Il est d’usage de penser que les Allemands ont une conception du Hardcore chaotique bien à eux. Il suffit de se pencher sur quelques exemples, les ZANN ou AKELA pour en avoir une preuve tangible, mais il est certain que si les Américains ne sont pas les derniers à aborder le Hardcore par son versant le plus abrupt, nos cousins germains aiment les ascensions difficiles, piton à la main, et prêts à basculer dans le vide du chaos…qu’ils adorent remplir de sons, de cris, et de sonorités de guitare sans écho.

Je parlais d’AKELA qui visiblement n’enregistrera plus, ou du moins pas tout de suite, mais pour tous ceux que cette nouvelle attristerait, j’ai rassurez-vous un palliatif valide, à déguster toutefois en doses homéopathiques.

Les MERAINE viennent de Lüdenscheid, ville de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie, évoluent sous la forme d’un quatuor (Jan. Simon. Joti et Flo), et ont donc sorti leur premier longue durée à la fin du mois de septembre cette année. Ils proposent donc un prolongement des travaux d’AKELA, dont plusieurs membres viennent d’ailleurs, mais ont procédé à quelques ajustements pour honorer leur nouvelle direction, pas forcément radicalement différente de l’ancienne.

Si AKELA se permettait quelques digressions atmosphériques et mélodiques, l’extension de l’histoire via le prisme MERAINE s’est débarrassé des inserts trop prononcés harmoniquement, pour se concentrer sur la puissance abrasive d’un Hardcore vraiment teigneux et hargneux. On connaît plus ou moins la méthode qui parfois frise les délires du Post Hardcore, mais cette fois ci, admettons que l’école Allemande a souhaité une fois de plus propager son message aux institutions voisines, en prônant une certaine forme de nihilisme musical dénué d’empathie.

Et pourtant, paradoxe oblige, c’est le titre du morceau d’ouverture de ce LP éponyme. Sauf qu’en guise de générosité musicale, les MERAINE ont préféré l’expression radicale d’un Hardcore aux limites du Crust abrasif et corrosif, sans renier pour autant leur fascination convergente vers les moteurs UNSANE et DILLINGER. Rythme enlevé, chant hurlé, nombreux breaks cassés, et riffs qui se partagent entre tronçonnages graves et lacérations stridentes, usant du feedback et du silence comme pourraient le faire les PROTESTANT s’ils battaient pavillon CONVERGE.

En gros, énormément de véhémence sourde, typique de la pratique d’un certain Hardcore vénéneux outre Rhin, mais sans toutefois tomber dans le piège de la trop grande fidélité au genre. Des libertés ? Il y en a, peu, sous une forme larvée ou abstraite, mais appréhendez Meraine pour ce qu’il est. Un terrifiant album de Core très heurté, à la puissance sourde et à la vitesse de croisière parfois largement au-dessus de la moyenne du créneau (« Rusted Veins », qui joue avec le tempo de vos nerfs en prenant un malin plaisir à ralentir de façon presque aléatoire).

Tout ceci suffit-il à faire un bon album susceptible de se démarquer de la production globale ? Oui, puisque la qualité AKELA est toujours au rendez-vous, juste expurgée de ses tics les plus…empathiques.

La structure est simple d’apparence, avec une large bordée de morceaux courts et très percutants rythmiquement, ce qui reste la caractéristique principale des groupes de cette famille, pour terminer par deux segments plus développés qui ne sont pas pour autant moins radicaux.

Ainsi, « Abandon » qui débute sous les mêmes auspices que les tranches de violence précédentes, finit par s’égarer le long d’un Dark Ambient light mais grondant, dont la surface mouvante est à peine striée de quelques notes fantômes et de tremblements venteux assez inquiétants. Puis la quiétude finit par l’emporter sur l’inquiétude, et le long morceau se fond dans le final « Marrow », qui lui aussi se complait dans une sévérité instrumentale assez corsée, avant d’oser invoquer l’esprit défunt des AKELA, pour un long fade out final tirant sa révérence conjointe au « I Want You » des BEATLES pour sa spirale hypnotique, mais aussi aux étirements sombres des NEUROSIS de milieu de carrière, ceux qui n’hésitaient jamais à éprouver le silence d’une ambiance moite et onirique.

Mais avant d’en arriver à cette conclusion somme toute fort logique, il vous faudra vous ruiner les nerfs sur sept autres titres qui ne laissent pas plus de place à la relaxation qu’un discours de Fidel Castro. On pourrait les nommer tous et les envisager comme un bloc, mais chacun possède sa propre touche, même si les points communs sont nombreux.

Que le quatuor ose la pesanteur d’un Sludgecore à touches Indus (« Entropy », et son utilisation de samples très intelligente), qu’il se lance dans une course folle d’intensité, capable de laisser les CONVERGE sur le bord de la route (« Teeth », suintant de méchanceté bavant du Crustcore par tous les pores, « Limbs », aussi peu apte à renoncer à une origine d’appellation contrôlée déposée pourtant par les créateurs de Jane Doe), ou qu’il mette les pieds de chaque côté d’une frontière entre le Hardcore acide et le Crust aride (« Black Raven », un des plus effrayants du lot avec ses fantaisies rythmiques incessantes et ses énormes riffs en nuages d’orage), prouve que le Hardcore Allemand n’a rien perdu de sa brutalité inventive, qui peut parfois sembler un peu excessive dans la douleur, mais toujours pertinente dans le malheur.

Plus vraiment de quoi regretter la fin de l’aventure AKELA, puisque MERAINE en est presque la réincarnation. Certes, les chaînes du fantôme trainent encore un peu dans les couloirs du château, mais le quatuor nouveau à su extraire la quintessence de son ancien ensemble pour la rendre encore plus létale.

Du Hardcore chaotique, du Crust frénétique, un ballet de violence à outrance qui rappelle le meilleur des enseignements US traités avec une rigueur toute germanique.

Violent mais parfois apaisant comme dans l’œil du cyclone, déstructuré à vous en donner la nausée, mais cathartique d’une certaine façon.

 A voir en live, pour en apprécier d’autant plus la débauche de colère. Mais la colère est saine, et c’est un exutoire comme un autre.


Titres de l'album:

  1. Empathy
  2. Teeth
  3. Entropy
  4. Limbs
  5. Rusted Veins
  6. Black Raven
  7. Floatage
  8. Abandon
  9. Marrow

Bandcamp officiel

par mortne2001 le 19/11/2016 à 17:52
70 %    350

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)