares, Ben Maida à la batterie et Nick Sjogren à la basse) sous les feux de la rampe, leur autorisant des tournées, des festivals pour faire le plein de fans en attendant la suite des évènements. Et cette suite, la voici, promue par le gros indépendant national UNFD qui affiche une foi sans faille envers ce poulain encore sauvage et capable de ruées dangereuses.

Avec cette réputation bien acquise, le quintet de Melbourne avait une sérieuse carte à jouer, mais aussi une sacrée gageure à relever. Faire mieux, et non aussi bien, convertir de nouveaux croyants, et nous offrir un album à la hauteur de cette attente énorme. Et sans faire durer le suspense inutilement, je précise immédiatement que cette gageure a été relevée avec brio, puisque Heroine est encore plus addictif que le shoot précédent, et qu’il laisse des séquelles notables sur l’organisme, dont une dépendance immédiate et tenace.

Héroïne de film ou héroïne qu’on s’injecte dans les veines ? Les deux mon capitaine, et les onze morceaux de cette nouvelle cargaison sont autant d’étapes entre la lucidité et la chute des sens, passant par la case extase, l’état de bien-être chimique, la paranoïa, la peur et le sueur qui perle sur le front d’un superhéros qui n’en est un que grâce à cette drogue loin d’être bon marché.

Au début de leur carrière, les THORNHILL utilisaient des comparaisons assez génériques pour cerner leur approche artistique. Ils citaient sans honte AMITY AFFLICTION, MUSE et NORTHLANE comme influences majeures, dont ils semblent légèrement se dégager aujourd’hui. Celle de MUSE reste tangible en version trip-Hop fatigué et distancié (« Valentine », un single imparable et un faux rythme électronique léthargique et traînant), mais le reste est trop personnel pour être mis sur un pied d’égalité avec d’autres références.

De là, je me fiche bien de savoir si les THORNHILL sont Metal, Rock, Alternatif ou Post quoi-que-ce-soit. Après tout, on ne met pas TOOL ou les DEFTONES à la porte lorsqu’ils ouvrent leurs horizons, même si les riffs restent le moteur de la passion de notre lectorat. Et des riffs justement, vous en avez ici, au parfum très subtilement nineties, mais à l’énergie incroyable (« Casanova », autre hit qui reste dans la tête et qui permet à Jacob Charlton de mettre en avant son falsetto), des riffs qui durcissent des motifs plus souples, presque évanescents, mais contaminés d’un Rock généraliste et symptomatique de la vague alternative US d’il y a trente ans ou plus (« The Hellfire Club », ouverture gracile et racée).

Construit et pensé comme une évolution naturelle et une mutation des humeurs, Heroine est passionnant, captivant, et presque euphorisant dans sa progression mélodique et rythmique. Bouché d’un interlude sublime (« Something Terrible Came with the Rain », Ambient et mélodique comme une philosophie zen urbaine), d’un morceau à l’électronique proéminente et au ton sombre (« Hollywood », vicieux come la capitale du cinéma), ou d’un mur du son compact comme du béton armé (« Varsity Hearts »).

S’achevant sur un title-track plutôt enlevé bouclant la boucle, Heroine est un admirable travail fourni par ce jeune groupe australien à l’avenir ensoleillé. Passant en revue toutes les références admises, cet album s’adresse à tous les musicophiles ouverts d’esprit, capables de faire fi des querelles de genre pour apprécier une pièce de musique superbe et puissante, à la croisée des chemins. J’ai personnellement apprécié ce voyage aux étapes différentes mais toutes charmantes, et cette façon de traiter les traumas par des progressions envoutantes qui brouillent les sens.  

              

De quoi repartir pour une tournée triomphale, des festivals blindés avec nombreux fans au premier rang, et éventuellement, une percée dans les charts locaux, ce qui ne serait que récompense bien méritée. 

 

        

Titres de l’album :

01. The Hellfire Club

02. Leather Wings

03. Blue Velvet

04. Arkangel

05. Valentine

06. Casanova

07. Something Terrible Came with the Rain

08. Hollywood

09. Raw

10. Varsity Hearts

11. Heroine


Bandcamp officiel


par mortne2001 le 26/06/2022 à 17:41
80 %    75

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

J'irai Mosher chez vous ! Episode 4 : Seattle

Jus de cadavre 12/08/2022

J\'irai mosher chez vous

Suffocation + Kharkov

RBD 08/08/2022

Live Report

Hysteria

mortne2001 04/08/2022

From the past

Voyage au centre de la scène : DEATH POWER

Jus de cadavre 31/07/2022

Vidéos

Incantation + Akiavel + Horror Within

RBD 30/07/2022

Live Report

Appetite For Destruction

mortne2001 21/07/2022

From the past

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 3

mortne2001 18/07/2022

La cave

HELLFEST 2022 / Part 2 / Du jeudi 23 au dimanche 26 juin

Jus de cadavre 06/07/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Moi

Je confirme, le réalisateur est le même pour les 2 vidéos, et le créateur de Gaerea

12/08/2022, 11:43

Jean

C’est vrai que la plupart des artistes ont déjà tourné dans des festivals cet été en France . C’est pas la folie 

12/08/2022, 09:06

Humungus

C'est moi ou l'affiche n'est vraiment pas folle cette année ?

12/08/2022, 07:10

Fred

Croisé une fois, ce mec est une sorte de connard fan de l'Action Française et nostalgique d'un temps révolu, dommage qu'il n'ait pas l'honnêteté d'en parler dans cet interview. Saoulant et gavant.

11/08/2022, 21:06

Jus de cadavre

Merci pour ce très bon report (comme d'habitude) RBD.Nous avons encore et toujours la même vénération pour Suffocation, hé hé. Un groupe éternellement en immense forme sur scène. On se demande quand ils baisseront de r(...)

11/08/2022, 18:39

Simony

Je retiens MOOR et DEATH FILE RED avec LYMBOLIC SCYTHE dans un coin de la tête parce qu'il y a quelque chose je trouve dans cette démo...Merci Mortne2001 pour cette mise en lumière des suintantes abimes du Metal

11/08/2022, 08:20

Satan

@ Gargan : Pour le coup le réalisateur est apparemment un membre de Gaerea par ailleurs...

10/08/2022, 21:36

zfiaj

épingleR

10/08/2022, 18:04

Gargan

Peut être plus au réalisateur du clip d'être blâmé, mais ça fait du buzz pour les deux après tout.

10/08/2022, 10:07

Hip Fire

❤️

10/08/2022, 05:28

Satan

Oui c'est assez moyen, même si pour le coup le seul vrai reproche vient du fait d'avoir utilisé le même décor. Car je rappelle que les univers musicaux sont drastiquement différents, donnant un rendu final lui aussi différent.

09/08/2022, 23:36

Orphan

Copié un clip pas terrible, d'un groupe du même pays au même endroit...bordel la s'est fort. A cela tu rajoutes la dégaine d'Mgla, la cagoule serigraphié et tu est à un niveau de fils de puterie pas mal la. 

09/08/2022, 09:29

Moshimosher

Ah, ouais... tout de même... ça craint ! 

09/08/2022, 00:36

Saul D

ca me rappelle mon premier numéro acheté du fanzine METALORGIE ( ils parlaient des démos de DEATh POWER), le #10 avec Kevin Kuzma et Blood Feast en couverture...

08/08/2022, 16:08

Simony

Sold out en 5 heures....

08/08/2022, 12:42

Gargan

Ils ont troqué le look pirate à celui de paysan (bottes et gibson, c'était assez inédit), un peu dommage &nb(...)

08/08/2022, 10:15

Humungus

Pour les frontaliers, ils seront également au Metal Méan le 20 août.

08/08/2022, 07:01

gasdf

Jamais aimé ce style pseudo-brutal et ce groupe.

06/08/2022, 21:08

Muqueuse chiasseuse

Gatecreeper, c'est du pseudo death d'homosexuel variolé du singe.

05/08/2022, 21:07

Muqueuse chiasseuse

Deux doigts coupe-faim.

05/08/2022, 21:04