On ne vous l’a jamais faite celle-là ? Genre, « Si t’as faim, mange des cailloux ! ». Moi si. Et je connaissais même une grand-mère qui les suçait dans la cour de la maison. Bon la pauvre n’avait plus toute sa tête, et aussi marrante fut la scène, il y avait une grande tristesse là-dessous.

Et encore la pauvre ne faisait que manger des cailloux. Imaginez si elle avait suivi les conseils de cette horde de barbares US qui lui auraient certainement proposé de lécher une brique.

Quelle idée aussi…Mais gageons que si elle les avait connus, elle n’aurait pas gardé sa santé mentale intacte plus longtemps…

Concrètement, à quoi avons-nous droit ce matin ?

A un trio du Minnesota, basé à Minneapolis, et constitué de trois énergumènes (Jim Kahmann - Guitare/Chant, Joe Kahmann - Batterie, Tory Nelson - Basse/Chant), qui n’en sont pas vraiment à leur coup d’essai. Ils écument les bas-fonds du Brutal Death/Grind/Gore depuis plus de douze ans maintenant, ont sorti une jolie pelletée de skeuds tous aussi bourrins les uns que les autres, dont huit LP, ce Suck Brick étant le dernier en date.

Outre ces longues durée, et puisque la productivité à outrance est toujours de mise dans ce créneau bruyant, ils en ont profité pour collaborer avec d’autres tarés sur des splits pas vraiment formatés, du genre de BIRTH, NAK’AY, GIRTH, INOPEXIA, sans compter en sus toutes ces démos balancées comme autant de postulats de dégénérés.

Ici en effet, la raison est uniquement celle de celui qui joue le plus fort et le plus vite, alors autant dire que les DETERIORATION ont souvent le dernier mot.

Au vu de la pochette de ce huitième LP, il n’est pas certain que les trois olibrius aient de bonnes intentions à notre égard. Mais leur graphisme de pochette est à l’image de leur volonté de nous défoncer le crâne à coups de brique, et leur musique y parvient sans problème, avec force blasts, hurlements porcins, riffs bourrins, et accélérations de bon matin.

La recette employée est d’usage dans le Brutal Death à tendance Grind et Gore, même si les mecs évitent les débordements les plus sanglants ou les borborygmes planants à la MORTICIAN.

Non, leur optique est celle de l’attaque non-stop, bien franche, à peine interrompue par quelques samples disséminés de çà et là, aérant intelligemment leur suffocation musicale sans permettre vraiment de souffler.

La production - aussi compacte que leur barouf - est terriblement bien adaptée à ces tranches d’horreur d’une brièveté bienvenue (un seul « morceau » au-delà des deux minutes), qui développent des climats assez graves et glauques, mais diablement jouissifs dans leurs excès.

Nous évoluons donc en terrain connu, tablier de charcutier bien attaché autour du coup pour ne pas que les giclées souillent nos habits, et les trois maniaques se placent dans une continuité de violence si chère à ASSUCK, PIG DESTROYER, CEPHALIC CARNAGE, CATTLE DECAPITAION, en version beaucoup plus intense et affolante.

Mais le but du jeu étant de choquer tout autant qu’amuser, on se laisse prendre au jeu d’autant que l’interprétation est investie et le résultat bien saignant.

Alors, pas grand-chose de bien neuf à coucher sur papier, d’autant plus que l’effort n’atteint même pas le quart d’heure, et qu’il ne propose pas grand-chose de plus que les albums/EP/démos précédents.

Les guitares sont toujours à la limite de la rupture, écrasées par le poids d’une distorsion accablante, tandis que le chant hurle ses incantations d’un ton suraigu, mais quelques passages rythmiques bien troussés viennent savamment combler les trous pour quelques parties mosh sans le sou (« Lobotomy Gift Certificate »).

De la violence paillarde, de l’humour braillard, et c’est parti pour un dépeçage en règle, qui finalement, est assez plaisant.

Pas de quoi se relever la nuit pour crier à l’épiphanie, mais un titre comme le « progressif » (sic) « Doomsday Device », meuble agréablement le massacre, en intensifiant encore plus l’approche Heavy Gore de quelques solidités rythmiques en trio à la syncope bien chaude.

On a parfois un peu de mal à saisir le bon bout (« Speech Impediment », là j’avoue que je n’ai pas très bien compris), mais c’est exubérant, violent, et finalement, pas bien méchant mais assez marrant.

Alors si le Brutal Death à option Grind plutôt Gore vous sied de bon matin levé, jetez-vous sur ce Suck Brick, qui de son immédiateté non-dissimulée ne vous fera pas renverser de la lessive sur des gens ternes.

Un gros son (un peu trop parfois), pour un crossover extrême entre les GNAW THEIR TONGUES et ANAL CUNT, enfin de quoi passer quelques minutes en compagnie de tarés qui savent quand même faire sonner le bruit avec suffisamment d’ingéniosité.

Mais si après avoir écouté ça plein pot, vous remarquez une aïeule dans le jardin en train de lécher des briques allongée sur le dos, ne vous étonnez pas plus que ça.

 C’est l’effet Death/Grind encaissé un peu trop tôt par de vieux os.


Titres de l'album:

  1. Quasimodo
  2. Lobotomy Gift Certificate
  3. My Uncle
  4. Slobberknocker
  5. Me Llamo Belo
  6. Doomsday Device
  7. Krome Kap Warhead
  8. Suck Brick
  9. Curmudgeon
  10. The Revolting Blob
  11. Speech Impediment
  12. Black Lungs
  13. Tied Up Highway Ride

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 21/12/2016 à 18:28
65 %    379

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes