N’étant pas spécialiste devant l’éternel de la question Black Metal atmosphérique, j’ai donc décidé, une fois n’est pas coutume, de m’y intéresser de plus près, via le premier EP d’un groupe suédois jusqu’à lors inconnu.

Pochette séduisante, timing raisonnable, les conditions semblaient réunies pour pouvoir tremper un orteil dans l’eau de la nuit éternelle, et je dois reconnaître que j’ai fait le bon choix, puisque cet Uppland de WINTERKYLA est loin d’être inintéressant dans son genre, encore assez difficile à cerner. Atmosphérique de par ses choix, mais pas forcément contemplatif, et surtout, pas uniquement basé sur des répétitions et des thèmes qui s’étirent à l’envi.

Uppland est plutôt du genre fouillé, multiple, versatile et mélodique, dans la plus droite lignée des références Suédoises du genre, et s’avère un bon test avant de s’aventurer plus loin en avant dans le genre.

Pas grand-chose à raconter sur WINTERKYLA en tant qu’entité, mis à part en reportant ici les quelques informations grappillées sur leur Bandcamp. Une fois n’est pas coutume, le groupe en est un, et non un one man band, puisqu’on retrouve au moins deux musiciens au casting, Requiem à la batterie, au chant et à la basse, ainsi que Christian Vesterling aux guitares, qui après vérification sommaire, ne semblent pas partager leur talent entre plusieurs projets.

Il faut dire que les deux collaborateurs ont déjà fort à faire avec leur groupe principal qui semble déborder d’idées, au point de remplir un simple EP de près de trente minutes de musique.

Et le terme est choisi à dessein, car bien que gravitant dans une atmosphère totalement BM, Uppland développe d’intéressantes qualités mélodiques refusant la mièvrerie, et abordant l’agression sous un angle assez harmonique bien que profondément nihiliste.

A dire vrai, les morceaux sont en parfaite adéquation avec cette pochette flanquée d’une photographie de lever de soleil sur un hiver Suédois. Froids comme la saison locale, mais réchauffés de rayons de lumière qui empêchent le duo de sombrer dans un BM nihiliste et éculé, ils sont construits de façon intelligente et progressive, et disposent d’autant d’éléments de brutalité que de nuances accentuées par des thèmes mélodiques. 

C’est bien sûr Requiem qui s’est chargé des textes et de la musique, et l’homme a du potentiel à en juger par les possibilités qu’il se donne, la plupart du temps dans un cadre large d’une grosse poignée de minutes. Il en profite via cet EP pour passer en revue toutes les digressions d’un genre qui a souvent tendance à tomber dans la redite ou le minimalisme rebutant, et étale une jolie somme de possibilités qui permettent à la demi-heure impartie d’être exploitée de façon assez futée.

Il commence d’ailleurs son effort par un des titres les plus concis, l’hybride « Frystad » qui sonne comme une union pas si contre-nature que ça entre un Heavy hautement mélodique et un BM franchement vindicatif, qui sait souvent céder la place à des harmonies savamment distillées.

Son propre avec une production semi pro qui permet aux chansons de révéler toute leur richesse, diversité de ton, ce premier EP est donc une sacre carte de visite qui permet au duo de s’inviter aux agapes d’OPETH, de FROZEN SHADOWS, ou MELANCOLIA ESTATICA, et autres exemples plus ou moins probants, tout en évitant la sécheresse rude des productions Canadiennes, sans pour autant tomber dans une mièvrerie mélodique handicapante sur le moyen terme.

D’ailleurs, la première véritable longue progression « At the Mountains of Madness » fait rapidement étalage de toutes les qualités du groupe, en osant des inserts digne d’un très bon Heavy Metal nostalgique dans des passages d’une violence rare, sans que l’un ou l’autre des aspects ne soit négligé ou sacrifié.

La voix de Requiem, rauque et âpre s’adapte très bien des deux facettes de cette personnalité, et navigue à vue entre des plans disparates mais unis de manière homogène qui progressent sans pour autant se montrer prétentieux ou boursouflés.

Evidemment, quelques idées pâtissent d’un manquent d’ampleur au niveau du son, spécialement lorsque la guitare tournoie sur elle-même, mais globalement, l’effort est d’importance, et présente un groupe déjà au point, techniquement et créativement.

D’ailleurs, « Winter In Bloom » le prouve de ses nombreux segments imbriqués avec logique, et distille même une intro aux prétentions symphoniques et chromatiques assez affirmées. Arrangements de cordes en arrière-plan, ambiance Doom séduisante au délicieux parfum vintage, dissonances, et dérive vers un BM assez accessible même dans ses moments de violence les plus intenses.

Le EP se termine sur un titre éponyme, qui pourrait se voir comme la clé de voute de l’ensemble, et qui offre des pistes à suivre pour un travail futur qu’on pressent assez poussé et riche. Longue intro délicate et progressive, qui prend son temps pour laisser une mélodie se développer, et qui laisse finalement la place après cinq longues minutes à une emphase harmonique puissante, presque Post dans son approche.

Final en blasts, comme un dernier souffle avant extinction des feux, et bilan largement positif qui laisse augurer d’un avenir assez brillant pour ce duo atypique qui refuse bien des conventions.

 Et sans repousser les limites du genre, Uppland en exploite les distances et ose un premier jet qui joue avec la diversité du style.        


Titres de l'album:

  1. Frystad
  2. At the Mountains of Madness
  3. Interludium
  4. Winter In Bloom
  5. Uppland

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 14/03/2017 à 17:46
70 %    363

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Coma

Disorder

Hellraiser

Heritage

Obsidian Sea

Strangers

Arides

Sur les Terres Oubliées

Freedom Call

M.E.T.A.L.

Vak

Loud Wind

Ascend The Hollow

Echoes Of Existence

Aziza

The Root Of Demise

Twilight Force

Dawn Of The Dragonstar

Perpetual Among Us

Thy Will Be Done

Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Skeletal Remains + Black March

RBD / 21/08/2019
Beatdown Death

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

+ All In The Small + Dopethrone

25/08 : Le Dropkick, Reims (51)

Iron Bastards + Paranoid Cats + Sweeping Death

31/08 : Millenium, Haguenau ()

Photo Stream

Derniers coms

Sinon ils ne sont pas Suédois non ? J'ai toujours cru.


Ohlàlà, Runemagick ! Des années que j'avais pas écouté ce truc ! Clair que les deux premiers albums sont assez excellents dans leur genre.

M'en vais aller dépoussiérer l'opus, tiens !


@Buck : oui j'ai vu ça... Là ça fout les boules quand même !
Autant je n'aime vraiment pas Megadeth, mais les caler en dessous de cette bouse appelé Five finger machin, c'est juste une honte. Littéralement le monde à l'envers...


La situation à te faire péter un câble...


J'ai en tête un morceau des CLASH, "I'm so bored with the USA" et aussi un titre d'EXPLOITED plus explicite...pour cette chère administration "pussy grabbin" trumpesque :-)


Où Megadeth en première partie de Five finger death punch?


Behemoth qui ouvre pour Slipknot... Et pourquoi pas Metallica en guest de KoRn ou Black Sabbath en 1re partie de Limp Bizkit ?


Slipknot et Behemoth a ouais lol deux salles deux ambiances.


Très bonne chronique pour un très bon disque !


Mon premier groupe Metal vu en concert haha (avec Manigance en première partie, dans la salle communale d'un bled bien paumé!) ! Ça fait un bail, mais que de souvenir ! Même si je n'ai jamais réécouté ce groupe par la suite :D !


Un chef d’œuvre ???
Nouvelle illustration du caractère personnel du ressenti face à une œuvre. Attaché aux premiers albums et au retour en grâce du Heavy Metal auquel ils ont contribué, d'un point de vue médiatique (et aux concerts fabuleux des tournées Legacy of Kings et Renegade (...)


Très bon report. Précis et honnête.
Et bien dommage qu'un groupe du niveau de Skeletal Remains soit si peu communicatif... c'est surtout con pour eux d'ailleurs.


@maxime : je ne comprends pas ???


Cool ! Je suis un héros ! :-)


Très chouette tour-report ! Merci ! Et du coup j'en profite pour découvrir ABYSSIC dont la musique est vraiment cool.


Merci ! Merci de rappeler qu'il suffit juste de savoir lire pour être un héros... ;-)


Celui qui arrive à lire et surtout comprendre ce pavé est un héro...


Je ralais d’être absent pour cette date mais tu m’as remonté le moral. J’ai personnellement du mal avec la non communication (voir le mépris pour certains) des groupes envers leurs fans.. surtout dans des musiques dites de niches..
Sauf erreur de ma part, leur excellent batteur est p(...)


Belle découverte!


Chronique sacrément bien torchée. Chapeau !