N’étant pas spécialiste devant l’éternel de la question Black Metal atmosphérique, j’ai donc décidé, une fois n’est pas coutume, de m’y intéresser de plus près, via le premier EP d’un groupe suédois jusqu’à lors inconnu.

Pochette séduisante, timing raisonnable, les conditions semblaient réunies pour pouvoir tremper un orteil dans l’eau de la nuit éternelle, et je dois reconnaître que j’ai fait le bon choix, puisque cet Uppland de WINTERKYLA est loin d’être inintéressant dans son genre, encore assez difficile à cerner. Atmosphérique de par ses choix, mais pas forcément contemplatif, et surtout, pas uniquement basé sur des répétitions et des thèmes qui s’étirent à l’envi.

Uppland est plutôt du genre fouillé, multiple, versatile et mélodique, dans la plus droite lignée des références Suédoises du genre, et s’avère un bon test avant de s’aventurer plus loin en avant dans le genre.

Pas grand-chose à raconter sur WINTERKYLA en tant qu’entité, mis à part en reportant ici les quelques informations grappillées sur leur Bandcamp. Une fois n’est pas coutume, le groupe en est un, et non un one man band, puisqu’on retrouve au moins deux musiciens au casting, Requiem à la batterie, au chant et à la basse, ainsi que Christian Vesterling aux guitares, qui après vérification sommaire, ne semblent pas partager leur talent entre plusieurs projets.

Il faut dire que les deux collaborateurs ont déjà fort à faire avec leur groupe principal qui semble déborder d’idées, au point de remplir un simple EP de près de trente minutes de musique.

Et le terme est choisi à dessein, car bien que gravitant dans une atmosphère totalement BM, Uppland développe d’intéressantes qualités mélodiques refusant la mièvrerie, et abordant l’agression sous un angle assez harmonique bien que profondément nihiliste.

A dire vrai, les morceaux sont en parfaite adéquation avec cette pochette flanquée d’une photographie de lever de soleil sur un hiver Suédois. Froids comme la saison locale, mais réchauffés de rayons de lumière qui empêchent le duo de sombrer dans un BM nihiliste et éculé, ils sont construits de façon intelligente et progressive, et disposent d’autant d’éléments de brutalité que de nuances accentuées par des thèmes mélodiques. 

C’est bien sûr Requiem qui s’est chargé des textes et de la musique, et l’homme a du potentiel à en juger par les possibilités qu’il se donne, la plupart du temps dans un cadre large d’une grosse poignée de minutes. Il en profite via cet EP pour passer en revue toutes les digressions d’un genre qui a souvent tendance à tomber dans la redite ou le minimalisme rebutant, et étale une jolie somme de possibilités qui permettent à la demi-heure impartie d’être exploitée de façon assez futée.

Il commence d’ailleurs son effort par un des titres les plus concis, l’hybride « Frystad » qui sonne comme une union pas si contre-nature que ça entre un Heavy hautement mélodique et un BM franchement vindicatif, qui sait souvent céder la place à des harmonies savamment distillées.

Son propre avec une production semi pro qui permet aux chansons de révéler toute leur richesse, diversité de ton, ce premier EP est donc une sacre carte de visite qui permet au duo de s’inviter aux agapes d’OPETH, de FROZEN SHADOWS, ou MELANCOLIA ESTATICA, et autres exemples plus ou moins probants, tout en évitant la sécheresse rude des productions Canadiennes, sans pour autant tomber dans une mièvrerie mélodique handicapante sur le moyen terme.

D’ailleurs, la première véritable longue progression « At the Mountains of Madness » fait rapidement étalage de toutes les qualités du groupe, en osant des inserts digne d’un très bon Heavy Metal nostalgique dans des passages d’une violence rare, sans que l’un ou l’autre des aspects ne soit négligé ou sacrifié.

La voix de Requiem, rauque et âpre s’adapte très bien des deux facettes de cette personnalité, et navigue à vue entre des plans disparates mais unis de manière homogène qui progressent sans pour autant se montrer prétentieux ou boursouflés.

Evidemment, quelques idées pâtissent d’un manquent d’ampleur au niveau du son, spécialement lorsque la guitare tournoie sur elle-même, mais globalement, l’effort est d’importance, et présente un groupe déjà au point, techniquement et créativement.

D’ailleurs, « Winter In Bloom » le prouve de ses nombreux segments imbriqués avec logique, et distille même une intro aux prétentions symphoniques et chromatiques assez affirmées. Arrangements de cordes en arrière-plan, ambiance Doom séduisante au délicieux parfum vintage, dissonances, et dérive vers un BM assez accessible même dans ses moments de violence les plus intenses.

Le EP se termine sur un titre éponyme, qui pourrait se voir comme la clé de voute de l’ensemble, et qui offre des pistes à suivre pour un travail futur qu’on pressent assez poussé et riche. Longue intro délicate et progressive, qui prend son temps pour laisser une mélodie se développer, et qui laisse finalement la place après cinq longues minutes à une emphase harmonique puissante, presque Post dans son approche.

Final en blasts, comme un dernier souffle avant extinction des feux, et bilan largement positif qui laisse augurer d’un avenir assez brillant pour ce duo atypique qui refuse bien des conventions.

 Et sans repousser les limites du genre, Uppland en exploite les distances et ose un premier jet qui joue avec la diversité du style.        


Titres de l'album:

  1. Frystad
  2. At the Mountains of Madness
  3. Interludium
  4. Winter In Bloom
  5. Uppland

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 14/03/2017 à 17:46
70 %    78

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Thyrant

What We Left Behind

Vicissitude

Fratricide

Arakara

Shadow of Violence

Third Reich

Degeneration

Hellthrasher

Windrot

Walk On Fire

Mind Over Matter

Lo-ruhamah

Anointing

Comity

A Long Eternal Fall

Mnhm

Of Empires Past

Black Palm

Resentful

Nevrome

Black Sun

Fragile Vastness

Perception

Grid

Human Collapse Syndrome

Au-dessus

End Of Chapter

Nephilims Howl

Through The Marrow Of Human Suffering

Charmcharmchu

Majestic Brewing Order

Indemnity

Bloody Minded Bullet Headed

Distillator

Summoning The Malicious

The Walking Dead Orchestra + Epilepsy

RBD / 25/05/2017
Deathcore

EXTREMITY RETAINED: Notes Sur Le Death Metal Underground

mortne2001 / 23/05/2017
Death Metal

Interview du groupe DEATHBRINGER

Jus de cadavre / 23/05/2017
Interview

Moshfest 3

RBD / 17/05/2017
Grindcore

AS WOLVES AMONG SHEEP - La saga funeste du NSBM.

Simony / 15/05/2017
Black Metal

Concerts à 7 jours

Deep Purple + Monster Truck

01/06 : Zenith, Lille (59)

Against Me + The Bronx

01/06 : La Maroquinerie, Paris (75)

Against Me + The Bronx

02/06 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)

Slim Cessna's Auto Club + Lonely Longhorn

03/06 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Mortier + Deluge + Spyral

03/06 : La Ferme D'ennequin, Loos-en -gohelle (59)

Deep Purple + Monster Truck

03/06 : Accorhotels Arena, Paris (75)

Existance + Letters Written On Dead Leaves + Aqme

04/06 : La Ferme D'ennequin, Loos-en -gohelle (59)

Against Me + The Bronx

05/06 : La Sirène, La Rochelle (17)

+ Architects

05/06 : Astrolabe, Orléans (45)

Against Me + The Bronx

31/05 : L'aéronef, Lille (59)

Victory + Outreau + Bromure

31/05 : La Mécanique Ondulatoire, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

@JTPD: le bouquin est à 36 euros.
@Saul D: comme toi j'ai été déçu de ne pas retrouver AGRESSOR ou MASSACRA par exemple...
@RBD: j'espère que la chronique t'a donné un bon aperçu ;)


Ah, j'espérais un avis. Je me doutais que ce devait être bien fichu (Netherton n'est pas un idiot).


J'ai la version anglaise du livre, en effet très passionnant...mais il manque des groupes ( Jason Netherton a dit que certains ont mis trop longtemps à répondre), les scènes française, italienne, et je dirais mexicaine ( parce qu'on a quand même pas mal de groupes latino-américains cités) so(...)


Clair qu'elle donne sacrément envie cette chronique ! Juste pour info il est à combien le bouquin ?


Le bouquin m'a fait penser à celui sur le NYHC. J'ai bien sûr été moins concerné, puisque j'ai arrêté le Death assez tôt (les meilleurs groupes ont en effet sorti leurs meilleurs albums entre 1987 et 1993), mais il est sympa à lire, et certaines anecdotes sont vraiment marrantes.