Il est d’usage de penser que les Allemands ont une conception du Hardcore chaotique bien à eux. Il suffit de se pencher sur quelques exemples, les ZANN ou AKELA pour en avoir une preuve tangible, mais il est certain que si les Américains ne sont pas les derniers à aborder le Hardcore par son versant le plus abrupt, nos cousins germains aiment les ascensions difficiles, piton à la main, et prêts à basculer dans le vide du chaos…qu’ils adorent remplir de sons, de cris, et de sonorités de guitare sans écho.

Je parlais d’AKELA qui visiblement n’enregistrera plus, ou du moins pas tout de suite, mais pour tous ceux que cette nouvelle attristerait, j’ai rassurez-vous un palliatif valide, à déguster toutefois en doses homéopathiques.

Les MERAINE viennent de Lüdenscheid, ville de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie, évoluent sous la forme d’un quatuor (Jan. Simon. Joti et Flo), et ont donc sorti leur premier longue durée à la fin du mois de septembre cette année. Ils proposent donc un prolongement des travaux d’AKELA, dont plusieurs membres viennent d’ailleurs, mais ont procédé à quelques ajustements pour honorer leur nouvelle direction, pas forcément radicalement différente de l’ancienne.

Si AKELA se permettait quelques digressions atmosphériques et mélodiques, l’extension de l’histoire via le prisme MERAINE s’est débarrassé des inserts trop prononcés harmoniquement, pour se concentrer sur la puissance abrasive d’un Hardcore vraiment teigneux et hargneux. On connaît plus ou moins la méthode qui parfois frise les délires du Post Hardcore, mais cette fois ci, admettons que l’école Allemande a souhaité une fois de plus propager son message aux institutions voisines, en prônant une certaine forme de nihilisme musical dénué d’empathie.

Et pourtant, paradoxe oblige, c’est le titre du morceau d’ouverture de ce LP éponyme. Sauf qu’en guise de générosité musicale, les MERAINE ont préféré l’expression radicale d’un Hardcore aux limites du Crust abrasif et corrosif, sans renier pour autant leur fascination convergente vers les moteurs UNSANE et DILLINGER. Rythme enlevé, chant hurlé, nombreux breaks cassés, et riffs qui se partagent entre tronçonnages graves et lacérations stridentes, usant du feedback et du silence comme pourraient le faire les PROTESTANT s’ils battaient pavillon CONVERGE.

En gros, énormément de véhémence sourde, typique de la pratique d’un certain Hardcore vénéneux outre Rhin, mais sans toutefois tomber dans le piège de la trop grande fidélité au genre. Des libertés ? Il y en a, peu, sous une forme larvée ou abstraite, mais appréhendez Meraine pour ce qu’il est. Un terrifiant album de Core très heurté, à la puissance sourde et à la vitesse de croisière parfois largement au-dessus de la moyenne du créneau (« Rusted Veins », qui joue avec le tempo de vos nerfs en prenant un malin plaisir à ralentir de façon presque aléatoire).

Tout ceci suffit-il à faire un bon album susceptible de se démarquer de la production globale ? Oui, puisque la qualité AKELA est toujours au rendez-vous, juste expurgée de ses tics les plus…empathiques.

La structure est simple d’apparence, avec une large bordée de morceaux courts et très percutants rythmiquement, ce qui reste la caractéristique principale des groupes de cette famille, pour terminer par deux segments plus développés qui ne sont pas pour autant moins radicaux.

Ainsi, « Abandon » qui débute sous les mêmes auspices que les tranches de violence précédentes, finit par s’égarer le long d’un Dark Ambient light mais grondant, dont la surface mouvante est à peine striée de quelques notes fantômes et de tremblements venteux assez inquiétants. Puis la quiétude finit par l’emporter sur l’inquiétude, et le long morceau se fond dans le final « Marrow », qui lui aussi se complait dans une sévérité instrumentale assez corsée, avant d’oser invoquer l’esprit défunt des AKELA, pour un long fade out final tirant sa révérence conjointe au « I Want You » des BEATLES pour sa spirale hypnotique, mais aussi aux étirements sombres des NEUROSIS de milieu de carrière, ceux qui n’hésitaient jamais à éprouver le silence d’une ambiance moite et onirique.

Mais avant d’en arriver à cette conclusion somme toute fort logique, il vous faudra vous ruiner les nerfs sur sept autres titres qui ne laissent pas plus de place à la relaxation qu’un discours de Fidel Castro. On pourrait les nommer tous et les envisager comme un bloc, mais chacun possède sa propre touche, même si les points communs sont nombreux.

Que le quatuor ose la pesanteur d’un Sludgecore à touches Indus (« Entropy », et son utilisation de samples très intelligente), qu’il se lance dans une course folle d’intensité, capable de laisser les CONVERGE sur le bord de la route (« Teeth », suintant de méchanceté bavant du Crustcore par tous les pores, « Limbs », aussi peu apte à renoncer à une origine d’appellation contrôlée déposée pourtant par les créateurs de Jane Doe), ou qu’il mette les pieds de chaque côté d’une frontière entre le Hardcore acide et le Crust aride (« Black Raven », un des plus effrayants du lot avec ses fantaisies rythmiques incessantes et ses énormes riffs en nuages d’orage), prouve que le Hardcore Allemand n’a rien perdu de sa brutalité inventive, qui peut parfois sembler un peu excessive dans la douleur, mais toujours pertinente dans le malheur.

Plus vraiment de quoi regretter la fin de l’aventure AKELA, puisque MERAINE en est presque la réincarnation. Certes, les chaînes du fantôme trainent encore un peu dans les couloirs du château, mais le quatuor nouveau à su extraire la quintessence de son ancien ensemble pour la rendre encore plus létale.

Du Hardcore chaotique, du Crust frénétique, un ballet de violence à outrance qui rappelle le meilleur des enseignements US traités avec une rigueur toute germanique.

Violent mais parfois apaisant comme dans l’œil du cyclone, déstructuré à vous en donner la nausée, mais cathartique d’une certaine façon.

 A voir en live, pour en apprécier d’autant plus la débauche de colère. Mais la colère est saine, et c’est un exutoire comme un autre.


Titres de l'album:

  1. Empathy
  2. Teeth
  3. Entropy
  4. Limbs
  5. Rusted Veins
  6. Black Raven
  7. Floatage
  8. Abandon
  9. Marrow

Bandcamp officiel

par mortne2001 le 19/11/2016 à 17:52
70 %    378

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes