In The Beginning

Cro-mags

19/06/2020

Arising Empire

J’ai eu la chance de voir il y a peu sur la RTBF l’excellent documentaire Punk, retraçant l’histoire de cette musique hors-norme. Bien évidemment, tous les acteurs majeurs étaient là, du Pop à Lydon en passant par le seul RAMONE en vie, mais une fois n’est pas coutume, l’émission populaire s’intéressait aussi au prolongement logique du Punk dans les années 80, le Hardcore. C’est ainsi que les BAD BRAINS, Ian Mckaye et Harley Flanagan se retrouvaient sur le canapé pour une interview, avec des images d’archives en arrière-plan. Et quelle joie d’y retrouver le jeune Harley Flanagan, cognant sa batterie comme un damné dans les STIMULATORS, alors qu’il n’était encore qu’un pré-ado pas encore en crise. On sentait chez ce gamin une rage et une passion hors du commun, et il n’est vraiment pas étonnant de le retrouver aujourd’hui en garant de la légende du Hardcore new-yorkais, tel que son groupe les CRO-MAGS l’a défini dans les eighties. Vingt ans que nous étions sans nouvelles fraîches du combo mythique, et entre les batailles légales et les bastons physiques, il était assez logique de se demander si le combo avait encore un avenir et pas simplement un glorieux passé. Mais grâce à un arrangement légal, ce bon vieux Harley peut enfin continuer sa route en toute quiétude sous le nom CRO-MAGS, et c’est très légitimement que le bassiste/chanteur légèrement sanguin nous offre un nouvel album, vingt ans après Revenge. Je ne serai que très peu objectif durant la chronique de ce nouvel LP, et ce pour plusieurs raisons. Même s’il est partiellement constitué de plusieurs EP parus en 2019 (Don’t Give In et From The Grave), même s’il n’apporte pas de nouvelle eau au vieux moulin, il est l’œuvre d’une des figures les plus essentielles et attachantes du NYHC, et mérite à ce titre le respect avant même de l’avoir écouté.

Et après l’avoir écouté, les choses deviennent plus objectives, puisqu’il est énorme. Entouré de sidekicks de première bourre, avec la participation inattendue de Rocky « ST » George à la guitare, In The Beginning est comme son nom l’indique une introspection nous ramenant à la jeunesse de ce gamin irascible, persuadé du bien-fondé de sa démarche, teigneux comme un rat n’ayant pas bouffé depuis une semaine, au faciès constamment déformé par les grimaces de rage. Harley, on est obligé de l’aimer, on est obligé de le respecter, parce qu’au même titre qu’une petite poignée de héros, il est inattaquable dans le fond, moins dans la forme. Certes, il a souvent fait parler de lui via ses déclarations tapageuses et pas toujours très fines, et pour ses coups de sang dangereux, mais excusez-le : ce mec vit le Hardcore et le Punk depuis le début de l’histoire, et n’entend pas mener sa vie autrement. Et parvenu à un âge de solide maturité, l’homme n’a pas changé, reste toujours aussi brutal et attaché à des valeurs traditionnelles. Après vingt ans d’absence, et malgré un solo portant le nom même de son groupe fétiche, Flanagan n’avait pas le droit à l’erreur, histoire de ne pas ternir la légende. Après tout, nul fan n’a oublié l’impact de Age of Quarrel ou Best Wishes, alors un truc brossé vite fait aurait tôt fait de gonfler et d’énerver tout le monde. C’est sans doute pour ça que le bassiste/chanteur a repris les deux EP parus l’année dernière, pour les agrémenter de nouveaux titres tout aussi recommandables. Et l’un dans l’autre, ce sixième LP en plus de trente ans de carrière est à l’image des premiers témoignages de la bande : un énorme coup de poing dans la face d’une Amérique dont les défauts n’ont pas changé, et se sont même accentués sous le règne débile de Trump l’orangé.

Orangé comme une belle combinaison qu’on porte derrière les barreaux. Une case violence que les acteurs et fans du Hardcore connaissent bien, eux qui viennent de la violente rue et qui ne sont jamais loin du dérapage en cas de désespoir. In The Beginning s’adressent à tous ceux ayant connu un parcours erratique ponctué de violence et de ressentiment, et sent l’urgence, mais aussi l’éthique, la foi, cette foi indéfectible en une musique énergique, puissante, et à la croisée des chemins entre le Punk et le Metal. En s’associant avec Rocky, Harley à fait le bon choix, et on a parfois le sentiment d’entendre la fusion improbable entre la Californie et le New-York des années 80 tant certaines chansons sonnent comme l’union de Venice et New-York, et l’association indirecte entre SUICIDAL TENDENCIES et les CRO-MAGS. Aucun blasphème dans cette constatation, puisque la guitare de Rocky n’a rien perdu de son efficacité, ni de sa virilité. Les  directions et décisions prises par Flanagan ne sont évidemment pas les mêmes que celles de Muir, mais on respire un air commun, spécialement lorsque la rythmique devient plus souple sur un morceau killer comme « One Bad Decision ». Mais autant vous prévenir, rien de neuf ne vous attend sur ce LP, rien que vous ne connaissiez déjà par cœur. Harley chante encore une fois avec ses tripes, donne l’impression de prêcher ou de soulever de la fonte en hurlant, mais l’effet produit est unique, et le son de sa voix est comme un appel au réveil de la lucidité. Aucun écart de conduite à noter, les morceaux sont courts, percutants, immédiats, et pourtant matures, solides, constants. Un peu trop diront certains, qui se satisferont très bien de la pirouette instrumentale de « Between Wars », qui évoque avec beaucoup plus d’amertume les années prison, dans la solitude et la peur d’un lendemain qui pourrait bien ne pas exister. 

Mais dès le lourd et emphatique « Don’t Give In », tout est dit, en pareil mais mieux. Harley la joue lourde, aussi lourd qu’il n’était euphorique derrière sa batterie au début des années 80, et ce tempo frénétique qui nous rappelle les AGNOSTIC FRONT nous replonge dans les sacro-saintes années Hardcore qui ont fait notre éducation, avec en bonus les soli toujours plein de flair et de fluidité de George. Rien à signaler, la sortie est d’importance, et beaucoup moins anecdotique qu’elle n’aurait pu l’être. En retrouvant enfin la légitimité d’un nom qu’il a toujours embrassé comme un crédo, Harley joue sa vie, comme il l’a toujours jouée, sans faux-semblants, sans faux-fuyants, et signe un manifeste de Hardcore à rendre honteux les BIOHAZARD (« PTSD », qui leur donne une leçon de crédibilité). A chacun de piocher ses morceaux préférés, du hargneux et véloce « One Bad Decision », au syncopé et chaotique « The Final Test », mais tout le monde de s’accorder sur un seul point : Harley Flanagan est une légende vivante et son groupe aussi. Au commencement comme à la fin. Que ceux qui ne comprennent pas ceci aillent se faire mettre bien profond.                       

                                              

Titres de l’album :

01. Don’t Give In

02. Drag You Under

03. No One’s Victim

04. From The Grave

05. No One’s Coming

06. PTSD

07. The Final Test

08. One Bad Decision

09. Two Hours

10. Don’t Talk About It

11. Between Wars

12. No Turning Back

13. There Was A Time


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 27/06/2020 à 18:26
85 %    633

Commentaires (5) | Ajouter un commentaire


Humungus
membre enregistré
28/06/2020, 13:53:45
Tes trois dernières phrases...
Tellement justes et justifiées...
mortne2001, je t'aime aussi pour ça !!!

LeMoustre
@93.4.16.166
29/06/2020, 16:49:47
Ah tiens, un nouveau Cro-Mags. Donc, Flanagan peut utiliser le nom, ok. A te lire ça a l'ait bien. Bon, ben, si on est du niveau de Best Wishes, ça ira parfaitement, même si ça serait inespéré. Sympa la contribution de Rocky G. aussi, ça attise ma curiosité. Merci pour ce papier

wada
@78.192.38.132
04/07/2020, 21:06:29
Il met son masque une fois sorti des transports en commun et il ne respecte pas la distanciation sociale. Il a tout compris cet abrutis !

LeMoustre
@93.4.16.166
07/07/2020, 10:37:44
Écouté vite fait pour avoir un aperçu, c'est quand même bien foutu, il a rien perdu, le Flanagan. L'apport de Rocky George est incontestable.

faust623
@78.205.46.55
01/09/2020, 19:04:18
Wada le clip a été fait bien avant le confinement Covid etc

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Arioch91

@Humungus : SIC... And Destroy !   Comme disait Coluche : la politique ? C'est quand on est poli et qu'on a(...)

26/01/2021, 10:45

Arioch91

@Humungus : je confirme pour The Rack. Plusieurs fois j'ai essayé mais sans jamais accrocher.Y a des albums comme ça

26/01/2021, 07:56

Humungus

Toujours "intéressant" (SIC !!!) quand la politique s'insère ici... ... ...

26/01/2021, 07:38

Humungus

Ne pas "rentrer" dans "The rack" ?!?!Bizarre étant donné la monstruosité de cet album...Quoi qu'il en soit, je plussoie sur HAIL OF BULLETS !Pis n'oublions pas le merveilleux GRAND SUPREME BLOOD COURT non plus hein !!!(...)

26/01/2021, 07:35

Arioch91

@Bones : merci pour l'idée, vais m'écouter les trois albums de Hail of Bullets, juste histoire de rattraper mon retard concernant le père Van Drunnen.

25/01/2021, 20:12

Bones

Ce dernier Asphyx n'est pas une montagne de nouveautés mais il est super efficace. On sent les vieux briscards qui connaissent parfaitement leur affaire.Etant un gros fan de Van Drunen, je vais décortiquer ses paroles en ne doutant pas que les morceaux vont s'en tro(...)

25/01/2021, 18:39

Jus de cadavre

Ouais, ils frappent fort les anciens avec cet album ! 

25/01/2021, 18:17

LeMoustre

Chez Accuser, en période récente, c'est Demoniac qu'il faut écouter. Plus violent, sorte de Testament sous amphétamines, il est à mon humble avis le meilleur de ce que Thoms  a produite depuis Who Dominates Who. Ah, si, le premeir album est aussi (...)

25/01/2021, 17:03

LeMoustre

Opposer les casseurs qui seraient bons à expédier aux bagnes de Cayenne pour casser des cailloux et les envahisseurs du Capitole n'est pas une bonne idée. L'objectif est pas le même, les casseurs sont souvent des racailles de délinquants multiréc(...)

25/01/2021, 11:47

Stench

Très étrange à dire mais sur le titre "Tree years of famine", j'entends Overkill de "Skullkrusher". Sinon, excellent album, bien sûr !

25/01/2021, 11:46

Arioch91

Je suis fan du timbre vocal de Van Drunnen depuis le Consuming Impulse de Pestilence mais j'avoue n'avoir jamais accroché au The Rack d'Asphyx et ne me suis jamais penché sur les sorties du groupe. Pas plus pour Hail of Bullets (si je me gourre pas).Mais &ccedi(...)

25/01/2021, 11:04

Solo Necrozis

Piñata of Pus, Necro Thicc, Uteronecrotic Descent of the Divine...Haha ces titres de merde, j'en ris comme un con devant mon PC.

25/01/2021, 10:12

Simony

En tout cas, le livestream proposé samedi était une boucherie totale. Avec ou sans public, les mecs se donnent, Martin plaisantent entre les morceaux et v'là comment ça défouraille sévère. Total respect pour ces mecs qui en imposent, vraiment (...)

25/01/2021, 08:17

POMAH

L'ambiance est chaude par ici...

25/01/2021, 08:06

Humungus

J'en suis déjà à ma troisième écoute consécutive...ACHAT OBLIGATOIRE BORDEL !!! !!! !!!PS : Martin je t'aime.

25/01/2021, 04:25

Pozo (bass)

Thanks for the review!I'll put our spotify link if you wanna follow ushttps://open.spotify.com/artist/0QwY3TM6Lvo6Ba8VGC67YL

25/01/2021, 01:07

Chemikill

Parler de la musique serait déjà un gros morceau.

24/01/2021, 22:59

jtdef

Avec Joe Bidon et l'imposteur Harris ils sont mal barrés.

24/01/2021, 21:11

Gargan

J'étais sur la défensive, le hard français des 80s étant pour moi ce que l'ail est à la mauvaise haleine, mais là, effectivement, c'est nase.

24/01/2021, 20:39

Gargan

HumHUM... On en parle du clip de sors immanis ? 

24/01/2021, 20:17